Machine à usiner

Une des plus grandes révélations que David Allen fait dans Getting Things Done est son analogie avec les actions élémentaires. Pour résumer, il parle de ces boulots simples où vous arrivez le matin avec un pile d’actions élémentaires à faire (des pièces à usiner par exemple), et vous quittez votre travail avec une pile d’actions élémentaires réalisées (de belles pièces usinées par exemple). C’est un travail machinal, mais il n’y a pas beaucoup de stress, et c’est simple. Et vous savez si vous êtes productif parce que vous usinez vraiment ces pièces.

Pour la plupart d’entre nous, ce n’est pas si simple. Nous avons des millions de mails, messages téléphoniques, appels, documents et visiteurs à gérer. Et c’est sans compter sur des listes de projets et de choses à faire qui peuvent rendre tout le monde fou. Avec tout ce qui arrive, nous regardons nos listes et voyons un point qui dit, par exemple, “Refaire le design du site” ou “Faire des recherches sur les tendances du marché”. Franchement, ce ne sont pas des pièces qui peuvent juste être usinées. Ce sont des projets intimidants qui peuvent attendre dans notre liste to-do pendant que nous regardons notre blog favori (Habitudes Zen, probablement!).

Donc que faire ? Transformez votre travail en Actions Élémentaires.

Voici comment :

  • Pour chaque projet que vous avez, choisissez la prochaine action. Vous pouvez faire une liste complète des prochaines actions si vous voulez, mais il est plus important d’avoir une prochaine action. Elle est défini comme la toute prochaine action physique qu’il est nécessaire de faire pour faire avancer notre projet. Examinons cela attentivement : toute prochaine signifie que c’est quelque chose qui doit être fait en premier, au lieu de plus tard, sinon le projet ne peut pas avancer; s’il y a plusieurs de ces actions, choisissez-en juste une. Une action physique signifie que c’est quelque chose que vous pouvez faire dans le monde physique : des choses comme des appels, écrire des emails, lire, lister, décider, parler à, réfléchir, acheter. Les choses qui ne peuvent pas être faites en une action sont des actions multiples, des pièces qui ne peuvent pas être usinées en une action.
  • Examinez votre liste to-do et soyez sûr que tous les points sont des actions élémentaires. Parfois les choses dans nos listes to-do sont de multiples actions élémentaires combinées en une seule. Commencer le jardin, par exemple, peut englober des choses comme lister les outils nécessaires, appeler maman pour les plants, aller au magasin pour acheter les outils, prendre l’arrosoir dans l’abri de jardin, nettoyer la saleté, etc. Refaire le design d’un site web peut commencer avec la prochaine action de surfer sur Internet pour trouver des exemples inspirants de bon designs, ou lire un article sur le design, ou dessiner trois idées de design, ou faire un brainstorming pour trouver un nouveau nom pour le site.
  • Listez les actions par le type d’objet. C’est une autre manière de dire que vous devriez grouper en fonction du contexte. Groupez les appels téléphoniques ensemble. Groupez les choses à lire ensemble (dans un dossier). Groupez les emails à écrire ensemble. Groupez les sites web à rechercher ensemble. Ainsi quand vous commencez à faire vos appels, vous les avez tous sur votre liste et n’avez plus qu’à les faire un par un, au lieu de rechercher quelles actions ont besoi d’être faites.
  • Usinez, juste. Si vous avez vraiment réduit votre to-do list aux uniques actions élémentaires, il n’est plus nécessaire de penser, du moins pas au plus haut niveau. Tout ce que vous avez à faire est d’usiner. Quand vous avez usiné une pièce, fêtez-le, et continuez avec la suivante. A la fin de la journée, vous devriez avoir une belle pile de pièces usinées, et c’est très satisfaisant.

Article original par Léo Babauta sur Zen Habits.

[ad#zen-bas]

Recherches utilisées pour trouver cet article :

les actions élémentaires simples

Tags: , , ,

2 commentaires on Les Actions Elémentaires : Transformez Votre Travail en Productivité Sans Stress

  1. giviz dit :

    Salut 🙂

    C’est clairement là LA grosse difficulté de la méthode GTD, même en faisant attention, on garde toujours la vilaine habitude héritée des todo list ou l’on inscrit le sujet de l’action comme action a réaliser.

    J’ai dernièrement repassé toutes mes actions GTD pour appliquer ce principe, et beaucoup de mes actions sont devenues des projets découpés en petites tâches, tout ce recoupe beaucoup mieux et c’est vraiment plus fonctionnel.

    Pour donner un exemple concret, j’avais 2 tâches “Faire le double des clés”, et “Acheter une pile pour le bip du garage” qui trainaient depuis un moment, j’en ai fait 2 projets dont la première action est “Me rendre à telle boutique” avec comme contexte “Lieux : La boutique” et la seconde l’action réelle à faire dans la boutique, maintenant il me suffit d’aller à ce lieu quand je suis à proximité parce que je sais qu’il y a des actions à y faire, mais je sais également identifier toutes ces actions pour les réaliser toutes en un seul passage.

    Avec GTD il faut trouver la bonne granularité, ce n’est pas évident mais quand on y est arrivé ça change tout 🙂

  2. Olivier dit :

    Salut,

    Ce point est en effet essentiel.
    Pour ceux qui gèrent tout ça sur un ordinateur, c’est la raison pour laquelle il est important de privilégier un logiciel qui permet de décomposer les projets en sous-projets puis en actions…. La plus grande profondeur possible dans cette hiérarchie, le meilleur !

    J’ai essayé plusieurs applications et c’était toujours leur point faible. Je suis finalement tombé sur ThinkingRock (qui devrait incessamment sous peu être traduit en français. Et là surprise ! Aucune limitation dans le nombre de niveau pour détailler des projets. L’application respecte vraiment l’esprit de GTD.

Laisser un commentaire

Partagez
Tweetez