/* CSS added by WP Meta and Date Remover*/.entry-meta {display:none !important;}.home .entry-meta { display: none; }.entry-footer {display:none !important;}.home .entry-footer { display: none; }

“Je n’ai rien à faire avec le passé, tout comme avec le futur. Je vis maintenant.”

 ~Ralph Waldo Emerson

Note : cet article est une traduction de l’article No goal de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

LibertéL’idée d’avoir des objectifs concrets et atteignables semble profondément ancrée dans notre culture. Je sais que j’ai vécu avec des objectifs pendant des années, et en fait une grande partie de mes écrits ici, sur Habitudes Zen, est au sujet de définir et d’atteindre des objectifs.

En ce moment, cependant, je vis sans objectifs, la plupart du temps. C’est incroyablement libérateur, et contrairement à ce que l’on a pu vous enseigner, cela ne veut pas du tout dire que vous arrêtez de réaliser des choses.

Cela veut dire que vous arrêtez de vous laisser limiter par des objectifs.

Considérons cette croyance courante : “Vous n’arriverez jamais à rien tant que vous ne saurez pas où vous allez”. Cela semble être du bon sens, et pourtant c’est absolument faux si vous y réfléchissez un peu. Faites une expérience simple : sortez de chez vous et marchez dans n’importe quelle direction, en la choisissant au hasard, et changez de temps en temps de direction au hasard. Après 20 minutes, une heure… vous serez quelque part ! C’est juste que vous ne saviez pas que vous alliez arriver ici.

Et voici le point clé : vous devez ouvrir votre esprit pour aller à des endroits dans lesquels vous n’auriez jamais espéré aller. Si vous vivez sans objectifs, vous explorerez de nouveaux territoires. Vous apprendrez des choses inattendues. Vous aboutirez dans des places surprenantes. C’est la beauté de cette philosophie, mais c’est également une transition difficile.

Aujourd’hui, je vis essentiellement sans objectifs. De temps en temps je commence à me fixer un objectif, mais je me laisse l’abandonner. Vivre sans objectifs n’a jamais été un des mes objectifs… c’est juste quelque chose que j’ai appris à apprécier davantage, qui est incroyablement libérateur, qui fonctionne avec le style de vie que j’ai choisi et qui consiste à suivre mes passions.

Le problème avec les objectifs

Dans le passé, je me fixai un à trois objectifs pour l’année, et ensuite des sous-objectifs pour chaque mois. Puis je déterminai quelles étaient les actions à faire chaque semaine et chaque jour, et essayait de me concentrer sur ces actions la journée.

Malheureusement, cela n’a jamais fonctionné aussi élégamment. Vous le savez tous. Vous savez que vous devez travailler sur une étape, et vous essayez de garder l’objectif final à l’esprit pour vous motiver. Mais cette action peut être quelque chose que vous redoutez, donc vous procrastinez. Vous faites un autre travail, ou vous vérifiez vos emails ou Facebook, ou vous paressez.

Et donc vos objectifs hebdomadaires et mensuels sont repoussés, ou mis sur une voie de garage, et cela vous décourage car vous n’avez pas de discipline. Et les objectifs sont trop durs à atteindre. Donc que faire à présent ? Hé bien, vous passez en revue vos objectifs et repartez de zéro. Vous créez un nouvel ensemble de sous-objectifs et de plans d’action. Vous savez où vous allez, puisque vous avez des objectifs !

Bien sûr, au final vous n’arrivez pas là où vous voulez aller. Parfois vous atteignez un objectif et alors vous vous sentez merveilleusement bien. Mais la plupart du temps vous ne les atteignez pas, et vous vous en voulez.

Voici le secret : le problème ce n’est pas vous, c’est le système ! Les objectifs comme système sont conçus pour échouer.

Même quand vous faites les choses exactement comme vous le devriez, ce n’est pas l’idéal. Voici pourquoi : vous êtes extrêmement limité dans vos actions. Quand vous n’avez pas envie de faire quelque chose, vous vous forcez à le faire. Votre chemin est choisi, et vous n’avez pas de place pour explorer de nouveaux territoires. Vous devez suivre le plan, même quand vous êtes passionné par quelque chose d’autre.

Certains systèmes de fixation d’objectifs sont plus flexibles, mais rien n’est plus flexible que de ne pas avoir d’objectifs.

Comment cela fonctionne

Donc à quoi ressemble une vie sans objectifs. En pratique, c’est une vie très différente d’une vie avec des objectifs.

Vous ne vous donnez pas d’objectif pour l’année, ni pour le mois, la semaine ou le jour. Vous n’êtes pas obsédé par le suivi, ou les étapes actionnables. Vous n’avez même pas besoin d’une liste de choses à faire, bien que cela ne fasse pas de mal d’utiliser des aides-mémoires si vous les appréciez.

Qu’est-ce que vous faites, alors ? Vous paressez dans le canapé toute la journée, en dormant et en regardant la télé, en mangeant des chips ? Non, vous faites simplement. Vous trouvez quelque chose qui vous passionne, et vous le faites. Parce le simple fait que vous n’ayez pas d’objectif ne veut pas dire que vous ne faites rien – vous pouvez créer, vous pouvez produire, vous pouvez suivre votre passion.

Et en pratique, c’est une chose merveilleuse : vous vous levez et faites ce qui vous passionne. Pour moi, en général c’est de bloguer, mais cela peut être d’écrire un roman ou un ebook ou mon prochain livre ou créer une formation pour aider les autres ou entrer en contact avec des gens incroyables ou passer du temps avec ma femme ou jouer avec mes enfants. Il n’y a pas de limite, parce que je suis libre.

Au final, en général j’accomplis plus de choses que si j’avais des objectifs, parce que je fais toujours quelque chose qui m’excite. Mais que j’accomplisse ou non n’est pas le plus important : tout ce qui compte est que je fasse ce que j’aime, toujours.

J’aboutis dans des endroits qui sont merveilleux, surprenants, géniaux. Je ne savais juste pas que j’y arriverai quand j’ai démarré.

Questions rapides

Questions d’un lecteur : Est-ce que ne pas avoir d’objectifs est un objectif ?

Réponse rapide : Cela peut être un objectif, ou vous pouvez apprendre à le faire durant le voyage, en explorant de nouvelles méthodes. J’apprends toujours de nouvelles choses (comme ne pas avoir d’objectifs) sans avoir eu besoin de me dire que je dois les apprendre au départ.

Une autre question d’un lecteur : Donc comment tu gagnes ta vie ?

Réponse : Passionnément ! Encore une fois, ne pas avoir d’objectifs ne signifie pas que vous arrêtez de faire des choses. En fait, je fais beaucoup de choses, tout le temps, mais je les fait parce que j’aime les faire.

Astuces pour vivre sans objectifs

Je ne vais pas vous donner un manuel pas-à-pas pour vivre sans objectifs – ça serait absurde. Je ne peux pas vous enseigner ce que je fais – vous devez trouver votre propre chemin.

Mais je peux partager plusieurs choses que j’ai apprises, dans l’espoir que cela vous aidera :

  • Commencez petit. Vous n’avez pas besoin de restructurer drastiquement votre vie afin d’apprendre à vivre sans objectifs. Suivez ce qui vous passionne pour quelques heures. Même une heure fera l’affaire.
  • Grandissez. Alors que vous devenez meilleur à cela, commencez à vous permettre d’être libre pour des périodes plus longues – une demi-journée ou une journée entière ou plusieurs jours. Au final vous vous sentirez suffisamment en confiance pour abandonner certains objectifs et juste faire ce que vous aimez.
  • Pas seulement du travail. Abandonner vos objectifs fonctionne dans n’importe quel domaine de votre vie. Prenez la santé et le fitness par exemple : j’avais l’habitude d’avoir des objectifs spécifiques, de perdre du poids ou de la masse graisseuse jusqu’à courir un marathon ou augmenter le nombre de flexions que je peux faire. Ce n’est plus le cas : maintenant je le fais juste parce que j’aime cela, et je n’ai pas d’idée de jusqu’où cela va m’emmener. Cela fonctionne brillamment, parce que je m’amuse toujours.
  • Débarrassez-vous des plans. Les plans ne sont pas vraiment différents des objectifs. Ils vous emmènent sur des chemins prédéterminés. Mais il est incroyablement difficile de lâche une vie avec des plans, en particulier si vous êtes un planificateur méticuleux comme je le suis. Donc permettez-vous de planifier, quand vous en sentez le besoin, mais commencez lentement à vous débarrasser de cette habitude quand vous le sentez.
  • Ne vous préoccupez pas des erreurs. Si vous vous mettez à mettre en place des objectifs, ce n’est pas un problème. Il n’y a pas d’erreurs dans ce voyage – c’est une expérience pour apprendre. Si vous vivez sans objectifs et finissez par échouer, demandez-vous s’il s’agit vraiment d’un échec. Vous échouez seulement si vous n’allez pas là où vous vouliez aller – mais si vous n’avez pas de destination à l’esprit, il n’y a pas d’échecs.
  • Tout va bien. Peu importe quel chemin vous choisissez, peu importe où vous finissez, cela est beau. Il n’y a pas de mauvais chemin, pas de mauvaise destination. C’est seulement différent, et la différence est merveilleuse. Ne jugez pas, mais vivez le moment présent.
Et finalement,

Rappelez-vous toujours : le voyage est tout. La destination est au-delà de ce point.

“Un bon voyageur n’a pas de plans établis, et n’a pas l’intention d’arriver.” ~Lao Tseu

Recherches utilisées pour trouver cet article :

vivre sans objectif, objectif de vie, pas d\objectif dans la vie, peut on faire des choses sans objectif, pas dobjectif dans la vie, jai pas dobjectif dans la vie, je nai pas d objectif, pourquoi vivre sans objectif

Tags: , , , , , , ,

11 commentaires on Le meilleur des objectifs est l’absence d’objectifs

  1. Nicole dit :

    J’adhère totalement à cette formule, ce qui ne m’empêche pas d’être très organisée quand cela me passionne!
    Cette méthode ne permet pas la dévalorisation qui vient généralement tout gâcher!Après tout, à la fin du voyage, qu’emmène t-on?

  2. Marjorie / Histoire à Vivre dit :

    Bravo pour cet article, qui me fait réaliser, moi plutôt bohème mais en même temps structurée en marquant mes tâches à faire (je remarque combien elles ne sont jamais finies à temps ni même dans l’ordre établi), que j’ai toujours atteint mes rêves par des chemins détournés. La vie s’accomplit mais en se laissant en effet porter, comme une feuille sur l’eau, pour arriver vers des lieux inconnus et merveilleux, vers des rencontres incroyables et inattendues. En effet, le sens même de la vie est l’inattendu. Bien que pour l’instant salariée à plein temps, j’ai lancé il y a deux ans un site e-commerce de livres personnalisés, qui végète évidemment. J’ai entretemps eu la chance folle de recevoir une annonce pour une formation marketing, ce que je n’avais jamais cherché, ce qui m’a amenée vers des chemins et des gens merveilleux ! Ayant toujours eu en tête de devenir le leader sur mon marché, mais aucun plan en tête pour cela, la vie m’y amène finalement car j’ai connu le marketing, le blogging, les blogueurs, toute une communauté qui me soutient et me guide. Je vais donc remanier mon site en blog et en articles de valeur ajoutée. Gardons nos rêves comme point final à atteindre, et lâchons sur les façons précises d’y arriver…

  3. Un article qu’apprécieront tous les scanneurs, comme moi… et toi ? 😉

  4. Je peux comprendre que certains préfèrent fonctionner comme cela mais pour moi ca fonctionne AVEC des objectifs!!

    Mais au fond ce que dis Mr Babauta c’est qu’il passe par des chemins qu’il n’imaginai pas emprunter.
    Avec des objectifs aussi le chemin emprunter pour y arriver n’est pas forcément celui auquel on pensai au début.

    Le principal je pense est que chacun trouve sa façon de fonctionner 🙂

  5. Marjorie / Histoire à Vivre dit :

    @Jean-Philippe : oui je crois que tu as aussi raison, c’est un peu ce que je dis aussi : il s’agit simplement qu’on emprunte des chemins qu’on n’avait pas prévus, et c’est tout le mystère et la beauté de la vie !

  6. Marjorie / Histoire à Vivre dit :

    Oh la la pardon, je m’adressais à Guillaume lollll !

  7. bri dit :

    Bonjour.
    Je pense qu’en fait, vos paroles sous-entendent tout simplement que vous avez atteints vos objectifs, qui vous conviennent, vous rendent heureux, aisés, etc… La plupart des gens ne sont pas dans votre cas et les livres, sites de dév.perso. pullulent car on est passés à côté de notre vie, et on veut vite en changer, l’améliorer car on est insatisfaits ou on se rend compte, en franchissant la moitié de notre vie, qu’on a mal vécu jsqu’à présent. Mais comme le temps nous est compté (moi, il me reste 10 ans pr une maison, un boulot que j’aime, … avoir des loisirs, quelques vacances, un compagnon fiable ? ), on n’a plus trop de temps pour se planter, on ne sait plus ce qu’on aimerait, on en est arrivé à un degré de stress épouvantable, ne nous quittant plus, on a peur de tout, et on est entrés dans une spirale de procrastination épouvantables, … Ma démarche personnelle va dans ce sens-là, que je ne sais même plus ce que je dois faire, ni si mes objectifs tiennent la route … j’ai l’impression que j’ai 20 ans et qu’il faut tout recommencer, mais en fonçant et sans aucun luxe de me permettre encore de louvoyer comme vous le proposez. Vous gagnez apparemment bien votre vie puisque vous vivez au jour le jour, et vous avez installez un commerce, duquel vous vivez maintenant, vous êtes malins et avez trouvé le bon filon. Moi, si je ne bosse pas demain, bin, plus de sousous. Je crois que vous faites partie des 10%, max de la population, qui avez “réussi votre vie” sur tous les domaines.
    Donc, je trouve que votre article devrait être vachement plus nuancé, car c’est à force d’avoir louvoyé comme vous, mais dans la mauvaise direction ( reconnue seulement maintenant, et imposée par la vie et les circonstances avant) que je me suis plantée et qu’il y a obligation de me fixer des objectifs, et m’y tenir. De plus, de toutes mes lectures, pronant un objectif duquel il ne faut pas dévier, si on le désire vraiment … la plupart des méthodes préconisent aussi l’ouverture d’esprit, l’action, la souplesse, … C’est à chacun à trouver son chemin, et si qqu’n se reconnaît dans mon récit, et est perdu, je ne lui recommande pas de suivre vos conseils, en espérant que la chance va lui amener ce qu’il cherche.
    Bien à vous.

  8. ChrisToonet dit :

    Bonjour ! C’est exactement ce que je pratiquais dans Paris : partir dans une direction “imprévue”, en changeant plusieurs fois d’orientation ! Le seul objectif qui demeurait : marcher !! et “découvrir” des lieux, des gens, des évènements au fil de la marche !
    Toutefois je ne crois pas qu’on puisse vivre sans objectifs, sinon que ceux-cis naissent et meurent au fil de notre marche !

  9. @ChrisToonet Encore une fois, une belle vision poétique de ta part. 😉

    Est-ce que ces directions imprévues t’ont fait vivre des choses passionnantes ? Car je crois qu’elles sont importantes pour nous enrichir. Car on ne peut pas tout prévoir, tout planifier.

    Les plus grandes inventions sont très souvent le résultat du hasard parce que le chercheur a osé explorer une direction inconnue. Je crois que le chercheur de “vie épanouie” doit faire la même chose. 😉

  10. Brigitte dit :

    Bonjour,
    Je suis d’un caractère bohème et artiste mais je “pencherais” plutôt vers le commentaire proposé par BRI.
    Des propos plus précis qu’une idée trop “généraliste”, “jolie” et très tentante au demeurant me semblent convenir davantage au quotidien de bien des personnes que je rencontre.
    Car, lui, le quotidien est là, bien présent avec ce “qui doit être fait” de toute façon.
    Ce qui est agréable et que l’on peut essayer de faire….> que toutes les journées ne se ressemblent pas et “jongler” avec le temps qui file pour trouver et s’offrir des “plages” sans objectifs (buts précis)afin de faire ce que l’on aime vraiment…
    Que vous soyez invalide pour problèmes de santé comme moi ou pas, que vous ayez une maison et/ou appartement à entretenir, des animaux, des enfants et que sais-je encore…, il y a des tâches quotidiennes pas vraiment ludiques mais qu’il faut, tout de même faire….> ne serait-ce que pour un minimum de confort et propreté.
    Si quelqu’un d’autre les fait à votre place….> effectivement,il faut, peut être,changer notre façon de voir.
    Mais quand vous n’avez pas le choix, se “tenir” à certains objectifs tout en sachant être souple à certains moments, être curieux et s’adapter me semblent plus réalistes.
    Bien entendu que je préfèrerai mille fois dessiner, écrire, jouer de la guitare, lire…etc plutôt que faire la vaisselle, la litière de mes “z”animaux adorés, le linge…et j’en passe ou même rester affaler sur le canapé à manger des chips (je n’aime pas çà)!.
    Mais comment fait-on pour “zapper” les tâches quotidiennes quand on est seule à se les “coltiner” ?
    Vivre vraiment sans objectifs (si encore cela n’en ait pas un !) est, tout de même (cela reste à voir) un privilège et un luxe que tout un chacun ne peut se permettre.
    Je préfère rester ouverte et curieuse avec le quotidien qui me taraude. Bien à vous.

  11. magicman dit :

    Oui je rejoins parfaitement cette philosophie et je dirais même que pour les entreprises, il y a des personnes qui ont besoins d’objectifs pour se motiver. Maintenant, les fixer sans expliquer pour quelle raison on les fixe, c’est comme se dire que l’on veut maigrir de 10 kilos mais sans savoir pourquoi. En faite, quand une entreprise dit : nous devons faire 200000 euros de CA par exemple, elle n’explique pas vraiment pourquoi, dans quel but et surtout les raisons qui font qu’il est possible d’y arriver. Au lieu de dire au gens, faîtes 200000 euros de CA et débrouillez vous, on devrais dire concentrez vous sur l’essentiel, voyez quels sont les clients les plus rentables, les actions les plus efficaces etc.. Cela est pareil dans la vie, l’on doit agir avec plaisir et surtout en sachant pourquoi. Je veux maigrir pour être en meilleur santé et pouvoir sortir plus souvent sans me dire que par exemple, j’aurais un complexe à cause du faite que je me sens gros. L’on doit surtout arrêter de se fixer des seuils et de se dire ensuite, une fois que je les ai atteints c’est bon et si ce n’est pas le cas, je serais très déçu. Il vaut mieux échouer et savoir pourquoi que de réussir et de ne pas savoir pourquoi.

Laisser un commentaire

102 Partages
Partagez83
Tweetez19