“Il existe deux sortes d’individus, ceux qui terminent ce qu’ils entament et ainsi de suite.” Robert Byrne

Happy golf player on geen.Note : cet article est une traduction de l’article How to Finish de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

La première ébauche de cet article a traîné dans mes dossiers pendant près d’une semaine. N’est-ce pas un peu ironique ?

La plupart d’entre nous sont très bons à démarrer des choses – mais c’est au niveau de la finition que nous avons souvent besoin d’aide.

À vrai dire, il me semble bien étrange que mon article sur "Comment finir" soit resté là, inachevé pendant 7 jours, même si je suis plutôt un bon finisseur. D’habitude, j’entame la rédaction d’un tas d’articles et de livres, et je laisse les idées germer d’elles-mêmes. Et lorsque je suis prêt à me concentrer là-dessus, je les termine sans trop de soucis.

Comment ? Beaucoup de personnes m’ont écrit et ont demandé que je rédige un article sur "Comment finir" après que j’ai rédigé l’article "comment démarrer". Un de mes lecteurs m’a écrit ceci :

"Vous savez, parfois quand on est au beau milieu d’un projet, en rédigeant un roman par exemple, on commence à perdre de la motivation. Et bien, comment faire pour retrouver cette motivation maintenant qu’on est coincé à mi-chemin ?"

À cette question, je ne dispose peut-être pas de la réponse adéquate, mais laissez-moi partager avec vous comment moi, je m’y prends dans de telles situations.

La motivation

Pour ma part, la finition est essentiellement une question de motivation. Si vous avez des difficultés à finir, il est préférable d’examiner en premier lieu le motif pour lequel vous souhaitez finir à tout prix.

Si la tâche n’est pas vraiment ce que vous voulez faire, essayez d’analyser ce que vous perdez en la laissant tomber. J’ai dû faire ceci quelquefois et ce fut un soulagement de laisser finalement tomber quelque chose que je n’avais pas vraiment envie de faire.

Si vous désirez véritablement accomplir votre tâche / projet, demandez-vous pourquoi. Que voulez-vous au juste obtenir ? Aimez-vous faire cela ? Quels bénéfices allez-vous en tirer ? Essayez de visualiser tout ceci – cela pourra vous aider à avancer.

Si vous avez besoin de beaucoup plus de motivation, trouvez un moyen de vous engager publiquement. Fixez-vous une date limite, rédigez un article de blog, faites un tweet à propos de quand vous finirez. Souvent, un petit peu de pression positive du public peut être une bonne chose.

Remuez-vous

Dans mon article, "Comment démarrer", je vous ai fait part d’une astuce pour enfin passer à l’action :

Arrangez-vous pour démarrer de la façon la plus ridiculement facile que possible. Simplifiez-vous la tâche, rendez-la si facile que vous ne puissiez pas ne pas commencer – passez-y une minute, par exemple, ou même juste 20 secondes.

Servez-vous de cette même astuce pour terminer : décomposez votre tâche en de mini-étapes, et commencez chacune d’entre elles en les rendant si faciles que vous ne pouvez *pas* ne pas les finir. Et continuez comme cela et répétez cet exercice jusqu’à ce que vous ayez terminé.

C’est aussi simple que cela. Si vous n’arrivez pas à écrire tout un chapitre pour votre livre ou pour votre rapport, il vous suffit de rédiger un paragraphe ou deux. Faites un petit tour quand ça ne va pas et revenez rédiger un paragraphe de plus ou deux. Continuez de cette façon jusqu’à ce que vous ayez fini.

Puis sortez et proclamez au reste du monde que vous avez terminé. Il n’y a rien de plus génial que ça.

Crédit Photo © lichtmeister – Fotolia.com

Recherches utilisées pour trouver cet article :

bit ly

Tags: , , , , ,

8 commentaires on Comment finir

  1. Manon dit :

    Merci pour cet article très intéressant et plein d’astuces et de sages conseils !
    Il est aussi intéressant de se demander “pourquoi” on ne fini pas nos tâches, même si cela demande un petit travail sur soi. Est-ce parce que nous manquons d’organisation ou de motivation (nous avons ici des tuyaux pour résoudre ce problème), ou est-ce parce que nous avons “besoin” de travailler dans l’urgence, ou encore parce que nous appréhendons l’après (De nouvelles tâches ? Ou au contraire plus rien ? Confronter notre travail achevé aux autres ?…)
    Au plaisir de vous relire !

  2. Laufer dit :

    Comme d’habitude, très instructif!

  3. Armelle Dambreville dit :

    Parfois, le fait de ne pas finir une tâche – importante pour soi au niveau personnel et/ou professionnelle – cache une peur plus profonde : celle de réussir.

  4. Christian dit :

    Bonjour Olivier,

    C’est un peu comme comment démarrer, il faut faire les choses petit à petit. Le tour de France cycliste, se gagne étapes par étapes, et on n’arrive pas en finale de Roland Garros sans avoir fait plusieurs match. Donc effectivement découpons les taches pour les rendre plus facile jusqu’à atteindre l’objectif.
    Je rejoins Manon dans son analyse. Il est important de se demander, pourquoi on ne fini pas les taches ? Et ce n’est pas tout le temps par manque de motivation mais souvent par peur. Mais pour développer, cela mérite un autre article

    Christian

  5. AIME dit :

    Merci pour tous les conseils, j’apprécie de pouvoir finir une tâche et de pouvoir en recommencer une autre, mais l’important c’est de s’y tenir

  6. Bonjour olivier,

    Merci pour cet article très important dans la réussite d’un projet.

    Finir un projet dépend surtout de ce qu’on veut en faire au final et pour cela il faut avoir une VISION de départ. Il est normal qu’après un moment, on se demande ce qu’on fait mais c’est pour cela qu’il faut noter une VISION de départ pour ne jamais s’écarter du chemin qu’on s’est fixé. C’est ce qu’à fait le PDG de chez IBM et on peut dire qu’il savait ce qu’il a fait 🙂 Mais il a peut-être oublié de se remettre en question.

    Vous pouvez avoir une VISION de départ et changer de chemin sans changer votre objectif. par exemple si vous voulez créer un business dans la restauration BIO. Votre objectif est sûrement d’aider les gens à mieux s’alimenter. Imaginons que vous ne vendiez que des sandwich mais que vous ne gagniez pas assez d’argent. Rien ne vous empêche de tester des boissons et d’en faire votre activité principale si ça fonctionne mieux que les sandwichs. Vous avez changer de chemin sans changer de VISION.

    Comme le dit notre ami Tim Ferriss, commencez petit mais voyez grand !

    Ne vous limitez pas et faites les choses intelligemment. Apprenez à les faire avant de commencer surtout !

    Jérémy Goldyn

  7. @udrey dit :

    Il va vraiment falloir que j’imprime cet article et que je le punaise dans toutes les pièces de la maison !!!! Je suis la pro du “je commence tout, je finis rien (ou presque)”, du coup, un tas d’ouvrages en cours, un blog laissé sans article depuis 2 mois alors que 5 ouvrages à présenter sont finis …… bref, des fois, il est bien d’avoir une piqure de rappel pour se forcer à aller au bout des choses …. quant à savoir pourquoi on n’y va pas ….. effectivement, une peur doit se cacher par là …
    Bonne journée

  8. Benoit dit :

    Bonjour Olivier,

    Il est vrai que c’est très logique. La motivation est toujours le maître mot finalement. Mais il est parfois tellement exaltant de commencer quelques chose de nouveau que l’on peut parfois avoir du mal à poursuivre, voire terminer parce que cette exaltation n’est que momentanée. Elle disparait au fur et à mesure qu’on avance vers la fin de la tâche.

    Cela dit, une autre forme d’exaltation peut exister lorsqu’enfin, cette tâche se termine. Surtout si on l’a laissé trainer un certain temps : on est enfin libéré de ce poids.

    Une autre raison de terminer les tâches que l’on n’a pas forcément envie de terminer, c’est justement le fait de ne plus avoir à y penser.

    Personnellement, quand j’ai quelque chose à terminer et que je n’ai pas envie, je repousse, je repousse (je sais, c’est pas bien), mais ça ne me libère pas, parce que j’y pense tout le temps. A chaque fois que je démarre quelque chose d’autre, je me dit qu’il faudrait que je termine d’abord ce qui est en attente, et du coup, je démarre plus difficilement.

    Finalement, terminer ce que l’on commence peut rendre de grands services 🙂

Laisser un commentaire

24 Partages
Tweetez17
Partagez7