PardonNote : cet article est une traduction How to Let Go and Forgive de l’article de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Nous avons tous été blessés par quelqu’un à un moment ou à un autre ─ nous avons été traités durement, notre confiance a été trahie, des cœurs ont été brisés.

Et même si cette douleur est normale, parfois elle persiste trop longtemps. Nous la revivons encore et encore, et avons du mal à lâcher prise.

Cela pose problème. Cela ne nous rend pas seulement malheureux, cela peut aussi peser sur nos relations ou les briser, cela peut nous distraire de notre travail ou de notre famille et d’autres choses importantes, cela peut nous rendre réticent à la découverte de nouvelles choses et de nouvelles personnes. Nous sommes piégés dans un cycle de colère et de peine, et nous passons à côté des beautés possibles de la vie.

Nous devons apprendre à lâcher prise. Nous devons être capables de pardonner, afin de pouvoir avancer et être heureux.

C’est quelque chose que j’ai appris à mes dépens ─ après des années à contenir de la colère envers un être proche, une colère qui provenait de mon enfance et des mes années adolescentes, et j’ai finalement lâché prise sur cette colère (il y a 8 ans à peu près). J’ai pardonné, et ça n’a pas seulement considérablement amélioré ma relation avec cette personne, cela m’a aussi aidé à être plus heureux.

Le pardon change votre vie.

Le pardon ne signifie pas que vous effacez le passé, ou oubliez ce qui s’est passé. Ca ne signifie pas non plus que l’autre personne changera son comportement ─ vous ne pouvez pas contrôler ça. Tout ce que ça signifie c’est que vous laissez aller la colère et la douleur, et que vous avancez vers un meilleur endroit.

Ce n’est pas facile. Mais vous pouvez apprendre à le faire.

Si vous contenez votre douleur, vous la revivez, et vous ne pouvez pas lâcher prise et pardonner, lisez donc certaines choses que j’ai apprises.

1. Engagez-vous à lâcher prise. Vous n’allez pas le faire en une seconde ni même en un jour. Ca peut prendre du temps de surmonter quelque chose. Donc engagez-vous à changer, parce que vous reconnaitrez que cette douleur vous fait souffrir.

2. Pensez aux avantages et aux inconvénients. Quels problèmes vous cause cette douleur ? Est-ce que cela affecte vos relations avec cette personne ? Avec les autres ? Est-ce que cela affecte votre travail ou votre famille ? Est-ce que cela vous fait du mal ? Pensez à tous ces problèmes, et réalisez ce que vous devez change. Puis pensez aux avantages du pardon ─ comment cela vous rendra plus heureux, vous libèrera du passé et de la douleur, améliorera les choses dans vos relations et votre vie en général.

3. Réalisez que vous avez le choix. Vous ne pouvez pas contrôler les actions des autres, et vous ne devriez pas essayer. Mais vous pouvez contrôler non seulement vos actions, mais vos pensées. Vous pouvez arrêter de revivre la douleur, et choisir d’avancer. Vous avez ce pouvoir. Vous avez seulement besoin d’apprendre comment vous exercer.

4. Ayez de l’empathie. Essayez ceci: mettez-vous à la place de cette personne. Essayez de comprendre pourquoi cette personne a fait ce qu’elle a fait. Commencez par présumer que cette personne n’est pas mauvaise, mais a juste fait quelque chose de mal. A quoi a-t-il pu penser, qu’est-ce qui a pu lui arriver dans le passé pour qu’il ait fait ce qu’il a fait ? Qu’a-t-il pu ressentir en le faisant, et qu’a-t-il ressenti après coup ? Comment se sent-il maintenant ? Vous n’êtes pas en train de dire que ce qu’il a fait est bien, mais plutôt que vous essayez de comprendre et d’avoir de l’empathie.

5. Comprenez votre responsabilité. Essayez de deviner comment vous avez pu être partiellement responsable de ce qui s’est passé. Qu’auriez-vous pu faire pour l’empêcher, et comment pouvez-vous l’empêcher d’arriver la prochaine fois ? Ca ne veut pas dire que vous en prenez la faute, ou que vous lui retirez toute responsabilité, mais que vous réalisez que nous ne sommes pas des victimes mais des acteurs dans la vie.

6. Concentrez-vous sur le présent. Maintenant que vous avez réfléchi au passé, réalisez que le passé est passé. Cela n’arrive plus en ce moment, sinon dans votre tête. Et cela pose problème ─ tristesse et stress. Concentrez-vous plutôt sur le moment présent. Qu’est-ce que vous faites en ce moment ? Quelle joie pouvez-vous trouver dans ce qui arrive en ce moment ? Trouvez de la joie dans la vie aujourd’hui, telle qu’elle est, et arrêtez de revivre le passé. Au fait, vous commencerez inévitablement à penser au passé, mais reconnaissez-le simplement, et revenez gentiment au moment présent.

7. Permettez à la paix d’entrer dans votre vie. Quand vous vous concentrez sur le présent, essayez de vous concentrer sur votre respiration. Imaginez que chaque expiration est la douleur et le passé, relâchés de votre corps et de votre esprit. Et imaginez que chaque inspiration est la paix, entrant et vous emplissant. Relâchez la douleur et le passé. Laissez la paix entrer dans votre vie. Et avancez, ne pensez plus au passé, mais à la paix et au présent.

8. Ressentez de la compassion. Enfin, pardonnez à la personne et réalisez qu’en pardonnant, vous vous autorisez à être heureux et à avancer. Ressentez de l’empathie pour les gens et souhaitez-leur du bonheur. Laissez votre amour pour eux, et pour la vie en général, grandir dans votre cœur. Cela peut prendre du temps, mais si vous êtes coincés à ce point, répétez certains des points précédents jusqu’à y parvenir.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

comment pardonner, comment lacher prise, apprendre à pardonner, lâcher prise, comment apprendre a pardonner, apprendre à lacher prise, comment pardonner?, pardonner pour avancer

Tags: , , , ,

20 commentaires on Comment lâcher prise et pardonner

  1. Solip dit :

    Très bel article ! C’est un exercice difficile mais que je dois maîtriser pour aller plus loin dans ma vie d’entrepreneur.
    Sans aucun doute, à présent ce n’est pas évident pour moi de subir un truc douloureux… pourtant, à chaque fois, quand je le regarde avec du recul ou après quelque temps, il y avait toujours une ou des leçons à retirer et je muris. Il faut savoir relativiser. Mais c’est pas toujours facile

  2. Cathy dit :

    Je confirme, bel article ! Des mots pour des maux.
    Mais, quand lâcher prise est atteint et que le pardon ne vient pas ! Avantages, inconvénients, choix, empathie … d’accord mais :
    – comment pardonner l’intolérable ?
    – comment pardonner et pérenniser la paix quand l’Autre persiste à détruire toutes tentatives et ébranle la paix ? Cette paix que vous avez fait votre et qu’il ne peut ou sait tolérer.

  3. zimmer sophie dit :

    Bonjour à Vous qui lisez ces commentaires par rapport aux écrits d’Olivier. Je suis si heureuse de constater l’épidémie de réalités diffusées simplement pour interpeller. Désapprendre est un réel exercice de style et pourtant si tous ces chapitres étaient enseignés tout petit … Lâcher prise … qui en ce moment me fait penser à résistance, volonté, ténacité … et oui, tout cela dans le sens inverse, il suffit de retourner …retour …née 😉 Grand Merci Olivier … je te suis
    Sophie de Toulouse

  4. Christine dit :

    Bonjour Olivier,

    En effet tant que nous vivons dans le passé, nous ne pouvons nous en libérer. Pour moi le remède essentiel et le lâcher-prise et pour lâcher-prise, il faut vivre dans le présent de tout son être.

    Il faut pardonner, car nous sommes tous reliés et en pardonnant on se pardonne soi-même. Car finalement quelque soit l’évènement douloureux que l’on a vécu ou que l’on vit encore, qui provoque notre colère et notre ressentiment, c’est aussi un déclencheur de notre propre culpabilité, même si l’on n’en a pas conscience.

    On envoie de l’énergie négative qui nous affecte également et nuit à tout notre environnement.

    Impossible de reconstruire quelque chose de solide et de sain tant que l’on traîne de tels fardeaux.
    Bien amicalement,
    Christine

  5. Christine Demulier dit :

    Belle réflexion qui permet d'avancer encore plus loin….

  6. Lassia Boutefnouchet dit :

    Bonjour Olivier. Trés bon choix d’article.
    Pardonner et demander pardon, deux choses qui nous procurent des sentiments de sérénité incroyables. Même si c’est difficile de pardonner et encore plus de demander pardon, essayons quand même, ça vaut le coup.

  7. j'en ai bien besoin , surtout en ce moment , je me demande si ce n'est pas la cause de ma fatigue actuelle beaucoup de changements et de perturbations dans ma vie depuis presque 3ans , du fait de l'incendie de notre maison… et maintenant tous remonte en "vrac" et passé cette dure épreuve je pensais que tout irai mieux et me voilà aux prises avec de vieux ressentiments et des pardons impossible à donner, trop de souffrance la dedans il faut que je m'attaque au problème pour retrouver mon équilibre, ma vie sereine , si possible, et ma création en berne depuis trop longtemps.
    c'est très douloureux à vivre et je m'épuise.

  8. bonjour Olivier,

    je dirais même plus, tant que l’espoir existe, il ne faut pas oublier les objectifs donnés à notre relation amoureuse car celle ci a une réelle valeur à ne jamais oublier..et le pardon peut alors être possible…

  9. Nadia Rosier dit :

    je pensais avoir pardonné mentalement, mais je sens encore de la colère physiquement bloqué en moi (mal aux machoires et cervicales) j'arrive pas à m'en débarrasser, je sens bien que cela affecte ma vie et mes relations…. j'ai envie d'aimer mais je n'y arrive pas complètement.

  10. Nadia Rosier dit :

    alors merci pour vos conseil, je vais les pratiquer des aujourd'hui.

  11. Brice dit :

    Bonjour,

    Cet article est vraiment très inspirant.

    Dans mon cas, c’est la méditation qui me permet de mettre en pratique les étapes
    « 3. Réalisez que vous avez le choix. » et
    « 7. Permettez à la paix d’entrer dans votre vie. »

    Mais il faut faire preuve de patience et de persévérance pour lâcher prise car cela prend du temps.

    Merci pour ces conseils.

  12. Colette Avril dit :

    Très bel article, lu avec beaucoup d’intêret. Je suis en plein travail de lâcher-prise et je retrouve la sérénité peu à peu. Cela m’a fait un bien énorme de lire ce texte. Merci .

  13. december dit :

    très intéressant. je connais une prof avocate actuellement à l’IMN de PARIS (C.F) qui s’est à une époque acharnée sur certaines personnes. J’ai fait mon enquête à l’époque car je voulais comprendre ses motifs et ai découvert que cette personne avait eu des échecs (par exemple elle n’a eu son CAPA qu’à 37 ans). Je comprends qu’en fait cette femme a été méchante car elle a essuyé des échecs et elle se vengeait sur nous.

    Alors si vous me lisez madame, sachez que j’ai compris pourquoi vous harceliez certaines personnes.

  14. irma dit :

    comprendre sa responsabilité, je veux bien mais que faites vous de la blessure de cet enfant que la mère n’a jamais aimé? de tous ces regards gênés à chaque fois que sa fille arrivait à croiser son regard?
    cette blessure que l’on soigne sans cesse en remplaçant une mère présent-absente qui a réussi à obtenir la compassion des autres parce qu’elle n’avait pas réussi à aimer son enfant? comment on fait là?

  15. tathia dit :

    Irma et les autres pour qui le pardon est difficile.
    Il est difficile mais pas impossible, c’est ce que je me dis aujourd’hui. J’ai demandé à ma mère de s’excuser, elle ne le peut pas. alors … pardonner sans ses excuses revient, pour moi, à ne pas être en relation de confiance dont j’ai besoin. L’osmose avec ma mère, qu’elle m’entende qu’elle me reconnaisse, je dois en faire le deuil et c’est douloureux. Est ce une utopie d’être reconnue par sa mère? peut être je ne sais pas. Ce que je sais c’est que c’est la seule voie, le pardon pour ma paix intérieure et mon bonheur. Je suis coincée avec ma colère et ma rancœur, avec mes idées arrêtées de demande de reconnaissance de sa part. je comprend pourquoi elle en est là aujourd’hui, ma compréhension est avec la tête et non avec le cœur. La tête comprend mais ne peut accepter, seul le cœur peut réellement pardonner. Je ne sais pas encore comment mais aujourd’hui je veux changer, je veux pardonner, pour moi, pour ma fille.

  16. FADJEU dit :

    merci puisse le Tout-Puissant vous bénir d’avantage. Je suis très contente de votre article. Je suis poète et évangéliste et vous savez qu’un enfant de Dieu doit donner aux autres ce qu’il vit. Après la lecture j’ai compris qu’il faut se mettre à la place de l’autre pour comprendre le pourquoi et pardonner facilement.

    sœur LORFE

  17. Jeannette dit :

    Que des bonnes paroles

Laisser un commentaire

867 Partages
Partagez840
Tweetez27