supermanNote : cet article est une traduction de l’article 7 Powerful Steps to Overcoming Resistance and Actually Getting Stuff Done de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Il y a beaucoup de livres populaires et de systèmes conçus pour nous rendre plus productifs et efficaces, mes favoris étant Getting Things Done – S’organiser pour réussir, les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent et The Now Habit.

Mais accomplir ce que nous voulons faire est à propos d’une chose, et d’une chose seulement : dépasser la résistance qui nous empêche de faire ce que nous avons besoin de faire.

Bien sûr, j’ajouterais plusieurs étapes à cela, pour m’assurer que nous gérons nos tâches correctement :

1. Avoir tous nos projets et nos tâches stockés dans un système externe (et pas dans nos têtes) comme des listes de tâches à effectuer.

2. Choisir les tâches et les projets qui sont les plus importants à accomplir.

3. Dépasser la résistance à faire vraiment ces tâches importantes.

Et j’ajouterais que c’est la dernière étape qui est la plus importante (bien que je n’ignorerais pas les deux autres). Malheureusement, nous ne sommes pas très bons dans le fait de dépasser la résistance, nous procrastinons sur cette troisième étape en jouant avec notre système externe – les outils que nous utilisons pour organiser nos tâches, essayer de trouver des systèmes meilleurs et nouveaux, les améliorer jusqu’à ce qu’ils soient presque parfaits, etc.

C’est la résistance.

Comme Stephen Pressfield l’écrit dans son excellent livre sur le sujet, La guerre de l’Art :

“Il y a un secret que les vrais écrivains connaissent et que les aspirants écrivains ne connaissent pas, et ce secret est celui-ci : ce n’est pas le fait d’écrire qui est difficile. Ce qui est difficile est de s’assoir pour écrire.

Ce qui nous empêche de nous assoir est la résistance.”

La guerre de l’Art parle beaucoup de la résistance, non seulement pour les écrivains et les autres artistes, mais pour tous ceux qui essaient de réaliser leurs rêves ou de devenir ce qu’ils sont. Je le recommande fortement. Ceci, bien sûr, est également un sujet central d’Habitudes Zen : dépasser la résistance pour créer de nouvelles et meilleures habitudes, trouver le bonheur et la simplicité, pour faire ce que vous devez faire et aimez faire.

Je me bats contre la résistance chaque jour, et j’ai pensé que vous pourriez être intéressés par quelques-unes des stratégies que j’utilise pour combattre et vaincre la résistance chaque jour.

1. Devenez conscient. Le problème en général est que nous ne pensons pas à la résistance. Nous ne la comprenons pas ou ne réalisons même pas qu’elle est là la plupart du temps. Nous pensons juste “oh, je ferais mieux de ranger mon bureau… ou d’ordonner mes listes de tâches à faire” ou nous sommes distraits par quelque chose sur le web, ou nous ressentons le besoin impérieux de vérifier nos emails, ou nous allons juste regarder cette émission de télévision, ou n’importe laquelle de la quantité infinie de distractions que nous avons à notre disposition.

Combattez cela en réalisant que vous faites face à la résistance. Dès que vous devenez conscient de cela, vous pouvez la combattre, et la vaincre. Cela peut être difficile de devenir plus conscient, mais la clé est de se focaliser dessus pendant quelques jours. Imprimez les mots “Vaincre la résistance” et placez-les à un endroit visible quand vous travaillez. Cela vous aidera à vous rappeler d’être conscient de la résistance. A chaque fois que vous faites quelque chose qui n’est pas la chose la plus importante que vous pourriez faire maintenant, soyez conscient de ce que vous faites.

2. Devenez un pro. C’est la technique principale que Pressfield met en valeur dans La guerre de l’Art : combattez la résistance en devenant un pro. Le professionnel, au contraire de l’amateur, vient au travail prêt à travailler. Il fait cela pour gagner sa vie (et adore faire ce qu’il fait) et sait que tant qu’il vient au travail et commence à travailler, le reste suivra. Approchez le travail comme un pro, et vous accomplirez ce qui compte.

3. Soyez très clair, et concentrez-vous. Avant de commencer votre journée, soyez très clair sur ce que vous voulez accomplir. Vous ne serez pas capable de terminer 10 projets majeurs, mais peut-être que vous pouvez finir un projet important, ou au moins l’avancer jusqu’à un certain point. Définissez les 3 Plus Importantes Tâches que vous voulez accomplir aujourd’hui. Une fois que vous avez défini ces tâches, vous devez vous concentrer dessus à l’exclusion de tout le reste (du moins pendant votre temps de travail). Faites-les en premier. Concentrez-vous, finissez-les, et ensuite passez aux tâches plus petites que vous avez besoin de terminer aujourd’hui. Si vous vous apercevez que vous vous êtes leurré à faire quelque chose qui n’est pas dans cette courte liste, revenez sur votre tâche importante et reconcentrez-vous.

4. Eliminez les distractions. Ne passez pas trop de temps là-dessus, car éliminer les distractions peut être une distraction en soi. A la place, prenez une minute : fermez votre logiciel d’email et votre logiciel de communication instantanée, et coupez toutes les alertes. Coupez Internet si c’est possible. Fermez tous les programmes excepté ceux dont vous avez besoin pour faire la tâche importante qui vous fait face. Rangez votre bureau rapidement (mettez tout dans un tiroir ou quelque chose de ce genre – vous pourrez le ranger plus tard) et coupez vos téléphones si possible. Mettez des écouteurs et prévenez vos collègues (ou votre famille, si vous êtes à la maison) que vous ne voulez pas être dérangé pendant la prochaine heure (ou la période de temps pendant laquelle vous prévoyez de travailler sur cette tâche). Puis mettez-vous au travail.

5. Ayez une heure définie. Faites de votre première importante tâche un rendez-vous quotidien. Pour moi, c’est écrire. Je commence toujours ma journée en écrivant quelque chose (comme cet article par exemple). Pour vous, cela peut être différent. Ayez une heure pour démarrer, et si possible une heure pour terminer – à vous de voir ce qui fonctionne pour vous, mais le plus important est de planifier une heure de démarrage. Et quand cette heure arrive, vous devez démarrer. Pas d’exception.

6. Cernez votre motivation. Pourquoi faites-vous cela ? Pourquoi c’est cette tâche qui est importante ? Dans quelle direction travaillez-vous ? Et quelle importance attachez-vous à votre objectif final ? Pourquoi est-ce important ? Vous avez besoin de savoir ces choses pour construire votre motivation et dépasser la résistance.

7. Démarrez juste. Au final, toutes les astuces du monde ne feront pas autant de différence que cette simple (et intemporelle) instruction. Asseyez-vous et démarrez. Sentez-vous une résistance à faire cela ? Il n’y a aucune autre manière de la dépasser que de juste démarrer. Lire davantage à propos de la résistance n’aidera pas. Aller sur des forums sur la procrastination n’aidera pas. Travailler sur vos listes de tâches n’aidera pas. Seul le fait de faire aide véritablement. Et la seule manière de faire quelque chose est juste de démarrer.

Donc comment démarrez-vous, quand vous sentez la résistance ? Vous sentez la résistance, et vous démarrez quand-même. Vous ressentez le besoin de faire quelque chose d’autre ? Cessez d’être distrait. Rappelez-vous ce que vous devez faire, et pourquoi. Asseyez-vous. Et démarrez.

Pour moi, cela veut dire ouvrir un document vierge et écrire le titre de ce que je vais écrire. Ensuite je commence à brainstormer et à noter des idées. Cela me fait passer au delà de la résistance initiale. Et une fois que j’ai commencé cela, je peux ensuite atteindre le flow. Mais le plus important est juste de démarrer.

Donc arrêtez de lire ceci. Et démarrez !

Ce qui peut se faire n’importe quand ne sera jamais fait. – Proverbe écossais

Si cet article vous a plu, partagez-le sur Facebook ou Twitter, cela me fera très plaisir 🙂

Crédit photo Greenog

Tags: , , , , , ,

21 commentaires on 7 étapes puissantes pour dépasser la résistance et vraiment réaliser ce que vous voulez

  1. Nana Fafo dit :

    Encore faut-il être capable de faire ce tri ! il y a tellement d’obligations obligatoires qu’on s’oblige soi-même à faire et qui passent “se dit-on” avant ce qui est réellement important. Ces “obligations” meublent et dévorent notre temps et en voilà une bonne excuse pour ne pas trouver le temps de faire ce qui est important… Merci pour ce blog et ces partages

  2. Bonjour Olivier,

    On retrouve en effet pas mal de référence des livres que tu as cité. Mais c’est le propre de l’information. Un nouvel angle permet d’en avoir une nouvelle approche.

    Comme tu le dis, le plus difficile est de démarrer. Et cela à n’importe quel niveau. Que ce soit un projet, une tâche, un évènement, peu importe. vous aurez à vous poser la question : ” bon maintenant, qu’est-ce qui est réellement important pour que je puisse atteindre la deuxième étape de ce que je veux faire ?”. Une fois que vous savez ce que vous voulez faire, vous n’avez plus qu’à le faire, voir le résultat et en fonction de cela, vous diriger vers la troisième étape.

    Pour ma part, je fonctionne avec une méthode simple mais très très efficace. Un papier et un bic. Facile… mais le secret est que faire avec ça ? J’ai justement écris un article sur une journée de travaille normale avec ce système d’organisation : http://www.roadtoentrepreneur......e-efficace

    Merci beaucoup pour cet article qui donne les différents conseils nécessaires à Entreprendre sur la bonne voie.

    Jérémy

  3. Thomas dit :

    Il est vrai que le plus dur est de ce mettre au boulot surtout quand les taches a faire sont peu intéressante mais importante, faire une liste aide beaucoup pour commencer la journée plus facilement, reste qu’il faut de la discipline pour appliquer tous cela.

  4. Christian dit :

    Bonjour Olivier et Léo

    Il s’agit vraiment, en premier lieu de faire la différence entre l’urgent et l’important. Quand on a bien conscience de l’important, alors la planification est plus facile. Comme tu le dis il suffit de commencer. Pour être enthousiaste agissons avec enthousiasme, pour être efficace agissons avec efficacité ! Cela parait une “lapalissade”, mais c’est une grande vérité. Bravo pour cet article qui nous permet de mettre à jour nos priorités et d’avoir une ligne de conduite pour faire les actions importantes pour nous.
    Amicalement
    Christian Dubois

  5. Philippe Schoepen dit :

    Procrastiner, c'est remettre au lendemain ce que quelqu'un d'autre aurait pu faire pour vous aujourd'hui.

  6. Phil dit :

    entre ce qui est important pour moi et urgent pour les autres, j’ai fait mon choix ; pas facile tout de même, on rentre directement dans les domaines de l’empathie et de l’assertivité.

  7. Emilie dit :

    Bonjour Olivier,

    L’essentiel effectivement, c’est de démarrer peu importe comment mais il importe démarrer. Il faut y mettre de la méthodologie c’est-à-dire une étape après l’autre. Et ce n’est que là que nous serons capables de surmonter les obstacles qu’engendrent la procrastination.

  8. André dit :

    Merci Olivier pour ces conseils de premiers ordre . cela servira vraiment à beaucoup de gens.

    Cordialement
    André

  9. Pit Dessin dit :

    Remettre les choses au lendemain, voilà bien quelquechose que je ne fais plus depuis longtemps.
    Il est clair pour moi que le “multitasking” est à éviter absolument pour réaliser ses objectifs à court et moyen terme.

  10. Julien dit :

    Merci pour ces conseils intéressant.

    J’adore la conclusion, démarrez, agissez. Une fois lancé, tout change. 😉

  11. Arielle dit :

    Bonjour Olivier,

    Je pense qu’en effet, le plus important est d’en prendre conscience. J’ai réalisé, il y a quelques jours, que je n’ai jamais dépassé une certaine résistance dans ma vie et j’ai eu une sorte de révélation. Donc, j’étais surprise de lire le titre de cet article aujourd’hui! Merci. Cette résistance, c’est quand j’arrive presque au bout de choses, je ressens, presque au but, une sorte de lassitude, une envie de tout arrêter, d’abandonner.
    Cela m’arrive souvent avec les livres que je lis. je lis les trois quarts puis je me dis, “ok j’ai compris pas besoin d’aller plus loin, j’en ai fait le tour”. Là, j’ai pris conscience de cela, et j’essaye en ce moment même de dépasser une résistance pour quelque chose qui me tenait à coeur et pour laquelle je ressens cette fameuse…lassitude qui me fait peur. Pas évident d’aller jusqu’au bout…de dépasser ce stade…Si tu as un conseil pour moi… il sera le bienvenu 🙂

    Arielle

  12. Maxime dit :

    Je connais bien ce sujet de la procrastination.
    J’ai essayé d’appliquer plusieurs des principes énoncés dans cet article.
    Je faisais quelques temps et puis j’ai repris les anciennes habitudes.
    Et je me suis rendu compte que plus je voulais forcer, “vaincre”, je ne faisais que renforcer ce que je voulais dépasser.
    “Tout ce à quoi on résiste persiste”.
    Grâce à un séminaire transurfing j’ai découvert une autre méthode qui me convient beaucoup plus:
    1- Lâcher l’importance. Plus je vais mettre de l’importance, plus je vais créer des forces d’équilibrage qui vont m’éloigner de là où je veux aller.
    2- Accepter ce qui est et surtout ne pas chercher à vaincre.
    C’est le mental qui résiste (notre cerveau néo-limbique). Donc je fais aujourd’hui en sorte que le mental soit un moteur et non un frein.
    3- Définir clairement son but, vers quoi je veux aller et vérifier que ce but soit en accord avec mon âme (notre cerveau pré-frontal).Lorsque l’esprit et l’âme sont d’accord pour avancer dans la même direction, c’est tout l’univers qui se met en marche pour nous aider à avancer.
    4- Se concentrer sur le processus, donc pour moi la 1ère étape vers mon but et avoir plaisir à le faire
    5- AGIR: l’action tue le stress. Le stress, c’est le signe que l’âme et l’esprit ne sont pas en phase. Plus l’esprit sera mis devant le fait accompli, plus il va finir par lâcher.
    Donc aujourd’hui, je ne travaille que sur un seul but: sortir de ma zone de confort pour aller dans ma zone de progression, traverser ma zone de panique afin d’atteindre le “tout est possible”. Et ancrer cette nouvelle habitude afin que mon mental (ou l’esprit) devienne mon allié, mon serviteur et non un ennemi à combattre.
    Bien cordialement.
    Maxime

  13. Benoit dit :

    Bonjour Olivier,

    De bons conseils dans cet article. Le plus difficile pour moi, je crois que ce n’est pas de définir les priorités, mais de me lancer sur les tâches importantes que je n’ai pas envie de réaliser (parce que même passionné par son métier, il y a toujours des choses que l’on n’a pas envie de faire).

    Quoi qu’il en soit, j’avais deux remarques à propos de ces conseils.

    D’abord dans l’élimination des distraction, on peut fermer sa messagerie. Le problème, c’est que les statistiques démontrent que les gens veulent une réponse à leur mail dans les 2 heures, donc je garde cette messagerie ouverte en permanence. J’ai toujours misé sur la réactivité, donc je ne peux pas faire autrement.

    Seconde chose en ce qui concerne les horaires. Effectivement, se fixer un horaire pour faire quelque chose nous forme un peu à nous y mettre, même contre notre grès. Cependant, en ce qui concerne l’écriture, pour ma part, ça ne fonctionne pas comme ça.

    J’écris beaucoup et lorsque j’ai besoin de rédiger un article par exemple, il me faut l’inspiration, et ça ne se commande pas. Il y a des moments où je ne suis pas dans le bain et je suis incapable d’écrire quelque chose de correct. A d’autres moment (quand j’en ai envie généralement), je suis capable d’écrire non stop pendant 1/2 journée.

    Ce qui fait avancer avant tout, c’est la motivation. Quand je ne suis pas motivé par quelque chose, il y a de fortes chances pour que le résultat ne soit pas très bon. Par contre, si je suis motivé, non seulement le résultat est bon, mais je fais moins d’erreur, en gros, je suis plus performant (à je parle surtout pour la créativité, littéraire et graphique).

    Personnellement, je suis beaucoup plus inspiré le soir (et vraiment bon à rien le matin). Apparemment, tu arrives très bien à écrire le matin ou sur un horaire déterminé. Comment trouve tu l’inspiration ? Ou plutôt comment arrive tu dans ces conditions à un état d’esprit qui permettent à l’inspiration de faire surface ?

  14. Vivien Dovi dit :

    Merci Olivier pour l'article. Je l'ai publié sur mon blog !

  15. xavier dit :

    Bonjour Olivier!

    Merci pour cet article bien inspirant. Et j’ai appliqué ces 7 étapes dans la rédaction de ce commentaire. ces 7 étapes plus….. un élément déclencheur.(c’est ta 7°habitude mais illustré par une image comment dire…irrésistible!

    Lequel?

    Je vais le partager avec tes lecteur…immédiatement!

    Démarrer.. Olivier Leroux a une méthode infaillible (en tout cas pour moi;)
    C’est la méthode du “Carré de Chocolat”

    En quoi consiste-elle?

    Elle part tout simplement d’une observation : Celle de notre comportement
    devant une tablette de chocolat….Pour ceux qui n’aiment pas le chocolt si si!
    il y en as qui n’aiment pas le chocolat….) pour ceux qui n’aiment pas, cela
    peut tout aussi bien être une autre gourmandise, des cacahouètes, des chips,
    des fraises, etc..) mais l’idée marche particulièrement bien avec le chocolat.

    Mettez une tablette de chocolat et prenez en petit morceau, à peine un carré de
    chocolat, mettez le dans la bouche….vous le sentez fondre et exciter vos
    papilles et vous inspirer une sensation de plaisir….et….à peine le carré de
    chocolat a t’il disparu de votre bouche qu’une envie irrésistible vous pousse à
    prendre un second carré puis un troisième puis… la barre complète voir pour
    certain la moitié de la tablette disparait sans qu’ils ne s’en soient rendu compte.

    Si on leur avait proposé d’emblée de manger la moitié de la tablette…ils
    auraient dit : au non pas autant…mais carré par carré “l’effort” n’apparait
    même pas.

    Si maintenant vous avez une tache à faire. Appliquez la technique du “carré de
    chocolat d’olivier Leroux! ne cherchez pas à envisager de tout faire d’un coup.
    Ni même la moitié..

    Commencez juste par ouvrir le livre…lire la première phrase. Ouvrez votre
    bloc activez l’écran de votre Ipad, inscrivez les premiers mots…pour un
    rapport ..Écrivez juste la dernière phrase de la conclusion, etc…Vous serez
    toit étonné de vous observer en train de plonger dans le sujet…sujet que
    vouliez seulement aborder et cela presque sans vous en rendre compte…. C’est
    la magie du “carré de chocolat… Essayez…sur une chose simple…un mail à
    répondre…mettez juste premier mot et attendez de voir l’effet. Un livre.
    Lisez juste la première phrase…ranger votre bureau…décidez juste d’empiler
    les feuilles soigneusement…

    Et décrivez votre propre expérience dans d’autres commentaires ci-dessous pour
    me faire par de vos échecs …ou de vos succès….si vous essayez vraiment je
    suis certain que vos succès seront bien supérieurs en nombre. et que vous
    surprendrez d’y prendre un malin plaisir de recommencer pour des taches de plus
    en plus complexes…. A vous de jouer! Vous ne me croyez pas ? Testez ! Cela
    parait trop simpliste ? Testez et testez maintenant! et revenez commenter.
    Testez de ne commenter votre expérience que d’un seul mot….juste un mot
    …..Pour tester, voir, pour vous observer vous-même, constater par vous même que
    vous n’avez pas cette envie irrésistible de rajouter un deuxième mot . … que
    vous pouvez résister à la tentation d’en mettre un troisième puis une phrase
    entière , un paragraphe…puis un article…voir le début de tout un livre…un livre
    que vous rêvez d’écrire depuis si longtemps 😉 ! Je vous souhaite une bonne
    soirée ….

    Xavier

  16. Benoit dit :

    J’aime bien l’idée du carré de chocolat, mais c’est bien ce que je disais juste au dessus.

    Pour ma part, je suis incapable de diviser les tâches en petits bouts, il faut que je me lance pour un bon moment. Donc quand on me donne une tablette, je sais immédiatement que je ne vais pas manger un ou deux carrés, mais la moitié de la tablette… au moins 🙂

  17. Danielle Meiling dit :

    ‚‘Ce qui peut se faire n’importe quand ne sera jamais fait. – Proverbe ecossais.

  18. Ludovic dit :

    Bonjour Olivier,

    Merci pour cet article. Cela me fait penser à un de mes proverbes préférés (je sais pas d’où je sors cela :)) :

    “La réussite : C’est 1 commercer 2 Finir”.

    Ludovic

Laisser un commentaire