Travailler à son compteNote : cet article est une traduction de l’article The Get-Started-Now Guide to Becoming Self-Employed de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Une des meilleures choses que j’ai jamais faites a été de quitter mon travail et de travailler à mon compte. J’en suis tellement heureux que je le recommande à tout le monde : mes enfants, mes amis, mes sœurs.

Une de mes sœurs a déjà lancé sa propre entreprise de fitness et j’insiste fortement pour que les autres suivent le même chemin.

Et même si devenir son propre patron peut être effrayant et un peu risqué, ce n’est pas aussi difficile que les gens le pensent. Vous devez évidemment être quelqu’un qui aime sa liberté, qui aime pouvoir fixer son propre emploi du temps, et qui aime travailler sur des choses qui le passionnent. Je sais, c’est beaucoup demander.

C’est tout ce que ça implique ? Non, ça demande une tonne de travail acharné, une capacité à apprendre de ses erreurs, et une capacité à essayer.

Jetons brièvement un œil à certaines choses que j’ai apprises, en espérant que cela vous aidera sur le chemin de la liberté.

Premièrement: est-ce que tout le monde peut travailler à son compte ?

Tout le monde ne devrait pas, car certaines personnes aiment simplement travailler là où elles travaillent, elles adorent les gens avec qui elles travaillent, et elles aiment parfaitement ce qu’elles font. Elles ne pourraient pas être plus heureuses en travaillant à leur compte. Et je trouve ça super.

Mais… je pense qu’il est erroné de penser que ceux qui lancent leur propre entreprise ou travaillent à leur compte sont quelque part nés avec un “esprit d’entreprise” que les employés conventionnels n’ont simplement pas. Qu’ils ne sont pas du genre à “prendre des risques”, qu’ils ne savent pas s’auto-motiver, et qu’ils ne savent simplement pas s’auto-gérer.

Je pense que c’est un tas de conneries.

Évidemment, certaines personnes aiment la sécurité du salaire régulier, mais si les récents évènements nous ont bien appris une chose, c’est que ce genre de sécurité est une illusion.

Évidemment, certaines personnes ont peur de lancer leur propre business, parce que ça signifie qu’ils doivent gérer des choses auxquelles ils ne connaissent rien… mais n’est-ce pas ce que nous faisons déjà tous ?

Et je ne pense pas que quiconque aime réellement qu’on lui dise quoi faire, travailler sous les ordres de quelqu’un d’autre, faire les choses que quelqu’un d’autre veut faire. Nous aimons tous la liberté, mais nous laissons cette liberté être sacrifiée sur l’autel de la peur.

C’est cette peur qui nous arrête. Et donc, la question est en fait : est-ce que tout le monde peut surmonter cette peur ?

Je crois que c’est possible. Après, que vous parveniez à surmonter cette peur, et à lancer votre propre entreprise, c’est une autre question ─ ça demande du travail, du temps, et la capacité à accepter l’échec et à en tirer des leçons.

Comment surmonter la peur

Demandez-vous : quelle est la pire chose qui pourrait arriver ?

Pour certains, ça serait de perdre leur prêt immobilier et de faire faillite. Mais cela est arrivé à des millions de personnes ces derniers temps, et ils vont bien. Ils ne peuvent pas avoir de prêt pendant un temps, mais ils sont toujours en vie. Pour d’autres, c’est la peur de se retrouver à la rue ou de ne plus avoir à manger. Demandez-vous alors si vous avez un filet de sécurité : de la famille et des amis qui vous aideraient si vous en arriviez là.

C’est le pire scénario possible. Maintenant demandez-vous : est-ce sur le point d’arriver ? Probablement pas. Si les choses empirent, vous pouvez trouver un travail ailleurs, ou essayer une autre tactique, ou trouver quelque chose afin que les choses n’aillent pas si mal.

Voyez petit

Petit, efficace, dynamique, vif et flexible sont de bons adjectifs. Cela signifie que vous n’avez pas besoin de payer des tas de factures, que vous n’avez pas besoin d’une forte somme de revenus, et que vous pouvez changer dès que vous en avez besoin. Les grandes entreprises ont besoin de faire d’énormes bénéfices, de vendre des millions, et ont une grande inertie à cause de leur structure massive, de leurs milliers de réunions, de la somme de temps investi et de gens qui sont réticents au changement. Les petits n’ont pas ce genre de problèmes.

Ne commencez pas avec beaucoup de dépenses ─ commencez petit, avec aucune ou presque aucune dépense.

Zen Habits est un bon exemple. J’avais 0 € quand j’ai commencé. J’ai commencé avec un hébergeur de blog et un logiciel gratuits. J’avais déjà un ordinateur. J’ai juste commencé à créer. Et j’ai commencé à commercialiser, gratuitement. Il y a des tonnes de façons de faire ça aujourd’hui, avec les médias sociaux et autres plateformes similaires.

Évidemment, tout le monde ne peut pas commencer gratuitement, mais vous pouvez commencer petit.

Vous voulez ouvrir un studio de danse ou de fitness ? Commencez par aller chez vos clients, ou commencez chez vous, ou faites-le dans des écoles et utilisez leur espace. Vous voulez commencer la vente ? Commencez en ligne, avec un hébergeur pas cher et un logiciel web gratuit. Vous voulez être commercial ? Faites-le de chez vous, avec un portable, un ordinateur et une voiture. Vous voulez être paysagiste ? Tout ce dont vous avez besoin pour commencer est d’une tondeuse à gazon.

Il y a beaucoup de façons de commencer sans trop dépenser ─ si votre business nécessite beaucoup d’argent, pensez à échelonner, ou trouvez une autre façon de faire, gratuite.

Commencer sans beaucoup de moyens signifie qu’il est difficile d’échouer et facile de réussir.

Lancez-vous dès maintenant

N’attendez pas la perfection. Trouvez le moyen le plus simple de démarrer, et lancez-vous. Ne vous tracassez pas avec une tripotée de cours onéreux ─ lancez-vous, et apprenez au fur et à mesure. Vous pouvez même commencer gratuitement, vous pourrez donc gagner en expérience et en vous améliorant, vous aurez un bon bouche à oreille.

Commencez sans avoir un bureau, un site web, des cartes de visite, des employés, et tout un tas d’équipement et de logiciels. Évidemment, vous aurez besoin de certaines de ces choses par la suite, mais vous n’en avez pas besoin pour commencer. Enfin, sauf si votre business est un site web ─ là vous aurez besoin d’un site, mais on peut en faire pour pas cher.

Vous aurez une carte de visite plus tard. Vous penserez à votre structure comptable plus tard. Vous pouvez faire les choses au fur et à mesure. Le plus important est simplement de commencer.

Est-ce que ça signifie que vous n’avez pas besoin de prévoir quoi que ce soit ? Eh bien, vous devriez quand même, mais n’en faites pas trop. Vous devriez beaucoup penser à ce pour quoi vous êtes bon, ce que vous avez à offrir, qui sont vos clients potentiels, comment vous allez gagner de l’argent, quels prix vous devriez avoir, comment vous pouvez vous démarquer de ce qui est déjà sur le marché. Mais ne laissez pas ça vous arrêter ─ si vous ne pouvez vous décider pour une chose, lancez-vous simplement et ajustez vos objectifs au fil de l’apprentissage.

Comment quitter votre travail

C’est une question importante, et je n’ai pas de réponse unique pour tout le monde.

Je dirais que pour la plupart des gens, il est préférable de garder votre travail habituel au début, juste pour avoir un salaire pendant que vous lancez votre activité. Travaillez dessus le matin, à votre pause du midi, après le travail, ou même pendant le travail si vous n’êtes pas super occupé ─ ne vous faites simplement pas virer. C’est une bonne façon d’avoir des fonds pour votre entreprise ─ avoir un revenu régulier et lancer l’activité jusqu’à ce que vous soyez prêt à quitter votre travail. Pour moi, ça a pris un peu moins d’un an, mais si je devais le refaire, je pense que je pourrais le faire en beaucoup moins de temps.

Pour d’autres, le fait de quitter leur travail est la meilleure solution, parce que ça leur donne le coup de pied aux fesses dont ils ont besoin pour avancer. C’est plus effrayant de cette façon, mais il n’y a pas de meilleure motivation. C’est le mieux pour les gens qui n’ont pas une grande famille de laquelle s’occuper ─ les célibataires ou les couples sans enfant ─ ou si vous avez une famille, peut-être que vous avez assez d’économies pour pouvoir vivre au moins 2-3 mois en attendant que votre entreprise sorte de terre.

Même si vous quittez votre travail, vous devriez pouvoir faire un peu de freelance ou de missions de consultant pour avoir un peu de revenus dès le départ, pendant que vous lancez votre activité.

Quoi faire

Premièrement, vous devriez choisir quelque chose que vous aimez et sur lequel vous vous y connaissez. Si vous aimez le jardinage, faites quelque chose en rapport avec ça. Si vous aimez écrire, faites ça. Dans l’idéal, vous devriez avoir un peu d’expérience, ou être motivé à passer beaucoup d’heures à l’apprendre dans un premier temps. Si vous êtes déjà bon dans quelque chose, et que vous adorez le faire, vous êtes parti pour bien démarrer.

Ensuite, vous devriez trouver ce que vous avez à offrir, et pourquoi ce sera différent de ce qu’on trouve déjà. Comment allez-vous répondre aux besoins des gens d’une nouvelle façon ? Qui a besoin de vos services ou de vos produits ? Comment allez-vous les atteindre ? Vers quoi se tournent-ils aujourd’hui, que ce soit dans le monde réel ou en ligne ?

Et quelle est le moyen le plus simple pour vous de les toucher et de leur proposer vos produits ou services ? Le plus simple signifie qui demande le moins de travail, le moins d’étapes et de complications, le plus simple pour le consommateur, le moins cher, le moins de moyens pour démarrer.

Et à quelle vitesse pouvez-vous démarrer ? Quel est le strict minimum dont vous avez besoin pour commencer ? Pour beaucoup, c’est se créer un compte et un site web et mettre du contenu. Pour d’autres, c’est appeler les bonnes personnes et les rencontrer avec une offre de services à fournir. Et c’est tout ─ commencez par les bases, et ajoutez le reste plus tard.

Là encore, vous pouvez avoir la carte de visite plus tard. Vous trouver une structure comptable et organisationnelle et tout ça plus tard. Vous pouvez améliorer votre commerce et votre produit plus tard ─ lancez-vous, et vous vous améliorerez.

N’arrêtez jamais d’apprendre, n’arrêtez jamais d’échouer

L’échec n’est pas la fin de votre activité. Ce n’est que le début.

Vous devez vous dire que l’échec ne vous empêchera pas de faire les choses seul. Si votre business ne décolle pas, tirez-en des leçons. Et essayez encore, mais faites le mieux cette fois. Vous pourriez avoir besoin de prendre un emploi temporairement pour subvenir à vos besoins vitaux pendant que vous faites une autre tentative, mais ça ira. Vous faites ce que vous devez faire.

L’échec n’est pas une raison de déprimer, d’arrêter. C’est une opportunité d’apprendre. L’échec est une pierre angulaire de votre succès.

Et si vous y arrivez, n’en faites pas une raison d’être suffisant. Vous devriez toujours apprendre, toujours vous améliorer ─ pas parce que vous n’êtes pas satisfait de ce que vous avez fait, mais parce que si vous arrêtez d’apprendre, vous arrêterez de vous amuser. Il devrait toujours y avoir de nouveaux challenges, de nouvelles choses à explorer, de nouvelles techniques à apprendre, de nouvelles façons de grandir.

Autre chose : n’ayez pas peur de travailler dur. Vous travaillerez plus dur que jamais. Se mettre à son compte ne veut pas dire se la couler douce dans un hamac et boire des Margaritas. Même si vous pouvez le faire si vous le voulez. Ca signifie aimer ce que vous faites, travailler dur pour construire quelque chose dont vous êtes fier, mettre votre cœur et votre âme dans quelque chose plutôt que de le donner à quelqu’un d’autre. Ne vous y trompez pas : vous travaillerez dur, ou vous n’y arriverez pas. Mais vous en aimerez chaque minute.

Devrais-je me lancer malgré l’économie actuelle ?

Oui.

C’est le meilleur moment pour se lancer. C’est une période dans laquelle la sécurité de l’emploi est faible, donc les risques sont en fait plus bas. C’est le moment d’être efficace, ce qui est la meilleure idée pour lancer une activité. C’est le moment pendant lequel les autres abandonnent ─ donc vous aurez plus de marge de manœuvre pour réussir.

Et avec les médias sociaux et les réseaux en plein essor, c’est le moment le plus simple pour démarrer un business, le moment le plus simple pour passer le mot, le moment le plus simple pour distribuer des informations, des produits et des services.

Et même si les grandes entreprises se débattent dans une mauvaise conjoncture, vous êtes petit et vif, ce qui signifie que vous n’avez pas l’inertie de ces géants, vous pouvez vous adapter bien mieux au marché, et vous êtes moins sujet aux problèmes des marchés financiers, des marchés immobiliers, et autres réalités extérieures.

Mais, et si tout le monde se mettait à son compte ?

Est-ce seulement possible ? Je n’en ai aucune idée. Je ne prône pas cela, en fait. Je dis que ça a été génial pour moi, et je le recommande pour ceux qui recherchent la liberté et la possibilité de suivre leurs passions et leurs rêves. Et si c’est votre cas, je ne garantis pas le succès. Je partage simplement ce que j’ai appris.

Mais et si tout le monde travaillait pour son propre compte ? Est-ce que ça serait une chose horrible ? Je peux imaginer un monde de petites entreprises et d’agents autonomes. Je pense que les gens collaboreraient ─ comme je le fais aujourd’hui, avec beaucoup de gens ─ mais ils le feraient en tant que personnes libres, pas en tant qu’employés. Et c’est une différence énorme. Un monde de différence. Parce qu’alors, ils se verraient comme des égaux, et ils collaboreraient parce qu’ils le veulent, parce qu’ils sont passionnés par un projet. Et puis le fait d’essayer de motiver les employés disparait, car les gens sont déjà motivés ─ ils sont passionnés, ils sont libres, ils choisissent de faire le travail.

C’est une utopie, évidemment, et le monde réel aurait toutes sortes de problèmes. Mais il y a déjà toutes sortes de problèmes aujourd’hui, donc il n’y aurait rien de nouveau.

Je ne sais pas si cela pourrait arriver ou si c’est souhaitable. Tout ce que je sais c’est que j’aime ma liberté, et que je suis plus heureux que jamais. Je ne souhaite rien de moins à chacun d’entre vous.

Recherches utilisées pour trouver cet article :

travailler à son compte, comment travailler à son compte, travailler a mon compte, travail a son compte, travailler à son compte que faire, idee pour travailler a son compte, travailler pour son propre compte, comment faire pour travailler à son compte

Tags: , , , , , ,

17 commentaires on Le guide de démarrage rapide pour travailler à son compte

  1. Anonyme dit :

    Bonjour,

    Je rejoins totalement les idées prônées par cet article.

    J’ajouterai qu’il n’a jamais été aussi facile de se lancer avec par exemple un statut d’auto-entrepreneur et le web tout en gardant son activité de salarié : c’est un peu le beurre et l’argent du beurre et les risques liés au lancement d’une activité n’ont jamais été aussi faibles.

    Merci,

  2. zimmer sophie dit :

    “S’auto-gérer” … je ressens Olivier, cette phrase que j’aime écrire “au taux gérer” … hi hi hi est le résumé, pour moi, de ce que tu fais, en plein liberté, amour du travail, de réalisation en partageant tes expériences qui de toutes les façons sont positives … et j’aime cela
    Grand Merci,
    Je continue à chercher mes starting blocs 😉
    A suivre …
    Sophie de Toulouse

  3. sylvie5a dit :

    C’est un choix que l’on doit faire en famille, et soutenu par l’entourage. Ce choix que j’ai fait il y une dizaine d’année a fait exploser mon couple alors que je m’éclatais dans cette nouvelle activité et que j’avais vraiment “ramé” pour y accéder en élevant une famille nombreuse.
    Je suis retournée au salariat qui me va mieux pour l’instant!
    (Reste à trouver des patrons aussi motivés que leurs employés!!)

  4. Marie Da Cruz dit :

    A 48 ans révolus, j’ai tout quitté pour m’occuper enfin de moi, après m’être occupée de tous avant… J’ai repris des études supérieures à Paris, décroché certains diplômes et me voici Auteur, Rédacteur, Editeur à mon compte. Mes eBooks se vendent plutôt bien sur amazon.fr et je n’ai aucun regret à avoir changé de vie !
    Cet immense sentiment de liberté, d’accomplissement et de sérénité n’a pas de prix… Faire enfin ce que l’on aime parce qu’on aime le faire ! Wouah…
    Je tiens également à remercier Monsieur Christian Godefroy, guide et mentor qui m’a initiée à toujours aller plus loin, à Oser ! Son décès récent me peine beaucoup et il va manquer à beaucoup d’entre-nous…
    Alors pour être heureux dans votre vie, osez ! Osez ! Osez !
    http://mariedacruz.overblog.com

  5. amina dit :

    Bonjour

    J’ai lu votre article et c’est bien ce que je souhaite faire .
    Je voudrai lancer un service de e-secretariat depuis mon domicile, le souci est que je ne sais pas comment commencer.
    Je sais pertinemment que c’est un service maintenant courant sur le web, mais rien ne m’empêche d’en faire autant.
    Mon souci c’est de ne pas savoir commencer, ne serait-ce qu’une idée d’ébauche pour cela. Pourriez-vous me conseiller si ma demande ne vous paraît pas compliquer. Merciiiiii

  6. Rachid dit :

    Bonjour,
    c’est trés bien de de naitre un projet pesonnel et de ne dépendre de personne mais parfois c’est le manque des moyens materiels qui entrave le projet.
    en plus qu’on a pas d’idée trés clair sur le petit projet c’est difficile de changer la casse.
    merci

  7. Karen dit :

    J’ai démissionné de l’éducation nationale cette année pour me lancer dans ma passion : le développement personnel et le bien-être de la personne, et je m’éclate ! Cet article, c’est moi à 200% et c’est que du bonheur ! Alors vous aussi, FONCEZ !
    Karen
    karenzen.canalblog.com

  8. Brice dit :

    Voilà un très bel article qui donne du courage….

    En fait, la peur se trouve partout !

    Merci.

  9. Nana fafo dit :

    c’est grâce à vous que j’ai eu le courage de quitter mon job alimentaire,il a fallu 2 ans pour trouver des solutions afin de solder les crédits immobiliers, mettre de l’argent de côté, là je profite de la fin d’année pour me vider la tête, construire mes supports de communication et en janvier j’attaque le démarchage. Juste se lancer, oui, mais avec une pause entre 2 (pour ma part, car j’en avais besoin) Sinon je suis entièrement d’accord, sur le fait de se lancer et de s’adapter au fur et à mesure, se dire qu’il faut tout prévoir au départ ne sert à rien, car les choses ne se déroulent jamais comme prévu, alors allez-y, il sera toujours temps pour les formalités, et oui oui oui “commencez petit”, c’est du vécu par rapport à l’entreprise de mon mari, se mettre en société a été une énorme erreur qui nous a coûté beaucoup d’argent, si il avait commencé en micro entreprise cela aurait été suffisant et avec peu de frais ! Il faut aussi savoir que le système comptable des “sociétés” pousse à augmenter son chiffre pour réussir, c’est complètement débile ! si ce que vous gagnez vous suffit pour vivre, pourquoi toujours vouloir gagner plus ? parce que sinon votre société sera estampillée comme pas “rentable”, est-ce que ça fait de vous un mauvais professionnel ? non juste quelqu’un qui ne coure pas après la croissance ! C’est pour cela que commencer petit vous permettra de ne pas entrer dans ce système, l’autoentrepreneur ou la micro entreprise ne suivent pas ce genre de règles. Bon courage à tous !

  10. Bonjour,

    Excellent article !
    Tous les propos tenus par Leo me rappelle la stratégie lean startup : le tout est de d’abord comprendre le problème, le besoin profond de vos clients. Inutile d’aller chez le client avec un produit ou un service fini. Proposez lui une ébauche et lorsque vous aurez reçu un grand nombre de feedbacks, vous pourrez développer votre solution (produit ou service).

    Comme dirais l’autre, commencez petit mais commencez ! 😉

    Jérémy Goldyn

  11. Matt dit :

    “Ne vous tracassez pas avec une tripotée de cours onéreux ─ lancez-vous, et apprenez au fur et à mesure” : dis-moi, ce n’est pas très bon pour tes affaires, ça, Olivier ! 😉 😉 😉

  12. Philippe dit :

    bonjour

    super article , et oui il faut se jeter à l’eau. C’est vrai qu’en France, le régime d’auto entrepreneur permet de passer la première année en douceur. Il faut en profiter car il ne va pas forcément durer …
    bonne chance à tous

    Phil de Plume-Active

  13. Philip dit :

    Bonjour,
    Je suis entièrement d’accord avec vous, aujourd’hui il est, je pense plus facile de se lancer, mais sous certaines conditions.
    Auto entrepreneur, c’est facile, rapide et on se radier sans trop de difficultés administratives.
    Dans l’activité du net(vendre des produits et services), il faut être constant, persévérant et patient.Le plus important c’est de démarrer.Alors allez-y, foncez, vous avez tout à gagner et rien à perdre.
    Philip Apprenti Entrepreneur.

    J’ai posté un billet la-dessus.
    http://www.apprenti-entreprene.....-internet/

  14. Nathalie dit :

    Bonjour,
    Cet article redonne du pep’s lorsque l’on est en plein doute… Quitter mon boulot, c’est fait, l’idée, je l’ai. Encore un peu de temps, éradiquer cette peur et se lancer…

    Nathalie

  15. Mauroy Alexandre dit :

    Merci pour cet article, ça me met de meilleure humeur tout à coup.

  16. Najim dit :

    Bonjour , au moins vous êtes honnête quand vous dite que vous ne savait pas si tout le monde réussira C’est bien de préciser que vous donner votre parcourt.

  17. Marilyne dit :

    Juste merci pour cet article. Je suis toujours dans l’hypercontrôle (j’ai pas mal avancé dans mon projet jusqu’à présent… trop même) et je n’ose pas sauter du nid.
    C’était ce que j’avais besoin pour me rassurer et me lancer ! Go !
    Et encore merci !

Laisser un commentaire