Voyage au JaponNote : cet article est une traduction de l’article Why You (Almost) Never See a Fat Japanese (or, How I Lost 5 lbs. in Tokyo) de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Une des choses qui m’a le plus frappé lors que mon voyage au Japon, c’est à quel point les gens était minces. Je répétais à ma famille, « Il n’y a pas de Japonais gros ! ».

Ce n’est pas entièrement vrai, évidemment. Mis à part les lutteurs sumo, il y a des Japonais qui sont gros ─ mais pendant mon voyage de deux semaines à Tokyo du moins, ils se sont faits très rares.

Sérieusement : en Amérique (en incluant mon domicile à Guam), vous pouvez vous balader et la moitié des gens, sinon plus, que vous croiserez sera au moins en léger surpoids. Beaucoup sont carrément obèses. Mais au Japon, tout le monde est mince apparemment. Je pouvais me balader une journée entière sans voir une personne grosse, sauf si c’était un touriste.

Ce n’est pas une nouvelle révolutionnaire, je sais ─ cela fait longtemps qu’on sait que les Japonais sont un des peuples en meilleure santé au monde, avec un des plus faibles taux d’obésité parmi les pays développés et une des plus longues espérances de vie. Mais en fait quand vous le voyez personnellement, c’est presque choquant.

Pendant mon séjour au Japon, j’ai formulé quelques théories ─ et elles ne seront pas révolutionnaires non plus, mais je pense qu’elles valent la peine qu’on y réfléchisse. Soyez conscient, bien sûr, que je ne suis un expert dans aucun des domaines abordés, et que mes observations sont basées sur un séjour de deux semaines à Tokyo, et donc qu’elles sont très très limitées. Mais voici les raisons pour lesquelles, à mon sens, les Japonais ne sont pas gros :

1. Ils mangent beaucoup de produits de la mer et de légumes. Il est vrai qu’ils mangent de la viande rouge, et parfois des aliments frits. Mais la viande rouge ou la volaille ne semblent pas faire autant partie de leur alimentation de base que les produits de la mer, le riz et les légumes. La viande semble être mangée en plus petite quantité (plutôt en accompagnement qu’en plat principal), ou si elle est mangée en grande quantité, cela n’arrive pas tous les jours. Je généralise, bien sûr, comme tout le reste de cet article, donc il y a des exceptions. Tout le monde au Japon ne mange pas de la même façon.

2. Ils mangent des portions plus petites. C’est assez frappant, en fait. Tandis que dans les restaurants en Amérique (et à Guam) la nourriture est empilée en grosses portions, ou en taille XXL dans les fast-foods, dans les restaurants au Japon les portions sont… raisonnables. Pas petites, mais assurément pas grosses. Vous pouvez avoir un bol plein de soupe avec des nouilles et des fruits de mer (ou de la viande), mais si vous prenez simplement la partie solide, ce n’est pas énorme. Ou vous pouvez prendre des produits de la mer avec du riz et des légumes marinés et de la soupe miso ─ mais en petites portions pour chacun de ces plats. Le fait que les portions soient plus petites est probablement plus important que le type de nourriture en lui-même, à mon avis.

3. Ils se déplacent à pied et à vélo bien plus que nous. C’était assez frappant également. Il semble que tout le monde utilise les stations de métro et marche, tous les jours. Leurs enfants marchent une bonne partie de leur chemin pour l’école, plutôt que d’être déposés par les parents. Et BEAUCOUP de gens font du vélo, partout. Pas vraiment le genre de vélo que vous prenez pour faire du sport ou vous entraîner à la course, mais un vélo de tous les jours, du genre de ceux avec lesquels on peut faire le tour de la ville avec des casiers pour le sac et une ou deux courses. C’est un énorme contraste avec nous autres Américains (et nous autres Français, ndlr), qui allons partout en voiture, même au supermarché du coin de la rue. (C’est encore une généralisation, bien sûr ─ vous mes fidèles lecteurs êtes les exceptions.)

C’est cette combinaison de marche, de vélo, de plus petites portions de nourriture, et de produits de la mer et légumes, qui fait que les Japonais sont en général en bien meilleure santé. Un seul de ces changements serait un grand pas en avant pour la plupart d’entre nous.

Comment j’ai perdu 2,5 kg pendant mes vacances d’été

En seulement deux semaines à Tokyo, sans régime ou jeûne, j’ai perdu 2,5 kg et j’ai minci.

Je n’ai pas encore atteint mon objectif de challenge ‘Leo contre la surcharge pondérale’ mais je m’en approche ─ je pèse 8,5 kg de moins que quand j’ai commencé mon challenge, à vrai dire. Mais la perte de poids la plus rapide pendant ce challenge a été pendant ces deux semaines.

Et le truc, c’est que je n’essayais pas de perdre du poids !

Voici comment j’ai fait :

1. J’ai marché. Pendant des heures. Tous les jours. Ma famille et moi avons marché à travers tout Tokyo pendant deux semaines ─ c’est-à-dire moi, Eva et les six enfants, dont un qui se promenait en poussette. Nous avons marché entre 15 et 20 minutes chaque matin pour aller à la station de métro, puis nous avons monté et descendu les escaliers dans le métro (en changeant souvent une ou deux fois de rame), puis nous marchions pendant des heures et des heures en explorant une nouvelle partie de Tokyo. Puis nous refaisions le voyage en métro et rentrions à la maison, vidés. Nous avons parfois marché 10 ou 12 heures par jour. Évidemment, nous nous reposions au milieu de nos balades ─ nous nous arrêtions pour profiter d’un parc ou prendre un repas ou un casse-croûte, ou pour bouquiner dans une librairie ─ mais la plupart du temps, nous marchions. Sur de grandes distances. En baladant souvent un petit de 3 ans, une poussette, ou un sac ou deux. En montant et descendant tout un tas d’escaliers et de côtes. C’est une somme d’exercice assez considérable, et à la fin de ces deux semaines, ma famille et moi étions en grand forme question marche.

2. J’ai mangé en moyenne quantité. Je n’avais pas de type précis de repas à suivre, comme j’ai pu le faire plus tôt dans mon challenge, pas plus que je n’ai jeûné, comme j’ai commencé à la faire juste avant mon voyage à Tokyo. Je pense que ces deux méthodes marchent bien. Mais j’ai décidé de faire une pause avec ces méthodes pendant mes vacances, et je ne me souciais pas de ce que je mangeais ni de quand je mangeais. Mon seul souci était simplement de manger de façon à ne plus avoir faim ─ et ne jamais m’empiffrer. J’ai pris des desserts, j’ai mangé des frites (une fois), j’ai mangé du riz blanc (j’en mange habituellement du brun). J’ai continué à manger relativement équilibré la plupart du temps, étant donné que j’aime beaucoup les fruits et les légumes et que les aliments frits me font un peu mal au ventre, mais je n’ai pas fait attention à ce que je mangeais. J’ai simplement mangé en portions modérées.

Ce sont simplement mes deux règles de base pour mincir, mais dans la version “touriste à Tokyo”, et ça marche. Je n’avais pas besoin de me soucier vraiment de ce que je mangeais parce que je brûlais une tonne de calories chaque jour.

J’espère continuer la marche, maintenant que je suis de retour à Guam. Comme je l’ai écrit auparavant, je marche davantage maintenant que j’ai déménagé vers un lieu plus central dans Guam. Je peux marcher à mes réunions, aux restaurants, pour voir ma sœur, à la plage ou au terrain de jeu. Je vais accentuer ça un peu. Il est impossible de marcher autant que je le faisais à Tokyo ─ j’ai une vie après tout. Mais j’espère marcher chaque jour.

Et pas seulement pour faire de l’exercice ─ c’est important de marcher avec un objectif. Même si beaucoup d’entre nous vont marcher entre 30 et 45 minutes, pour faire de l’exercice, je trouve qu’il est préférable de marcher pour aller quelque part, pour faire quelque chose. Par exemple, quand j’ai marché toute la journée dans le Disneyland de Tokyo (ce qui est obligatoire quand vous avez autant d’enfants que moi), nous ne pensions pas à marcher ─ nous essayions d’aller aux attractions ! Et ça a été une journée amusante (et fatigante). A Guam, j’espère marcher pour aller faire mon travail, marcher avec mes enfants à la plage ou au parc, faire des randonnées, marchez à des rendez-vous avec ma femme au restaurant ou au cinéma, marcher pour me balader, et plus encore.

J’encourage tout le monde à envisager de faire de même ─ vous serez impressionnés de voir à quel point ça peut faire du bien.

Recherches utilisées pour trouver cet article :

pourquoi les japonais sont minces, pourquoi les asiatiques sont minces, pourquoi les chinois sont minces, pourquoi les japonaises sont minces, manger japonais tous les jours, pourquoi les japonais sont mince, comment mangent les japonais, japonais maigre

Tags: , , , , ,

8 commentaires on Pourquoi vous ne verrez (presque) jamais de Japonais gros (ou comment j’ai perdu 2,5 kg à Tokyo)

  1. daniel dit :

    Hi Leo,
    Sorry for my english. I like to read your post each time you write one. You have a very good observation and your conclusions are simple but clever. It is always a fresh moment and I applied many of your advises.
    I totally agree this post saying that walking or at least moving a lot, not to play sport but for usefull applications is a good way to loose weight or to maintain it. In France we talk more and more about “loosing weight without following any diet” as the cleverest way to do. Personally I am not fat at all but I am on my bicycle for every moving I have to do in the town (I live in Bangkok). And I eat quite a lot. Even chocolate. That makes me say that bicycle is quite an expensive way to move cause chocolate I eat is pretty much more expensive than fuel !!! I just wanted to say one thing about sea food : we always say it is a very good food and this way to think has been spread out all arround the world those past 30 years, and in just 30 years we have emptied the sea from 80 percent and even more of its life. And in this action, japanese people are one of the peoples who took the most active part in this race. And they have been against the whole world, against many of international fishing laws despite the endangered species list.
    I just wanted to single it out because we do need to stop eating so much sea food. It is not sustainable.
    Thanks for all your post Leo
    Daniel

  2. chahine dit :

    Bravo très bon article j’espère qu’un jour tout le monde fera comme les japonais et arrêté de bouffer et de marcher marcher par ce que sa mérite

  3. Edwige dit :

    C’est la clé: des portions plus petites et du sport!! Un vrai équilibre de vie.

  4. Christine dit :

    Bonjour olivier,

    En effet on sait que la façon de s’alimenter des japonais est recommandée pour nous occidentaux. Pas d’obésité, moins de cancers et autres maladies dégénératives qui fleurissent dans nos pays!

    C’est d’ailleurs dans une petite île au japon Okinawa, que des centenaires vivent longtemps en très bonne santé. 80% de cancer et de maladies cardiaques de moins que dans les pays occidentaux, très peu de cholestérol et de diabète, pas de surpoids…

    C’est mangé moins oui et surtout mangé mieux !

    Ce qui me fâche d’ailleurs c’est qu’on essaye d’y transférer nos mauvaises habitudes alimentaires pour faire du business.

    Il commence à être de bon goût de manger de la viande pour les citadins japonais, et des chaînes de restaurants s’installent pour les y inciter.

    Bien amicalement,
    Christine

  5. AnnaIvanka dit :

    Il ne faut pas être paresseux quand s’agite de notre propre santé. Une belle balade, ça fait du bien sur nos émotions aussi…

    Cordialement

    AnnaIvanka & ZEN Massage-Bien-être

  6. marianna dit :

    Je suis mince et c’est vrai que je marche beaucoup, je mange en petite quantité,je suis aussi gourmande mais quand j’ai exagéré mon corps c’est refuser après.

  7. Juniper dit :

    j’ai juste lu le titre et c’est du mensonge … je suis allé à Tokyo pendant 3 semaines et j’en ai vu des gros … un pote de mon frère (qui a vécu 10 ans là-bas) était bien enrobé d’ailleurs…

  8. Nono dit :

    Très belle article! Mais il y a une chose qui ma surprise, cet article: http://jemangejemincis.fr/asie-et-minceur/ ressemble beaucoup au votre surtout au début lors des mentions des produits de la mer..

Laisser un commentaire