/* CSS added by WP Meta and Date Remover*/.entry-meta {display:none !important;}.home .entry-meta { display: none; }.entry-footer {display:none !important;}.home .entry-footer { display: none; }

Note : cet article est une traduction de l’article Kill Your To-Do List de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

To-do listBeaucoup de gens qui liront cela possèderont certainement un programme d’organisation des choses à faire, ou une liste sur papier ou en format texte, listant non seulement les projets et les tâches mais séparant les listes concernant le travail, la maison et peut-être même une demi-douzaine de contextes différents.

Ceux qui n’ont pas de liste de choses à faire, de to-do list, sentent probablement qu’ils le devraient, parce qu’ils sont submergés et qu’ils se sentent débordés.

Je suis là pour vous donner un conseil : détruisez votre to-do list.

Cela aspire votre temps, et siphonne votre motivation. Ceux qui ont des to-do lists les remanient souvent continuellement, et s’ils ne le font pas elles sombrent dans l’inutilité et deviennent poussiéreuses et obsolètes, tandis que la personne qui a pris du retard dans la mise-à-jour de sa liste se sent constamment coupable. Et ceux qui arrivent à tenir le rythme de ces listes y passent beaucoup de temps, du temps qu’ils pourraient utiliser pour… faire quelque chose d’important.

Et qu’en est-il de ces listes alors ? Elles sont longues, vous n’en voyez jamais la fin, et la moitié du temps les tâches listées ne sont jamais faites. Même si on se sent bien quand on coche les choses qu’on a faites, c’est horrible d’en voir certaines ne jamais être cochées. C’est une inutile perte d’énergie mentale, parce rien de tout cela ne vous mène quelque part.

La seule chose qui compte est ce que vous faites en ce moment.

Donc quel est le meilleur système ?

Le système en un point

Voici ce que je fais, et que je recommande fortement à quiconque veut se libérer de ces to-do list :

1. Je me réveille le matin, et je décide de La Chose qui m’intéresse.

2. Puis je me concentre sur le fait de la faire, mettant tout le reste de côté, éliminant les distractions, et m’investissant dans le moment présent.

Je ne me préoccupe pas de ce qu’il y a d’autre sur ma liste, parce que c’est La seule Chose sur ma liste. Je n’ai rien à cocher, parce qu’en fait je n’ai pas de liste. Je n’ai pas à me soucier des choses qui doivent être faites, parce que je fais la seule chose que j’ai envie de faire ─ si je n’avais pas envie de la faire, ça ne serait La Chose que j’aurais choisi.

S’il m’arrive de terminer cette Chose assez tôt, je peux me détendre le reste de la journée (ma stratégie préférée), ou je peux choisir La Chose suivante que je veux faire.

Mais… mais…

Et les autres choses que tu dois faire ? Tu les oublies ?

Faites une liste des choses possibles à faire, si vous voulez, ou des tâches routinières qui doivent être faites pour une raison ou pour une autre. Je conseillerais de supprimer le plus de choses possibles de cette liste routinière, car elles ne vont faire que créer de la friction qui vous empêchera de faire ce que vous voulez vraiment faire. Si vous devez faire une liste, ne considérez pas cela comme une to-do list, comme des choses que vous devrez cocher. Gardez-la simplement comme un pense-bête, et n’y passez pas de temps pour autre chose que pour y ajouter des choses et peut-être y jeter un œil une fois par jour.

Même cette liste n’est pas nécessaire, mais je suggère cela simplement pour ceux qui craignent de s’en passer. Si vous ne voulez vraiment pas oublier quelque chose, vous pouvez mettre un pense-bête sur votre calendrier. Je suggère d’éviter cela si possible, mais si je devais envoyer des paiements une fois par mois, je mettrais un pense-bête sur mon agenda. Ce n’est pas très compliqué.

Pour les choses importantes, vous êtes en mesure de savoir ce que vous voulez vraiment faire. Si vous écrivez, vous savez ce que vous voulez écrire, généralement. Si vous êtes designer, vous avez déjà une idée de ce sur quoi vous avez envie de travailler. Vous n’avez pas besoin de liste. Vous avez simplement besoin d’oublier cette liste, et de commencer à travailler.

Détruisez votre to-do list, et oubliez toutes les choses que vous devez faire… à l’exception de La Chose qui vous intéresse, tout de suite.

Tags: , , , , ,

13 commentaires on Détruisez votre “To-do list”

  1. Margaux dit :

    Bonjour,

    Merci pour cet article qui, comme d’habitude, apporte beaucoup !
    Je sais que tu as utilisé la méthode GTD Olivier et, comme je l’utilise aussi, je ne suis pas tout à fait d’accord avec tout ce qui est écrit.
    “Votre cerveau n’en a pas” comme dirait David Allen. Autrement dit, nous ne pouvons retenir que 4 choses dans la tête simultanément (avant c’était plus :)). Le reste est caché quelque part et votre cerveau sait que vous avez pris un engagement dessus donc ça mange de l’énergie psychique.
    Je suis tout à fait d’accord que les to-do lists ne sont pas les plus appropriées mais en revanche, je pense qu’il est nécessaire d’avoir un système qui répertorie tous nos engagements, dans lequel on note tout.
    Et je pense que c’est fondamental pour libérer notre mental.
    Les to-do lists ne marchent pas parce que les priorités changent tout le temps et on a jamais le temps de faire tout ce qui est écrit. En plus, ça démotive parce que le plus souvent, ce ne sont pas des actions (prochain pas visible physiquement pour faire avancer quelque chose) qui sont écrites mais des trucs du type “anniversaire maman”.
    Avoir une liste de ces prochaines actions, la parcourir et choisir en conscience ce qui est le plus important, çà ça aide. Pas besoin de réfléchir puisque l’action est claire, concrète et ça permet de travailler même quand je suis fatiguée ou que j’ai peu d’énergie.
    Ensuite, l’auteur parle de faire “la chose qui m’intéresse”. C’est possible dans certains endroits (sans doute) mais pour ceux qui travaillent en entreprise, comme moi, nous devons exécuter la chose la plus importante pour l’entreprise et non ce que nous avons envie de faire 🙂
    Voilà quelques pensées, en peu en vrac.
    En tout cas, merci d’avoir posté l’article !

    Margaux

  2. Gina dit :

    Bonjour et merci pour cet article,
    Il confirme que j’ai eu raison d’avoir supprimé ma to-do-list.
    Maintenant je me lève le matin avec précisément ce que je vais faire dans la journée. Après le reste du temps, je fais en fonction de ce qui est urgent et important à faire.
    Gina

  3. Gérard dit :

    Juste pour appuyer sur les remarques de Margaux:
    1- On n’a pas toujours le choix de faire La Chose qu’on a envie. En particulier, quand on travaille en entreprise, les activités sont dictées par la logique de l’entreprise, pas par les envies.
    2- Si faire des listes qu’on remanie tout le temps est en effet totalement inutile, il est important d’écrire ce qu’on ne doit pas oublier de faire, et il est fondamental de mettre des notes dans son agenda pour ne pas rater les échéances. Par ailleurs, quand on met une note dans son agenda, il faut anticiper le fait que certaines actions prennent du temps, donc mettre le rappel bien avant l’échéance (parfois plusieurs jours avant)
    3- Je trouve que l’article n’insiste pas assez sur la puissance destructrice des distractions (en particulier les e-mail, les SMS et les coups de téléphone). La clé de l’efficacité qui permet de se débarrasser des to-do-list, c’est la concentration. Faire une chose à la fois permet d’en faire beaucoup plus.

    Merci pour ce blog

  4. AIME dit :

    Bonjour,

    J’aime bien cet article mais pour moi “TO DO LIST” c’est quelque
    chose d’important et si je n’en fais pas usage, je suis un peu perdue, donc je préfère cette méthode dont j’évite trop de me disperser, cela ne m’empêche pas de régler les problèmes importants Merci à vous tous pour vos commentaires, ils sont très intéressants
    Bien à vous

  5. xavier dit :

    Bonjour olivier.
    Alors là je ne comprends pas.
    Avoir une bonne to-doliste n’est il pas justement un moyen d’éviter les oublis cruciaux?
    Personnellement en m’inspirant de “l’art d’aller à l’essentiel”
    , je fais une liste hebdomadaire incluant toutes les actions nécessaire pour atteindre mes objectifs de la semaine.
    Et la veille pour le lendemain je me choisi dans cette liste les TLPI que j’accomplirai coute que coute.(3 tâches les plus Importantes) Dès que j’ai abordé ces 3TLPI je considère que ma journée est un succès.S’il me reste du temps je continue les autres taches de ma liste mais sans me mettre de pression puisque mes 3 TLPI sont déjà accomplies. même partiellement.
    Mais peut être que j’ai mal compris le sens de l’article?Serait à prendre au 2° degré?
    Je te souhaite une belle journée.
    Xavier
    Ps : cf “l’art d’aller à l’essentiel”
    Cf http://www.des-livres-pour-cha.....o-babauta/

  6. Matty dit :

    Bonjour Olivier,

    Je respect énormément Léo Babauta et souvent je suis tout à fait d’accord avec ce qu’il écrit mais concernant la TDL, je pense que la gestion du temps ou « time management » est bel et bien une des clés du succès.
    Dans mon cas particulier, je suis devenu avec le temps un pro de la GTD et cela m’apporte énormément car à la fin de la journée je vois comme mes tâches ont été réalisées et la liste vidée. Certes, il faut se concentrer sur le principale tâche à faire, se concentrer et focaliser de manière à ne pas se disperser et ce jusqu’à l’avoir terminée à 100 !
    Définir ses priorités nous permet de savoir quelle est notre valeurs ajoutée, et si ce que nous sommes entrain de réaliser nous permet vraiment d’avancer vers nos objectifs.
    Avant d’utiliser cette méthode ;
    • j’allais d’une tâche à l’autre sans me rendre compte et à la fin de la journée j’avais toujours le malheur de constater que tout était commencé mais rien finalisé.
    • Mes journées étaient presque les mêmes car je n’avançais pas ;
    • Je n’étais pas concentré donc impossible de pondre quoi qui se soit ;
    • Je n’arrivais pas à rendre ce qui était attendu de moi ;
    • Je passais du temps à faire des choses qu’aujourd’hui je délègue.
    • Impossible d’avoir le sourire car je me trouvais vraiment nul !
    Je vous laisse imaginer les frustrations que cela peut entraîner. Oui, c’est presque comparable à du zapping, ou surfer sur la toile !
    Après ma rencontre avec David (Allen) et sa GTD :
    • Je sais à tout moment ce que je dois faire (je suis un peu flexible à la maison et le WE mais pas tout le temps !) ;
    • Je sais quelles sont mes priorités ;
    • Je me concentre dans ce que je fais car le reste n’est plus dans ma tête (Aleluya !)
    • J’ai le sourire car je me trouve efficace (et même beau tellement j’ai gagné en estime de toi (de moi !)
    Alors, je ne sais pas comment cela se passe pour les « freelances », les blogueurs, et tout ceux qui travaillent depuis chez eux mais dans mon cas j’ai besoin de ma « Maggie » (c’est comme cela que j’appelle ma liste tellement elle est magique !)
    Merci pour cet article contradictoire, où j’espère chacun trouvera les « pour » et le « contre » d’utiliser les TDL.

    Thanks Mr Babauta but, for this time only , I will not kill my TDL!

  7. Margaux dit :

    @Matty, merci pour ce témoignage mais David Allen de GTD ne propose pas de TDL, au contraire. J’ai peut-être mal interprété votre message mais il me semble que vous n’avez qu’une liste alors que GTD ne propose pas “une liste figée miracle” et se propose plutôt de choisir en conscience en fonction de 4 critères :
    1) Contexte : ai-je un ordinateur avec moi ? Internet ? Téléphone ? Suis-je dans un train sans wifi ? etc.
    2) Temps : combien de temps j’ai à disposition : 2 minutes ? 1h ? 2h ?
    3) Energie disponible : suis-je fatiguée ? en pleine forme ?
    4) Importance : priorité par rapport à l’organisation dans laquelle je travaille (si on est au travail)
    Ainsi, je n’ai pas “une liste” mais des actions et des projets et, les priorités changeant TOUT LE TEMPS, je suis sûre à chaque fois de sélectionner l’action la plus importante parce que je revois tout le temps toutes les actions en fonction des 4 critères.
    David Allen dit qu’il n’exécute rien tant qu’il n’a pas parcouru toute sa liste d’action (liste restante après avoir passé les 3 premiers critères) et déterminé l’action la plus importante à faire là-maintenant.
    Je serais ravie d’échanger plus avec vous sur le sujet.

    Au plaisir,

    Margaux

  8. Brice dit :

    Bonjour,

    Encore une fois, un véritable rafraîchissement de lire cet article !

    J’ai supprimé moi aussi plusieurs de mes todo-list pour me concentrer sur mes tâches prioritaires. j’utilise une stratégie un peu similaire.

    Sur un projet de 2 ou 3 mois, j’utilise un tableau sur lequel je note les 4 ou 5 grandes étapes, plus précisément les 4 ou 5 grands objectifs.

    Chaque matin quand je me lève, je regarde où j’en suis et je sais automatiquement ce que je dois faire pour avancer.

    C’est merveilleux et très soulageant de travailler de cette manière, ça enlève un poids énorme sur la conscience et cela permet de faire plutôt que de “s’inquiéter de ne pas faire”.

    Merci et à bientôt,

    brice

  9. Matty dit :

    Hello,

    @Margaux : Je vous constante que nous n’avons pas les mêmes méthodes et cela me semble évident : dans une entreprise, en tant que manager ou salarié, nous avons une organisation, des projets, des tâches qui nous obligent à organiser notre temps de travail en fonction des priorités. Le « qu’est-ce que j’ai envie de faire » ou « Suis-je dans l’humeur pour faire ceci » ou Ai-je l’énergie pour faire ceci ou cela » n’ont pas de place. La plupart du temps nous avons une contrainte de délai ou de valeur ajoutée par rapport à l’organisation.
    Tout cela nous oblige à « manger la grenouille » en premier lieu puis à revoir en permanence les autres priorités.
    J’ai constate au même temps que vous avez « une liste » mais que la manière de choisir vos priorités est légèrement différente : alors que vous avez 4 critères, dans mon cas particulier c’est le point n°4 les plus important pour moi et celui avec lequel je suis à l’aise car il me permet d’être plus efficace à tout moment.
    Enfin, merci pour votre commentaire. Votre approche est intéressante et c’est toujours agréable de confronter ses avis avec des personnes ouvertes et intelligentes.

    Bien à vous,

    Matty

  10. Margaux dit :

    @Matty, merci pour votre réponse.
    En effet, nous n’avons pas les mêmes méthodes, ce qui fait la diversité des êtes humains !
    Je pensais que vous utilisiez la méthode GTD (Getting Things Done de David Allen), c’est pour ça que je me suis permise de réagir et de donner quelques explications sur la façon dont ça fonctionne en GTD.
    Je comprend que vous ayez des échéances. Je travaille dans une organisation où l’on fonctionne tous en GTD et Holacracy (nouvelle façon de travailler et de s’organiser) et, de ce fait, nous évitons tant que possible les échéances. Il est donc plus facile de se consacrer à ce qui est à faire, en fonction de la réelle priorité. Il reste toujours des échéances bien sûr, sinon nous n’aurions plus aucun contact avec l’extérieur mais nous les évitons si c’est possible (pour les rdv, c’est difficile de ne pas caler de date dans l’agenda).
    Quand je parle du 3e critère, ce n’est pas “ai-je envie de le faire”. Là-dessus, je suis tout à fait en phase avec vous sur le fait qu’on ne peut pas faire que ce qui nous plait (et même en faisant ce que j’aime, il y a toujours des tâches moins amusantes que d’autres). Je parlais plutôt de l’énergie disponible. Si il est 16h et qu’on est Vendredi, je doute fort que vous soyez à même de mettre de l’énergie dans le grand projet du moment (bien que je ne vous connaisse pas). C’est juste de prendre en compte la réalité, parce qu’elle gagne toujours. Donc la question est : comment, en prenant en compte le fait que je n’ai pas d’énergie, je peux tout de même travailler, être performant (parce que c’est ce que je recherche) et faire la chose la plus importante parmi la liste qu’il me reste après avoir sélectionné via les critères 1, 2 et 3.
    Je vous retourne le compliment concernant l’échange entre personnes ouvertes et intelligentes et espère pouvoir creuser davantage.

    Bien à vous,

    Margaux

    • yogolo dit :

      Margaux,
      ton approche avec la méthode GTD m’intéresse peut-on échanger dessus en aparté ?

  11. Frantz dit :

    J’aime bien les articles de ce Monsieur (Léo Babauta) et son approche minimaliste, mais certains de ses conseils, au prétexte de nous déstresser, semblent faire l’éloge de la paresse intellectuelle, de l’absence de vision, du refus de s’engager, du contentement de peu, et de l’usage restrictif de la pensée critique. Etre “zen”, “cool”, soit. C’est bon pour la santé. Prendre la vie telle qu’elle est, pourquoi pas? Mais se lever le matin et conduire sa journée sur la base de la petite intuition qu’on a eu le matin même sous la douche me paraît grotesque. N’est-ce pas, par rapport au système GTD que j’utilise, une régression?

  12. thierry dit :

    Bonjour, et merci pour tous ces merveilleux et très intéressantes et instructifs article.
    mon premier désaccord avec toi:
    je ne peux pas détruire ma to do list (du travail), car elle comporte plus de 50 choses à faire, et ce constamment).
    Si je la supprimais ce serait dramatique car je n’aurait plus sous les yeux ma to do list avec les 3 paragraphes, urgent, avec délais, en attente retour info, et je serais en stress tous le temps, car je ne saurais plus ou j’en suis…
    quand on est surchargé de travail par son boss, un bon moyen de temporiser et de prendre du recul, c’est d’avoir un to do list bien propre avec les dossiers s’y référant, bien classés. Alors non je ne suis pas d’accord, je ne supprimerai pas mon “organisation” qui me permets d’être ZEN, de PRENDRE DU RECUL, et de m’approcher de LA PLEINE CONSCIENCE, avec modestie bien sûr.

Laisser un commentaire

59 Partages
Partagez43
Tweetez16