Note : cet article est une traduction de l’article It’s Not Too Late to Change Your Habits de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Habitudes enracinéesUne lectrice (légèrement) âgée m’a récemment écrit pour me demander comment changer ses habitudes alors qu’elles sont enracinées par tant et tant d’années de pratique. Elle voulait savoir, « Est-ce trop tard pour changer ? »

Et je peux comprendre ce sentiment. Avoir des mauvaises habitudes pendant des années les enracine profondément, et se sortir de cet enracinement peut sembler impossible, sans espoir.

J’ai été coincé par le passé, et je sentais le poids des mauvaises habitudes que j’avais développées qui m’écrasait, m’enterrait. Je me sentais désœuvré, comme si je n’avais pas de contrôle sur moi-même, et j’étais trop découragé pour même essayer de changer.

Ce découragement en est la cause. Ce n’est pas que changer ses mauvaises habitudes soit impossible. Mais si nous sommes tellement découragés que nous n’essayons pas, nous ne changerons jamais. Essayer et échouer n’a que très peu de conséquences, mais ne jamais commencer du tout est fatal pour tout changement d’habitude.

Et je suis ici pour vous dire que changer  des mauvaises habitudes n’est pas impossible. Peu importe depuis combien de temps vous les faites, peu importe le nombre de décennies.

Cela peut être fait. Par vous. En faisant un simple pas.

Voici comment.

Sachez en commençant que vous n’êtes pas en train d’essayer de bouger une montagne. Vous n’avez pas besoin de changer des années de mauvaises actions. Ces actions sont terminées – elles se sont évaporées, et vous pouvez les oublier. Pardonnez-vous pour ça, puis oubliez-les.

Vous n’avez pas besoin de courir un marathon pour changer une habitude. Vous avez simplement besoin de faire un pas. Et vous pouvez faire ce pas.

Pensez pendant un moment à votre mauvaise habitude. Vous pourriez en avoir une dizaine, mais choisissez-en une facile. Pas celle que vous craignez le plus – celle que vous pensez pouvoir battre à plate couture.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  20 choses que j'aurai aimé savoir quand j'ai commencé à faire ma vie

Faites un pas en arrière et pensez à cette habitude. Quand le faites-vous ? Quels sont les déclencheurs de cette habitude – le stress, la nourriture, la boisson, la socialisation, l’ennui, la tristesse, le réveil, les critiques ? Quel besoin remplit cette habitude pour vous ? Sachez que cela répond à un besoin réel, et que c’est pour ça que vous le faites.

Réalisez quelque chose – un point vraiment crucial : vous devez réaliser que vous n’avez pas besoin de cette habitude pour répondre à ce besoin. Vous n’avez pas besoin de cette habitude. Vous pouvez gérer le stress de façon saine. Vous pouvez vaincre l’ennui. Vous pouvez vous en sortir. Vous n’avez pas besoin de cette habitude, et vous en apprendrez de meilleures avec de l’entraînement.

Vous pourriez vous sentir un peu dépassé à ce moment, mais vous avez fait le plus dur. Maintenant vous avez juste besoin de faire un petit pas de plus.

Engagez-vous à faire chaque jour un tout petit pas, insignifiant mais puissant. Engagez-vous totalement, pas à moitié. Engagez-vous à le mettre sur papier, et à l’afficher sur votre mur. Engagez-vous à en parler à un ami, et à demander de l’aide. Engagez-vous en le mettant sur Facebook, Twitter, Google+, votre blog, un forum que vous fréquentez. Soyez totalement dedans.

Trouvez une habitude de remplacement. Une qui soit plus saine. Une qui réponde à ce besoin. Une qui soit facile. Une que vous puissiez faire après votre déclencheur, à la place de votre ancienne habitude. Une dont vous pourriez profiter et que vous aurez hâte de faire. Si vous avez besoin de relâcher le stress, par exemple, envisagez de marcher, ou de faire des pompes, ou de respirer profondément, ou de vous masser.

Vous êtes maintenant prêt à vous déraciner. Souvenez-vous, ce n’est qu’un tout petit pas.

Notez votre envie de faire cette habitude. Faites une pause. Ne faites pas cette mauvaise habitude. Laissez passer l’envie, puis faites votre nouvelle habitude à la place.

Répétez ; notez l’envie, laissez passer l’envie, ne faites pas la mauvaise habitude, puis faites la nouvelle habitude à la place. Vous pourriez vous planter, mais ce n’est pas grave. Vous deviendrez meilleur avec de la pratique.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Bougez-vous les fesses : 16 moyens de rester motivé quand vous êtes sur la pente descendante

Entraînez-vous aussi longtemps que vous le pouvez, chaque jour. Vous y deviendrez vraiment bon. Ne vous inquiétez pas du temps que cela prendra. Continuez à le faire, une envie après l’autre.

Sachez, pensez, réalisez, engagez-vous, trouvez, notez, répétez, entraînez-vous. Ce sont des étapes faciles qui ne demandent pas beaucoup de travail. Vous pouvez les faire en restant assis ici, en lisant cet article.

Il n’est jamais trop tard. Il n’y a pas d’habitude qui ne puisse être brisée par la pression d’une seule empreinte. Faites cette empreinte en faisant un seul pas, aujourd’hui.

 

Crédits photo : Photobank kiev

Tags: , , , , , ,

9 commentaires on Il n’est pas trop tard pour changer vos habitudes

  1. ERIC dit :

    C’est toujours une démarche difficile de vouloir changer une habitude ! Pour cela, en + des ces précieux conseils, j’essaye de mettre en application deux acros …
    – RFA ; respiration forcée Anti… tabac, stress ou autres; après avoir soufflé à fond, j’inspire profondément et en milieu d’inspiration, je contracte un peu les poings pour accentuer la prise d’air en haut des poumons: cela chasse plutôt bien les envies de nicotine par exemple.
    – AMI : je me dis AMI, action maîtrise instantanée ! En me murmurant cet acro, cela fouette un peu mon orgueil : alors, tu te contrôles ou pas ?
    Et maintenant j’ applique en + le conseil précédent de Léo: une pause pour prendre bien conscience !

  2. Laure dit :

    “Il n’est pas trop tard” ou “il est (toujours) encore temps”? (ça vaut pour la version Anglaise “it is always still time…”). Boutade à part, le titre dans le mail m’a fait réagir : qu’elle est cette habitude que nous avons tous à nous exprimer en négatif alors que le positif sonne tellement plus agréable à l’oreille, au corps et à l’esprit.
    Merci Leo pour vos chroniques et merci Olivier pour vos traductions, souvent inspirantes, toujours agréables à lire 😉

  3. Bonjour, alors là, j’ai l’impression qu’il s’agit de moi dans l’article, non ? Ou je rêve ? lol !

  4. je ne pense pas qu’il y aie des “mauvaises habitudes”, il y a simplement des habitudes que nous avions avant que notre conscience s’éveille un peu!
    en fait, de jour en jour nous allons être amenés à nous libérer de nos anciennes façons de Voir, comme si nous nous dépouillions de vieilles écorces usées devenues inutiles!
    c’est un processus inévitable si nous voulons progresser et grandir!

  5. Bruno dit :

    Bonjour

    Pour ma part, je recherche une motivation pour me permettre de remplacer une mauvaise habitude par une bonne.

    Le pourquoi est fondamental si on veut changer ses habitudes.

    Exemple : Comment prendre l’habitude de prendre un petit déjeuner équilibré ? Qu’est ce qui me motive ? Pourquoi je dois le faire ? Ma santé ? Ma forme ? Mon énergie ? Et dans 10 ans, en prenant un petit déjeuner équilibré tous les matins, comment je serai ?

    De cette façon, j’ai instauré de bonnes habitudes et je suis en pleine forme. Et finalement cette bonnes habitude est devenue une routine et je ne me pose même plus la question aujourd’hui du pourquoi ?

  6. Gina dit :

    OUi comme on dit “il n’est jamais trop tard pour bien faire”.
    On peut changer ses mauvaises habitudes dès qu’on en a la
    volonté. Il faut en prendre conscience d’abord ensuite avoir
    la volonté de le faire.
    Après c’est sûr qu’on ne peut pas changer une habitude du jour au
    lendemain donc il faut y aller petit à petit. Et être persévérant.

  7. Je suis tout à fait d’accord avec toi Olivier.
    Un exemple personnel pour acquérir une nature optimiste :
    – Quand je dis du mal de quelqu’un, je m’oblige à lui trouver deux qualités ;
    – Quand je critique négativement un sujet, je recherche deux faits positifs relatifs à ce sujet ;
    – Quand je rumine une mauvaise pensée sur le déroulement d’une journée, je m’attarde sur deux activités agréables vécues et partagées avec d’autres ;
    – etc.

    Amitiés,
    Francis.

  8. koffi aimé dit :

    je pense qu’il ya des mauvaises habitudes en chacun de nous et pour les changer il faut la grace du tout puissant qui est Jesus Christ. Donc c’est parla prière que l’on peut changer

  9. Francis Vanoosthuyse dit :

    Je suis entièrement d’accord avec toi, Aimé. Je suis moi-même chrétien pratiquant. Je pense qu’effectivement la prière nous unit à Dieu et nous permet de retirer le meilleur de nous-même. Mais quelques techniques pour faciliter notre rayonnement sur les autres ne peuvent pas faire de tort.

    Francis.

Laisser un commentaire

82 Partages
Partagez67
Tweetez15