Note : cet article est une traduction de l’article The Many Reasons We Rely Upon Our Clutter de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

DésordreLe désordre n’est pas un problème facile à résoudre, quel que soit le nombre de fois que je puisse vous dire de vous en débarrasser, que je puisse vous dire que vous n’en avez pas besoin.

Un livre n’est pas seulement un objet avec des mots dessus. Une boîte à bijoux n’est pas seulement un conteneur. Les habits ne sont pas seulement une protection contre les éléments.

Chacun de ces objets inanimés signifie tellement plus pour nous.

Nous y mettons nos émotions. Nous nous attachons à ces objets qui remplissent des besoins en nous.

Ce sont nos béquilles.

Ces béquilles sont pratiques, parce qu’elles nous empêchent de devoir apprendre à gérer les choses difficiles. Nous sommes souvent attachés à ces béquilles depuis l’enfance, et notre culture les a programmées en nous. Si je les pointe du doigt, certains d’entre vous pourriez vous énervez contre moi. C’est ok. La colère est une réponse appropriée – je l’ai moi-même ressentie quand ces problèmes se sont présentés à moi.

Que devons-nous faire quand nous découvrons ces béquilles ? Nous ne pouvons pas simplement les balancer et pensez que nous en avons fini. Nous devons trouver de nouveaux moyens de gérer nos émotions et le monde qui nous entoure. Commençons aujourd’hui.

Les rôles du désordre

Ils ne sont pas tous vrais pour tout le monde, mais je trouve qu’ils sont assez généraux :

1. Sécurité. Quand nous avons beaucoup de choses autour de nous, nous nous sentons plus en sécurité. Quelque part, c’est comme si nous pouvions survivre à un hiver apocalyptique, ou au moins à un tremblement de terre ou une récession économique.

Nouvelle habitude : Apprendre à combattre les peurs avec des informations. Quel est le pire scénario possible ? Que pourriez-vous faire dans ce cas même sans les éléments qui vous entourent ? Avez-vous des gens vers qui vous tourner ? Pouvez-vous apprendre des compétences qui ne nécessitent pas de désordre ? Pourriez-vous vivre sans ? Essayez pendant un moment et voyez ce qui se passe.

2. Image et valeurs personnelles. Les habits, les bijoux, les chaussures et les sacs à main font que les femmes se sentent belles, attirantes, suffisamment femme. Les hommes s’appuient sur leurs habits, gadgets, chapeaux et autres accessoires, outils, armes parfois. Nous nous sentons virils et suffisamment bien. Acheter ces choses – le shopping – est une activité qui nous emplit de plus d’estime personnelle, ou au moins d’écarter un sentiment d’insuffisance.

Nouvelle habitude : Apprenez que vous n’avez pas besoin d’objets extérieurs pour être attirant ou suffisamment bon. Vous êtes déjà parfait. Apprenez à vous aimer tels que vous êtes, sans fioritures. La plupart des gens ne vous jugent pas, et s’ils le font, ils n’ont aucun intérêt pour vous.

3. Souvenirs et attachement au passé. Les albums photo, mémentos, cadeaux d’êtres chers, photos de classe et autres souvenirs d’école, souvenirs de voyage, livres, trophées, plaques, photos encadrées, parfois les vieux habits… ces objets et d’autres conservent les émotions et les souvenirs du passé. Ils représentent des bons moments, peut-être de meilleurs moments, peut-être l’amour de quelqu’un de spécial, une gloire passée, des expériences partagées. Mais c’est vivre dans le passé, et bien que le passé soit important, ce n’est pas votre vie.

Nouvelle habitude : Apprenez à vivre dans le présent. Lâchez prise sur le passé, comme un vieil ami qui vous a rendu visite et est maintenant parti. Vous pouvez toujours revoir ce vieil ami plus tard, mais il n’est pas utile de s’accrocher à lui. Laissez-le vivre sa vie, et vivez la vôtre. Vous n’avez pas besoin que des objets représentent les souvenirs, les bons moments et la gloire, parce que ces objets ne sont pas ces bons moments et cette gloire. Ces objets ne sont pas l’amour qu’ils représentent. Vivez de nouveaux bons moments, aimez de nouveau.

4. Amour. J’en ai déjà parlé ci-dessus, mais il joue en fait un rôle à part entière. Les objets qui ont une valeur émotionnelle – souvent des cadeaux ou quelque chose de similaire – représentent l’amour de la personne qui nous les a donnés. Les boucles d’oreille de la part de votre mari, un cadeau fait maison de votre enfant, un livre de vos parents. Nous y tenons parce que nous les utilisons pour nous sentir aimés.

Nouvelle habitude : Réalisez que les choses ne sont pas l’amour, et que l’amour c’est uniquement les gens. Allez passer du temps avec ces gens, si possible, et pas avec ces objets. Si la personne est partie (peut-être morte), réalisez que l’amour à l’intérieur de vous, pas de l’objet, et que vous n’avez pas besoin de cette béquille pour ressentir cet amour.

5. Possibilités d’amélioration. Les livres de développement personnel présents sur nos étagères et que nous n’avons pas lus, les outils permettant de construire ou de créer quelque chose, l’équipement de sport ou les habits de yoga, les outils de jardinage ou les ustensiles de cuisine, un vieux vélo ou des chaussures de course poussiéreuses… Il y a des tas d’objets que nous n’utilisons pas réellement mais dont nous espérons avoir l’utilité un jour ou l’autre. S’y attacher représente la possibilité, à un certain moment dans le futur, que nous serons meilleurs. Nous nous améliorerons. Nous espérons, et aussi longtemps que nous nous raccrochons à ces objets, cet espoir est toujours vivace.

Nouvelle habitude : Réduisez à néant toute lueur d’espoir en vous-même. Non, je plaisante. Mais je le répète, vivez dans le présent, pas dans le futur. Faites dès maintenant les choses qui vous rendent heureux, et ne gardez pas des objets comme substituts d’un quelconque futur parfait qui n’aura jamais lieu. Si vous n’utilisez pas ces objets, donnez-les à quelqu’un qui en aura l’utilité. Gardez-en peut-être un, et dites-vous que si vous ne l’utilisez pas dans le mois qui vient, il faut vous en débarrasser. Notez-le sur votre calendrier.

6. Confort. Quand nous nous sentons seuls ou déprimés ou stressés ou frustrés, nous nous tournons souvent vers le shopping. Achetez des objets, parce qu’ils ne vous jugeront pas, ils vous feront vous sentir en sécurité comme un ours en peluche ou un gilet pare-balles, ils n’ont pas besoin que vous les courtisiez ou que vous les couviez pour être dans votre vie, simplement d’une carte de crédit. Mais ils ne résoudront aucun de vos problèmes, et en fait ils viendront s’ajouter à vos problèmes de désordre et peut-être même à vos problèmes de dettes.

Nouvelle habitude : Gérez les problèmes. S’ils paraissent difficiles, gérez-les par petites étapes. La solitude signifie que nous avons besoin de nous connecter avec les autres humains, pas avec les objets. La dépression peut être soulagée an parlant avec les gens, en étant actif. Le stress peut être relâché en simplifiant votre vie, en étant actif, en vous reposant. Les problèmes frustrants sont plus facilement réglés en éliminant les choses ou en travaillant sur de meilleures façons de faire les choses.

7. Procrastination. Parfois nous savons que nous n’avons pas besoin des choses mais nous les laissons s’empiler parce que nous ne voulons pas nous en occuper. Le désordre est une procrastination, parce qu’il est plus facile de le laisser s’empiler que de s’en occuper, tout comme il est plus facile d’éviter de gérer les problèmes. Je m’en occuperai plus tard, je n’ai pas le temps pour l’instant. Vous craignez cette pile. Mais repousser ne fera qu’empirer les choses, et le stress du fait de repousser s’accumule en nous, et détériore la qualité de nos vies.

Nouvelle habitude : Prenez-en une partie, et occupez-vous-en. Sentez-vous bien, et prenez-en une autre partie. Vous n’avez pas besoin de gravir une montagne, simplement de faire ce premier pas. Demandez de l’aide à un ami ou un partenaire, et rendez cela amusant et social.

8. Excitation. Faire du camping ou de l’escalade ou du ski ou du surf ou du vélo peut être source d’excitation à l’avenir. Beaucoup d’autres objets pourraient également représenter un amusement futur – des ordinateurs, des habits, des bijoux, des outils, des bagages, et d’autres choses encore. Quelque part, le simple fait d’avoir ces objets dans notre vie signifie que nous pourrions un jour nous amuser davantage.

Nouvelle habitude : Réalisez que vous n’avez pas besoin d’objets pour vous amuser. Vous pouvez vous amuser avec rien. Par vous-même. Ou avec un ami. Avec de nouveaux amis. Dès maintenant, pas dans le futur. Et quand le futur sera là, vous pourrez toujours le faire, sans tout cet équipement.

Le désordre peut jouer de nombreux autres rôles dans notre vie, mais ce sont parmi les plus habituels. Une fois que vous commencez à voir le désordre de cette façon, vous pouvez voir que c’est une béquille. Que vous n’avez pas vraiment besoin de cette béquille, parce que vous êtes suffisamment fort pour apprendre à vivre sans. Et que vous seriez mieux sans.

 

Crédits photo : Oleg Shelomentsev

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

vivre zen

Tags: , , , , , ,

3 commentaires on Les principales raisons pour lesquelles nous sommes attachés à notre désordre

  1. Philippe dit :

    bien observé. Maintenant faut-il supprimer le désordre?

  2. Fabrice Hauhouot dit :

    Bonjour,
    sincèrement je n’aime pas le désordre et je ne trouve aucune satisfaction mais plutôt une remise en question toujours sur moi quand il arrive qu’un endroit sois désordonné chez moi et même dans les dossiers de mon ordinateur. Je cherche des conseils pour amener mon entourage a y participer à cette cause plutôt que de réduire mes heures passées à ranger mes affaires.

  3. Dany dit :

    Merci Olivier pour les articles que vous nous envoyez et en particulier celui-ci. Bien que…chaque article semble m’être directement destiné ! ;o) Je n’ai pas encore lu celui-ci mais je m’empresse de dire que j’aime que les choses soient bien rangées et les espaces dégagés alors que je vis malgré tout dans un désordre permanent, indescriptible et envahissant ! Paradoxal ? Mais surtout décourageant à pleurer ! Je trouverai peut-être une explication dans le texte ci-dessus. Encore merci de l’avoir envoyé !

Laisser un commentaire

86 Partages
Partagez68
Tweetez18