Tout ce que vous pouvez imaginer est réel. – Pablo Picasso

Note : cet article est une traduction de l’article Crazy Talk: The Do-What-You-Love Guide de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

PassionQuand j’ai écrit les premiers mots de ce blog, il y a plus de cinq ans, je n’avais aucune idée que ces quelques frappes de clavier changeraient ma vie.

Je pensais que je ne faisais rien de plus que de réfléchir aux changements qui sont arrivés dans ma vie, de partager un peu ce que j’ai appris avec une poignée d’amis. Je pensais que ce pianotement de touches de clavier se perdraient dans le vide, comme l’avaient fait la plupart de mes pensées avant ça.

Je n’imaginais pas qu’un an plus tard, 26 000 personnes liraient mon blog (et finalement un quart de million d’abonnés), que je serai finalement désendetté, que j’aurais mon premier contrat de publication de livre, et que je remettrais joyeusement ma démission de mon gagne-pain habituel. Tout cela était totalement hors de mon champ de possibilités.

Voilà justement l’incroyable chose que j’ai réalisé : que nous écartons la possibilité d’un grand changement, parce que cela ne semble pas réaliste. Depuis près de vingt ans je me concentrais sur le fait d’aller à l’université, et d’avoir un travail quotidien que j’aimais parfois mais que je redoutais la plupart du temps, parce que c’est ce que nous nous attendons à voir arriver. Lancer ma propre entreprise, poursuivre mes rêves, faire quelque chose que j’aime ? Sornettes.

Et c’est ce que je vais vous écrire aujourd’hui, des sornettes, en espérant que peut-être un d’entre vous étendra son champ de possibilités. C’est possible ; je l’ai fait, tout en travaillant à temps plein, en écrivant en freelance à côté, et en ayant une femme et six enfants. Je l’ai fait, même si je n’ai jamais osé en rêver pendant les trente premières années de ma vie.

Je ne suis pas quelqu’un qui aime donner des conseils de carrière, ou qui aime enseigner comment être entrepreneur en ligne. Donc je ne vais pas faire ça ici. Je vais juste vous dire ceci : c’est possible. Oui, c’est définitivement possible.

Et je vais partager ce que j’ai appris, en petites bribes de bonté, concernant le fait de faire ce que vous aimez.

Si vous ne pensez pas que c’est possible, faites un petit test facile. Vous ne pensez pas pouvoir lancer un blog ? Souscrivez à un compte gratuit WordPress ou Blogger et écrivez un court article. N’en parlez à personne. Écrivez simplement un article. Cela ne coûte rien, n’engage à rien, ne prend quasiment pas de temps. Mais vous apprendrez que vous pouvez faire cette petite chose, et si vous passez ce test, vous saurez alors que votre théorie de l’impossibilité était erronée. Vous pouvez faire ça avec n’importe quelle compétence, au fait, pas simplement avec le fait de blogger.

Augmentez vos tests. Si vous passez le premier test, faites-en un autre petit. Puis un autre. Continuez et voyez votre confiance augmenter. Vos compétences vont augmenter avec votre confiance. C’est incroyablement simple. Recommencez encore et encore aussi longtemps que cela vous plait.

Si vous ne savez pas ce que vous aimez, ne vous inquiétez pas. Il n’y a aucun besoin de le découvrir immédiatement. Essayez quelque chose que quelqu’un d’autre fait, et voyez si vous trouvez cela amusant. La partie vraiment amusante, en passant, arrive quand vous commencez à être bon, donc c’est peut-être mieux de s’y tenir pendant un moment et de profiter de l’apprentissage, puis d’apprécier le fait d’être bon. Si ce premier test ne fonctionne pas, essayez autre chose. Vous n’avez pas besoin de vous engager pour quelque chose à vie. Vous pouvez en faire une dizaine par an si vous voulez, pendant dix ans. Vous trouverez probablement quelque chose d’ici là.

Trouvez l’inspiration. Qui d’autre fait ce que vous aimez faire ? Qui est le plus passionné par ça ? Suivez-les. Apprenez auprès d’eux. Voyez quel chemin ils prennent. Regardez avec attention comment ils s’y prennent, ce qu’ils font de bien. Apprenez auprès des meilleurs.

Demandez le soutien d’un mentor. Parmi les gens qui vous inspirent le plus, trouvez-en certains avec qui essayer d’entrer en contact. S’ils ne vous répondent jamais, essayez avec quelques autres. Voyez si vous pouvez leur payer un repas ou un café. Ne leur parlez de rien à l’avance. Demandez-leur simplement de l’aide, et dites que vous aimeriez qu’ils soient votre mentor d’une façon qui ne leur prendra pas beaucoup de temps. Ne demandez pas beaucoup de leur temps, mais tournez-vous vers eux quand vous avez du mal à prendre des grandes décisions.

Choisissez une passion au hasard. Certaines personnes ont beaucoup de centres d’intérêt et ne savent pas par où commencer. Choisissez-en un ou deux au hasard s’ils se valent tous, et lancez-vous simplement. Ne laissez pas le choix vous paralyser. Lancez-vous, parce qu’au final peu importe que vous ayez commencé par la mauvaise passion ; vous apprendrez quelque chose d’important quoi qu’il arrive. Lisez-en plus à ce sujet.

Devenez bon. Vous devenez bon dans quelque chose avec de la pratique. Permettez à vos amis et à votre famille d’être votre premier public, vos premiers lecteurs, vos premiers clients. Puis attirez-en d’autres sans que cela vous coûte trop cher, ou accroissez lentement votre public. Mais ayez toujours un public ou des clients si possible ; vous vous améliorerez bien plus vite de cette façon, avec des retours et des statistiques. Lisez sur le sujet. Regardez des vidéos. Suivez des cours. Rejoignez un groupe d’apprentissage. Trouvez des gens pour vous accompagner. D’ici peu, vous serez bon.

Aidez les autres. Un des meilleurs moyens de devenir bon dans quelque chose est d’aider les autres  à apprendre. Améliorer la vie de quelqu’un avec votre nouvelle compétence est aussi un excellent moyen de prendre du plaisir dans ce que vous faites, d’aimer ce que vous faites. Aidez autant de gens que vous le pouvez de toutes les façons possibles – cela va payer.

Trouvez votre voix. Finalement, au fur et à mesure que vous maîtriserez votre compétence, vous apprendrez que vous êtes différent des milliers d’autres qui le font. Vous trouverez votre singularité. Elle ne sera pas nécessairement là dès le début parce que vous n’aurez peut-être pas les compétences techniques pour vous exprimer. Mais finalement, trouvez cette voix. Trouvez la chose qui vous rend unique, qui vous aide à sortir du lot. Puis accentuez cela.

Comment pouvez-vous avoir de la valeur ? Que pouvez-vous faire qui ait de la valeur pour les autres ? Parfois c’est en faisant quelque chose dont ils ont vraiment besoin. Parfois c’est en faisant gagner du temps aux gens, ou de l’argent. D’autres fois c’est simplement en rendant leur vie plus simple, plus joyeuse, plus plaisante d’une façon ou d’une autre.

Devenez un expert. Si vous devenez bon dans quelque chose, et aidez les autres, et trouvez votre voix, et commencez à avoir de la valeur… vous deviendrez un expert dans ce que vous faites. Les autres se tourneront vers vous pour avoir des conseils. Aidez-les.

Vendez vos propres produits. Je trouve que le meilleur moyen d’avoir un revenu, et de loin, est de vendre vos propres produits. J’ai testé les publicités et les liens affiliés, et même si je n’ai rien contre ces choses, le truc qui fonctionne le mieux pour moi est de vendre mes propres produits. J’ai déjà prouvé à mon public que je suis quelqu’un d’honnête, de valeur et de digne de confiance, et il y a donc beaucoup plus de chances qu’ils veuillent quelque chose que j’ai créé plutôt que quelque chose que je recommande mais fait par d’autres. Donc créez quelque chose qui a de la valeur et qui aidera les autres, et vendez-le.

Ne soyez pas un pauvre type. Trop de gens en ligne sont tellement préoccupés par le fait d’augmenter leur nombre d’abonnés ou de pages visitées qu’ils font des choses qui sont irrespectueuses envers leurs lecteurs. Vous me demandez de cliquer sur « Page suivante » cinq fois pour pouvoir finir de lire votre article ? Technique de pauvre type. Vous avez un pop-up qui s’affiche pour que je m’abonne avant même de lire l’article que je suis venu lire ? Technique de pauvre type. Vous me hurlez dessus « d’aimer » votre page sur Facebook, alors que je pourrais le décider par moi-même sans qu’on me le demande si l’article était vraiment bon ? Technique de pauvre type. Apprenez à sentir ce qui est respectueux, et ce qui est une technique de pauvre type.

Ne laissez pas les chiffres vous contrôler. Les chiffres sont arbitraires et fondamentalement sans valeur. Combien de lecteurs avez-vous ? Personne ne le sait réellement, et à la fin le nombre de lecteurs n’est pas aussi important que des choses comme : l’importance qu’ils accordent à vos articles, à quel point vous les avez aidé, à quel point ils ont confiance en vous, à quel point ça les passionne ? Le nombre de pages vues n’est pas important, pas plus que les fans Facebook ou les followers Twitter ou le nombre de personnes sur votre liste mail. Au lieu de vous préoccuper des chiffres, immergez-vous dans le travail, faites en sorte d’avoir une valeur incroyable, aidez les gens autant que possible, aimez ce que vous faites. Les chiffres en seront la conséquence.

Ce qui importe c’est de faire et d’aimer. Beaucoup de gens se concentrent sur le fait d’évoluer, ou d’atteindre des objectifs, ou de gagner de l’argent, mais ils oublient ce qui importe. Ce qui importe est d’aimer ce que vous faites. Si vous l’aimez, et que vous le faites, vous avez déjà réussi. Ne vous préoccupez pas tant d’atteindre un certain niveau de réussite – les gens s’en demandent tellement pour atteindre ces choses qu’ils oublient d’aimer ce qu’ils font, et en cours de route ils perdent de vue la raison pour laquelle ils le font dans un premier temps.

Rêvez plus grand. Une fois que vous avez surmonté la peur initiale et commencé à devenir bon dans quelque chose que vous aimez, rêvez plus grand. Le premier niveau est ces petites étapes, mais ne vous arrêtez pas là. Vous pouvez changer des vies. Vous pouvez changer le monde. Et le faire vous changera.

 

Crédits photo : puckillustrations 

Tags: , , , ,

9 commentaires on Sornettes : Le guide pour faire ce que vous aimez

  1. Jean-Yves dit :

    Merci pour le bouquin et le guidage ci dessus.
    Je vais essayer de murir tout ça , je n’en n’ai pas trop besoin mais cela me procure un raffraichissement bien sympa.

    Amitiés
    Jean-Yves

  2. Alexandre dit :

    Pour moi, vous êtes un champion de l’écriture et un superbe dynamiste positif ,je suis content qu’il y ai autant d’affiliés qui vous suivent aujourd’hui ,il reste à tenir et passer le cap difficile … Amicalement : Alexandre.

  3. jocelyne dit :

    Bonjour,
    Envahie de sornette votre article me touche au coeur. “Ce qui importe c’est de faire et d’aimer” je suis tout a fait d’accord avec vous sur ce dernier titre….” mais” je dois combattre encore plein de “mais” pour arriver à réussir sans doute. La lecture de vos articles aura surement un impact sur mon comportement un jour ou l’autre…. merci. Jocelyne

  4. Jo Cohen dit :

    Bonjour Olivier, cet article, issu de l’expérience de Léo, est remarquable à plus d’un titre. Il s’appuie sur le fait que la conscience humaine est illimitée et qu’elle peut tout, y compris apporter un changement radical dans notre vie, un changement auquel nous n’aurions jamais pensé. Mais le changement radical qui se voit n’est pas l’essentiel. C’est le changement intérieur qui en est le fondement qui importe, et c’est ce qu’apporte la pratique de la méditation traitée dans un autre article. Le changement intérieur finit par se refléter à l’extérieur.

    Dans une grande partie des propos de Léo j’ai retrouvé les conseils que tu prodigues dans le cours Blogueur Pro. De son expérience, je retiens surtout sa mise en garde sur l’obsession des chiffres. Je reçois des dizaines de mails par jour promettant de gagner tant de milleirs d’euros en bloguant. Léo rappelle que rien ne doit être fait en dehors du strict respect du lecteur. J’adhère à 200 %! Jo Cohen.

  5. C’est exactement pareil pour le dessin et la peinture, tant qu’on n’essaie pas on ne peut pas progresser.

  6. ERIC dit :

    Waouh! Comme dirait quelqu’un… Quel article!
    J’aime bien car il remet les idées en place. Sainement.
    Et me conforte dans mon “acro” ABC … Avoir Bonne Conscience…
    Je fais ce que je peux, comme je peux, quand je peux, et tant que je peux!
    Ce qui accompagne aussi AAA … Allez Action et on s’Adapte!

  7. AugustinViguier dit :

    Merci, Olivier:ça me redynamise de te lire à travers Léo

  8. J’adhère complètement à la démarche proposée et trouve ses étapes très clairement définies.
    A tel point que dès aujourd’hui je l’ai suggérée à des personnes qui se posent des questions…
    j’ai bien apprécié la phrase:”si vous ne savez pas ce que vous aimez, ne vous inquiétez pas”, que je traduis aussi par:”ne restez pas englué dans vos interrogations projetées sur votre avenir, vivez au présent, accordez-vous le droit d’expérimenter et de zigzaguer autant de fois que nécessaire!”.
    Nous avons tellement tendance à tout vouloir figer, codifier, prévoir, contrôler….tendance inscrite en nous depuis si longtemps, mais aussi dans toute notre société;
    Je suis en accord aussi avec la notion de partage évoquée, de générosité…
    “ce qui est important, c’est de faire et d’aimer”: bien souvent nous ressentons cela au démarrage d’un projet, puis vient souvent une phase durant laquelle nous sommes tellement focalisés sur des obstacles qui nous paraissent difficiles à franchir que nous perdons rapidement de vue cette notion de plaisir et de joie…. soyons vigilants, comme en toute chose!
    merci pour ce bel article!

  9. carouby dit :

    cela m’aide à relativiser, à penser autrement
    a trouver d’autre solutions pour m’en sortir

    merci pour vos articles et votre grandeur de coeur

Laisser un commentaire