SérénitéNote : cet article est un article invité de Pierre Cocheteux du blog Analyse Transactionnelle

La plupart des personnes que je croise dans la vie sont à la recherche du « Bonheur ».

Il est d’après le dictionnaire un état durable de plénitude et de satisfaction, un état agréable et d’équilibre de l’esprit et du corps, d’où seraient absents la souffrance, le stress, l’inquiétude et le trouble. Ce bonheur est proposé dans les journaux et les magazines comme un objectif ou un idéal de vie à atteindre.

Eh bien, j’ai le regret de vous apprendre que le bonheur présenté dans cette définition n’existe pas. Pourquoi ? Simplement parce qu’aucun être humain ne verra jamais la souffrance, le stress, l’inquiétude ou le trouble totalement absents de son existence. Ces manifestations émotionnelles ou corporelles font partie intégrante de la vie et il nous faut donc apprendre à vivre avec elles.

Voilà pourquoi je préfère proposer la sérénité, comme habitude zen à acquérir afin de pouvoir goûter pleinement au plaisir d’être vivant.

Qu’est-ce que la sérénité ? Pour moi, c’est une force intérieure continue et constante, qui me permet d’avancer dans la vie en ayant la conviction que : « quelles que soient les zones de turbulence que je traverserai dans ma vie, j’en sortirai plus fort et plus humain ».

Je souhaite vous proposer dans cet article trois exercices d’Analyse Transactionnelle dont le but est de vous permettre d’être plus à l’écoute de vos émotions afin de devenir plus serein(e), plus zen.

Habitude 1 : Être à l’écoute de vos émotions

L’Analyse Transactionnelle pense que les émotions sont des outils qui nous permettent d’être à l’écoute de nos besoins et donc, de les satisfaire.

Les émotions se situent principalement dans l’État du Moi Enfant. Les Analystes Transactionnels reconnaissent quatre émotions de base : la joie, la peur, la tristesse et la colère. Chacune répond à une situation particulière et permet d’en trouver la solution.

La peur survient lorsque nous sommes en présence d’une situation de danger. Elle a pour fonction de nous protéger et aussi de nous rappeler la précarité de l’existence. Pour l’utiliser correctement, il est nécessaire de se questionner sur la réalité du danger et sur les moyens à mettre en œuvre pour s’en protéger.

La tristesse nous informe d’un manque, manque affectif, relationnel ou de la non-satisfaction d’un besoin ou d’une envie. Il est donc important de l’écouter et de mettre en œuvre les actions nécessaires pour combler le vide.

La colère nous alerte sur une situation dommageable. Lorsque quelque chose ne nous convient pas, lorsque nous sommes agressés ou lorsque nous ne sommes pas respectés, nous sommes fâchés, en colère, mécontents, etc. Cette excellente émotion est l’énergie du changement, c’est grâce à elle que nous allons mettre en place les actions nécessaires pour nous faire respecter, obtenir ce que nous souhaitons et sortir de l’inconfort.

La joie, pour finir, nous informe de la satisfaction de nos besoins. C’est l’émotion du bonheur, ou de la plénitude.

Exercice :

Apprenez à reconnaître vos émotions, à les accepter et à les écouter. Voici un petit schéma pour y parvenir :

Sentiment authentique exprimé (écouté et ressenti) + réaction appropriée

=

Résolution du problème (apaisement du problème)

=> Disparition du sentiment de départ

Habitude 2 : identifier l’émotion authentique

Les émotions parasites sont des émotions habituelles apprises et encouragées dans notre enfance, vécues dans de nombreuses situations de stress, mais qui sont inappropriées comme moyen adulte de résoudre les problèmes.

Exemple : Petit garçon, j’ai grandi dans une famille où l’on pensait que les hommes qui pleurent sont faibles. J’ai donc appris à ne pas écouter l’émotion tristesse et à la remplacer par la colère.

Aujourd’hui, lorsque quelque chose me manque, je suis contrarié (émotion colère). Cependant, l’émotion authentique dans ce type de situation serait d’être triste.

L’émotion parasite colère m’empêche ici d’agir correctement pour résoudre mon problème : quelque chose me manque, je dois donc remplir le vide.

Voici comment cela fonctionne :

Sentiment parasite = réaction inappropriée

(ce n’est pas le sentiment réellement ressenti)

Donc

pas de résolution du problème
et stockage du sentiment inexprimé
(qui augmentera en intensité dans le temps)

Exercice :

Ok, mais je fais comment pour en sortir ?

Il faut clarifier le sentiment ressenti. Pour cela vous pouvez simplement vous poser une question comme : « L’émotion que je ressens actuellement a-t-elle un lien avec la situation que je vis actuellement ? ».

Exemple : si je viens de perdre mon chat et que je suis en colère, il n’y a pas de lien. Je suis donc en présence d’un sentiment parasite et je ne fais rien pour obtenir du soutien.

Vous pouvez pour cela utiliser la liste des émotions de base citées plus haut.

3 – Communiquez avec les autres

Une fois le sentiment authentique repéré et accepté, il faut satisfaire le besoin concerné. Cela passe souvent par une communication avec les autres.

Exemple : j’ai besoin de soutien à la suite de la perte de mon chien. Je peux solliciter ce soutien auprès de mon épouse, de mes amis, etc.

Exercice :

Voici les cinq étapes à suivre pour parvenir à exprimer ce dont vous avez besoin :

1 – Communiquez sur l’émotion ressentie : « je me sens triste… »

2 – Expliquez pourquoi : « …parce que mon chien me manque. »

3 – Exprimez le besoin : j’ai envie d’un câlin, que tu me prennes dans tes bras, que tu me soutiennes, etc.

4 – Négociez avec l’autre pour obtenir au moins en partie ce que vous souhaitez. Pour cela, vous pouvez utiliser la théorie des transactions que vous trouverez ici.

5 – Remerciez l’autre.

En conclusion :

J’ai fait le choix de vous montrer comment vous pouvez utiliser certaines théories de l’Analyse Transactionnelle (gestion des émotions et émotions parasites) dans le but de gagner en plénitude dans votre vie. Il en existe de nombreuses autres.

Ainsi, la pratique régulière de ces trois exercices vous aidera à mieux identifier vos besoins et à prendre l’habitude de faire ce qui est utile pour les satisfaire au mieux.

Ces nouvelles habitudes renforceront chez vous la conviction que vous êtes capable de traverser les zones de turbulences de votre vie en restant en lien avec vous-même. Elles faciliteront vos relations avec les autres et apaiseront vos émotions.

N’hésitez pas à me faire part de vos expériences et de vos difficultés dans un commentaire ci-dessous, même si vous n’avez pas encore mis en pratique ces conseils.

Pierre COCHETEUX

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

serenité, trouver la sérénité, retrouver la sérénité, comment trouver la serenite, comment retrouver la serenité, comment retrouver sa serénité, la sérénité, atteindre la sérénité

Tags: , , , ,

9 commentaires on Trois habitudes pour trouver la sérénité avec l’Analyse Transactionnelle

  1. MP dit :

    ah très bon exemple, j’ai perdu le 24 septembre 2012 au soir, mon amour de chat:pilou, il s’est fait écrasé….vu que je n’ai pas de fréquentation j’ai tout reporté mon amour sur cette petite béte et qui me le rendait si bien. seulement autour de moi tout le monde s’en fou et c’est ca qui est encore plus douloureux, c’est cette impression de ne compter pour personne. d’ailleurs j’arrive a mieux communiquer avec les betes qu’avec les humains en général. Mais il me manque et pour éviter de trop en souffrir je me dis qu’il est pret de moi car un amour comme ca, cela ne peut pas disparaitre!Tout ce qui compte mnt c’est l’argent, de bouffer n’importe quoi n’importe quand, de ne plus enseigner les traditions et ben il est la le résultat : wesh machin, wesh ceci et c’est soit disant la crise pour nous les pauvres petites gens mais en cas de crise et c’est le cas moi je m’achète pas des costards a 3000e ou je pars pas tt les week end en vacances. quel monde de perdition, d’ailleurs je suis perdu et dégoutté. tout ce qui compte mnt c’est facebook star académy, on nous prend vraiment pour des imbéciles!

  2. Augustin-Viguier Janine dit :

    Et quand on est isolé, qu’ on a personne pour communiquer, personne pour partager, comment fait- on?

    • missfujii dit :

      et bien, pour aller vers les autres je te conseille de t’inscrire dans un club, de sport, de travaux manuels, de chant, enfin ce qui te conviens tu y rencontreras des personnes avec les même centres d’intérêt que toi et tu pourras lier des amitiés.Tu dois juste faire le premier pas

    • renardy dit :

      Oui que fait on qd on traverse une horrible période qu’ on est en dépression majeure qu’ l sent qu’ on n existe qu’ au travers d actrices souffrances avec 2 enfants scompletement seule et qu après des annees de médoc ca ne fait que s empirer alors plus de vie et réaliser qu’ on tombe plus bas chaque jour puisqu aucune chance d évoluer sans famille sans amour sans ami plus rien la c est une bouteille d eau à la mer que je lance je sais que je n aurai plus d espoiir a en envoyer une autre mon amour de fille rentre de France jeudi aucun argent pr faire des activités aucune connaissance avec parents enfants et je sens que tt l monde est blazé de moi même les medecins si ne fut ce qu’ une personne pourrait être près de moi car je ne peux plus vivre comme ca a l aide svp 😭

  3. Maryse dit :

    On n’est jamais complètement isolé !
    Il y a toujours du réconfort sur le site d’Olivier Roland !!!
    Bon courage à tous !

  4. Doudou dit :

    C’est vrai que l’homme est un être social , il n’est pas fait pour vivre dans l’isolement et pourtant notre monde devient de plus en plus individualiste , on manque de communication entre nous c’est certainement pour cela qu’il y a autant d’actes de barbarie , de folie ….
    Est ce que l’aigreur et l’amertume viennent aussi de la solitude ? Je pense que chacun doit faire l’effort d’aller vers l’autre , de l’écouter et surtout de le respecter , le monde irait certainement mieux , cela semble simpliste mais les choses les plus simples sont les plus faciles à réaliser si chacun y met du sien …

  5. Nathanaël dit :

    Effectivement l’AT permet de prendre en compte, valoriser et accompagner le changement individuel et collectif. Cet outil est très utile pour repérer les stratégies de réussite ou de non réussite propres à chaque personne et de sortir des situations de blocages relationnels (animation, négociation, formation, …). Dans le monde de l’entreprise, on peut sortir des positionnements de type « je perds / tu gagnes » ou « tu gagnes / je perds ». Je viens de publier un article sur comment sortir de situations de stress en entreprise avec une série d’exemples à l’appui.

  6. thierry dit :

    Bonjour,

    Vous citez quatre émotions fondamentales. J’en identifie une cinquième et non des moindres « l’angoisse ». Ce n’est pas vraiment de la peur car elle peut surgir sans danger, ni de la tristesse car la tristesse en serait plutôt la conséquence (je suis angoissée, cette angoisse existentielle a prise sur ma vie et cela me rend alors triste). Pouvez vous m’expliquer ou ce situe ce sentiment dans votre approche et comment est il traiter.
    Bien à vous.

  7. leila dit :

    Merci beaucoup olivier

Laisser un commentaire

170 Partages
Partagez156
Tweetez14