Note : cet article est une traduction de l’article Finding Your Voice de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Trouver sa voixLes créateurs de toute sorte doivent trouver leur voix.

Nous sommes des musiciens, des designers, des programmeurs, des parents, des bâtisseurs de toutes sortes de choses. Mais nous ne nous exprimons pas réellement, et pour dire la vérité, ce n’est pas le cas tant que nous n’avons pas trouvé notre voix : le ton, le style, la teneur, le degré, la personnalité que nous utilisons pour nous exprimer.

Notre voix est notre essence, exposée aux yeux du monde.

Un lecteur, également collègue écrivain, m’a demandé comment j’avais trouvé ma voix. Et je n’ai pas de réponse simple ─ je ne suis même pas sûr de pouvoir dire que j’ai totalement trouvé ma voix aujourd’hui. C’est une quête qui semble sans fin ─ pas une quête du Graal, pas vraiment, mais un réajustement constant étant donné que l’essence de qui je suis change indéfiniment.

Mais j’ai senti que j’avais trouvé quelque chose qui avait des allures de vérité, même si ce n’en était qu’une approximation au jugé. Je vais partager certaines de mes pensées, mais gardez à l’esprit que les réponses que j’apporte sont loin d’être définitives.

J’apprends toujours, et j’espère que mon apprentissage aidera le vôtre. Ceci est destiné aux écrivains, mais les idées sont les mêmes pour quiconque crée quelque chose.

Écrivez beaucoup. C’est presque tout ce que j’ai besoin de dire, étant donné que rien d’autre ne compte qu’une pratique constante et soutenue de l’écriture. Écrivez des articles de blog et des lettres, des brochures et des diatribes, des lettres à des éditeurs et des critiques de livre, des poèmes d’amour et des histoires courtes, des nouvelles et des manifestes. La masse brute de vos écrits devient la matière première à partir de laquelle ciseler votre voix.

Expérimentez sans gêne. Plagiez les grands, et aussi les bons. Imites-les et faites-les vôtres. Essayez et faites des erreurs.

Apprenez à vous entendre. Ma voix d’écriture est vraiment la voix dans ma tête. Ce n’est pas la façon dont je parle à voix haute, mais celle avec laquelle je me parle, dans la caverne bruyante de mon crâne. J’écoute mon discours intérieur, et c’est une voix que j’essaye de coucher sur le papier.

Faire passer cette voix de votre voix au papier virtuel, c’est ça le défi. Ce n’est pas facile, mais là encore, faites-le souvent, et vous y deviendrez compétent. C’est une redirection de vos synapses, de sorte que vos pensées soient canalisées dans vos doigts et s’expriment en tapant sur le clavier, en octets et en pixels. La plupart des gens ne le font pas assez pour y devenir bons, et ce n’est donc que peu représentatif.

Trouvez ce qui semble vrai. Vous écrirez beaucoup, et une bonne partie sera nulle. Vous avez besoin de cette nullité si vous voulez trouver la nullité. Triez ce qui est nul jusqu’à apprendre à reconnaître la vérité, en ressentant, pas en vous basant sur un critère logique. La vérité ressemble remarquablement à la nullité.

Trouvez la clarté. Bien écrire, comme on dit, c’est penser clairement. Si vos pensées sont confuses, votre écriture le sera. Je recommanderais un travail personnel sur la logique, mais en réalité j’ai trouvé que c’est une question de simplification. Entraînez-vous à supprimer les mots et les idées étrangères jusqu’à ce que vous n’ayez que ce qui est nécessaire pour exprimer une simple pensée.

Supprimez le bruit. C’est un processus de soustraction plus que d’addition. La plupart des gens finissent avec trop de mots, parce qu’ils ne soustraient jamais. Le bruit se met sur le chemin de votre voix, donc réduisez-le, en taillant dans la masse de bruit jusqu’à ce qu’il ne reste que la vérité. Je soustrais dans ma tête aujourd’hui, mais cela a demandé des années d’entraînement. Après avoir écrit, éditez, et supprimez le bruit.

Beaucoup de gens ont également trop de bruit dans leurs vies pour entendre leur propre réflexion. Trop de choses leur tournent autour, ainsi qu’en ligne, et ils n’ont pas de temps pour la solitude. Vous ne pouvez pas entendre vos pensées, votre voix, sans solitude. Supprimez le bruit également dans votre vie.

Utilisez votre voix. Vous ne vous embarquez pas dans une quête pour votre voix simplement pour le salut de la beauté ─ une bien noble poursuite, mais ce n’est pas suffisant.

Vous devez utiliser votre voix. Utilisez-la pour vous exprimer, pour aider les autres, pour changer le monde.

J’écris sur la simplicité dans un monde qui est inutilement compliqué.

J’écris sur le minimalisme pour endiguer la marée du consumérisme.

J’écris sur le contentement parce que trop en ressentent un manque.

J’écris sur le végétalisme parce que mon cœur se brise face à la cruauté de notre système alimentaire.

J’écris sur la déscolarisation pour montrer aux enfants qu’ils n’ont pas besoin d’autre professeur qu’eux-mêmes.

J’écris sur l’anarchisme dans un monde de plus en plus totalitaire, en particulier dans un secteur privé qui prend de l’ampleur.

C’est la façon dont j’utilise ma voix. Comment utiliserez-vous la vôtre ?

 

Tags: , , , , ,

10 commentaires on Trouver votre voix

  1. Helson dit :

    Article très agréable à lire et qui passe mieux en français qu’en anglais avec cette danse autour du mot voix vs voie, ..

  2. natacha dit :

    Je ne suis pas sûre d’avoir tout compris…

  3. ERIC dit :

    Ce texte me rappelle opportunément que je dois publier mon “acro” ETE : Ecrire Toujours Ecrire !
    D’abord parce que c’est passionnant … ensuite parce que cela met de l’ordre dans les pensées… enfin parce qu’en relisant quelques temps après, cela permet de mesurer ses évolutions.
    Bousous (c’est du Cauchois, du Pays de Caux…)

  4. Jean Sommer dit :

    Très intéressant en effet ce flou entretenu entre Voie et Voix en français. Différent en anglais.
    Cela crée justement une confusion qui à mon avis fait mentir une partie du texte. Car si il est vrai qu’il est important de trouver la voix de son message pensé via l’écriture, il est vrai aussi que beaucoup de personnes ne sont jamais dans leur vraie voix orale en tant qu’écriture de leur corps. En tant qu’expression de leur vérité physique et énergétique.

    D’où il en ressort beaucoup de souffrances et de malentendus dans toutes les situations de relation à l’autre (timidité / mal être) ou d’enjeu professionnel(affirmation de soi).
    Longue vie au blog et bonne continuation Olivier

  5. monica dit :

    Bonjour,

    Je m attendais plutot a trouver un article sur comment s`affirmer quand on est timide, mais l`article a ete interresant quand meme, merci Olivier! Bonne soiree

  6. éric dit :

    bonjour.écrire voilà qui est bien et comme dit plus haut:la nullités bien une partie de la vérité est
    inversement.Les mots, la fulgurante des mots qui jaillisse comme un éclair et se posent enfin,on en
    fait le tour le scrute et le sonde:tu te dit putain que c,est bon vivement le prochain flash,jouissance
    intellectuelle et tu écris pour ne pas oublier,ton carnet et ton stylo sont aux deuxième étage,tu manque de trébucher pour aller coucher c,est quelques mots sur cette feuille qui te fait de l,oeil:
    c,est pour ça que j,ai acheté un Dictaphone.Par contre je ne suis pas trop d,accord avec toi Olivier quand tu dis,plagier imites- les .cela peux aider ,mai rien ne vaut de se creuser la tête pour que cela vienne vraiment de ton être et si c,est nul ce n,est pas grave.En tous cas je te remercie pour ton site original.Salut

  7. Article jouant sur l’ambiguité des mots voix et voie. L’écriture est effectivement une des clés.
    Au début c’est comme apprendre à lire. On balbutie, on déchiffre lettre après lettre et puis un jour, on se rend compte qu’on peut lire les mots en entier puis les groupes de mots finissent par faire des phrases. Et ces phrases prennent un sens.
    On peut aisément commencer à écrire de la même façon. Au début, les mots sont accouchés dans la douleur sur la feuille blanche, puis ça devient de plus en plus évident pour finir par être totalement fluide.
    On tâtonne on se cherche, et puis on se rend compte qu’on a finalement touché au processus de la création. La création est une manière de trouver ça voie.

    Ensuite on peut trouver sa voix. Merveilleux outil de communication, reflet des émotions et des pensées. La voix se travaille, le comédien et le chanteur ont leurs techniques. “fake it until you make it” La voix nouvellement trouvée aura un impact sur toute la personnalité.
    Un petit exercice consiste à se forcer à parler plus lentement pendant toute une journée. Et observer les changements qui se passent à l’intérieur de soi. Certains ressentent de la confiance, d’autres du calme…ce qui est sur c’est qu’on ressent ces effets!
    A bientôt

  8. JO dit :

    Voilà un texte qui me remet dans la voie !!!
    Oui j’ai oublié l’écriture qui m’a sauvée à certaines périodes de ma vie. J’ai laissé tomber pour m’étourdir de bonheur dans une relation retrouvée après des années de célibat. Maintenant que je me suis habituée à ce bonheur, le calme revient, et j’avais beaucoup de mal à me fabriquer des moments de solitude…En lisant votre texte j’ai ressenti le besoin de l’écriture et pour cela la nécessité de plages où je me retrouve avec moi même. Alors un GRAND merci à vous !!!!

  9. gilles dit :

    Les écrits restent dit-on.Mieux il nous permettent de revisiter nos pensées et de les actualiser. Un devoir sans brouillon n’est souvent pas cohérent.Merci pour cet article.

  10. lilia dit :

    Beaucoup disent qu’il faut en effet plagier les grands auteurs pour trouver son écriture : je n’étais pas d’accord avec ça, jusque ce que j’essaye : après avoir écouter les chroniques de la haine ordinaire de Pierre Desproges, j’ai eu envie d’essayer d’écrire les miennes : et j’ai été stupéfaite de découvrir des formules, jeux de mots, raccourcis que je n’aurais jamais découvert autrement, et cela m’a vraiment travaillé en profondeur : le plagiat, c’est pas devenir l’autre, c’est juste lui emprunter sa chemise pour voir comment on est beau dedans. On reste soi, qu’on se le dise !

Laisser un commentaire