Note : cet article est une traduction de l’article How to Savor Life de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

“Beaucoup de gens sont en vie mais ne goûtent pas au miracle d’être vivant. » – Thich Nhat Hanh

SavourerIl fait encore noir dehors et le monde est endormi pendant que j’écris ces mots, et je viens juste de finir ma méditation matinale.

Je sirote mon café, et je savoure l’immobilité, la quiétude, la place qui permet de réfléchir sans les distractions d’internet ou des autres.

Ce fait de savourer… c’est un acte magique.

Savourer est généralement réservé au fait de bien manger : vous prenez un seul carré de chocolat noir et vous le mettez dans votre bouche, mais vous ne le mâchez pas et ne l’avalez pas. Vous le laissez là, et en le savourant, vous appréciez ses notes de terre, ses touches de citron, la richesse de sa texture pendant qu’il fond dans votre bouche. Vous l’avalez presque à regret après l’avoir laissé durer, en appréciant totalement ses délices, en prenant une pause pour penser aux gens qui ont fait pousser les graines, qui les ont rôties et les ont écrasées et les ont façonnées à la main pour en faire ce carré de joie.

Mais savourer la nourriture n’est que le début : vous pouvez tout savourer, et vous le devriez. C’est merveilleux. Et cela change tout.

Savourer peut vous apprendre à être conscient, à cesser de procrastiner, à finalement faire du sport, à manger moins et de façon plus saine, à vivre la vie dans le présent, et plus encore.

Voyons comment faire. Et, en lisant cela, je vous enjoins à ralentir votre habitude surchargée de lecture rapide, et de savourer la lecture de cet article.

La pratique

Savourer un carré de chocolat noir est une excellente pratique que vous pouvez faire une fois par jour. J’aime profiter d’un bon thé parce que c’est si léger (comparé aux boissons sucrées au café) que vous devez réellement faire attention pour en tirer ce qu’il y a de meilleur.

Quand vous savourez du thé, ou du chocolat, ou une poignée de baies, vous ralentissez. Vous y mettez toute votre attention – plus l’attention est concentrée, plus vous tirerez de choses en savourant. Vous ne vous ruez pas vers la chose suivante, mais vous vous arrêtez et faites un peu de place pour cette activité. Vous ne vous souciez pas de ce que vous devrez faire après, vous profitez totalement du moment présent.

C’est cela savourer, et cela demande de la pratique. Vous pouvez le faire dès à présent, où que vous soyez : faites une pause, regardez autour de vous, et savourez cet instant. Même s’il ne semble pas spécial – parce qu’avouons-le vous avez déjà fait ce que vous faites un bon millier de fois – savourez-le. Appréciez totalement le cadeau qui vous est fait.

C’est une pratique que vous pouvez faire plusieurs fois par jour – trouvez quelques rituels à savourer, comme le fait de profiter de votre thé ou café (sans sucre), de prendre un bain, de lire une histoire à votre enfant, de vous faire un rituel de thé au milieu de l’après-midi, ou de vous pelotonner avec votre chéri/e. Plus vous pratiquez, meilleur vous devenez.

La procrastination

Nous procrastinons parce que nous ne sommes pas à l’aise avec une chose que nous devons faire et qu’à la place nous voulons faire des choses plus confortables (plus faciles ou plus familières). Nous ne voulons pas écrire ce rapport/article/chapitre, parce que c’est difficile, et c’est plus facile de vérifier des mails et de s’occuper de tout un tas de petites tâches. Il est plus facile de laisser de côté ces tâches redoutées.

Mais savourer peut aider. Prenons comme exemple l’écriture (le processus est le même pour tout, du ménage dans la salle de bains au paiement des impôts)… vous avez quelque chose à écrire et vous savez que c’est important. La technique habituelle est de dire, « Ok, je devrais écrire ça, mais d’abord je vais peut-être voir si rien d’important ne m’est arrivé par mail… et peut-être que mon Twitter et Facebook aussi… oh, mais c’est quoi cet intéressant petit article que je viens de trouver ? »

Quand nous savourons, nous prenons cette tâche d’écriture, et nous ralentissons. Nous faisons un peu de place pour cette tâche – on ne passe pas rapidement à la tâche suivante. Nous y faisons attention et y trouvons des aspects plaisants. Et en fait, il y a des aspects plaisants dans toute activité, si nous ralentissons et faisons attention. Quand nous savourons, nous notons ces choses, et nous les apprécions totalement. Nous nous immergeons dans le moment de l’action, et nous laissons absorber par le plaisir qu’on y prend.

Alors au lieu de passer à autre chose, nous nous asseyons avec notre écriture. Nous notons notre envie de passer à autre chose et de laisser tomber – après tout, nous sommes en train de le savourer, donc nous ne pouvons pas passer à autre chose ! Nous pensons aux autres choses que nous avons besoin de faire, et nous les laissons disparaître également. Nous savourons l’endroit où nous sommes.

Et nous ne faisons qu’écrire, nous notons la sensation de nos doigts qui bougent sur les touches du clavier, nous apprécions le déversement de nos pensées à l’écran, et nous faisons attention à notre respiration, à nos épaules, notre mâchoire, nos jambes, nos pieds, alors que nous sommes assis et écrivons. Nous savons que beaucoup de gens ne sont pas assez chanceux pour pouvoir faire quelque chose d’aussi luxuriant que l’écriture, et donc nous sommes reconnaissants de ce moment, aussi fugace qu’il puisse être.

Agir parfaitement tout le temps

Une source constante d’anxiété pour beaucoup de gens, en ces jours où nous pouvons quasiment tout faire à tout moment, est : « Est-ce que je fais ce qu’il faut, en ce moment ? » Est-ce que je ne devrais pas faire du sport à la place ? Est-ce que je devrais regarder ce qu’il se passe d’autre, sur les réseaux sociaux ? Est-ce que d’autres gens font quelque chose de mieux ? Y a-t-il une meilleure façon de faire ça, un meilleur outil, une méthode plus sympa, un moyen plus rapide ? »

Quand vous savourez, cette anxiété peut s’effacer. Vous êtes en train de savourer cette activité, donc vous laissez toutes les autres pensées s’éloigner, et vous vous immergez. Vous lui faites de la place et ne faites que ça, et vous l’appréciez totalement. Et donc vous savez que vous êtes en train de faire ce qui est parfait, en ce moment, quoi que ce soit, parce que rien ne peut être aussi délicieux que le fait de savourer ce moment.

Manger consciemment

Un des problèmes qui fait que beaucoup de gens sont en surpoids est qu’ils mangent trop (vous pourriez même dire que c’est le principal problème). Une grande raison pour laquelle les gens mangent trop est qu’ils mangent de grandes quantités de nourriture rapidement. C’est bon, donc mange-le vite ! Et reprends-en ! Je le sais, parce que je l’ai fait pendant des années. Je le fais encore de temps en temps.

Mais j’ai aussi appris, la plupart du temps, à savourer ce que je mange. Et quand vous faites ça, vous ne faites pas que vous l’enfourner dans le gosier, vous faites une pause à chaque bouchée (en n’attendant pas la bouchée suivante aussitôt que vous venez de mettre la dernière dans votre bouche), vous lui faites de la place, et vous le savourez.

Cela signifie que vous faites réellement attention à chaque goût de cette bouchée, à sa texture, et vous pensez à l’endroit d’où cela vient, à qui l’a préparé, à ce qui a été ajouté (pas de produits chimiques, espérons-le !), et à ce que cela fera à votre corps.

Il est difficile de manger trop quand vous savourez chaque bouchée, et que vous prenez votre temps. De cette manière, vous pouvez aussi apprendre à apprécier des nourritures plus saines, comme des légumes aux feuilles vert foncé ou des amandes crues et des noix ou du tempeh ou du tofu. Vous pouvez aussi manger de façon saine la plupart du temps, et ensuite profiter d’une part de gâteau d’anniversaire sans en abuser, parce que vous n’en aurez pas besoin de beaucoup pour le savourer.

Le sport

J’adore faire du sport, ce qui est un constat que beaucoup de gens ne feraient probablement pas. J’aime l’effort d’une séance bien difficile, le sentiment agréable qu’il y a à soulever quelque chose de lourd, la sensation du sol qui bouge sous mes pieds quand je vais faire un petit footing.

La plupart des gens craignent l’exercice, et donc ils le laissent de côté. Mais vous pouvez aussi savourer une séance d’exercice. Vous pouvez savourer une bonne marche ou une course ou une balade à vélo. Faites de la place pour cette séance, et soyez totalement présent pendant que vous le faites, en faisant totalement attention à votre corps qui bouge et travaille, en faisant totalement attention à votre respiration et à vos pieds qui touchent le sol, en faisant totalement attention à l’air et aux odeurs et à la vue autour de vous.

Savourer le sport le rend beaucoup plus appréciable, vous donne plus envie d’en faire, et rend parfaits les moments que vous passez à en faire.

Vivre dans le présent

Savourez tout ce que vous faites, toutes les expériences. Il n’y a aucun moment qui ne peut pas être savouré – même ces instants routiniers, mêmes ces moments où vous êtes en conflit avec quelqu’un, même ces fois où vous êtes seul sans rien à faire.

Savourer, c’est apprendre à vivre dans le présent, à apprécier totalement le cadeau qu’est chaque moment, à donner à chaque moment la place et l’attention qu’il mérite. Cela demande de la pratique, mais c’est une pratique délicieuse.

« Quand vous marchez et mangez et voyagez, soyez où vous êtes. Sinon vous manquerez la majeure partie de votre vie. » – Bouddha

Crédits photo : © Glamy – Fotolia.com

Recherches utilisées pour trouver cet article :

a vie va trop vite aujourd\hui pour la savourer vraiment, je savoure tous ces momments, savoure ton bonheur, savourer ce moment de repi

Tags: , , , , , , , , , , , ,

15 commentaires on Comment savourer la vie

  1. Nadir El garrab dit :

    Le fond de cet article c’est la magie et le pouvoir du moment présent. Existe t-il un autre moment que l’instant présent? Non!
    La vie est une succession de moments présent, rien ne peut se passer dans le futur,rien ne peut se passer dans le passé, ce qui s’est passé dans le passé a eu lieu dans le présent du passé et ce qui se passera dans le futur aura lieu dans le présent du futur.
    Le présent c’est la vie, c’est notre vie à tout un chacun.
    Malheureusement nous sommes rarement dans cet instant magique, notre mental fruit de notre prisme identitaire nous balade en permanence dans les douleurs du passé et les angoisses de l’avenir, le bruit incessant de nos pensées compulsives nous laisse peu de répit pour vivre le présent, pour vivre tout simplement.. Observez lorsque vous vous oubliez dans la contemplation de la nature ou le sourire d’un enfant comme vous vous sentez bien, soulagés, allégés, maîtres du temps et de l’espace! vous êtes tout simplement dans la présence à vous, aux autres, à la vie.

  2. david dit :

    Merci olivier, un excellent article co toujours. Vivre l’instant peésent, savoir l’apprécier à sa juste valeur, redonne le sourire. Alors, savourons!

    cordialement

    David Duprat

  3. CHAHINE dit :

    Merci olivier et bravo vraiment comme vous le dites j’ai savouré votre article ,j’ai voyagé la dedans j’ai bcp aimé la façon dont vous décrivez comment savourer un morceau de chocolat noir, comment savourer un effort physique difficile pendant une séance de sport, vraiment c’est un sentiment formidable et on ce sent super bien après, et comment savouré n’importe quel moment, c’est sur qu’on doit vivre tj au présent et être maître du moment dans n’importe quelle situation, ce n’ai pas facile mais avec l’entrainement on y arrive avec l’aide d’Allah il faut tj avoir confiance.

  4. Jean-Luc dit :

    Oui, cent fois oui, savourer est une précieuse habitude.
    Savourer la vie, les bons moments et les bons mots.
    Entre mille autres choses bien sûr.

    Savourer c’est être vivant.
    Et attendre une prochaine occasion… de savourer encore.

  5. Jordane dit :

    Il est fort ce Léo. J’ajouterais en plus des points qu’il souligne que pour accéder au bonheur il faut combler ces points fondamentaux :
    Le physique
    Le mental
    L’émotionnel
    Le spirituel
    Le relationnel

    That’s all !

    Jordane

  6. carmina dit :

    Merc Olivier

    Vos articles sont toujours porteurs
    de sens, même s’il est parfois difficile
    d’avoir la constance du quotidien

    question: Comme gères tu la solitude
    et la peur du vie?

    Merci de ta réponse

  7. Clausel dit :

    Merci pour cet excellent article.
    Dieu nous a offert un cadeau. AUJOURD´HUI. Dóu vivre dans le present!

  8. jean-marie dit :

    Bonjour,Olivier,:-Je préfère savourer un carré de chocolat au lait!(c’est meilleur!).

  9. Johana dit :

    Bonjour Olivier,
    moi c’est le cafe, j’aime l’odeur et prend tout mon temps pour le boire, et je fais un peu d’exercice a la maison pour etre bien au top des le debut de la journee.
    Cet article m’aidera plus dans mes pratique matinale merci!

  10. Edwige dit :

    Pour moi le vent est comme au appel pour savourer l’instant présent.

  11. Isabelle dit :

    Bonjour à tous,
    Merci beaucoup à Olivier d’avoir publié cet article que je trouve très juste et très complet.
    Oui, savourer… Je dirais même “goûter”, car je trouve ce mot totalement ouvert : au positif comme au négatif. En effet j’ai un peu du mal à voir comment je pourrais systématiquement savourer “ces moments où je* suis* en conflit avec quelqu’un”, alors que les goûter, me semble possible, même si le goût se révèle âpre, ou acide, ou puissant.
    Y aurait-il un blog quelque part pour ce type de discussion/réflexion ?
    Isabelle

  12. Anne-Claire dit :

    Merci Olivier pour la traduction de cet article de Léo Balbauta que je ne serai certainement pas allée lire en anglais…
    C’est jeudi après-midi et je suis plutôt fatiguée, et de façon surprenante la lecture de cette invitation de Léo à savourer m’a amenée à ralentir ma lecture, à m’arrêter un instant, à prendre conscience de ma fatigue et à penser à ces moments que j’ai savouré ces dernières semaines mais qui semblent déjà loin…
    Oui ça fait du bien de s’arrêter et de prendre conscience du moment présent, de ressentir le bonheur simple de cet instant.
    J’aime aussi (quand j’y pense) le soir, au moment de me coucher, me demander quel bon moment j’ai aimé dans la journée, quelle bonne nouvelle j’ai eu. C’est un exercice que l’on peut faire aussi le soir à table en famille “qu’est-ce qui était bien aujourd’hui ?”.
    Ca fait du bien car ça recentre notre attention sur les petits bonheurs quotidiens, ce qui n’est pas du tout spontané car on focalise sans s’en rendre compte sur les contrariétés bien sûr, les grains de sable, les blocages. Le fait de savourer procure de l’apaisement, du relâchement et de la joie. Comme Léo qui dit prendre conscience de son bonheur d’être chez lui a calme à écrire son article, on a nous aussi plein de moments heureux, chanceux, et le fait d’en prendre conscience les renforce et produit ces pensées positives et cette énergie positive que l’on va alors dégager.
    J’avais écrit il y a quelque temps un article sur ce thème qui s’appelait “Choisir d’être heureux”, et le fait de me plonger dans l’article de Léo m’a fait une piqûre de rappel bienvenue, agrémentée en plus de tout l’aspect méditation qu’il évoque dans l’action de savourer, ce qui est un degré supplémentaire encore : se centrer sur ses sensations, sur le goût du chocolat, les odeurs, les parfums, les couleurs, le calme… Et bien la lecture de l’article a produit cet effet relaxant sur moi en quelques minutes. Et c’est un bienfait simple et immédiat, à refaire…
    Merci Olivier pour l’esprit des articles que tu relaies et qui relancent l’inspiration et la Voie de la sérénité vers laquelle on est nombreux à tendre.
    Bonne fin de semaine
    Anne-Claire

  13. Rachel dit :

    Merci Olivier pour cet article. Au moment où je le lisais j’ai juste essayé de savourer cette lecture et je me suis sentie bien. je me suis juste dit que je venais de découvrir une chose facile à faire. je comprends cette méthode de la façon suivante : fais juste exprès d’aimer et tu aime! c’est fantastique. je compte appliquer cela toutes les minutes de ma vie. merci
    Rachel

  14. Benoît dit :

    Merci Olivier pour la traduction de cet article de Léo. Souvent, j’ai à peine commencé à lire que je voudrais déjà arriver à la fin du texte ou du livre que je suis en train de lire. Là , pendant que je pianote(maladroitement…)sur mon clavier, j’essaye de rester présent, de tenir compte des sensations physiques qui se présentent, des sons venant de la rue et des autres pièces de la maison. Comme c’est écrit par ailleurs en réaction à ton article, c’est une bonne piqûre de rappel pour me souvenir de savourer et de vraiment apprécier ma vie. Nous avons besoin de ce genre de lecture positive. Pour moi, c’est aussi une façon de m’aimer moi-même. En effet, si j’apprécie chaque instant de ma vie, j’apprécie ma vie tout court…et si j’aime ma vie, forcément je m’aime aussi.

    Merci pour ces beaux partages.

    Amicalement,

    Benoît

  15. Stéphane dit :

    Un moment de lecture qui peux faire changer beaucoup de choses …

Laisser un commentaire