Note : cet article est une traduction de l’article The Way of No Debt de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

DettesEn 2005, un des mauvais moments de ma vie, j’avais 5 enfants, j’étais criblé de dettes, et j’arrivais à peine à joindre les deux bouts.

Je fourrais mes factures dans un tiroir, enveloppes non-ouvertes, comme ça je n’avais pas à gérer les factures que je ne pouvais pas payer. J’évitais les appels de relance. Je nageais dans la dette, et je ne savais pas comment en sortir.

Le vrai mauvais moment, cependant, est arrivé quand nous n’avions pas assez d’argent pour acheter du lait et des céréales pour les enfants. Mon compte en banque était débiteur. Donc j’ai volé l’argent dans la tirelire de mes enfants pour acheter la nourriture. Ouais, je ne me sentais pas bien.

Les choses ont continué comme ça pendant un moment avant que je décide finalement qu’il était temps de faire face à mes peurs, de voir ma situation clairement, et de commencer à y faire quelque chose.

Voilà ce que j’ai fait :

  1. J’ai finalement fait face au problème : j’ai sorti les factures du tiroir, et j’ai fait un tableau de toutes mes dettes, des sommes, et du paiement minimum moyen.
  2. J’ai jeté un œil à nos dépenses, et j’ai réalisé que nous avions besoin d’arrêter de saigner avant de pouvoir guérir. Nous dépensions plus que nous ne gagnions, ou dans le meilleur des cas, tout ce que nous gagnions.
  3. Donc nous avons supprimé toutes sortes de dépenses : télé par câble, une de nos voitures, abonnements aux magazines, lattes quotidiens, aller au cinéma avec les enfants, acheter de nouvelles choses autres que ce qui est nécessaire, aller s’amuser au centre commercial, manger à l’extérieur, acheter des plats cuisinés. Nous avons supprimé beaucoup de ces choses graduellement, un mois à la fois, mais nous en avons supprimé certaines immédiatement.
  4. Nous avons commencé un plan de dépenses – la plupart des factures étaient en règlement automatique, et quelques catégories étaient discrétionnaires (nourriture, gaz, etc.)
  5. J’ai commencé à créer un fonds d’urgence.
  6. J’ai commencé à rembourser les dettes, une par une.
  7. J’ai négocié avec certains de nos créanciers.
  8. Nous avons trouvé d’autres façons marrantes de nous amuser en famille.
  9. J’ai commencé à gagner plus en tant que freelance, pour faire rentrer un revenu supplémentaire.
  10. J’ai lancé ce blog, et vendu mon premier eBook 11 mois plus tard, pour avoir plus de revenus.

Et nous sommes sortis de la dette. Et nous en sommes restés sortis. Nous n’avons plus eu une seule dette depuis lors. C’est merveilleux.

La voie du désendettement

La première partie de la voie du désendettement est d’en sortir. Les étapes ci-dessous expliquent comment je m’y suis pris. C’est la partie la plus difficile, mais cela en vaut définitivement la peine.

La Voie est alors une transition de la dette au désendettement.

D’abord, nous avons continué à vivre frugalement pendant un temps – nous ne nous sommes pas réellement relâchés, et cela a signifié que nous avons mis beaucoup de nos revenus en épargne. Nous avons fait grossir notre fonds d’urgence pour obtenir la somme recommandée, un matelas de secours de 6 mois, ce qui est important pour moi en tant qu’autoentrepreneur.

Ensuite j’ai commencé à chercher à investir, et j’ai investi dans les fonds indiciels, qui sont fondamentalement peu chers et très peu risqués. Puis j’en ai appris davantage sur les investissements fiscalement avantageux, et j’en ai choisi quelques-uns. J’apprends tous les jours à ce propos, mais l’important est que je me sois lancé.

La Voie est maintenant une simple philosophie, ne pas m’endetter. J’utilise maintenant des cartes de crédit, mais je les rembourse totalement chaque mois (pendant un temps je les ai remboursés chaque semaine, puis j’ai mis en place un paiement automatique). Je n’ai pas de voiture, mais la dernière fois que j’en ai eue une, nous avons payé pour nous en servir, en cash. Nous n’avons pas d’emprunt immobilier. Nous vivons dans nos moyens, et dépensons moins que ce que nous gagnons.

Cela signifie que nous ne nous inquiétons pas pour nos finances, la plupart du temps. Cela signifie que nous ne payons pas d’intérêts. Nous touchons des intérêts. Nous ne sommes pas attachés à une maison, nous n’avons rien de cher que nous avons besoin de vendre, et nous vivons simplement.

C’est la voie du désendettement, et je le recommande fortement.

Crédits photo : © Maksym Yemelyanov – Fotolia.com

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

se desendetter

Tags: , , , , , , , , , ,

5 commentaires on La voie du désendettement

  1. laetitia dit :

    Merci pour cette article. Il est vrai que nous vivons dan une société de surconsommation et ce grâce aux sociétés de crédit qui se cache partout !
    Il est grand temps que ma génération (30aire) apprenons à revenir au basique : payer en cash ce que nous avons vraiment besoin. J’ajouterai même qu’il faudrait enseigner la gestion très tôt à l’école : un cahier, un crayon, des enveloppes pour faire notre budget.

    «nous achetons des biens dont nous n’avons pas besoin avec de l’argent que nous n’avons pas et ce pour impressionner des gens qu’ nous n’aimons pas» !!

    • Michèle dit :

      Je suis tout à fait d’accord ! Il faut se libérer du regard des autres pour vivre selon ses convictions.

  2. Entièrement d’accord avec léo.

    J’ai d’ailleurs bcp stressé ces derniers temps pour mes finances car je voulais prendre le temps de créer mon blog sur les chiens
    ( http://apprendre-a-dresser-son-chien.com )
    mais j’avais peur de devoir trouver un autre travail en attendant d’avoir un revenu correct.

    Du coup j’ai fait la liste de mes dépenses et des entrées d’argent que j’allais faire et j’ai supprimé les dépenses inutiles (salle de sport alors que je n’y vais pas, réduction des déplacements en voiture…) et du coup je peux vivre encore plusieurs mois comme ça.

    J’ai également décidé de ne payer plus qu’en espèces comme ça je me rends beaucoup plus compte des dépenses et j’ai mis un budget nourriture, voiture et sorties dans une pochette que je ne dois pas dépasser pour le mois.

    J’espère que ces conseils pourront vous aider également
    Magali LE ROUX

  3. MarinaB dit :

    hé bien bonjour et merci Léo pour ce témoignage et à Olivier de traduire,
    merci pour cet encouragement sur la voie du désendettement, j’y travaille… et ai réduit mes dépenses au minimun nécessaires, pour les loisirs , des ressources totalement gratuites ou presque sont à disposition , suffit de se bouger un peu,c’est comme tout.Pour la nourriure , éliminez tous les produits conditionnés d’une manière ou d’une autre s’avère particulièrement économique. Mangez sain et pas cher , c’est possible. pour arrêter de ramer , me suis aussi mise à pédaler et réduire mes dépenses en carburant tout en faisant de l’exercice…maintenant , reste plus qu’à générer quelques
    revenus cependant comme tu l’a si bien dit, il faut commencer par le début , regarder les choses en face , résoudre les conflits internes qui font que je suis dans cette situation, pour me donner de réels moyens de changer ce qui doit l’être et progresser , faire des choix clairs afin de déterminer et de faire les actions les mieux adaptées qui nous rapprochent du but….Pas de doute , la voie du désendettement est une voie de libération… Merci du partage MainaB

  4. Axel dit :

    Excellent article. Surtout qu’il y a souvent différentes solutions pour faire des économies et parfois en faisant « une pierre deux coups »…

    Quand j’étais étudiant, je ne voulais pas dépenser trop d’argent, j’ai donc pris un abonnement de téléphone fixe (à l’époque) où il était impossible de téléphoner (je ne pouvais que recevoir des appels). Cet abonnement coûtait plus cher qu’un abonnement normal. J’ai fini par trouver une autre solution : j’ai récupéré un vieux téléphone avec un cadran dont j’ai retiré le cadran (mon appart était un peu l’auberge espagnol où des copains venaient squatter régulièrement). Bref, grâce à la récup, j’ai pu faire des économies sur mes factures de téléphone 🙂

    Un autre exemple, à une autre époque, j’allais régulièrement à la salle de sport en voiture après le boulot… Je me suis mis à aller au travail en vélo (surtout les beaux jours pour commencer et très rapidement, c’était devenu une drogue et il fallait vraiment un très sale temps pour m’en empêcher)… J’ai fait des économies de carburant ET d’abonnement de salle de sport…

    Bref, les solutions existent, elles sont multiples et parfois un peu éloigné de ce que l’on pense…

    Axel

Laisser un commentaire

27 Partages
Partagez23
Tweetez4