Note : cet article est une traduction de l’article The Not Knowing Path of Being an Entrepreneur de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Beaucoup de gens qui lancent une entreprise essayent de contrôler les résultats :Carte au trésor

  1. Une perspective du succès de l’entreprise
  2. Des objectifs pour parvenir à cette perspective de succès
  3. Essayer de tirer le maximum de productivité de leur journée (ou d’eux-mêmes, ou des employés)
  4. Essayer de produire certaines quantités, ou d’atteindre certains critères (nombre de pages vues, followers, revenu, ventes).

Malheureusement, la capacité à contrôler les résultats est une illusion. C’est une des leçons fondamentales que j’ai apprises dans mes années d’entrepreneuriat en autonomie.

Vous ne savez pas vraiment comment les choses vont se dérouler.

Et ce n’est pas grave.

En fait, c’est assez génial.

Oui, ne pas avoir comment les choses vont tourner – jour par jour, mois par mois, année après année – est vraiment flippant. Je ne vais pas prétendre le contraire. C’est tellement flippant que vous pourriez vous réveiller en sueur en pleine nuit.

Mais ne pas savoir est ce qui fait que l’entrepreneuriat est plus incroyable que d’avoir un emploi de bureau normal avec un salaire normal. Nous prenons des risques, nous échouons, nous ne savons pas ce qui va arriver, nous ne faisons pas que tremper le bout des orteils dans les eaux de l’inconnu, nous y plongeons, la tête la première.

Oui ne pas savoir est effrayant. Mais si vous l’acceptez, ne pas savoir peut être libérateur, et peut être un avantage.

Voyons en quoi c’est un avantage, et comment rester présent au milieu de l’inconnu.

L’avantage de ne pas savoir

Question qui tue : qu’est-ce qui provoque le plus d’anxiété ? Réponse à un million d’euros : vouloir que les choses se déroulent d’une certaine façon. Vouloir un résultat ; vouloir que la personne que vous aimez vous aime en retour, vouloir que les gens à votre réunion ou à votre présentation vous apprécient, vouloir un million de clients, vouloir être le prochain Apple ou Twitter ou Starbucks. C’est cela la cause de notre anxiété, parce que quand nous voulons ce résultat, nous avons peur que cela ne se réalise pas, et nous nous efforçons de le rendre réel, alors qu’évidemment cela pourrait très bien ne pas être le cas.

Il y a des millions de possibilités, et vouloir une seule de ces possibilités est un peu dingue. Qu’est-ce qui ne va pas chez les 999 999 autres ? Est-ce que notre monde va s’écrouler si ce résultat-là ne devient pas une réalité ? Non. Nous irons bien quoi qu’il arrive.

Sérieusement. Vous irez parfaitement bien même si ce résultat n’est pas atteint.

Alors quand l’anxiété apparaît, si nous apprenons à nous débarrasser du besoin de ce résultat, nous pouvons alors nous débarrasser de cette anxiété.

Alors, avantage n°1 : nous sommes moins anxieux. Qu’arrive-t-il quand vous êtes moins anxieux ? Eh bien, vous êtes plus heureux. Vous êtes plus heureux quand vous retrouvez vos clients, acheteurs ou employés. Ils sentent votre bonheur. Ils sentent que la façon dont les choses se déroulent vous convient. Vous êtes moins désespéré. Vous n’avez pas besoin que les choses se déroulent d’une certaine façon – vous n’avez pas besoin de cette vente-ci en particulier. Vous faites de votre mieux pour que cela arrive, mais vous irez bien même si ce n’est pas le cas.

Les autres gens misent tout sur la réalisation de leur objectif, mais si cela n’arrivait pas ? Alors ils ont tout perdu, sans aucune direction claire vers laquelle se diriger quand les choses espérées n’arrivent pas.

Alors, avantage n°2 : nous ne sommes pas autant attachés à une seule perspective. Cela ferait un seul point de défaillance. Pas une très bonne idée. À la place, nous allons bien quoi qu’il arrive, quelque soit le résultat de telle réunion, tel projet, tel lancement, etc., cela ne nous pose pas de problème, et aucun résultat ne nous chamboule vraiment. Nous suivons le courant.

Un autre problème est que les gens pensent qu’ils savent comment les choses vont se dérouler… Ils se leurrent tout seuls. Personne ne le sait.

Et c’est l’avantage n°3 : nous sommes plus honnêtes. Admettre personnellement que nous ne savons pas est bien plus honnête que de penser, et d’espérer, que les choses se dérouleront de la façon que nous voulons. L’honnêteté est importante parce que si nous nous apprêtons à agir, nous devrions le faire avec les yeux grands ouverts et une vision claire de la situation.

L’honnêteté avec les clients, les acheteurs, les lecteurs, et les employés, est aussi importante. Admettez que vous ne savez pas. Ils ne vous en feront que davantage confiance, parce que non seulement vous leur dites que vous ne savez pas, mais que cela ne vous pose pas de problème. Vous ne savez pas ce qui va arriver, mais quoiqu’il arrive, vous le gèrerez. C’est incroyablement puissant.

Ce ne sont que quelques avantages, mais en fait les avantages sont nombreux. Vous n’avez pas à planifier autant parce que ne pas savoir implique que vous réalisiez que les plans détaillés sont inutiles, et sont en fait une perte de temps. Vous passez moins de temps à vous inquiéter, et plus de temps à agir. Vous n’êtes pas consumé par la peur horrible de ne pas faire la bonne chose, parce que vous apprenez qu’il n’y a jamais de chose parfaite à faire – ni en général pour votre entreprise, ni spécifiquement en ce moment.

Comment marcher sur le chemin de l’inconnu

Le chemin de l’inconnu d’un entrepreneur est effrayant, mais honnêtement, quel chemin ne l’est pas ?

Voici comment arpenter ce chemin :

1. Admettez que vous ne savez pas. C’est évidemment la première étape, mais c’est difficile parce que nous voulons souvent penser que nous savons, ou au moins que nous pouvons faire que certaines choses arrivent de la façon que nous voulons. Nous pensons que nous pouvons obliger les choses à arriver par la volonté. Ce n’est pas vrai. Beaucoup de choses échouent malgré des efforts herculéens pour les faire réussir. Nous ne contrôlons pas le futur, nous ne pouvons pas connaître le futur. Nous ne savons pas. Admettez-le, en vous-même, et aux autres.

2. Surveillez votre anxiété. Quand vous commencez à vous sentir anxieux (et cela arrivera toujours, probablement de nombreuses fois chaque jour), regardez en vous pour trouver la source de cette anxiété. Qu’espérez-vous voir arriver et qui vous rend anxieux ? Cette conscience est la clé de tout.

3. Dites-vous que vous irez bien. Vous devenez conscient que vous espérez un certain résultat… Maintenant dites-vous que ce n’est pas important que ce résultat arrive. Cela n’est vraiment pas important, même si nous avons personnellement monté cette histoire dans notre tête comme quoi tout dépend de l’obtention de ce résultat. Ce n’est pas important, et peu importe ce qui arrive, nous irons bien. Les situations de vie ou de mort sont les seules exceptions possibles à cela, bien que j’aie comme état d’esprit que même la mort puisse être un résultat qui ne me poserait pas de problème.

4. Envisagez les pires scénarii possibles. Quelle est la pire chose qui pourrait arriver ? Quelqu’un ne vous apprécie pas, ne pense pas à vous en aussi bons termes que vous l’aimeriez, une réunion finit mal, une vente n’a pas lieu, l’entreprise se plante. Quelle est la gravité de ce pire scénario possible ? Quelles sont les chances que cela arrive ? Comment vous débrouilleriez-vous si cela arrivait ? Honnêtement, je pense que vous iriez bien quoiqu’il arrive.

5. Connaissez vos principes. Prenez un peu de temps pour penser à ce qui devrait vous guider, si vous n’étiez pas guidé par la réalisation de quelque chose de spécifique. Si vous n’êtes pas lié à un résultat ou à une vision d’un futur que vous ne pouvez pas contrôler, qu’est-ce qui pourrait vous guider ? Prenez du recul, réfléchissez. Qu’est-ce qui vous pousse en avant ? Pourquoi faites-vous ce que vous faites ? Par exemple, certains de mes principes directeurs sont de vouloir aider les autres, de vouloir agir avec compassion, de vouloir faire des choses que j’aime, et d’instaurer de la confiance en faisant ces choses.

6. Agissez en vous basant sur ces principes, pas sur des objectifs ou des plans détaillés. Une fois que vous avez vos principes directeurs, laissez-les vous guider au jour le jour, moment par moment. Vous ne savez pas comment quelque chose pourra tourner quand vous agirez, mais par contre vous savez si cette action est en adéquation avec vos principes.

7. Respirez, et souriez. Au final, ne pas savoir peut être effrayant, mais aussi libératoire et profond. Vous êtes au milieu d’une mer turbulente, et vous surnagez sans savoir où tout cela va mener. Mais c’est toujours vrai, même pour les gens qui ne l’admettent pas personnellement. Alors profitez du voyage. Regardez l’endroit incroyable où vous êtes, et souriez. Parce que le chemin de l’inconnu, c’est le chemin de la vie elle-même.

Si vous réalisez que toutes les choses changent, il n’y a rien à quoi vous essayerez de vous accrocher. Si vous n’avez pas peur de mourir, il n’y a rien que vous ne pouvez arriver à faire. – Lao Tseu

Crédits photo : © Francesco De Paoli – Fotolia.com

Recherches utilisées pour trouver cet article :

le chemin de lentrepreneuriat

Tags: , , , , , , , , , , ,

4 commentaires on Le chemin de l’inconnu pour devenir entrepreneur

  1. Anonyme dit :

    Merci pour cet article plein de bon sens !

    Le point 3 me semble très important car il est relatif à l’état d’esprit et la façon de percevoir les choses. Un bon état d’esprit change toute une vie et les gens autour, le contraire fait souvent fuir autrui, logique.

    Les bons conseils de l’article peuvent s’appliquer à l’artiste musicien entrepreneur et le 3 est crucial, car les auditeurs sont attirés par un état d’esprit souvent proche de celui présenté.

    • moi aussi j’attire l’attention sur le point 3 : “dites-vous que vous irez bien”. je ne suis pas trop d’accord sur cette suggestion, en ce sens qu’il n’y a même pas besoin de recourir à l’autosuggestion, mais “simplement” revenir à la confiance, se “caler” dedans et essayer de générer cette vibration de confiance et de la ressentir….c’est un des plus grands conseils qui nous a été maintes et maintes fois donné par les personnes très “avancées”. et il suffit aussi d’observer les plus grands noms de la politique, du monde du spectacle, du sport pour comprendre rapidement qu’ils ont une incroyable confiance en eux ou du moins en leur parcours…

  2. ERIC dit :

    C’est ben vrai que “les choses” se déroulent rarement comme prévu ! Avec des succès là où on ne les attendait guère et des échecs itou…
    En entreprise et dans la vie quotidienne.
    Rétrospectivement, j’ en ai tiré 2 acros…
    AAA : Allez Action et on s’Adapte.
    ABC : Avoir Bonne Conscience avec je fais ce que je peux, comme je peux, quand je peux et tant que je peux. Mais je fais du mieux que je peux.

    D’où le 3 ème acro : PIPI – Profiter de l’Instant Présent Intensément !

  3. Helene dit :

    Bonjour Olivier,

    Pas facile d’accepter les chemins de l’inconnu !

    Même accompagné d’une boussole, le chemin emprunté nous réserve bien des surprises.

    Avancer un pas à la fois dans nos convictions et objectifs tout en acceptant ce qui se présente en “bon” ou en “mauvais”, ou du moins comme d’autres opportunités qui se présentent à nous.

    Le secret : accepter ce qui vient sur notre chemin comme des cadeaux nous guidant vers nos succès en devenir.

    Merci,

    Hélène

Laisser un commentaire

46 Partages
Partagez28
Tweetez18