Note : cet article est une traduction de l’article Stateless Mindset de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Page blancheEn programmation, il existe le concept d’apatridie. Cela signifie que chaque requête est traitée en partant de zéro, sans souvenir des requêtes précédentes.

C’est extrêmement limitatif de certaines façons, mais d’un autre côté c’est un super moyen de gérer une tonne de requêtes.

Imaginez si vous, en tant que personne, gériez des millions de requêtes par jour de la part de centaines de clients : si deviez garder une trace de tous ces clients et des multiples requêtes qu’ils faisaient, cela vous rendrait dingue. Le fardeau des souvenirs vous écraserait.

C’est à cela que ressemblent nos vies. Nous détenons constamment des informations, des frustrations, des idées, de la tension, des requêtes, des besoins, d’une centaine de requêtes différentes chaque jour. Chaque mail, chaque appel, chaque texto, chaque onglet internet ouvert, chaque interaction avec une autre personne, chaque tâche que nous faisons… tout cela s’entasse en nous jusqu’à ce que nous soyons surchargés.

Imaginez que vous oubliez toutes vos requêtes précédentes. Ces interactions sont mortes, évanouies dans l’éther.

Imaginez que le millier de requêtes et d’interactions ne pèse plus sur votre esprit en ce moment.

Imaginez qu’elles soient parties, et que vous ayez une page blanche.

Quelle impression vous donnerait cette page blanche ?

À quoi cela ressemblerait-il de gérer la prochaine tâche, de parler à la personne suivante, d’aller à l’endroit suivant, sans que rien ne vous pèse ? Sans rien qui tire sur votre esprit ?

Juste cette tâche. Juste cette personne. Juste cette action. Juste ce moment.

Il n’y aurait rien d’autre, juste cela. Cela serait votre univers entier. Cela vous emplirait totalement.

Puis ce serait parti.

Et le moment suivant serait tout ce qui existe. Puis il mourrait aussi.

C’est ça l’apatridie.

Essayez de vous débarrasser de tous les moments passés, maintenant. Essayez de faire du moment présent tout ce qui existe. Quand vous sentez qu’une requête ou une idée antérieure attire votre attention, débarrassez-vous-en.

C’est une pratique de l’apatridie. Vous échouerez. Laissez cela aller aussi.

Commencez de zéro, avec toutes les possibilités qu’offre le vide.

Crédits photo : © niroworld – Fotolia.com

Tags: , , , , , ,

9 commentaires on L’état d’esprit apatride

  1. Julien dit :

    Oui, c’est un rêve vers lequel on tend, mais comment faire le vide total pour se concentrer sur l’instant présent, la tâche présente ?

    • Emmanuel dit :

      Bonjour Julien,

      Faire le vide totale dans l’esprit n’est pas possible. On ne peut pas s’arrêter de penser. On peut essayer de revenir encore et toujours au moment présent. Dès qu’une pensée nous emporte, ce qui ne manquera pas d’arriver, on essaie de revenir à ici et maintenant. On peut s’aider de son souffle en se concentrant dessus.
      Cela demande de l’entrainement et on ne pourra jamais être totalement présent au moment en permanence.
      Alors comme dit Christophe André “Fais de ton mieux et n’oublies pas d’être heureux”.

    • So'James dit :

      Bonjour à tous,

      Pour te répondre Julien, faire le vide n’est pas chose aisée dès que le poids du passé reste ancré dans la mémoire et dans les habitudes.
      Il s’agit par la bonne pratique, plutôt que de se concentrer à corps perdu pour obtenir un silence du mental qui n’arrivera que plus difficilement, simplement d’observer ce passé qui nous obsède sans critiquer ni juger.
      Dans un moment calme que tu souhaiterais t’accorder, méditation ou retraite temporaire, prend le temps nécessaire pour revenir à la source en prenant conscience de ta respiration, élément essentiel pour faire cette expérience de l’apatridie. Le mental s’apaisera de lui même.
      Et savoure l’instant présent sans critique mais avec toute la tendresse et l’attention de l’univers pour toi même.

      Si tu n’y arrives pas tout seul au début, tu as toujours la possibilité de te faire aider ou guider. 😉

      Salutations! _/|\_….

    • xavier dit :

      Salut Julien,

      Si vous croyez qu’il n’est pas possible de faire totalement le vie dans votre esprit, vous avez raison. Si vous pensez le contraire, vous avez également raison. C’est votre pensée qui crée votre réalité.

      Vous allez me répondre ” c’est facile de dire comme ça!” Je vous l’accorde. Mais Bil Gate, Steve Jobs et autres ont cru que c’était possible contre vent et marrée et ils ont réalisé leurs rêves.

      Vous pouvez décider dès cet instant de vivre l’instant présent.
      Cela ne veut pas dire que tout va s’arranger d’un coup de baguette magique. NON, mais peu à peu, cette attitude deviendra votre réalité.

      Amicalement,
      Xavier

  2. biloum dit :

    hello Xavier , t’es gentil mais j’ai rien compris a cque ta dis…merci quand même

  3. Florence dit :

    Bonjour,

    Faire en sorte que moins de choses pèsent sur notre
    esprit aide à être heureux et à plus profiter du
    moment présent c’est sur.

    Moi je me suis gâchée ma vie en restant focalisée sur
    mon passé. J’arrive maintenant à mieux m’en détacher
    même si certaines pensées négatives persistent.

    Mais le principe de reprendre le tout à zéro est bien.

    Justement pour apprendre à se concentrer sur une solution
    plutôt que sur le problème, pour avoir une vision plus
    optimiste sur les choses et puis aussi pour essayer se
    dégager plus de temps pour une tâche. Mais surtout essayer
    de faire au mieux car on sait que tout n’est pas possible.
    Mais il nous reste la force de la volonté et notre capacité
    à accepter ce qui est.

    Même si c’est difficile, nous restons quand même les maîtres de nos pensées. On peut se faire aider pour y voir plus clair
    et faire en sorte que le passé ait moins d’impact sur
    notre vie. Il existe une multitude de techniques que
    nous ne connaissons pas encore pour repartir du bon pied
    ou carrément à zéro.

  4. Patrick dit :

    C’est bizarre l’interprétation des gens sur un article, l’auteur n’a jamais parlé de faire le vide, moi je préfère dire qu’il faut se focaliser sur la solution, sur l’action à prendre, sur la décision, se concentrer dessus, sans prendre en compte le reste, et puis cette chose faite, passer à la suivante, vivre l’instant présent tout simplement sans se laisser submerger par ses émotions, une chose aprés l’autre, arrétons d’intelectualiser tout ce qu’on fait.

    • So'James dit :

      Bonjour Patrick,

      Je me permets de rebondir sur ta réponse. Car là où tu t’étonnes que certains commentaires parlent de faire du vide, il s’agit simplement de répondre à une question formulée par le premier commentaire écrit par Julien.
      Question à laquelle tu réponds toi même en énonçant ton mode de fonctionnement en pareille situation qui n’est pas le moins intéressant car divergeant de la méditation ou de l’observation d’ensemble en prenant de la hauteur préconisée par d’autres commentaires. Observation de la situation, des émotions ressenties successivement sur plusieurs dimension de notre être.
      Tu es un adepte de la focalisation et si tu y arrives de cette façon, personne ne te contredira et t’encouragera aller vers ce qui te sied le plus. Ceci dit, rien n’est figé et tout est soumis à évolution, d’un côté comme de l’autre.

      Tu as raison en disant de ne pas intellectualiser, mais il est tout aussi juste d’admettre qu’il existe plusieurs modes pour atteindre cette vacuité, ce vide, qui dispose d’un aspect philosophique dès le départ. Ces modes sont régis par deux dimensions de l’être: le mental et l’esprit. Deux choses bien différentes s’il en est.

      Très belle journée. 😉 _/|\_

  5. So'James dit :

    *correction: “…personne te contrediras, et au contraire, ON t’encouragera…”
    😉

Laisser un commentaire