Pour devenir plus zen au quotidien

Mon mois “sans m’asseoir” : Un échec

« Asseyez-vous paisiblement, ne faites rien, laissez venir le printemps et le gazon poussera de lui-même. » – Proverbe zen

ne pas rester assisPour le second mois de mon année sans, je me suis engagé à ne pas rester assis plus de 30 minutes d’affilée.

Je viens par la présente reconnaitre mon échec.

Bon, l’échec n’est pas non plus total. Je suis resté beaucoup moins assis ce mois-ci qu’auparavant. De plus, je m’en suis très bien sorti pour ce qui est de me souvenir les matins qu’il fallait que je me lève (même si j’ai tâtonné un peu au début) et que j’aille marcher, que je reste debout pour lire, que je fasse des étirements, etc. J’étais aussi très actif pendant le mois. En effet, je faisais des balades, des courses, des séances de gym, etc.

Les choses devenaient dures quand je ressentais la fatigue, généralement tard l’après-midi et le soir. Quand j’étais fatigué, je n’arrivais visiblement pas à suivre le plan. Par exemple, quand je revenais de longues courses, je m’allongeais pour faire une courte sieste et j’oubliais simplement de me relever. Je me pardonnais et je m’accordais la permission de me reposer. Je me disais que mon corps en avait besoin.

Les situations sociales étaient aussi difficiles à gérer. Quand je retrouvais des gens pour diner ou prendre du thé, j’avais du mal à ne pas rester assis. Au début, j’essayais de me lever et d’expliquer aux autres ma dynamique. Mais, je me sentais bizarre de rester debout alors qu’ils étaient assis. Je sentais que je les mettais un peu mal à l’aise. J’ai donc cédé ! J’ai décidé de faire en sorte que mes amis ou mes nouvelles connaissances ne se sentent pas mal à l’aise.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  3 actions pour avoir un bureau bien rangé

L’expérience de l’année sans n’a pas pour but de rendre ma vie misérable. Mon but, c’est plutôt de découvrir à quoi ressemblerait ma vie si je laisse tomber une chose que je ne veux pas abandonner. L’année sans a pour but de m’amener à en savoir plus sur la résistance et sur l’effet que ça fait de la repousser.

Et j’ai effectivement appris des choses à ce sujet en août.

Voici quelques leçons :

  • Quand vous êtes fatigué, il est très difficile de vaincre cette résistance.
  • Reposez-vous avant que la résistance n’arrive. Dormez beaucoup pour changer vos habitudes.
  • Il est difficile de se souvenir d’une habitude à longueur de journée (par exemple se souvenir de ne pas rester assis trop longtemps). Commencez donc par des sections plus courtes, puis étendez-les au fur et à mesure.
  • Au début, ayez un aide-mémoire visuel de façon à ne pas oublier. Mettez aussi les autres à contribution pour qu’ils vous aident à vous en souvenir.
  • Envisagez ce que vous ferez dans certaines situations sociales avant qu’elles n’arrivent. Parlez aux gens avant de les retrouver, et parlez-leur de l’étrange nouvelle habitude que vous voulez adopter. Ainsi, vous pouvez ensemble mettre en place un plan. Sinon cela devient étrange et vous cédez.
  • Pardonnez-vous quand vous échouez.
  • Se lever, s’étirer, faire des exercices, nettoyer, courir, marcher et être plus actif en général pendant la journée vous fatigue plus tard. J’ai été surpris de mon niveau de fatigue.

Précédemment : Mon mois sans café (mise à jour : j’ai rebu du café récemment)

30 minutes

Le mois prochain : Mon mois sans Télé/Vidéo

Ce mois-ci, je vais me priver de vidéo de toute sorte, ce qui inclut la télé, les films, YouTube et les autres vidéos en ligne.

J’ai résisté à cette idée principalement parce que c’est mon rituel de m’asseoir avec Eva le soir, de prendre un verre de vin, et de regarder une de nos émissions pendant une heure environ. C’était notre rituel de ralentissement, et c’était une chose que nous partagions. Je ne voulais pas abandonner cela, et chaque fois que j’ai pu envisager cela précédemment, j’y ai résisté.

La plus grande peur était de perdre ce temps avec Eva (et les enfants parfois). J’ai suggéré que nous fassions une autre activité ensemble le soir, mais en même temps je ne veux pas la forcer à abandonner la télé si elle n’en a pas envie. Donc nous y réfléchissons encore.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Un guide pour créer une maison minimaliste

Mon habitude de remplacement, c’est de lire, d’écrire et de faire du yoga le soir. Et j’ai maintenant hâte ! En fait, j’ai déjà commencé (depuis 3 jours maintenant) et j’apprécie ce temps en plus le soir, mais je manque aussi la possibilité de passer du temps en famille et cela gêne.

Déjà un petit dérapage à rapporter : j’ai regardé cette vidéo qui traite de la façon dont les smartphones nous déconnectent les uns des autres. J’ai beaucoup aimé, mais j’ai réalisé que je n’étais pas censé la regarder. Oups !

Article original écrit par Léo Babauta.

“Ne pas rester assis” plus de 30 minutes d’affilée n’est qu’un exemple de défi parmi tant d’autres défis personnels que vous pouvez relever. Je vous invite à regarder la vidéo suivante pour découvrir d’autres types de défis de 30 jours que vous pourriez vous lancer.

Crédits photo : © vektorisiert – Fotolia.com

Recherches utilisées pour trouver cet article :

ne pas sasseoir
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
6 commentaires
  1. Bonjour Olivier,
    je trouve que c’est plutôt intéressant d’essayer de remplacer pendant un mois les vidéos par l’écriture et la lecture. Je pense que je passe un peu trop de temps à regarder des films ou des vidéos sur YouTube, c’est pour cela que je vais relever le défi 😀
    Je vous tiens au courant.
    À bientôt !

  2. Et pourquoi pas ressortir des jeux de sociétés, regarder les albums de photos, faire la cuisine ensemble, lire une histoire aux enfants…
    Et en couple, s’occuper l’un de l’autre, massage par exemple ^^, lire un livre ou un magazine à deux, regarder les étoiles, méditer, ou simplement discuter et refaire le monde…

    Bon en même temps, cela me donne des idées pour moi-même car on a aussi l’habitude de regarder la télé le soir, et j’aimerais changer un peu cette habitude. Peut-être pas tous les jours mais en semaine ce serait bien pour ne pas se coucher trop tard et privilégier plutot les soirées télé pour le week-end, ce qui rendrait cela un peu plus spécial 🙂

  3. je trouve très intéressant ce challenge d’essayer de faire “sans”. simplement pour ressentir la différence par rapport aux habitudes….selon moi c’est un excellent entraînement au lâcher prise et à la gratitude…du coup je crois que je vais m’en inspirer ! à suivre …

  4. bon, j’avoue que ce blog est une vraie mine de reflexion pour moi.
    intriguée par cette année avec défis, je me suis piquée au jeu en cherchant moi aussi des défis à relever, j’ai commencé par un mois sans chocolat, je sais c’est petit mais comme disent léo et olivier commençons par un petit pas , j’ai juste craqué 2 fois, mon prochain défi est de vivre ce mois sans regarder de séries sur mon ordi le soir car je suis assez accro à ce moment d’abandon!
    en tout cas merci pour ces flèches quotidiennes qui nous poussent à avancer….

  5. Bonjour !
    J’ai du mal à comprendre car nous sommes fin juillet et on parle de fin aout : c’est un defi qui a été fait l’année dernière ?

    Pour ne pas oublier de se lever au bout de 30 minutes, un truc tout simple : un minuteur. La découverte de la fatigue est intéressante : le corps a sans doute besoin de plus d’une heure pour s’habituer à se nouveau rythme.

    Pour les occasions sociales, cela oblige justement à trouver d’autres façon de se voir. Refuser une sortie au restaurant ou un salon de thé, préférer une formule apéro-buffet.
    Une promenade, ou aller dans un bar ou un resto espagnol a tables hautes : on est soit debout, soit assis sur des chaises hautes, resultat ceux qui sont debout ne “dominent” pas les autres. On peut aussi s’appuyer sur un mur.
    Pour ne pas dominer les gens, s’en éloigner un peu plus : trouver la bonne distance pour qu’ils restent à l’aise malgré la différence d’altitude.

    Il faut savoir qu’il y a des raisons toutes bêtes pour ne pas pouvoir s’asseoir :
    – un lumbago ou tout autre problème de dos, le port d’un lombostat
    – après un accouchement douloureux, ou une opération par là (hemorroides etc)
    – le port d’une genouillère intégrale, jambe bloquée en position tendue
    Se mettre dans cet esprit de “pas le choix” aide à se détacher et à tenir malgré la pression sociale.

  6. Moi,je me lance dans un mois sans dépenses!!!
    Les vacances ont fait un trou dans le budget!!hihihi!!
    Mais l’idée de se lever toutes les demies heures est très bonne; pour moi le matin pas de problème mais l’après midi c’est plus difficile……pour autant ce n’est que du plaisir car je fais beaucoup plus de choses avec plus d’enthousiasme !!le défi stimule!!!
    Bonne journée
    Peg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.