Pour devenir plus zen au quotidien

Simplifier sans peine

Note : cet article est une traduction de l’article Simplifying Is Painful de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

SimplifierCréer de la simplicité et de la concentration, il n’y a rien de plus simple.

Cela nécessite de dire non, et ce faisant, les autres se sentent rejetés. Cela nécessite d’abandonner des choses que vous aimez, ce faisant, vous pouvez dire oui à ce qui est essentiel.

Ces deux dernières semaines, j’ai simplifié mes projets professionnels, de façon drastique et déchirante. Pour me fournir une concentration-laser.

La semaine dernière, j’ai annulé ou mis en suspens quatre projets auxquels je tenais. Cela a impliqué d’avoir quelques conversations pénibles avec des partenaires professionnels qui étaient vraiment enthousiastes vis-à-vis de ces projets. Ce furent les conversations les plus difficiles que j’aie eues ces dernières années.

Aujourd’hui, j’ai encore davantage simplifié :

  • J’ai mis fin à msmlist, un des sites j’ai le plus aimé créer.
  • J’ai mis mon site Unschoolery, sur la déscolarisation, en suspens, même si j’ai encore beaucoup de choses à dire sur le sujet.
  • J’ai arrêté d’apprendre l’espagnol, même si je suis allé plus loin dans cette langue ces derniers mois que j’aie pu le faire avec n’importe quelle autre langue (avec une possible exception pour l’anglais).
  • J’ai décidé de mettre également en suspens mon apprentissage de la programmation, même si j’ai fait de grands progrès il y a deux mois.
  • J’ai récemment continué à écrire mon Guide de vie pour mes enfants, mais je mets également cela en suspens maintenant.

Presque aucun de ces projets n’est mort. Ils se sont juste docilement repliés, pour être mis de côté dans une archive numérique et être repris plus tard. Ce n’est pas facile, cependant, de les mettre au frigo.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  30 choses à faire pour éviter de sombrer dans un ennui mortel au boulot

Pourquoi est-ce que je me fais traverser (et fais traverser aux autres) ce genre de peine ?

Pour une concentration intense.

Je vais me concentrer sur une chose : la création de mon nouveau livre.

Si j’ai 10 projets et apprentissages différents en cours, ce livre ne bénéficiera pas de ma totale attention. Il ne sera pas fait correctement. Et cela ne servira pas le livre, quiconque pourrait en bénéficier, et moi-même.

(Note : Ce site va encore être vivant, parce qu’il a toujours été un terrain d’essai pour mes meilleures idées, celles qui vont dans le livre.)

Et donc je traverse toute cette peine, et je laisse aller beaucoup de choses que j’aime, pour faire une chose merveilleuse. Pour me donner l’opportunité de me réinventer.

Mettre tout mon être dans une création, me destiner sans réserve et avec un total abandon à un seul but dans l’univers.

Il est temps de jouer.

Crédits photo : © pict rider – Fotolia

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
2 commentaires
  1. Il est vrai que parfois, pour se retrouver ou se concentrer, il faut savoir dire non… mais sur cet article, la solution pouvait être aussi de terminer notamment le guide pour enfants pour se “libérer” la tête et partir sur un autre projet d’écriture ! Pour aimer écrire moi-même, je ne me sentirai pas libre de faire une nouvelle création et d’en laisser une autre en suspens, j’aurai toujours dans un coin de ma tête que cet autre écrit n’est pas terminé… à chacun son mode de fonctionnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.