Note : cet article est une traduction de l’article A Month Without Coffee de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Zéro caféPour mon premier mois de cette Année à Vivre Sans, j’ai abandonné le café.  C’était une chose que j’imaginais être très difficile, étant donné mon amour du café et mes misérables tentatives précédentes.

Mais j’ai adoré ça.

Ca a été une immense surprise pour moi. Je n’ai eu absolument aucune difficulté à abandonner le café, ni le premier jour, ni la première semaine, à aucun moment.

La clé était d’avoir une bonne habitude de remplacement que j’ai vraiment appréciée. Au lieu de me concentrer sur le fait de sacrifier le café, je me concentrais sur le fait de boire une délicieuse tasse de thé chaque matin. J’étais reconnaissant de pouvoir boire un thé aussi bon, et donc le café n’était pas un souci.

Ainsi, mon premier mois à Vivre Sans n’a pas été si difficile, mais j’ai quand même appris quelques trucs. Je vais partager ces leçons avec vous ci-dessous, puis partager mon défi de Vivre Sans pour le mois prochain : ne pas rester assis plus de 30 minutes d’affilée.

Faire sans café

Quelques notes sur comment faire sans café :

  • Je m’attendais totalement à avoir des symptômes de manque, comme être groggy, avoir des maux de tête, et d’autres. Peut-être que c’est parce qu’il y a un peu de caféine dans le thé (pas en grande quantité car je le fais peu infuser), mais je n’ai connu aucun symptôme de manque. J’étais alerte et concentré même tôt le matin.
  • Je pensais vraiment que j’aurais du mal à voir les autres boire du café, mais cela n’a pas été difficile du tout.
  • La seule fois où j’en ai ressenti l’envie était en sentant l’odeur du café, qui est vraiment un arôme incroyablement excitant. Il n’y a pas beaucoup d’autres odeurs comme celle-là. Donc Eva se faisait du café, et cela sentait très bon. Mais l’envie n’a pas été trop forte.
  • La plus forte envie est venue un jour où je mangeais quelque chose qui était un peu gras (frit dans l’huile d’olive) et un peu épicé (poudre de chili), et le café d’Eva était juste en face de moi, donc je pouvais le sentir. Apparemment le combo des épices et de la graisse et la forte odeur de café est un déclencheur très fort pour moi. L’envie a duré un moment, mais j’ai bu de l’eau pour me rincer la bouche des épices et de la graisse, et je me suis éloigné de l’odeur de café.
  • Un autre moment intéressant a été notre visite de Portland, pendant laquelle Eva et mes amis Jesse et Josh Jacobs ont voulu faire le tour des meilleurs coffee shops. Je les y ai conduits, et j’ai profité des odeurs de bon café dans tous ces supers magasins, mais je n’en ai pas bu un. Les odeurs étaient extra.
  • D’autres fois nous sommes allés au Blue Bottle Cofee pour Eva, et j’aurais aimé prendre un soy Gibraltar (une délicieuse boisson crémeuse juste un peu plus grande qu’un verre à shooter, ne figurant pas sur le menu). Mais je ne l’ai pas fait, et ça allait bien.

Notes sur Vivre Sans

Cette année à Vivre Sans est une expérience, pour m’aider à apprendre des choses sur moi, sur mes envies, sur mes désirs, et sur la résistance à changer des choses dont je pense avoir vraiment besoin.

Nous résistons tous à des choses dont nous pensons ne pas pouvoir vivre sans, mais je crois que ce n’est pas la vérité, que nous pouvons vivre sans plus que nous ne pensons, et ce faisant nous pouvons changer quasiment tout dans nos vies.

Alors qu’ai-je appris, après un mois seulement ? Quelques trucs :

  • Je pensais que le café me manquerait bien plus que ça. Souvent nous anticipons plus de souffrances que nous en vivrons en réalité. Cela m’est arrivé de nombreuses fois – je pensais que je ne serais pas capable d’abandonner le fromage (c’était facile) ou la voiture, ou la viande, ou la malbouffe ou les fast-foods définitivement. Mais tout cela a été très facile, et chaque fois ça a été une surprise.
  • Avoir une bonne habitude de remplacement facilité énormément les choses. Quand vous vous concentrez sur le sacrifice, vous souffrez tout le temps mentalement. Mais quand vous vous concentrez sur les bonnes choses que vous avez à la place, c’est fantastique.
  • Les envies sont temporaires, même à leur maximum. La plupart des envies n’étaient pas si fortes, et même si normalement nous cédons à nos envies, je n’ai eu aucun problème à ne pas y céder. Même l’envie la plus forte n’a été là qu’un temps, puis est repartie. Je m’asseyais pendant les envies les plus fortes, je les ressentais, je restais assis dans cet inconfort, et j’ai trouvé que ce n’était pas si horrible. Rester assis dans l’inconfort, vous autoriser à le ressentir, est une expérience qui apprend beaucoup.
  • Avoir des limites prédéfinies est un outil puissant pour combattre les envies. Généralement nous cédons aux envies, parce qu’il n’y a rien pour nous en empêcher. Un peu de pizza ou un cookie ? Pourquoi pas ? Mais si vous fixez des règles, avec des limites, vous pouvez plus facilement résister aux envies – ce qui est une bonne chose.
  • Rendre des comptes en public est aussi un outil puissant. Le fait d’avoir dit à tout le monde (y compris vous tous) que je ne buvais pas de café a considérablement augmenté mes chances de ne pas le faire.

Mon habitude : le thé

Cela a été la meilleure chose dans ce mois sans café (à côté du fait que j’ai appris des choses sur les envies). Mon habitude de boire du thé a été continue (même quand je voyageais), et c’est une chose que j’espère continuer.

Quelques notes sur l’habitude de boire du thé :

  • Le thé est très agréable le matin (avant je buvais principalement du thé l’après-midi), parce que c’est léger, vous ne vous sentez pas hyperactif, et cela devient un rituel de pleine conscience, pendant lequel vous notez les saveurs et les arômes présents dans le thé pendant que vous y faites attention en le sirotant.
  • Je me sens également plus sain quand je bois du thé. Les bienfaits du café sur la santé peuvent être débattus (je ne sais d’ailleurs pas trop où me situer, avec le nombre de pour et de contre), mais il est difficile de débattre sur le thé. Vous vous sentez léger et fort en même temps.
  • Mon thé préféré le matin est le thé blanc Bai Mudan de chez Samovar, légèrement infusé. C’est un thé délicieux tôt le matin. Un thé blanc léger est parfait pour un estomac vide le matin.
  • Pour voyager, j’utilisais un panier à infuser. C’est une installation simple et minimaliste.
  • Jesse Jacobs qui travaille pour la marque Samovar m’a offert cette théière automatique et design en cadeau. C’est absolument fantastique, et même si vous n’en avez pas absolument besoin, si vous voulez faire des folies (ou ravir un ami qui aime le thé avec un super cadeau), c’est la meilleure théière que j’aie jamais vu.
  • Suivant les recommandations de Jesse, j’aime mettre plus de feuilles de thé et les laisser infuser moins longtemps que d’en mettre peu et les laisser plus longtemps (ce que font la plupart des gens).
  • Les thés oolongs et les verts en général sont mes préférés, même si j’aime beaucoup un bon thé blanc ou un pu-ehr.

Est-ce que je vais continuer sans café ?

Je me suis posé la question tout le mois – est-ce que je continue sans café après la fin du mois, ou est-ce que je devrais le remettre ?

En toute honnêteté, le café ne m’a pas manqué sinon en de quelconques occasions où j’allais quelque part et qu’il y avait du super café. Et j’ai vraiment apprécié boire du thé le matin.

Cependant, un article que j’ai lu sur le site d’Harvard et qui avance que le café pourrait réduire le risque de suicide chez les adultes ‘a fait me demander si je ne devrais pas inclure un peu de café quand j’en ressentais l’envie.

Alors voici ce que j’ai décidé : je vais continuer à boire du thé, pas du café, le matin. Mais je vais m’autoriser quelques gorgées (une demi-tasse maximum) s’il y a vraiment du bon café préparé par un super coffee shop. Je pense que c’est un bon équilibre.

Le mois prochain : ne pas rester assis plus de 30 minutes d’affilée

Donc pour mon prochain défi dans cette Année à Vivre Sans, je vais faire en sorte de ne pas rester assis plus de 30 minutes d’affilée.

Voici ce que je vais faire :

  • Tant que je serai réveillé, je ne vais pas rester assis plus de 30 minutes d’affilée – après 30 minutes, je me lèverai pendant 15 minutes.
  • Pendant cette pause de 15 minutes, je vais faire une de ces choses : du yoga, de la musculation, une ballade, du rangement, jouer avec les enfants, boire du thé debout, lire debout, ou faire un exercice de gym. Je peux faire d’autres choses, mais c’est ce à quoi je pense pour l’instant.

Je devrais faire remarquer qu’il y a quelques exceptions à cette règle : 1) dormir plus de 60 minutes ne pose pas de problème, et 2) en avion je vais faire de mon mieux pour ne pas rester assis plus de 30 minutes (mais je ne pourrai pas me lever pendant 15 minutes).

Quelques notes :

  • Oui, j’ai testé les « bureaux debout ». Je n’aime pas rester debout plus de quelques heures par jour. Je préfère être assis quand j’écris.
  • J’ai vraiment hâte de faire mon yoga. J’ai un ami, Toku, qui a commencé à me créer un nouveau programme de yoga de 10 minutes chaque semaine. C’est un excellent entraînement à la pleine conscience, tout en s’étirant et en étant aussi actif.
  • Je fais cela parce que je pense que rester assis trop longtemps nous tue (avec le sucre, la viande, et les farines blanches). Rester assis avec modération est probablement une bonne idée.

Crédits photo : © blankstock – Fotolia.com

Tags: , , , , , ,

7 commentaires on Un mois sans café

  1. Cet article est amusant !
    j’ai aussi remarqué combien il est difficile de l’odeur si attractive du café !J’ai bien aimé cette phrase : “le fait de dire à tout le monde que je ne buvais plus de café a considérablement augmenté mes chances de ne pas le faire”. Personnellement je ne prends pas ce type d’engagement trop au sérieux de façon à toujours me garder le maximum de liberté et éviter de me créer une pression et un sentiment de culpabilité.
    Quand au projet de ne pas rester assis plus de 30 minutes je le trouve amusant mais il ne m’attire pas trop, je trouve que la posture debout statique est assez fatigante !

  2. MariVé dit :

    C’est une erreur très répandue de croire qu’il faut faire peu infuser le thé pour avoir peu de théine; c’est le contraire.
    Après, le temps d’infusion, c’est aussi affaire de goût et de sensibilité.
    Ceci dit tout à fait d’accord, l’odeur du café est délicieuse (à mon avis, à la mesure de la déception que je ressens quand je bois un café)

  3. symphor dit :

    Facile! mais quand nous faisons un boulot où il n’est psas permis de faire comme vous de la gym ou autres!

  4. Lo dit :

    Hello !

    J’attendais avec impatience cet article, après avoir lu le programme d'”une année sans”.
    Simple et efficace et surtout exemplaire. J’hésitais sur ce que représentais ce challenge et puis cela donne envie d’essayer.
    Je pense que c’est un excellent exercice de pleine conscience quotidien et actuel. Je serais sans doute moins ambitieuse, car l’année est passée pour moitié (ça aide!) et puis il y a quelques pratiques dont l’abandon ne me ferais pas souffrir (quoique) mais que je ne tiens pas à abandonner dans l’immédiat. J’ai commencé également avec le café. Le fait de ne plus en boire n’est pas une épreuve car je n’en trouve pas vraiment d’excellent près de chez moi. Cela rend l’exercice très abordable et encourageant de fait pour le mois d’août…

    Merci et à bientôt

  5. Eric dit :

    Merci Olivier et Leo pour cet article très motivant ! Arrêter le café ou tout autre chose nocive pour la santé est quelque chose de très excitant pour moi. D’abord parce que ça me permet à chaque fois de retrouver une énergie incroyable que je ne soupçonnait pas jusqu’alors ! Et ensuite parce que cela développe en moi un sentiment de joie et de fierté qui est un extraordinaire booster ! J’ai ainsi beaucoup plus confiance en moi et en mes capacités !
    Je vais suivre avec assiduité tous ces articles d’une année sans. Merci
    Eric

  6. sylvain dit :

    Bonjour Olivier,

    merci pour cet article, mais
    peut-on arrêter de prendre un tasse de café
    ou quoi?

    amicalement.

  7. Celine dit :

    J’ai lu tout l’article, mais en fait je me demande pourquoi la personne à souhaité arrêter le café !!!??? Finalement, rien n’est expliqué sur ses motivations premières ? Du coup, je ne vois pas vraiment l’intérêt de l’article! A part constater sa force mentale de renoncer à qqch en particulier, j’aurais préféré comprendre quels éventuels effets positifs l’arrêt du café pouvait avoir sur lui ?

Laisser un commentaire

58 Partages
Partagez50
Tweetez8