Note : cet article est une traduction de l’article A Year of Living Without de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

EspacePour les 12 prochains mois, je vais mener une expérience personnelle que je vais appeler Une Année à Vivre Sans.

C’est ma façon de découvrir ce qui est vraiment nécessaire, de simplifier ma vie, de faire de la place aux autres choses.

Je teste les limites de mes besoins. C’est bon de tester vos frontières personnelles de temps en temps (ou, si vous êtes moi, tout le temps).

Alors qu’est-ce qu’une année à vivre sans ?

Chaque mois, je vais enlever une chose que je fais chaque jour pendant toute la durée du mois. Une chose que j’ai tendance à ne pas vouloir abandonner, pour diverses raisons.

Je vais abandonner quelque chose pendant un mois, puis évaluer si c’était une chose que j’ai apprécié abandonner, si cela vaut le coup de le sortir de ma vie, ou si je veux le remettre après la fin du mois. Le mois suivant, je vais essayer d’abandonner autre chose (voir la liste ci-dessous).

Les 12 choses sans lesquelles je vais vivre

Chaque mois, je vais tester une expérience différente :

1. Juillet : Le café. Je bois 1 à 2 tasses chaque matin, et c’est la première chose que je fais chaque matin après ma méditation. J’ai arrêté le café pas mal de fois par le passé, pour l’expérience, mais je n’ai pas trouvé cela utile ou appréciable. Je vais refaire le test. Habitude de remplacement : le thé.

2. Août : M’asseoir pendant plus de 30 minutes d’affilée. Je travaille en ligne. Je lis également beaucoup en ligne. Et je fais des recherches, je paye des factures, je regarde des vidéos, etc. Vous voyez le tableau – une vie typique d’occidental, probablement. Je vais m’interdire de m’asseoir trop longtemps – après 30 minutes, je vais devoir me lever pendant 15 minutes et faire autre chose. S’asseoir trop longtemps nous tue. Habitude de remplacement : le yoga (au moins pour quelques-unes des pauses).

3. Septembre : Les loisirs vidéoludiques. Même si j’ai abandonné la télé par câble il y a des années, Eva et moi regardons des émissions sur iTunes/Netflix pendant une heure environ le soir (sans les pubs). Je regarde aussi des trucs sur YouTube une fois de temps en temps, mais pas beaucoup. Je vais aussi supprimer tout cela. Habitude de remplacement : lire des livres.

4. Octobre : le sucre. J’adore les desserts végétaliens. Je n’en mange plus beaucoup, mais ce mois-là, je n’en mangerai pas du tout. Habitude de remplacement : les légumes, les fruits.

5. Novembre : L’ordinateur/internet le matin (sauf pour écrire). J’utilise l’ordinateur pour les mails, pour lire des articles plus longs et des posts de blogs, pour payer les factures, pour gérer mes tâches, etc. Je ne pourrai pas faire la moindre de ces choses avant midi. Seulement écrire, ou faire des trucs non-informatiques. Habitude de remplacement : écrire un roman.

6. Décembre : Les glucides raffinés. Honnêtement, je ne consomme plus beaucoup de glucides raffinés, mais je « triche » avec les enfants de temps en temps. Pour ce mois-là, je vais les interdire totalement. Ca devrait être marrant à faire pendant les vacances ! Habitude de remplacement : les légumes.

7. Janvier : Utiliser internet toute la journée (sauf pour écrire mes articles). Pareil qu’en novembre, sauf que cela sera toute la journée (y compris les après-midi). Cela signifie aussi aucun mail en janvier, probablement. Habitude de remplacement : écrire un livre.

8. Février : Le téléphone portable. Pendant longtemps, je n’avais pas d’iPhone, simplement un téléphone idiot. C’était bien suffisant pour mes besoins. Puis Eva m’a acheté un iPhone, et je l’utilise assez régulièrement (sans y être accro). Mais je vais passer un mois entier sans utiliser mon iPhone (ou un autre téléphone portable). Sachez que nous n’avons pas de ligne fixe. Habitude de remplacement : dessiner.

9. Mars : L’alcool. Je bois 1 à 2 verres de vin rouge par soir, généralement avec Eva. En de rares occasions je prends une bière. Pas ce mois-ci. Habitude de remplacement : le thé.

10. Avril : Acheter de nouveaux trucs. Quand j’étais endetté, je mangeais de façon vraiment frugale. Je ne suis plus aussi radin maintenant que je suis totalement désendetté parce que ce n’est plus aussi nécessaire. Ce mois-là, je ne vais rien acheter de nouveau. Habitude de remplacement : créer, emprunter, partager.

11. Mai : Les restaurants. Je ne vais pas beaucoup dans les restaurants, sauf pour mes rendez-vous avec Eva, pour socialiser avec des amis, ou pour faire plaisir aux enfants. Ce mois-là, aucun restaurant ! Habitude de remplacement : cuisiner des plats naturels pour les gens.

12. Juin : les ordinateurs. Aucun ordinateur du tout ce mois-là. Je vais écrire avec la bonne vieille méthode papier-crayon, et peut-être demander à quelqu’un de poster des choses pour moi sur mon blog. Argh. Habitude de remplacement : méditer, s’étirer, écrire, dessiner.

Cette liste pourrait changer au fur et à mesure que l’année avance et que je trouve d’autres choses que je préfèrerais abandonner, mais c’est ce que je prévois pour le moment. Je vais faire au moins un article par mois à propos de ce que j’apprends.

À la fin de chaque mois, je vais décider si je veux continuer sans l’élément de ce mois-là. Cela dépendra réellement de la façon dont l’expérience se sera passée.

Certaines choses que j’ai déjà abandonnées :

  • Posséder une voiture
  • La viande
  • Les laitages et les œufs
  • La télé câblée
  • Les nombreuses possessions
  • Le fast-food
  • Facebook
  • Prendre de grosses valises quand je pars en voyage

J’ai apprécié avoir abandonné toutes ces choses. Ce ne sont pas des sacrifices, mais une joie.

Pourquoi est-ce que je fais ça ?

Si vous avez toujours pensé quelque chose comme, « Oh, je ne pourrais jamais arrêter le fromage ! » (ou le café, ou le sucre, ou votre voiture, ou la télé, ou Facebook, ou internet), alors vous savez à quoi je fais face. Je fais face à un an de cette réaction, intérieurement.

Et je fais face à une année à apprendre que, peut-être, rien de tout ça n’est vrai. Nous pouvons abandonner ce à quoi nous nous accrochons chèrement. Nous pouvons repousser ces limites, et les sentir reculer, et ne pas avoir de problème avec ce recul.

Je fais cela pour moi, pour apprendre sur moi, mais aussi pour montrer aux autres que notre réaction initiale est fausse. Nous pouvons abandonner cela.

Et dans le processus, faire de la place pour une chose qui pourrait être simplement meilleure. On ne le saura jamais tant qu’on n’essaiera pas.

Questions-réponses et suggestions

Quelques questions que vous pourriez avoir :

Q : Comment peux-tu abandonner internet quand tu travailles en ligne ?
R : Eh bien, je prévois d’écrire quand même, mais de ne pas faire grand-chose d’autre. Je vais découvrir un système où je peux écrire mais ne pas faire quoi que ce soit d’autre en ligne. Je n’ai pas encore travaillé sur les détails.

Q : N’est-ce pas un peu extrême ?
R : Possible, cela dépend du contexte. Honnêtement, je ne pense pas que certains d’entre eux seront incroyablement difficiles, mais celles liées à l’informatique seront dures (et il me semble que l’alcool me manquera aussi). Et je n’ai pas peur d’aller un peu dans l’extrême – quand nous nous poussons un peu, nous apprenons sur nous-mêmes.

Q : Je me débrouille déjà sans ces choses depuis des années !
R : Fantastique ! Je ne prétends pas être le premier à faire ces choses. C’est simplement une suite d’expériences personnelles, pour voir ce que je peux apprendre. J’adorerais apprendre grâce à vous – partagez votre histoire avec moi, donnez-moi des astuces.

Q : Que vas-tu faire avec ton nouveau temps libre ?
R : Ca m’intéresse de le découvrir ! J’espère que cela sera utilisé pour écrire, lire, faire de l’exercice, du yoga, de la méditation, et passer du temps avec Eva et les enfants. Nous verrons !

Q : Le café ? Mec, t’as perdu la tête…
R : Oui, j’adore le café. Mais c’est les choses que je suis le plus réticent à abandonner qui m’intéressent le plus. Est-ce que ma réaction – « Je ne peux/devrais/veux pas abandonner ça ! » – est vraie, ou puis-je prouver qu’elle est fausse ? Que puis-je apprendre à propos de moi-même ? Si nous écoutons seulement le petit enfant effrayé en nous, nous n’apprenons jamais rien d’intéressant.

Q : Est-ce que tu abandonnes chaque élément de façon permanente ? Ou vas-tu seulement t’abstenir de ces éléments de ta liste jusqu’à ce que le mois en question soit fini ?
R : Nous verrons. Je ne m’engage qu’à m’abstenir de chacun de ces éléments jusqu’à la fin du mois, mais si j’aime cela je prévois de continuer l’expérience aussi longtemps que cela me paraît bien. Je vais partager mes découvertes, et lesquels que je garde, au fur et à mesure.

Q : Je me demande, si tu ne manges pas de glucides raffinés et de viande… Qu’est-ce que tu manges ? J’aime vraiment savoir avec un exemple de ton menu de la semaine.
R : Eh bien, je suis végétalien, et je mange rarement de glucides raffinés aujourd’hui (peut-être 1 ou 2 fois par semaine à moins que je voyage). Mais mes repas pourraient donner quelque chose comme ça :

  • Petit-déjeuner : Céréales de grains germés (sans farine) avec du lait de soja, des baies, des noix, et du lin
  • Midi : Haricots noirs avec du riz brun et des légumes verts
  • Goûter : Noix et fruits, ou smoothie vert avec des légumes verts, des baies surgelées, du lait de soja, du beurre d’amande, de la banane
  • Dîner : Un sauté de tempeh avec du chou frisé, de l’huile d’olive, de l’ail, du sel et du poivre

Q : Comment peut-on méditer après s’être réveillé et avant le café, sans se rendormir ?!
R : Eh bien, je m’assois droit sur un coussin. Si vous vous allongez, vous vous endormirez. Je suis également peu fatigué tant que j’ai dormi 6 à 7 heures. Mais chaque personne est différente.

Q : Je ne me vois pas arriver à abandonner un jour le téléphone portable, pour la tranquillité d’esprit que cela m’apporte de savoir que ma vieille maman peut toujours me joindre, ainsi que mes enfants adultes qui vivent loin de nous.
R : Oui, je comprends. J’ai de jeunes enfants et une femme, et cela m’inquiète un peu de ne pas avoir de téléphone portable quand je sors. Cependant, le nombre de fois où j’ai vraiment eu besoin d’un téléphone portable pour des cas d’urgence par exemple est de zéro. Donc ce n’est pas une peur ancrée, du moins pas dans mon cas. Chaque personne a une situation différente, cependant.

Q : Concernant l’habitude du café, le remplaces-tu par du thé décaféiné ? Cela ferait sûrement une grosse différence.
R : Non, je prévois de boire principalement des thés verts et oolongs. La caféine n’est pas un problème pour moi – je suis habitué à beaucoup de caféine donc la quantité qu’on en trouve dans le thé n’est pas vraiment notable. Je n’ai généralement pas de coup de mou dans l’après-midi.

Q : « S’asseoir plus de 30 minutes d’affilée » – je pense que c’est une super idée. Je vais certainement le faire le mois prochain. Vas-tu utiliser un logiciel spécial sur ton ordinateur ou hors informatique comme aide-mémoire ?
R : Oui, je vais probablement utiliser un aide-mémoire sur ordinateur. J’ai utilisé Mindful Mynah par le passé et j’ai bien aimé, mais il date un peu maintenant et je verrai cela en commençant.

Suggestion d’un lecteur : Peut-être que je vais simplement revenir à un vieux téléphone basique, au lieu d’un smartphone.
Leo : Oui, j’avais un téléphone basique jusqu’à il y a un mois environ, et j’ai bien aimé cela. Mais même cela n’est pas toujours nécessaire.

Suggestion d’un lecteur : Si vous arrêtez de regarder des films avec votre femme le soir, remplacez peut-être ce temps « ensemble » par un jeu ou une autre activité que vous pourriez faire ensemble. J’imagine que lire pourrait remplacer le fait de regarder le film seul comme vous faites, mais je pensais simplement à du temps passé vraiment ensemble.
Leo : C’est une excellente remarque. Je vais en parler avec Eva.

Suggestion d’un lecteur : Pour ton mois sans ordinateur, puis-je suggérer que tu essayes d’écrire au stylo-plume ? N’importe lequel avec une plume raisonnablement fine et un bon débit fera l’affaire. Tu pourrais aimer la façon dont cela glisse sans effort sur le papier, dont tes pensées s’écoulent littéralement dans l’encre liquide. Ajoute une tasse de thé et tu pourrais avoir un super rituel matinal.
Leo : J’adore cette idée !

Suggestion d’un lecteur : Trois mots : bureau-tapis roulant. Cela t’empêche de rester longtemps assis. Mon mari et moi en avons créé un pour moi pour très peu cher en utilisant un tapis roulant d’occasion.
Leo : Je vais y penser. J’ai essayé des trucs similaires et j’ai trouvé que je voulais m’asseoir de temps en temps parce que mes jambes fatiguaient au bout d’un moment.

Crédits photo : © puckillustrations – Fotolia.com

Recherches utilisées pour trouver cet article :

vivre sans loisirs, comment vivre sans portable

Tags: , , , , , , , , ,

7 commentaires on Une Année à Vivre Sans, ou comment j’ai fait de la place pour vivre

  1. Magali dit :

    Tiens c’est marrant j’ai exactement la même idée il y a 1 semaine mais chaque semaine. Et je compte faire une chaîne youtube. En ce moment c’est 3 jours sans téléphone et sans facebook. Pas évident mais très ressourcant !! j’ai hâte d’en savoir plus sur ce que tu vis et je trouve ton projet vraiment super !

  2. Pascal dit :

    Bonjour Olivier,

    cette expérience de Léo Babauta est intéressante. En ce qui me concerne, je suis accro aux sites d’actualité ou qui traitent de voitures sur Internet. Je les consulte plusieurs fois par jour.
    Du coup, il me manque du temps, pour lire de bons livres par exemple.
    Je compte donc supprimer ou fortement réduire ma consommation de certains médias.

    amicalement,

    Pascal

  3. chri dit :

    Bonjour, je trouve l’idée interressante, mais aussi parodoxale, car pour moi il s’agit juste de remplacer une habitude par une autre. Certes dans certains cas meilleure que l’autre mais pour etre completement indépendant l’idéal étant de ne pas avoir justement d’habitude journalière, mais plutot de faire un “mix” d’habitudes, là je pense qu’on peut se prouver à soi meme que nous ne sommes plus dépendants. Les enfants ont besoin de rituels pour être rassurés, je crois tout simplement que de maintenir des rituels en tant qu’adulte permet de continuer à être rassurés, mais il n’y a pas de réel exploit de remplacer quelque chose par une autre.

  4. Therry GUIBOUIN dit :

    Salut à toi internaute chevronné & autres. Je viens de passer (il y a qlqs mois une semaine sans ordi et curieux hasard la même semaine sans portab ! J’ai eu l’impression d’être plus legé,plus proche de la nature encore, plus accro aux vraie relations humaines, etc. Comme ci cette évolution technologique nous mets des œillères ? Casse t-elle les vraies relations (en étant négatif) on peut se poser la question ?

  5. Gaelle dit :

    Cela fait déjà des années que mon téléphone portable basique reste sur mon bureau la plupart du temps… au grand désarroi parfois des gens qui ne comprennent pas que je ne sois pas joignable dans la minutes même !! c’est rigolo.
    Franchement le téléphone ça ne me manque pas !! Je n’ai jamais eu de smartphone…

    J’ai décidé il y a quelques mois de “lâcher” mon ordinateur et internet les we, où lorsque mon conjoint est de repos… difficile au début, et puis maintenant cela ne me pose plus de problème… tout peu bien attendre quelques jours !!

    J’ai décidé en décembre dernier d’arrêter de boire du coca, et autres soda (j’en buvais pas mal…). là aussi ça a été dur au début, et puis au final, cela me manque rarement maintenant ! cela va faire 6 mois déjà !!!

    Facebook et les réseaux sociaux, c’est chronophage et inutile, j’y vais le moins possible, uniquement pour partager mes articles, ou des vidéos, ou des posts intéressants.

    Je n’ai jamais été tv ni média, donc ne plus allumer le poste de télévision ne me manque pas du tout. dans la cuisine nous avons remplacé la tv par une poussinière d’élevage, et c’est franchement plus distrayant, vivant et enrichissant !!

    Lorsque j’ai du temps libre, je le passe dehors, au milieu de la nature et de nos animaux… je n’ai pas trouvé mieux comme occupation !! Je les filme, les photographie, ils m’inspirent pour écrire… source inépuisable de bien être quotidien ! J’ai récemment osé publier un article sur la maltraitance que j’ai fait subir par ignorance à l’un de mes chevaux durant des années, avant de cesser de croire que les autres avaient raison, et de m’écouter moi… (http://cheval-facile.com/cheval-ferre-un-massacre/)

    Nous avons commencé à créer à 2 un site sur notre passion des cocottes en tout genre, et sur nos expériences. chose que je n’aurai pas eu le temps de faire avant de laisser de côté ses mauvaises habitudes inutiles ! (http://oeuf-poule-poussin.com/)

    oser changer, oser bouger, oser faire des choses quelles qu’elles soient, c’est simplement magnifique !!
    Je vais suivre ce défi inspirant mois après mois, c’est promis !

    Gaëlle

  6. Aminata DIAGA dit :

    bonjours Olivier c’est toujours un plaisir de commencer la journée avec vos articles.Mais mois je veux apprendre à faire la méditation tu pourrais m’aider à y parvenir stp.Merci

  7. Brigitte dit :

    Bonjour Olivier,
    Je trouve que ceux sont de bonne idées si tu te sens “accro” à cette ptite liste. Cure de “jouvence” et de légèreté ne font pas de mal ! En tout cas, bonne continuation.
    Je pense que chacun(e) d’entre nous a ces propres “addictions” et rituels….à changer, adapter ou pas.
    Bien souvent, pour l’avoir expérimentée et je continue par petites touches encore maintenant, nous pouvons être très agréablement surpris et découvrir de nouvelles pratiques qui nous conviennent, finalement, davantage.
    Personellement, quand je te lis, j’ai l’impression de vivre à l’ère préhistorique. Je n’ai rien de ce que tu décris et n’en ai pas envie sauf un portable très basique (je n’aime pas le téléphone, çà aide) car je suis en “insuffisance surrénalienne” à vie et s’il m’arrive d’avoir un malaise, il faut pouvoir joindre le 15 fissa ! Et, j’ai également 2 amies très proches et ma maman qui peuvent, quand même, m’appeler sur le portable. Cela me suffit.
    J’ai 56 ans et mes habitudes ont changé depuis que je suis en invalidité pour plusieurs problèmes de santé importants et que mon “rythme” n’a plus été aussi “performant” qu’avant et qu’il a donc fallu que je m’adapte. Pas si simple à accepter car je suis une personne active….et, toujours.
    Mais si ces problèmes de santé sont invalidants, j’ai finis par en apprendre bien davantage sur moi-même et continue à en apprendre encore pour simplifier ma vie et aller toujours plus vers l’essentiel.
    Par exemple, il y a quelques mois, j’ai changé de régime alimentaire (plus de farine de blé, de produits laitiers, de sucre raffiné, de coca..etc)car je souffrais trop et quand j’ai lu ce que tu mangeais, je dirai familièrement que c’est “tout pareil” et cela me réussit plutôt bien.
    C’est par hasard que je m’y suis mise car je souffre depuis plus de 10 ans de polyarthralgies diverses dues à une maladie inflammatoire au niveau des enthèses, des ligaments et tendons et les médecins sont plutôt démunis face à ce type de pathologie. Douleurs++ quotidiennes et en permanence de jour comme de nuit avec de temps en temps pour “épicer le tout”, une “belle” crise inflammatoire où tu te retrouves comme un “légume”, à devoir être alitée les premiers jours.
    Mais là aussi, j’ai eu beaucoup à apprendre avant de lâcher prise La relaxation, le lâcher prise justement (moins de colère), l’acceptation “comprise”, apprendre à se connaitre, aller vers les autres simplement, ne pas me laisser envahir par des “bêtises”… Hormis les médicaments qui me sont absolument nécessaires, je prends de moins en moins de médicaments allopathiques et privilégie les médecines douces : ostéopathie à domicile …> Eh, oui, on ne se refuse rien !! massages à base d’huiles essentielles tisanes à base de plantes…etc m’aident beaucoup.
    Et, quand j’en ressens le besoin, un peu de méditation. Je dirai que je suis plus souvent dans la journée, par moment, en “état de méditation”, ce qui me convient mieux, pour le moment.
    Ce que je préfère en ce moment, c’est être sur le balcon, relax, face à un étang, à regarder autour de moi et profiter du soleil. Cela peut être ailleurs. Peu importe l’endroit, du moment que c’est tranquille et reposant.
    La marche est un peu difficile…> j’en fais mais pas autant que je le souhaite mais cela viendra…
    Les tâches ménagères sont toujours présentes, bien évidemment, mais en te lisant, je me suis dit que j’allais prendre davantage de temps pour dessiner, reprendre le pastel…etc, sans oublier l’écriture. Je m’intéresse également aux loisirs créatifs, à l’art textile et tout ce que l’on peut faire soi-même.Me restera t’il du temps pour me remettre à la guitare ?!
    En tout cas, vive la vie !!
    Je souhaite une bonne journée à tous. Brigitte

Laisser un commentaire

118 Partages
Partagez108
Tweetez10