Note : cet article est une traduction de l’article Living the Simple Life de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Un homme est riche des choses dont il peut se passer. – Henry David Thoreau

Vie simpleDepuis presque 9 ans maintenant, j’apprends à avoir une vie simple.

Une vie désencombrée de la plupart des choses dont les gens remplissent leur vie, et qui laisse de la place pour ce qui compte vraiment. Une vie qui n’est pas faite d’occupations et de rush constants, mais de contemplation et de création, de connexion avec les gens que j’aime, de temps pour la nature, et d’activité.

Cela ne signifie pas que je n’ai aucun désordre et aucune complication : je fais partie de ce monde, je ne suis pas un moine reclus. J’ai des possessions, des trucs électroniques, des distractions, et des occupations occasionnelles. Je l’ai simplement réduit pour faire de la place.

Aujourd’hui j’ai réfléchi à cette vie simple, et j’ai pensé que je pourrais partager certaines de ces réflexions.

Certaines choses que j’ai apprises à propos d’une vie simple :

  • Désencombrer votre maison et votre espace de travail peut permettre d’avoir un esprit moins encombré. Ces distractions visuelles nous pèsent de plus de façons que nous ne le réalisons.
  • Un matin calme et apaisant est une chose à chérir. Je me lève tôt pour avoir un moment calme pour lire, écrire, et méditer.
  • Vous ne pouvez pas avoir une vie simple si vous n’avez pas la volonté de vous débarrasser de ce à quoi vous êtes habitué.
  • Laisser aller peut être difficile, mais c’est plus facile si vous faites un défi d’un mois. Débarrassez-vous d’une chose par mois et voyez si vous aimez cela ou non.
  • Se débarrasser de la télé par satellite a été une des meilleures choses que nous avons faites récemment ; plus de télévision constamment allumée chez moi, plus de publicités pour des trucs merdiques dont nous n’avons pas besoin.
  • Le shopping n’est pas une thérapie. C’est une perte de temps et d’argent.
  • Si vous remplissez votre vie de distractions, c’est probablement parce que vous avez peur de ce à quoi la vie ressemblerait sans internet constamment disponible, les réseaux sociaux, les infos, la télé, les jeux, les en-cas.
  • La nourriture simple, complète et saine n’est pas seulement meilleure pour la santé que la malbouffe : c’est aussi un plaisir.
  • Vous avez plus de temps pour ce qui est important : du temps avec vos enfants, du temps avec votre épouse, du temps pour créer, du temps pour faire du sport. Mettez tout le reste de côté pour prendre ce temps.
  • S’engager à outrance est le plus grand péché contre la vie simple que font les gens. Je supprime avec douleur un très grand nombre d’engagements pour simplifier ma vie, et je suis content de l’avoir fait. Je fais cela tous les ans environ parce que j’oublie sans cesse.
  • Je fais en sorte que mes jours restent globalement déstructurés et imprévus, comme ça j’ai du temps pour les petites choses qui sont si importantes : lire avec mes enfants, aller me promener, faire une sieste.
  • Il y a certaines activités que je dois faire presque tous les jours, même si elles ne sont pas planifiées : écrire, lire, manger des plats sains, faire de l’exercice ou jouer dehors avec les enfants, gérer ma boîte mail, lire avec les enfants.
  • Il est facile de remplir nos vies parce qu’il y a tant de choses qui semblent incroyables. Nous entendons parler de ce que les autres font et nous voulons instantanément ajouter cela dans nos vies. Mais il est plus difficile de se souvenir qu’en ajoutant tant de choses dans nos vies, nous soustrayons de l’espace. Et cet espace est important.
  • En disant non aux choses qui paraissent vraiment cool, je dis oui à ce qui est vraiment important pour moi.
  • Les distractions sont à la fois plus tentantes et plus destructrices que nous le réalisons.
  • Il est tentant de remplir chaque petite minute de la journée avec de la productivité ou des distractions. Ne le faites pas. Laissez un peu de vide.
  • Nous donnons trop d’importance à l’excitation. C’est temporaire, et ce n’est pas important.
  • Nous insistons trop sur la productivité. La concentration, les priorités et l’efficacité sont plus importantes. Tout comme l’est une agréable promenade avec quelqu’un qu’on aime.
  • Si vous ne pouvez pas apprendre à rester assis seul dans une pièce silencieuse sans distraction, vous ne serez pas capable de simplifier.
  • Acheter des trucs ne résout pas vos problèmes. Pas plus que la nourriture.
  • Ce n’est pas le petit nombre de choses que nous possédons qui compte. C’est le fait de faire en sorte que ces choses comptent ou non.
  • Il est mieux d’avoir sur votre étagère six livres que vous allez vraiment lire qu’une centaine que vous n’allez jamais parcourir.
  • Quand vous voyagez léger, vous êtes plus libre, moins chargé, moins fatigué. Cela s’applique tout aussi bien à la vie qu’aux voyages.
  • Votre attention est votre possession qui a le plus de valeur. Faites-en cadeau aux gens que vous aimez le plus, pas à une bande de clowns sur internet. Fournissez cette attention aux tâches qui comptent le plus, pas aux distractions.
  • Et parfois, les distractions, c’est cool.

Commençons par faire une sieste, ou deux. – Winnie l’ourson

Crédits photo : © motya7 – Fotolia

Recherches utilisées pour trouver cet article :

avoir Une vie simple, avoir une, mener une vie simple, une vie plus simple, mode de vie simple, avoir une vie, veux une vie simple, Comment faire la vie simple?

Tags: , , , , , , , , , , ,

5 commentaires on Avoir une vie simple

  1. Guylaine dit :

    J’ai télécharger le livre et j’ai été lire cet article. Je trouve les phrases trop radicales (je vais laisser un exemple du pourquoi je vous ai laisser ce courriel) et je me demande si cela vaut vraiment la peine que je lisse ce livre. Oui je veux changer des chose dans ma vie, mais doit-on aussi choisir de changer la vie de l’autre qui partage la mienne?

    J’ai trouvé ce livre sur internet !!! et ici vous me dites de laisser internet ????? Trouver l’erreur

    Voici l’exemple: Si vous remplissez votre vie de distractions, c’est probablement parce que vous avez peur de ce à quoi la vie ressemblerait sans internet constamment disponible, les réseaux sociaux, les infos, la télé, les jeux, les en-cas.

    • Francois dit :

      Vous avez raison, il y a certainement des contradictions dans son mode de vie.
      Mais ne pas mener la vie que l’on veut pour faire plaisir à son conjoint en est une autre.

  2. Gilbert dit :

    Hey merci pour cet article, je partage certains avis. Personnellement je dis souvent qu’aujourd’hui on “sur-vit” au lieu de vivre. (En deux mots). on est au dessus d’une vie simple. J’ai l’impression que la plupart des gens ne s’en rendent pas compte. Par exemple, tout le monde rale si un avion a une heure de retard mais ils oublient que c’est déjà exceptionnel de faire le tour du monde en peut être 24h aujourd’hui. Bon courage à toutes celles et ceux qui veulent rester simple.

  3. Fiévet dit :

    Cela m’intéresse beaucoup à ce moment de ma vie : Je vis très vite, je remplis chaque heure et me sens davantage dans l’action que dans “l’être”. Mais en me cassant les doigts après une chute, j’ai été contrainte à ralentir mon rythme, les broches dans mes doigts me rappellent à l’ordre si je suis tentée de reprendre la précipitation…Oui il est bon de desencombrer notre lieu de vie et de se demander lorsqu’on va acheter quelque chose, sil’on ne pourrait pas plutôt l’emprunter ou reporter l’achat car rien n’est tellement essentiel !!!De même qu’on doit manger moins mais mieux, on doit pratiquer la lenteur, la simplicité, cesser d’être soi-disant toujours joignable et se demander ce qu’on veut de la vie : cela me fait penser à une autre citation : “au lieu de rajouter des ans à la vie, ajoutons de la vie aux années qui viennent” et ne surtout pas chercher à imposer nos vues à la personne qui partage notre vie !!!!!

  4. Lena dit :

    J’ai été particulièrement sensible à ce stade de ma vie à ces idées et que lire votre article renforce:

    que pour être plus heureux, il s’agit aussi d’être plus simple

    * le besoin de désencombrer. J’ai pris un A4 et écris que si là je pouvais par magie sans effort désencombrer, assurément je donnerais la majorité de mes vêtements et pour préparer l’avenir, des vêtements en petit nombre et où je me sens bien.
    De même je me débarrasserais de tous mes documents de travail pour préparer mon nouvel emploi qui n’en nécessitera presque plus

    * le besoin de savoir apprécier, admirer, se réjouir qu’un autre fasse telle ou telle chose pour lui sans pour autant se sentir de devoir faire pareil dans sa vie

    En lien, le besoin de limiter ses engagements et le nombre d’activités que l’on a pour garder du temps pour l’imprévu, le flexible qui sont garants du dynamisme dans une vie, de découvertes. Le besoin de désencombrer son agenda comme on désencombre sa maison ou ses relations: en sélectionnant ce qui est le plus pertinent et nourrissant

    * le besoin de garder un cadre sécurisant et rassurant qui comprenne une routine de tâches par forcément toujours dans le même ordre et puis une bonne dose de moments de flottement pour que le cadre reste épanouissant et jamais étouffant ou limitant

    * Le besoin de ne garder dans ma vie que ce qui fait sens: 6 livres que je lirai plutôt que 100 en effet que je ne regarderais pas; des aliments que j’apprécie et qui m’apaisent; des relations très évidentes – et donc de ne plus ou pas me contenter de ce qui n’est pas trop évident ou plus généralement pas ‘assez’ évident. Garder l’essentiel: le plus évident idéalement le ‘assez évident pour soi’

    * Le besoin d’accompagner le changement dans cette façon de voir: pas à pas en laissant un peu d’imprévu et des moments de flottement et d’imprévu, gardant une cohérence au mieux dans les façons de faire pour le processus global de changement et ses étapes intermédiaires

Laisser un commentaire