Note : cet article est une traduction de l’article How to Make a Marriage Work de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

MariageJe suis un heureux mari depuis 11 ans, et je suis toujours aussi amoureux de ma merveilleuse femme Eva maintenant que quand j’ai succombé à son charme il y a 13 ans.

Je ne dis pas que nous n’avons pas de problèmes ou de disputes, mais nous nous débrouillons de mieux en mieux pour que cela fonctionne. Je réalise qu’il y a beaucoup de gens qui sont heureux en mariage depuis quatre, cinq ou six fois plus longtemps que nous. Et je m’incline devant eux, en sachant que j’ai encore beaucoup à apprendre.

Mais un ami plus jeune m’a dit récemment qu’il se fiançait, sa relation étant pourtant très récente… et je lui ai donné le conseil suivant. Le mariage, c’est du travail, et en se mariant jeune on a toutes les chances contre soi, mais mon ami est intelligent, déterminé, adaptable, honnête et il a bon cœur, donc il a ses chances et je lui souhaite d’être heureux.

Je me suis marié jeune et ça n’avait pas duré. Je pense maintenant que ce n’était pas notre faute, à mon ex-femme ou à moi, mais cela m’a appris que j’avais encore beaucoup à apprendre et que j’avais fait beaucoup d’erreurs. J’ai appliqué les leçons de mon premier échec pour m’aider à rendre mon second mariage meilleur.

Donc… quelques pensées quant à la façon de faire fonctionner un mariage :

Apprendre à résoudre les disputes en ayant à l’esprit le cœur de l’autre. La chose la plus importante est d’être capable de parler de ses problèmes et de ses sentiments calmement et en ayant à cœur l’intérêt de l’autre personne, au lieu de vouloir simplement avoir raison. Si vous voulez que cela fonctionne, vous devez travailler sur une façon de parler des choses difficiles, et cela signifie que vous devez tous les deux essayer de le voir du point de vue de l’autre personne, et de trouver une solution qui va fonctionner. Vous risquez d’être mauvais au début, mais le fait que cela dure ou non dépendra de votre capacité à revenir après une dispute et à trouver comment mieux communiquer et résoudre les conflits la prochaine fois.

Eva et moi sommes devenus bien meilleurs pour ça, sans exploser pour la moindre petite chose comme nous le faisions, mais nous luttons encore. Récemment, nous avons trouvé un système : avoir une période de refroidissement systématique (disons, 2 heures), en parler en partant d’une description neutre de la situation et de ce qui est arrivé, partager nos sensations sur le sujet et reconnaître les sensations de l’autre, mettre de côté le fait d’avoir raison ou non, et nous concentrer sur le fait de trouver une solution qui fonctionnera pour tous les deux. Après coup, nous passons alors en revue la façon dont nous nous sommes débrouillés dans ce processus de résolution. Pour être honnête, on tâtonne encore sur ce point.

La plupart des disputes et autres chamailleries ont deux sujets : te préoccupes-tu de moi, et puis-je te faire confiance. Quand vous vous engueulez pour la lunette des toilettes qui n’est pas baissée, ou si vous devriez ou non passer Thanksgiving chez les beaux-parents, ce n’est en fait qu’une partie de ces sujets. Voilà de quoi cela parle en réalité : je me préoccupe de la lunette des toilettes (ou d’aller chez mes parents pour dîner), donc peux-tu me montrer que tu te préoccupes de ce dont je me préoccupe ? Si tu ignores les désirs de l’autre (en laissant continuellement la lunette des toilettes levée alors qu’on vous demande de ne pas le faire), alors vous envoyez comme signal que vous ne vous préoccupez pas de ce dont l’autre se préoccupe. Et ce que cela signifie réellement, c’est : je t’ai donné mon cœur et je te l’ai ouvert, donc puis-je te faire confiance ? Me rejetteras-tu ?

Malheureusement, la plupart des gens ne reconnaissent pas cela et peuvent parfois penser que les préoccupations de l’autre sont idiotes, et donc ils négligent le problème. L’autre problème est quand la personne qui s’en préoccupe ne dit pas explicitement qu’elle s’en préoccupe et veut que l’autre le fasse ; elle l’insinue seulement et espère que son partenaire saisisse le message. Donc la responsabilité repose sur les deux personnes, qui doivent toutes deux arriver à faire cela.

Je devrais faire remarquer qu’idéalement, la préoccupation et la confiance de l’autre personne n’ont pas besoin d’être continuellement testées et questionnées ; vous le savez. Ce n’est pas toujours le cas, cependant, et cela prend souvent du temps de bâtir cette confiance.

Les finances sont la plus grande source de friction pour la plupart des couples. La raison est que les finances sont un moyen rempli d’émotions de montrer ce qui est important pour les gens, et quand vous pensez que vous discutez du fait que vous voulez ou non acheter un bateau, ce dont vous parlez en réalité c’est si vous voulez ou non un certain style de vie, si vous valorisez ou non le point de vue de l’autre, si vous respectez ou non son opinion, si vous vous préoccupez plus du bateau ou de votre relation, et ainsi de suite. Il y a beaucoup de choses qui se passent sous la surface de ce genre de conversations sans que la plupart des gens ne le réalisent ; le sortir à l’air libre est une décision intelligente.

Le sexe est une autre source de friction. Quand les préférences sont les mêmes, tout va bien, mais quand les choses changent, l’homme peut se sentir frustré tandis que la fille peut avoir la sensation qu’elle ne suffit pas, qu’elle n’est pas appréciée, et qu’elle n’est désirée que pour son corps (pour prendre un exemple commun, pas toujours vrai). Être capable de travailler sur la façon de résoudre ces différences est une compétence importante.

Ne faites pas d’enfant trop tôt. Une des personnes les plus merveilleuses de ma vie est ma fille Chloe, que j’ai eu jeune et dans les premiers temps de mon premier mariage, je n’avais pas encore 20 ans. Je suis incroyablement heureux de l’avoir. Cela dit, pour d’autres jeunes couples, je recommande d’attendre. Apprendre à faire fonctionner un mariage est beaucoup plus difficile quand vous ajoutez la pression des enfants à l’équation. Devenez bon dans votre relation avant même d’envisager d’y ajouter un enfant. Apprenez à connaître les valeurs de l’autre vis-à-vis du parentage, à les apprendre très bien, avant de vous lancer dans le parentage. C’est globalement réversible, une fois que vous avez un enfant, et je connais beaucoup de gens (moi inclus) qui s’éloignent ou ne s’aiment plus, se séparent, et laissent l’enfant tantôt chez l’un tantôt chez l’autre. Et si vous avez un enfant vous devez gérer votre ex-époux/se pour le restant de vos jours, même si vous vous détestez. J’ai de la chance que mon ex-femme et moi nous entendions, mais souvent ce n’est pas facile.

Être à l’aise quand on est seul, séparément. Et vous sentir sûrs de vous et de l’autre quand vous êtes séparés, ne pas être simplement bien quand vous êtes ensemble. C’est important, parce que beaucoup de gens n’ont pas confiance en eux et cherchent auprès de l’autre à combler un vide, à répondre à un besoin émotionnel, et cela finit par ne pas être sain sur le long terme.

Mais prendre du temps l’un pour l’autre. Du temps pour être ensemble, même quand les choses sortent de la phase lune de miel et deviennent plus routinières. Ne prenez jamais la relation pour acquise. Eva et moi aimons sortir dîner seuls (sans les enfants) et aller nous promener tous les deux.

Vous changerez tous les deux. Cela signifie que la personne dont vous tombez amoureux/se maintenant sera différente dans 5 ans, et plus encore dans 10. La façon dont vous vous sentirez vis-à-vis de cette personne sera différente de la façon dont vous vous sentez vis-à-vis de la personne que vous aimez en ce moment. Et vice versa ; vous changez et votre partenaire voit ses sentiments changer vous concernant. Vous pourriez avoir comme attente que l’autre personne restera la même, et pourtant elle change – comment allez-vous résoudre ça ? La personne sentira que vous ne l’aimez pas comme elle est, vous serez frustré/e qu’elle ne soit plus la personne que vous aimiez, etc. Et vice versa.

Comment gérer cela ? Apprenez cette compétence :

Appréciez la personne pour qui elle est. Très souvent nous souhaitons que l’autre soit différent, meilleur, prévenant, qu’il ou elle puisse instantanément savoir ce que nous voulons, ou corresponde à certains fantasmes (fort, tendre, attentionné et romantique, peut-être, ou sexy, toujours passionné de sexe, enrichissant). Nous ne réalisons pas toujours que cela arrive, mais cela peut causer beaucoup de problèmes ; ressentiment, déceptions, frustrations. J’ai appris que quand je vois ma femme pour ce qu’elle est vraiment, pas comme j’aimerais qu’elle soit (même si je n’y arrive pas toujours), je suis plus heureux. Je l’apprécie, je l’aime, je ne suis pas insatisfait.

Vous pouvez apprécier la personne comme elle est en ce moment, et non comme vous pensiez qu’elle était quand vous êtes tombés amoureux tout au début, et non comme la personne qu’elle pourrait devenir plus tard. C’est une chose en perpétuel changement, donc la compétence qui consiste à voir la personne comme elle est en ce moment est une compétence que vous devez pratiquez chaque jour, chaque année, pas juste une fois pour ensuite garder cette image en tête.

Et quand vous pouvez apprécier la personne pour qui elle est, dites-lui. Montrez-lui. Cela a plus de signification que vous pouvez le réaliser.

Voici donc ce que j’ai appris – ce n’est qu’un début, et j’apprends encore. C’est beaucoup de travail, et il y aura des moments de lutte. Mais voilà le meilleur : les jours dorés où tout se passe bien sont incroyables, mais dans les luttes vous évoluez tous deux en tant que personnes, vous apprenez, vous pouvez trouver une voie qui vous rapproche.

Je ne sais pas ce que le futur réserve à mon mariage, mais je sais qu’en ce moment, il est tout ce que je pourrais vouloir qu’il soit.

Crédits photo : © Taiga – Fotolia

Recherches utilisées pour trouver cet article :

Comment marcher dans le mariage

Tags: , , , , , , ,

3 commentaires on Comment faire fonctionner un mariage

  1. norbert dit :

    Merci pour ce partage! Synchronicité certes, alors que je viens de jouer au jeu des 36 questions pour tomber amoureux (objet de mon prochain article) avec ma femme depuis maintenant 10 ans, je tombe sur cet article.

    C’est fou ce que nous prenons les choses pour acquises! Le mariage est certainement une meilleure manière de faire du développement personnel lorsque nous nous soucions de l’autre.

    Que c’est bon de prendre le temps pour discuter tout simplement de discuter sans les enfants (ils sont chez la grand mère)!

    Je remercie la vie tout simplement et souhaite à tous les couples de suivre les conseils de cet article vrai.

  2. Christophe dit :

    Bonjour à tous,

    Je souhaite partager une petite astuce que je mets en pratique depuis que ma femme et moi avons failli nous séparer pour toutes les raisons décrites dans cet article.

    Chaque soir, avant de nous endormir, nous avons instauré le “quart d’heure de vétité”. C’est à dire le moment où nous reflètons sur la journé écoulée. C’est à ce moment que l’on exprime l’un envers l’autre ce qui nous a touché, les changements ou attentions que l’on a apprécié mais aussi les qualités propres à l’autre.

    Pour l’instant, celà fait énormément de bien à notre couple et j’espère que ca continuera ainsi au moins pour les 11 années suivantes à vivre ensemble.

    Bonne journée

  3. Il n’y a personne qui soit né pour un mauvais mariage. Il n’y a que des gens qui ne savent pas bien choisir leurs partenaires.

    J’applaudis avec mes deux mains Léo Babauto et Olivier Roland pour cet article.

    A mon avis, le mariage n’est pas une chose acquise et statique. Le mariage est un processus qui évolue. Le mariage suit l’état de conscience des époux. “tel état de conscience, tel état de vie.” Si vous changez par exemple votre état de conscience, vous changerez votre mode de vie, votre manière de vous habiller, de manger ou de passer votre temps.

    Dans ce processus d’ élévation de conscience, vous pouvez aussi réaliser que votre partenaire n’est plus la bonne personne pour vous. Ou bien c’est votre partenaire qui, changeant de conscience, cherche à vous quitter. Cela se produit surtout aux époux qui se marient très jeunes. C’est en couple qu’ils grandissent et découvrent leur vraie nature.

    Heureusement, de nos jours, la science évoluant, il est possible de savoir comment chaque type d’homme réagira à tel âge dans chaque situation de sa vie. Vous pouvez connaitre sans vous tromper, les aptitudes, les comportements innés d’une personne en découvrant son type d’homme.

    L’article a mentionné que l’homme change. Oui. C’est vrai que les époux changent. Et, en changeant, chaque personne agit et réagit en fonction de son type d’homme. Sa conscience peut changer, mais elle changera en suivant les prédilections de son type d’homme. Votre type d’homme ne change jamais!

    Prenons le sexe, les finances et autres sources de friction et de difficulté dans le mariage. Savez-vous que chaque personne réagit à ces sources de friction différemment selon sont type d’homme?

    L’article donne de bons conseils pour faire évoluer le mariage aux femmes et hommes déjà en couple. A ceux qui ne sont pas encore mariés, je dis ce qui suit:
    Pour avoir la facilité de faire évoluer votre mariage, c’est bien avant le mariage que la fondation doit être faite.

    Comment?

    En choisissant un partenaire compatible à votre type d’homme. Vous devez choisir votre partenaire en fonction de la compatibilité entre vos type d’homme. Vous changerez, votre état de conscience changera suivant cette compatibilité de type d’homme entre vous. Votre mariage durera.

    Merci de votre attention

    Magloire de SUCRE

Laisser un commentaire