Note : cet article est une traduction de l’article How to Breathe de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

RespirerVotre journée devient trépidante, et vous êtes fatigué, ou anxieux, ou distrait, ou empli de doutes.

Vous êtes un peu perdu, comme si vous n’aviez plus de direction.

Respirez.

Prenez le projecteur de votre attention et éloignez-le de tous vos soucis de votre journée pour le tourner vers votre respiration, pendant que l’air entre puis ressort.

Respirez normalement, pas plus lentement ou profondément que d’habitude ; la seule chose qui a changé est que vous y faites maintenant attention.

Votre esprit va vagabonder, et ce n’est pas grave. Faites simplement revenir gentiment votre attention sur votre respiration, en remarquant vos pensées quand elles émergent, puis en revenant à votre respiration.

Chose gentille que la respiration : cela vous emplit, puis cela part doucement, sans que vous le remarquiez la plupart du temps, sans que vous ayez besoin de vous en soucier.

Votre esprit vagabonde, et vous revenez. Vous faites attention à la qualité de votre respiration, et à votre corps pendant que votre poitrine s’élève et retombe, que vos épaules bougent, que votre dos s’affaisse un peu, que votre derrière est peut-être un peu douloureux à force d’être assis.

Vous remarquez cet instant, et réalisez qu’à cet instant, tout va bien. Ce moment est complet, sans inquiétudes ou distractions.

Quand vous revenez à vos anxiétés, à vos peurs, elles vous viennent spontanément à l’esprit, tout comme le font vos pensées. Ce sont des conditions temporaires, comme des nuages qui passent. Elles n’ont aucune conséquence si vous ne faites que les remarquer, les reconnaître, et les laisser passer.

Vous revenez à votre respiration, et les anxiétés sont oubliées pour une seconde pendant que vous voyez cette respiration.

Votre esprit vagabonde encore, les peurs émergent, les envies de distractions et de plaisirs se font sentir. Ce sont des petites choses égoïstes, les peurs et les désirs, qui recherchent du confort et essayent d’éviter l’inconfort.

Vous revenez à votre respiration, et remarquez votre corps, et ce qui vous entoure, tout étant parfait à cet instant. Pendant une seconde, vos soucis de confort pour votre ego sont oubliés. L’ego n’est pas un souci quand vous êtes totalement dans l’instant, même s’il va s’imposer à nouveau.

L’ego et ses peurs, ses désirs, ses anxiétés et ses envies reviennent, puis vous revenez à votre respiration et ils ont disparu.

Comme le flux et le reflux des vagues, l’ego et l’instant vont et viennent, et vous êtes pris dans les vagues entre les deux.

Vous restez avec votre respiration pendant un instant, et pendant cet instant, vous n’êtes plus là.

Il n’y a que votre respiration, votre corps, et tout ce qui vous entoure.

Crédits photo : © Mathias Lamamy – Fotolia

Tags: , , , , , , , , , , , ,

4 commentaires on Comment respirer

  1. Eve-Anne dit :

    Bonjour Olivier,

    Article inspirant, comme toujours …

    Je trouve qu’il contient déjà une dimension supplémentaire à la respiration. Il y a une dimension de concentration, voire quasiment de méditation.
    Dans tous les cas, on ressent le plaisir de respirer rien qu’à le lire …

  2. Christophe dit :

    Bonjour Olivier
    On est tous confronté à une tonne de choses à réaliser et souvent, on se trouve dans la situation de gérer mille choses à la fois ce qui est vraiment stressant cela deviens tout à fait contre productif, il est important de se concentrer sur une chose à la fois et s’abstraire de toutes sortes de distraction, et il faut gérer tout cela et trouver des moments uniquement pour soi afin d’être aligné avec soi-même, et c’est dans cette concentration de l’esprit que l’on arrive à un meilleur résultat.
    lorsque l’on est dans un état esprit serein c’est à ce moment que l’on peu accomplir des merveilles et avancer, parce que l’on suit une direction clair et simple et que la récompense se trouve dans l’accomplissement d’une choses et pas dans dix milles choses faite partiellement…. Respiré et agissé
    Superbe texte, j’y reviendrai pour le lire plus en détail, car cela fait partie des textes vraiment inspirant et dans ce va carne on a besoin de se poser.

  3. ERIC dit :

    Coucou
    C’est “extra – ordinaire” combien la respiration est à la base de notre contrôle, d’une forme de sérénité. Et quand tout s’agite autour de nous, y compris dans notre tête… elle permet de “revenir aux fondamentaux” comme disait Albaladéjo au rugby !
    Pour aller plus loin, je me suis doté d’un acro (acronyme) dans ces circonstances : SEC, souffle et creuse (le ventre) en expirant. Et ensuite, on inspire à fond. Oh que c’est bon!

  4. Mylène dit :

    Bonjour Olivier, et merci pour cette traduction!
    Cet article de Léo Babauta m’inspire beaucoup. Il est telle une méditation guidée, car il est bien question ici de méditation, tantôt sans objet (remarquer que des pensées arrivent, et simplement les laisser passer telles des nuages…), tantôt basée sur la respiration. Quand je lis cet article, je réalise à quel point le bouddhisme est une spiritualité ancienne mais très actuelle, car ce genre de méditation est un “exercice de base” dans la pratique du bouddhisme:-) Et je me rends compte à quel point une simple lecture peut nous influencer positivement… Je me sens plus relax qu’il y a 5 minutes! C’est beau!

Laisser un commentaire

425 Partages
Partagez413
Tweetez12