Note : cet article est une traduction de l’article The Quickstart Guide to a Decluttered Home de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

DésencombrerUne de mes habitudes préférées parmi celles que j’ai créées depuis que j’ai changé ma vie il y a 9 ans est d’avoir une maison rangée.

Je réalise maintenant que je n’ai jamais aimé le désordre, mais que j’évitais d’y penser parce que c’était désagréable.

Le simple fait de penser à m’occuper de tout ce désordre était écrasant, et j’avais trop de trucs à faire, ou j’étais trop fatigué, donc je procrastinais.

Il s’avère que le désordre, c’est de la procrastination.

Mais j’ai appris à gérer cette procrastination un pas à la fois, et je l’ai supprimée. C’était vraiment incroyable.

Incroyable parce que je n’ai pas vraiment cru que je pourrais le faire jusqu’à ce que je le fasse. Je n’y ai pas cru moi-même. Et incroyable parce que quand cela a été fait, un bruit de fond a été supprimé de ma vie, une distraction, une irritation.

Désencombrer ma maison a amené une vie plus paisible, plus minimale. Cela a signifié que je passais moins de temps à nettoyer, à entretenir des trucs, à chercher des choses. Moins d’argent pour acheter des trucs, stocker des trucs. Moins d’attachement émotionnel aux choses.

Pour quiconque chercherait à commencer à désencombrer, j’aimerais offrir un court guide pour se lancer. Sachez que ce guide n’est pas exhaustif, et que cela prend des mois de vraiment en arriver à une maison rangée… Mais si vous le faites bien, le processus est amusant, libératoire et motivant, à chaque étape sur cette voie.

  1. Commencez petit. Le désordre peut être écrasant, et donc nous le repoussons. La meilleure chose que j’ai faite a été de simplement me concentrer sur un petit espace avec lequel commencer. Un plan de travail dans la cuisine (juste une partie) est un bon exemple. Ou une table de dîner, ou une étagère. Enlevez tout ce qu’il y a sur cet espace, et ne remettez que ce dont vous avez vraiment besoin. Remettez-le proprement. Débarrassez-vous du reste ; donnez-le, vendez-le sur internet, faites un don, recyclez-le. Le nettoyage et le rangement prendront 10 minutes, et vous pourrez vous débarrasser des trucs plus tard quand vous aurez le temps.
  2. Travaillez par morceaux. Si vous commencez petit, vous vous sentirez bien, mais il restera toute une maison pleine de trucs dont vous aurez à vous occuper. Comment est-ce qu’on mange un éléphant ? Une bouchée à la fois. (Pas littéralement – je suis végétalien.) Donc tout comme vous avez fait une petite zone pour commencer, continuez à le faire, simplement 10 minutes, peut-être plus si vous vous sentez vraiment enthousiaste. Si vous avez un jour de libre le week-end, passez un après-midi à vous attaquer à un gros morceau. Passez-y tout le week-end si vous le sentez comme ça. Ou faites seulement un petit bout à la fois ; pas besoin de vous presser, mais ne cessez pas la progression.
  3. Suivez une méthode simple. Pour chaque petit morceau que vous faites, dégagez la zone en question et empilez le tout. Prenez la première chose de la pile et forcez-vous à prendre une décision (sans la mettre de côté pour décider plus tard). Demandez-vous : est-ce que j’aime et utilise ça ? Si ce n’est pas le cas, débarrassez-vous-en. Si la réponse est oui, trouvez-lui un endroit – j’appelle ça une « maison ». Si vous aimez et utilisez vraiment quelque chose, il mérite une maison que vous lui assignerez et où vous le remettrez chaque fois que vous en aurez fini avec lui. Puis passez à la chose suivante et prenez la même décision. En travaillant rapidement et en prenant des décisions rapides, vous pouvez trier une pile en 10 minutes environ (selon la taille de la pile).
  4. Mettez les trucs dans votre coffre de voiture. Une fois que vous avez collecté les trucs à donner ou à jeter, mettez-les dans des boîtes ou des sacs de courses et mettez-les dans le coffre de votre voiture (si vous n’avez pas de voiture, mettez-les quelque part pas loin de la porte). Choisissez un moment pour les amener. Appréciez de les sortir de votre vie.
  5. Parlez à toute personne impliquée. Si vous avez une moitié dans votre vie, des enfants, ou d’autres personnes qui vivent avec vous, ils seront affectés si vous commencez à désencombrer la maison. Vous devriez leur parler maintenant, avant de commencer, pour qu’ils comprennent pourquoi vous voulez faire ça, et les impliquer dans le processus de prise de décision. Demandez-leur ce qu’ils en pensent. Envoyez-leur cet article pour y réfléchir. Demandez s’ils peuvent supporter le fait que vous vouliez désencombrer, au moins vos propres affaires ou certaines affaires de la cuisine ou du salon, pour voir à quoi cela ressemble. Ne soyez pas pressant, n’essayez pas de les forcer, mais ayez cette conversation. Ce n’est pas grave s’ils résistent. Essayez de changer les choses que vous pouvez contrôler (vos possessions personnelles, par exemple) et voyez si cet exemple ne les inspire pas à envisager plus de changement.
  6. Remarquez votre résistance. Il y aura beaucoup de choses dont vous ne voudrez pas vous débarrasser (même si vous ne les utilisez pas vraiment), ou auxquelles vous ne voudrez pas vous attaquer. Cette résistance est importante à analyser ; c’est votre esprit qui veut fuir l’inconfort ou rationaliser. Vous pouvez céder face à cette résistance, mais au moins faites-y attention. Voyez si cela arrive. En vérité, nous avons beaucoup d’attachement émotionnel pour les objets. Une photo d’un être cher, un cadeau d’un membre de la famille, un souvenir de mariage ou de voyage, un objet chéri d’un grand-parent mort. Ces éléments ne contiennent en réalité pas les souvenirs ou l’amour que nous voyons en eux, et s’entraîner à se débarrasser de ces objets tout en gardant l’amour est un bon entraînement. Et s’entraîner à s’attaquer au désordre auquel vous redoutez de vous attaquer est aussi un super entraînement.
  7. Appréciez le processus. Le danger est de commencer à voir le désencombrement comme une autre corvée sur votre liste de choses à faire. Une fois que vous commencer à faire cela, cela devient quelque chose que vous repoussez. À la place, redéfinissez-le pour en faire une pratique libératoire de pleine conscience. Souriez en le faisant. Concentrez-vous sur votre respiration, sur votre corps, sur les mouvements des objets qui bougent autour de vous, sur les sentiments que vous inspirent les objets. C’est une belle pratique, et je la recommande.

Vous ne rangerez pas votre maison en un week-end en suivant ces étapes. Mais vous pouvez apprécier le premier pas, puis le second, et avant de vous en rendre compte vous avez fait 30 pas et votre maison est transformée. Vous adorerez ce changement autant que je l’ai fait.

Crédits photo : © freshidea – Fotolia

Recherches utilisées pour trouver cet article :

bien ranger sa maison, ranger vite, ranger sa maison en 7 leçons, aqpprendre à arranger sa maison, apprendre a ranger la maison, ranger rapidement sa maison, comment ranger sa maison rapidement, organiser sa maison rangement

Tags: , , , , , , ,

9 commentaires on Le guide de démarrage rapide pour ranger sa maison

  1. Mamy dit :

    Bonjour,
    L’article tombe bien et m’aide beaucoup.Comme mes enfants sont en vacances, je profite un peu de leur temps pour ranger la maison et pour jeter tout ce qui est inutile.
    Merci infiniment !

  2. tinoune dit :

    suite a un demenagement je l’ai fait,il y avait 25 ans que j’etais dans la meme maison,ça fait un bien fou!

  3. lagarrigue dit :

    bonjour

    J’ai commencé mes changement avec la découverte du livre “l’art de la simplicité ” de dominique Laureau, et ça a été le déclic . récement j’ai lu ” la magie du rangement ” de Marie Kondo et je peu vous dire que sa méthode radicale de ne garder que ce qui est utile ou qui vous apporte de la joie est tout a fait dans le sens de votre expérience, quoi que bien différente .
    bien sincèrement
    maya

  4. marie dit :

    Le titre semblait tellement fait pour moi que j’ai lu illico!
    Je repère de suite où se situe la difficulté en ce qui me concerne : “forcez-vous à prendre une décision (sans la mettre de côté pour décider plus tard)”… aaah, toujours ces fichues décisions, l’esprit se brouille soudain, on ne sait plus rien…
    L’idée la plus novatrice dans cet article, à mes yeux : “redéfinissez-le (le désencombrement) pour en faire une pratique libératoire de pleine conscience”…
    Merci de nous transmettre cette expérience.

  5. Isbelle dit :

    Je suis du genre accumulatrice. Il y a deux ans environ, inspirée par une série d’articles du même genre, et aussi par “L’art de la simplicité”, que j’ai lu et qui m’avait vraiment motivée, je me suis attaquée à ma maison.

    Encouragée par ma soeur qui elle a toujours été du genre jeteuse, j’ai viré des tonnes de choses, des tas de trucs que je ne gardais plus guère que par habitude, et puis toutes ces choses que je gardais parce qu’elles “pouvaient servir un jour”, et puis aussi des tas d’articles de journaux qui j’avais conservés parce que je les trouvais intéressants (mais tu ne les relis jamais, m’a dit ma soeur, et puis le jour où tu en auras besoin, tu les retrouveras sur internet)…

    Bref, j’ai bien dû jeter ou donner l’équivalent d’une cinquantaine de gros sacs poubelle. J’étais super fière de moi!

    Génial, direz-vous? BOF !!! Oui, ça m’a fait de la place dans la maison et j’en avais besoin. Oui, 90% des choses dont je me suis débarrassée ne me manquent absolument pas.

    Mais les autres 10%… ah, ceux-là me rendent folle. En moyenne trois à quatre fois par semaine, j’ai besoin de quelque chose que j’ai jeté. Parfois, je file tout simplement en racheter un autre (oui, oui, je sais, la théorie c’est qu’on emprunte aux voisins; le problème c’est que les voisins aussi ont lu vos articles, et qu’ils ont tous jeté eux aussi ce genre de truc qui ne sert qu’une ou deux fois par an, mais quand on en a besoin, on en a vraiment besoin).

    Quand à mes articles de journaux, pareil, pas une semaine où, pour un travail que je suis en train de faire (je suis journaliste), je veux vérifer un truc que je sais que j’ai lu dans un de ces articles que j’ai découpés… sauf que je ne les ai plus. La semaine dernière encore, j’ai passé des heures à farfouiller dans tous les tas de papiers de la maison pour voir si par hasard je ne retrouvais vraiment pas cet article auquel je pensais et qui contenait la citation exacte qui aurait été géniale pour ce que j’étais en train d’écrire. Et j’ai passé ensuite des heures à tenter en vain de retrouver ce que je cherchais sur internet.

    Alors, oui, faire du vide, c’est bien, mais contrairement à ce que vous écrivez, ce n’est pas si simple. Suivant votre conseil, la semaine dernière, j’ai jeté la plus vieille de mes deux passoires, parce que, n’est-ce-pas, on n’a pas besoin de deux. Sauf que cette semaine, ma fille a laissé traîner la passoire (la seule qui me restait, donc) sur la casserole bien chaude, et donc, pouf, plus de passoire, donc le lendemain je suis allée en racheter une.

    Oui, faire du tri chez soi c’est important. Mais moi j’attends toujours quelqu’un qui me trouvera la formule magique me permettant de jeter les 90% dont vraiment, je n’aurai plus jamais besoin dans ma vie, sans sacrifier les 10% qui vont vraiment me manquer. Si vous avez ça en magasin, je suis preneuse!!

    Bien amicalement, car depuis le temps que je vous lis je vous considère comme un ami

  6. Il me faut ranger ma maison. Elle n’est pas forcément sale, mais elle n’est pas du tout bien organisée. Vos conseils m’ont beaucoup aidé ! J’aime surtout le conseil de commencer petit. Organiser une maison, c’est un grand projet ! Il ne faut pas tout faire dans un seul jour.

  7. Onrangetout dit :

    Bonjour Olivier,

    Merci pour votre méthode de rangement. J’y adhère à 100%.
    Comme vous, je crois qu’il y a 3 secrets :
    – y aller par petits bouts, ne pas être trop ambitieux
    – ranger régulièrement
    – y trouver du plaisir
    Et après, qu’est-ce qu’on se sent bien !

  8. Magali dit :

    Bonsoir et Merci pour tous ces conseils que je mettrai rapidement en pratique car c’est tout ce que je cherchais. Commencer par une partie du plan de travail ou par une seule étagère..je n’y avais pas pensé..et de penser à ce qui nous est vraiment utile au fil du nettoyage..BRAVO. Je crois avoir enfin trouvé la bonne méthode pour me motiver 😄👍

  9. marie dit :

    Bien d’accord avec Isabelle! Oui, jeter, faire du vide, se désencombrer, a toujours quelque chose d’enivrant. Jusqu’à ce qu’on réalise que ce n’est pas si simple!
    Je viens de traverser une période de maladie, un effondrement brutal pendant lequel j’ai perdu pas mal de kilos. Si j’avais été moins négligente, je me serais débarrassée de tous ces vêtements de petite taille que je ne devais jamais remettre. Heureusement, j’en avais gardé suffisamment : ce sont ceux-là que je porte. Il aurait été bien dommage de devoir racheter, et surtout j’en étais incapable, pas du tout l’énergie de faire les magasins!!
    Voilà un exemple parmi d’autres…
    Donc trier, éliminer, oui, dans une certaine mesure. Sans non plus céder à l’ivresse du vide…

Laisser un commentaire

126 Partages
Partagez113
Tweetez13