Pour devenir plus zen au quotidien

L’endroit où vous êtes

Note : cet article est une traduction de l’article The Place Where You Are de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Bonheur et instant présentNous traversons notre journée précipitamment, avec tellement de choses à faire, tellement de choses que nous devrions faire, tellement de choses à côté desquelles nous passons… Mais combien de fois nous arrêtons-nous pour apprécier l’endroit où nous sommes ?

Je ne dis pas que nous devrions nous concentrer sur tout le trajet, parce que cela fait beaucoup de lieux différents, mais plutôt de vous concentrer sur là où vous êtes à ce moment précis. L’espace physique dans lequel vous êtes, l’état émotionnel dans lequel vous êtes, la phase de votre vie que vous traversez.

Faites une pause pendant un moment, dès maintenant, pour remarquer où vous êtes.

À quoi cela ressemble-t-il ? À quoi ressemble la lumière ? Qu’en est-il des sons, des odeurs, des sensations de votre corps, des gens qui vous entourent ? Quel est votre état d’esprit ? Qu’est-ce qui vous inquiète, qu’est-ce qui vous rend joyeux ? Qu’est-ce qui vous empêche d’apprécier cet instant ?

Trouvez une chose dont vous pouvez être reconnaissant quant à l’endroit où vous êtes : si vous êtes prêt d’une personne que vous aimez, appréciez cela. Si vous faites une chose qui fait du monde un meilleur endroit, soyez heureux pour ça.

Et si vous n’aimez pas l’endroit où vous êtes ? C’est une chose à apprécier également. Arrêtez-vous et ressentez les émotions que cela génère. Voyez que cela vous blesse. Voyez que vous souhaitez que les choses soient différentes. Quelle est la sensation dans votre corps ? Laissez cela arriver, et réalisez que c’est temporaire mais que cela fait partie de la vie. Ce n’est ni bon ni mauvais, cela se produit, simplement.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  20 manières d'éliminer le stress de votre vie

Puis pensez à toutes les choses dont vous souffrez : si vous n’êtes pas dans une partie du monde déchirée par la guerre, remerciez les étoiles. Si vous ne souffrez pas de problèmes de santé, que vous ne dormez pas dans la rue, que vous n’êtes pas sur le point de mourir, c’est un petit miracle. Vous êtes en vie, et la vie est un endroit merveilleux où être.

Crédits photo : © AnnaPa – Fotolia

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
11 commentaires
  1. L’endroit ou j’habite actuellement m’est totalement invivable:
    1)Je suis sans emploi
    2)Une fois dans la chambre toutes les paroles des voisins sont orientees a mon egard,me traitant de maudit,de faineant,de quelqu’un qui etudie pour ne rien voire d’immoral tout court….
    Je me suis tellement battu pour pouvoir tenir toutes ces critiques mais helas cela me ronge en me stressant chaque jour qu’y passe…d’ailleurs les troubles de sommeils etc etc…
    Ainsi je decide d’y quitter dans sous peu de temps et ce a n’importe quel prix car jamais je ne pourrai sortir ma tete de l’eau si toute j’y reste.

  2. L’endroit où je suis est si merveilleux que je ne pourrai le décrire correctement. Parti de mon pays je suis hébergé par des amis fabuleux chrétiens comme moi qui me donne tout ou presque. Je suis tr

  3. Je suis au travail. Mon bureau n’a pas de fenetre, mais j’habite a Dubai donc je peux sortir pour du soleil.
    Je deteste mon travail, mais j’en ai un.
    Je me sens demoralisee a l’idee d’encore enchainer une journee morne et inutile.
    Mais je ne suis pas en guerre.
    Est ce qu’on a le droit de se sentir miserable et triste et sans espoir meme quand on ne vit pas la pire situation au monde?
    Ou est ce qu’on est cense ce sentir coupables? Voila…
    Bon Dimanche a tous, j’ai un email vide de sens a envoyer !

    1. On a le droit et tu n’as pas à culpabiliser le bien être dépend de conditions si complexes! Ce n’est pas parce qu’on ne vit pas pire qu’on est obligé d’être heureux de conditions pénibles et qu’on ne peut pas se sentir piégé. Bon courage !

  4. Je vis dans un endroit calme, ordinaire pas extra, mais je l’aime car c’est le miens, dedans il y a ma petite famille qui donne un sens à ma vie. Je l’ai nommé d’ailleurs “Nid d’Amour”

  5. Merci Olivier pour cet article. Je suis dans mon appartement avec ma chérie au salon regardant son feuilleton. Il fait chaud chez nous en N-Calédonie, en plein phénomène El Nînô. Sinon, je savoure cet instant en ce jour de repos et continuant d’être reconnaissant envers mon Créateur de m’avoir donné cet endroit, même s’il y a bcp de bruit avec les travaux à côté. Je béni le Ciel de m’avoir donné une femme que j’aime malgrè les hauts et les bas de notre couple. Je voudrais encourager ceux qui ont mis leur commentaire avant moi.

  6. Merci olivier je suis dans un endroit calme, j travail tout seul alaise avec en bonne santé j vis dans un pays indemne de la guerre je remercie mon dieu toujour tant pour ce qu elle est je suis maintenant voila

  7. L’endroit où je vis est moche et inconfortable mais le voisin est sympa les proprios cool et mon chéri et mon chat sont adorables.
    Je suis pauvre mais pas caissière ou puéricultrice ou aide soignante ou en ehpad
    J’ai vu partir ma jeunesse dans un gros village sans avoir pu faire ma vie en ville ni bénéficier d’environnement stimulant ni de possibilité de vivre ou je voulais je n’ai jamais eu de joli appart j’ai été fauchée toute ma vie mais je ne suis pas démolie physiquement comme les autres femmes pauvres et je ne vis pas dans une zone.
    Je suis une ratee mais ça aurait pu être bien pire.
    Les gens se contre foutent de mes dessins sur le net parce que je suis inconnue ET vieille mais quand je les expose ils ont du succès et on dit que j’ai du talent.
    Je suis edentee mais j’ai un joli sourire et en réalité je ne fais pas mon âge
    Le logement est sombre et biscornu mais j ai de la place pour dessiner même s’il n’y en a pas pour une table assez grande.
    Il n’y a pas de vue mais le quartier est plutot bien.
    C’est plein de parisiens l’été mais mon meilleur pote vient de paris.
    Je déteste l’endroit où je vis mais ce qui est à louer dans mes prix est vraiment nul moche cher et trop petit.
    J’ai fume mais n’ai jamais été une poivrote et ça se voit.
    Bref on se débrouille.

    PS j’espère que Vafing a pu déménager !

  8. La sensation desagreable liee à l’endroit où je me trove n’est pas temporaire, ça se produit trop souvent pour ça, chque jour et avec dvantage d’acuite au moent où je me reveille sans m’etre out à fait réadaptée à l’environnement, où j’ai ue conscience accrue d’etre piégée dans cet endroit que je n’ai pas les moyens de quitter. Il faudrait tout repeindre tout rénover, insonoriser pour l’exterieur qui est bruyant l’été (terrasse de restaurant venue s’installer devant l’immeuble), isoler du froid, etc, meme si mon proprietaire etait d’accord pour renover en partie c’est les travaux d’hercule, j’aurais préféré pouvoir déménager mais il n’y a rien tout est trop cher trop petit et étant locataire ça m’ennuie de me tuer santé et finance à refaire un endroit dont quelqu’un d’autre profitera car il me reste environ 5 ans à vivre.
    Pour revenir à ce que je disais un malaise quotidien devient chronique à foce donc constant, il ne faut pas dire que ça ne dure pas quand la cause declenchante est exterieure meme si je suis le terrain, en l’occurrence hypersensible à l’habitat.
    Soinon bien sur votre méthode est intéressante ça permet d’appércier ce à quoi on ne pense pas toujours et redonne de l’energie (que l’endroit où j’hebite absorbe, d’aolleurs, je cherche des solutions ne pouvant partir)

  9. Autour de moi c’est tout sombre et plein de suie, j’ai la porte dans le dos, il y a du carrelage par terre, c’est toujours sale il faut sans cesse nettoyer comme jamais ailleurs, il y fait froid mais en été c’est bien car je ne supporte pas la chaleur.je me sens tendue et en attente, la meme sensation que lorsqu’on est enfant et qu’on attend sa mère dans un endroit moche et angoissant où on ne voudrait pas habiter quand on sera grand et qu’on a hâte de rentrer à la maison de retrouver sa chambre et un repas complet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur Habitudes Zen, qui propose quelques uns des meilleurs articles du blog Zen Habits de Leo Babauta, traduits en Français par votre serviteur, avec sa permission, plus quelques articles personnels.