Note : cet article est une traduction de l’article The Contentment Habit de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

ContentementJe dois admettre que je le fais autant que n’importe qui d’autre : voir les trucs cool que les autres font et espérer faire un truc aussi cool.

Vous voyez des super photos de voyages sur Instagram et autres réseaux sociaux ; des gens qui ont une vie incroyable, qui créent des trucs cool, qui partent à l’aventure. Et instantanément, vous pensez que vous devriez avoir une meilleure vie.

Mais c’est une mauvaise habitude. Cela vous fait ressentir que votre vie n’est pas assez bien, que vous n’êtes pas assez bien. Et cette habitude est sans fin : si vous cherchez à avoir une meilleure vie, vous sentirez toujours que vous devriez en faire plus, vous amuser plus, créer plus, apprendre plus, lire plus, voyager plus. Vous ne pouvez pas faire tout cela, mais vous souhaiterez toujours que ce soit le cas.

Alors quelle habitude est mieux que celle-là ? L’habitude du contentement.

Ce que j’ai appris est qu’on ne trouve pas le bonheur, le contentement et la grandeur sont là dehors. Ils ne sont pas là où tout le monde est, même si on peut en avoir l’impression. Vous pouvez passer toute votre vie à pourchasser le bonheur, le contentement, les rêves, la grandeur, la coolitude, et ne jamais les atteindre. C’est parce qu’ils sont en vous en ce moment même.

Avant de parler de cela, regardons les habitudes que nous avons tous en la matière.

Les habitudes du mécontentement

Dites-moi si ces habitudes vous paraissent familières :

  • Vous voyez les gens faire des trucs supers, voyager, s’amuser, et vous espérez faire vous aussi quelque chose comme ça. Cela ne s’arrête jamais, parce que quoi que vous fassiez, il y aura toujours d’autres gens qui feront des choses qui paraîtront encore plus cools. Donc vous n’atteindrez jamais le pinacle de l’amusement, de la coolitude et de l’épanouissement.
  • Vous vous regardez et vous pensez que vous pouvez vous améliorer ; être plus en forme, plus mince, plus cultivé, plus calme, plus heureux, plus productif. Cela ne s’arrête jamais, parce que même si vous vous y prenez à merveille pour vous améliorer, vous ne serez jamais parfait, et il y aura toujours des choses à améliorer. Donc vous ne serez jamais content de vous, et ensuite vous mourrez.
  • Vous sentez que vous pourriez en faire plus. Vous courez partout, vous faites un tas de trucs, mais vous avez toujours la sensation que vous pourriez en faire encore plus. Cela ne s’arrête jamais, parce qu’il y a toujours plus de choses que vous pourriez faire. Vous ne pouvez jamais tout faire, donc il y a toujours plus de choses que vous ne faites pas que de choses que vous faites.
  • Vous critiquez les autres pour ce qu’ils font. Vos enfants, votre épouse (ou époux), votre famille, vos amis… Ils font tous quelque chose que vous pensez qu’ils ne devraient pas faire, ou peut-être qu’ils ne font pas une chose que vous pensez qu’ils devraient faire. Il n’y a pas de bonheur dans le fait de critiquer les autres, parce que vous n’êtes pas satisfait de votre vie quand vous n’êtes pas satisfait des autres gens.

Si vous faites une ou plus de ces choses – et je parie 1000 € que vous les faites plus que vous ne le réalisez – alors il est temps de vous demander si cette habitude finira jamais, et si cela vous apportera un jour le bonheur.

La réponse à ces deux questions est non. Ces habitudes sont sans fin, et elles n’apportent ni bonheur ni contentement.

L’habitude du contentement

Quand vous remarquez que vous avez ces habitudes de mécontentement, en étant conscient de vos sentiments et de vos pensées pendant la journée, essayez plutôt cela :

  • Arrêtez de chercher le bonheur ailleurs ; dans ce que les autres font, dans ce que vous devriez faire, dans ce que les autres devraient faire mais ne font pas, dans les choses que vous devriez améliorer. Le bonheur et le contentement ne sont pas là.
  • À la place, tournez-vous vers le moment que vous vivez. Faites une pause et ressentez votre corps, votre respiration, et toutes les sensations qui vous entourent en ce moment-même. Voyez à quel point ce moment est empli de choses que vous ne remarquez pas normalement, si vous commencez à y faire attention.
  • Réalisez que ce moment suffit tel qu’il est. Tout autour de vous, maintenant, il y a un moment aussi bon et important que n’importe quelle autre possibilité que vous présente votre esprit, quant à ce que vous devriez faire ou quant à l’endroit où vous devriez être. Ces expériences idéales ne sont pas meilleures que l’expérience que vous vivez en ce moment même.
  • Voyez la merveille de ce moment. Juste là où vous êtes, maintenant. Remarquez les choses incroyables autour de vous, et en vous, comme si vous le voyiez pour la toute première fois. Remarquez le miracle de votre corps, de votre esprit, de ce qui vous entoure. Comment tout cela a bien pu se retrouver là ? Le bâtiment dans lequel vous êtes, ou la nature qui vous entoure, cela n’est pas apparu comme par magie ; c’est presque comme si le monde avait conspiré pour que ce moment précis arrive, et que vous en soyez témoin. Quelle merveille !

C’est l’habitude du contentement, et vous pouvez le faire à n’importe quel moment, n’importe où, quoi que vous fassiez ou avec qui que vous soyez. C’est gratuit, toujours disponible, et toujours miraculeux. Et cela ne s’arrête jamais.

Crédits photo : © SG- design – Fotolia

Tags: , , , , , , , , ,

2 commentaires on L’habitude du contentement

  1. Dominique dit :

    C’est la clé du bonheur… apprécier la vie ici et maintenant; prendre conscience de la beauté des détails de la vie tels que la somptuosité d’une rose, le sourire d’un enfant ou encore la succulence d’un met.
    Profiter de la vie ce n’est pas envier les autres mais vivre pleinement la nôtre tout en posant des actions pour l’améliorer si c’est notre choix.

    Dominique

    • Romain dit :

      Tout à fait. Le bonheur est un état d’esprit, pas une quête de la vie parfaite.

      “Le bonheur vient de l’attention prêté aux petites choses, et le malheur de la négligence des petites choses.” Proverbe Chinois

Laisser un commentaire