Si la dépendance affective est un sujet « à la mode », c’est parce qu’elle touche de nombreuses personnes amoureuses. Comment savoir si l’on est réellement dépendant affectif ? Existe-t-il des astuces pour sortir de cet état d’amour passif et destructeur ? Voici 3 solutions qui vous aideront à y voir plus clair.

dépendance affective

1. Comprendre l’origine de cette dépendance amoureuse

  • Vous ne pouvez prendre de décision tout seul ?
  • Vous ne prenez aucune initiative sans l’approbation de votre moitié ?
  • Votre partenaire vous est devenu indispensable en permanence et vous angoissez même à l’idée qu’il puisse s’éloigner de vous.
  • Pourquoi êtes-vous devenu(e) à ce point incapable de faire des choses sans lui/elle et pourquoi n’envisagez-vous pas d’activités au cours desquelles vous pourriez rencontrer d’autres personnes ?

Certaines personnes recherchent justement des partenaires susceptibles de devenir dépendants, mais il s’agit là de ce que l’on appelle les « pervers narcissiques ». Or, la dépendance affective est assez différente : le problème ne vient pas de votre partenaire mais plutôt de votre manque de confiance en vous.

La dépendance affective est en effet un problème de mésestime de soi : on pense (à tort) que l’on n’est pas suffisamment en mesure de plaire à l’autre et donc, on est persuadé d’être en danger. Ce manque de confiance en soi peut s’expliquer par une enfance difficile (l’enfant peu valorisé ou peu câliné cherchera par exemple une relation enrichissante et fusionnelle à l’âge adulte). Il peut aussi trouver son origine dans une relation amoureuse qui a échoué (trahison, infidélité, abandon, etc.).

2. Faire descendre le partenaire de son piédestal

Les dépendants affectifs confondent souvent l’amour et la dépendance, ils pensent que le fait de mettre leur partenaire sur un piédestal est quelque chose de positif, que l’on n’aime que lorsque l’on est fusionnel. L’amour n’a pourtant rien à voir avec la dépendance : on peut être follement amoureux tout en étant pleinement indépendant et accompli !

Pour sortir de la dépendance affective, vous devrez donc faire descendre votre partenaire du piédestal sur lequel vous l’avez mis et revoir votre conception de l’amour. Comme disait Antoine de St Exupéry :

« L’amour ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction »

Détachez-vous donc de votre partenaire et regardez devant vous pour avancer, c’est ainsi que vous pourrez espérer guérir de votre dépendance amoureuse.

Par exemple, si vous lui proposez une sortie entre amis ou une activité qui vous fait plaisir et qu’il refuse de vous y accompagner, changez de comportement. Allez-y quand même. Vous prouverez que vous en êtes capable et cela vous permettra de vous épanouir autrement.

3. Travailler son développement personnel

Vous avez compris que cette situation devient insupportable et qu’il vous faut réagir. Vous savez que vous pouvez le faire mais pour cela, il vous faut vous en donner les moyens. Vous seul êtes capable d’y arriver en commençant par un travail sur vous-même.

Choisir des activités épanouissantes

Il existe plusieurs méthodes de relaxation qui peuvent vous aider à prendre conscience des choses, à les apprivoiser avant de les accepter. Il ne faut surtout pas les rejeter, mais comprendre comment elles se sont installées. Des exercices simples de sophrologie pourraient par exemple vous y aider.

Le Yoga, le Qi-gong par la respiration calme et profonde vous relaxeront et vous aideront à vous détacher progressivement de cette dépendance. Vous prendrez également soin de votre corps, ce qui ne gâche rien.

Ces activités accessibles à tous ne demandent aucune qualité spécifique si ce n’est la volonté de se rendre au cours de manière régulière. Vous y rencontrerez peut-être des personnes qui auront les mêmes objectifs que vous et cela vous fera du bien d’échanger vos ressentis, si vous le désirez.

Prendre du temps pour soi

Prenez du temps pour vous et faites en sorte de réaliser des choses épanouissantes, sans votre partenaire. Le but est de vous accomplir pleinement et en toute indépendance. Soyez force de proposition pour les sorties, les vacances, les repas, etc. Un couple se construit à deux et vous devez prendre votre place au quotidien, c’est-à-dire 50 %. Gardez à l’esprit que les relations amoureuses que l’on voit au cinéma ne reflètent en rien la réalité !

Vous ne riez pas tous les jours aux éclats avec votre partenaire ? Il ne vous dit pas tous les jours qu’il vous aime ? Il est parfois fatigué ou ressent le besoin de faire certaines activités sans vous ? C’est normal et ce sont des réactions saines ! Vous n’avez aucune raison de paniquer et de lui faire subir vos angoisses. Un couple solide est un couple composé de deux personnes complémentaires qui s’enrichissent mutuellement et dans la durée. Si vous restez toujours dans l’attente, que vous avez une attitude passive et soumise, votre partenaire aura alors de vraies raisons de mettre un terme à votre relation.

Se détacher pour mieux se retrouver

Le but est donc de vous détacher de votre partenaire afin de renforcer la relation et reprendre confiance en vous.

Amusez-vous à faire quelques exercices : votre conjoint n’est pas là et vous ressentez le besoin de lui envoyer des messages pour savoir ce qu’il fait ? Appelez plutôt un(e) ami(e) pour lui proposer une sortie ! Vous verrez, le temps passe beaucoup plus vite.

Votre compagnon ne peut pas poser des congés en même temps que vous ? Au lieu de rester à la maison à l’attendre toute la journée, profitez-en pour faire un beau voyage en solo ou accompagné de quelques proches.

Vous pouvez aussi vous engager dans une association humanitaire (Secours Populaire, Restau du cœur ou autres.). Faire du bien aux autres vous apportera une grande satisfaction. Plus vous vous épanouirez seul(e), plus vous gagnerez en confiance et plus vous serez à l’aise dans votre relation, sans être dans l’attente ou la soumission. Si votre dépendance affective vous ronge et que vous n’arrivez pas en sortir, mieux vaut consulter un spécialiste afin de retrouver le sourire le plus vite possible (et sauver votre relation !).

Julie Kagou

Ressources PDF sur la dépendance affective

Recherches utilisées pour trouver cet article :

dépendance affective solution, dependance affective solutions, astuce contre la dependance affective, dependance amoureuse solutions, exemple dependance affectove

Tags: , , , , , , , , ,

5 commentaires on 3 solutions à la dépendance affective

  1. Ogier DOLLÉ dit :

    La dépendance affective est incroyable !
    Je l’ai toujours appelé la fixette amoureuse et découvre aujourd’hui une nouvelle notion.

    Merci pour cet article Olivier !

  2. yannnich dit :

    Bonjour,
    personnellement, j’aurais mis le chapitre 2 après le 3 qui est sur le développement personnel.

    L’individu qui est en développement personnel va procéder à un changement de l’intérieur pour un mieux être et diminuer petit à petit cette dépendance.
    Par ce travail, l’équilibre dans le couple va automatiquement changer (si le développement perso fonctionne).
    De ce fait, en améliorant son image de lui même, son estime va augmenter, et finir par être égale à celle de son conjoint dans le temps.

    Je pense donc qu’il ne faut pas commencer par son rapport à l’autre mais son rapport à soi qui changera le rapport à l’autre.

  3. Alexandre dit :

    La dépendance affective est vraiment un vaste sujet, mais propice à de nombreux changement positif dans sa vie.

    J’ai étais touché par ce mal pendant pas mal d’année, et depuis (et à force de suivre les conseils d’Olivier, j’ai décidé de concevoir un blog rien que sur le sujet à coté de mes études)… Car comme je m’en suis sorti je n’ai eu qu’une envie aider les autres à se sentir mieux.

    Mais si je ne dois garder qu’une seule chose de la dépendance affective, c’est qu’elle m’a aidé à grandir (elle m’y a même poussée, s’était soi ça, soi une descente aux enfers), battons nous contre ce mal, ça vaut vraiment le coup. 😉

    Je suis d’ailleurs en recherche de conseil pour mon blog, mon but serait vraiment de concevoir une immense encyclopédie à destination des personnes qui en souffre… Et moi seul avec mes petits conseils, j’ai parfois l’impression de ne pas faire le poids (du coup si vous voulez y jeter un petit coup d’oeil 😉 )

  4. mary dit :

    L’article est très incompatible en termes de ses idées que je l’ai beaucoup aimé
    merci beaucoup bonne continuation

Laisser un commentaire