Note : cet article est une traduction de l’article 6 Things to Know About How to Get Out of Funk Town de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

StressParfois vous n’êtes simplement pas motivé, peut-être que vous vous sentez déprimé (l’état d’esprit, pas la véritable dépression clinique), peut-être que vous n’avez pas l’énergie nécessaire pour vous concentrer sur le travail.

Nous sommes tous passés par là et nous sommes sentis nazes de temps en temps, et la bonne nouvelle est que nous en sommes tous sortis dans une certaine mesure.

J’ai trouvé qu’il y a avait deux facteurs qui font que vous vous retrouvez à Nazeland :

  1. Vous avez peu d’énergie, à cause d’un manque de sommeil, de trop de travail, d’une maladie, ou de trop d’exercice.
  2. Vous entrez dans une spirale de pensée négative ; un doute personnel mène à un autre, une mauvaise pensée à propos de la vie mène à une autre, jusqu’à ce que vous ne croyez plus en vous-même.

Ces deux facteurs vont souvent de pair – généralement quand je subis un décalage horaire, ou que je traverse simplement une crise familiale, ou que je suis durement privé de sommeil, je commence à entrer dans cette spirale de pensée négative.

Voici la première chose à savoir quant à votre façon de penser pendant cette crise : ne croyez pas la moindre de ces pensées.

C’est parce que votre esprit, quand il est fatigué et négatif, entre dans un état infantile – pas infantile dans le sens « garde un esprit d’enfant et joueur », mais plutôt dans le sens « donne-moi ce que je veux ou je vais piquer une colère » comme un enfant grincheux, égoïste et irascible. Ce n’est pas le meilleur de vous, mais c’est une partie de vous qui souffre et veut simplement être réconforté. C’est totalement compréhensible.

Voici la chose suivante à savoir à propos de cette crise : vous ne devriez pas écouter les envies et les pensées de votre esprit infantile colérique quand vous êtes à Nazeland, mais écoutez vos besoins. Votre côté infantile veut se reposer, il ne veut pas travailler trop, il est fatigué, et il a peut-être besoin d’un peu de réconfort.

Réconfortez-vous quand vous souffrez. Pas avec de la nourriture mais avec de l’amour. Accordez-vous du repos quand vous êtes fatigué. Ayez comme priorité de rattraper votre sommeil. Allez vous coucher plus tôt, éteignez les écrans, laissez votre esprit se détendre, méditez pendant que vous êtes au lit, assurez-vous qu’il n’y a pas de télé ou d’autres lumières allumées, et profitez d’un bon et long sommeil.

Étrangement, cela aide aussi d’être actif. Prenez soin de votre sommeil, et n’en faites pas trop côté activité, mais si vous travaillez de chez vous ou que vous êtes souvent coincé dans un bureau, il est souvent mieux de faire bouger votre corps – allez marcher, faites du sport, faites quelque chose d’actif avec des amis.

Une troisième chose à savoir : Quand vous êtes à Nazeland, ne croyez pas ce que votre esprit pense de vous ou de votre travail. Il dira « Je ne veux pas faire ça ! » ou « Je ne peux pas faire ça » ou « Je ne suis pas assez bon » ou « Cela ne m’intéresse plus. » Rien de tout cela n’est plausible, simplement parce que l’esprit qui dit ces choses est dans un état de panique, de peur et d’inconfort extrême. Ce n’est pas un esprit dans lequel on peut avoir confiance.

À la place, remarquez ces pensées, puis dites-vous « Je souffre simplement en ce moment. J’y réfléchirai quand je serai dans un état mental plus calme. »

Une fois que vous êtes dans cet état de calme, que vous vous sentez mieux, alors évaluez votre travail. Vous pourriez vous rendre compte que vous l’aimez toujours, ou si ce n’est pas le cas, vous pourriez calmement trouver une autre voie meilleure pour vous.

Une quatrième chose à savoir : Cela aide beaucoup de parler à quelqu’un d’autre, qui a un point de vue extérieur. Parlez à un ami, à votre mari/femme, à un parent, à un collègue, à n’importe qui. Je ne peux qu’insister sur ce point ; ne soyez pas fier au point de ne pas demander de l’aide.

Une cinquième chose : Une fois que avez pris soin de votre sommeil et de votre santé, vous devriez travailler un peu. Pas énormément, juste un peu. Faites un petit effort, et faites-en un petit peu. Juste assez pour vous sentir bien d’avoir fait quelque chose.

Cela aide aussi vraiment de commencer à vider votre ardoise, si vous êtes surchargé. Commencez à dire Non au travail au lieu de Oui tout le temps, comme un ami à moi l’a fait récemment quand il était à Nazeland, et vous vous sentirez soulagé.

Enfin, une sixième chose à savoir : Ce n’est pas grave d’être à Nazeland de temps en temps. Cela nous arrive à tous, donc vous n’êtes vraiment pas seul. C’est humain de traverser des hauts et des bas, de ne pas toujours être au top du top physiquement parlant. Nous doutons parfois de nous-mêmes, nous sommes parfois très fatigué, nous souffrons parfois. Ne vous inquiétez pas si vous êtes à Nazeland. Vous en sortirez, et grâce à votre expérience à Nazeland, vous serez plus fort et plus sage et prêt à vous attaquer à votre prochain défi avec une gratitude renouvelée.

Crédits photo : © alphaspirit – Fotolia

Recherches utilisées pour trouver cet article :

nazeland

Tags: , , , , , , ,

10 commentaires on 6 choses à savoir pour sortir de Nazeland

  1. Rodolphe dit :

    Sortir de la spirale, c’est une chose, mais construire une spirale positive en est une autre.
    L’écoute de soi et des autres.
    S’arrêter pour comprendre l’univers.
    Constater un succès personnel (aussi petit soit il!)
    Réaliser quelles sont les petites choses de la vie qui nous rendent heureux.
    voilà de quoi construire une spirale positive 🙂

  2. Carole dit :

    La phrase : “Je souffre simplement en ce moment” est très importante.
    notamment par rapport à sa relation aux autres. Le tout est de se dire : “dès que je serai en état de le faire, je trouverai une solution pour y remédier”.

  3. Xet dit :

    Je suis très déçue de voir que vous n’êtes l’auteur d’aucun article de ce site !
    Ce sont tous soit des traductions (Merci Léo Babauta) soit la plume de quelqu’un d’autre !

    Je me trompe ou j’ai l’impression d’une grosse arnaque ?

    • Amandine dit :

      En réalité, le blog d’Olivier Roland est entièrement basé sur la traduction des articles de Léo Babauta. Il a trouvé probablement trouvé géniaux et inspirants les écrits de ce dernier et veut nous en faire profiter. Super, non ? 🙂

      (c’est indiqué en bas du blog)

    • Amandine dit :

      J’aime toujours la simplicité et l’honnêteté des écrits de Léo Babauta. Il ose parler des petits soucis et contraintes de sa vie quotidienne, dont les autres ne parleraient pas, et donne toujours des conseils simples et efficaces. Merci pour ce partage.

  4. Malika dit :

    Merci Olivier

    ces informations sur les causes de la pensées négative me sont précieuses

  5. mona dit :

    Bonjour Olivier
    je te remeçie tout d’abord, de chercher et de traduire ces excellents articles, tu n’as jamais ni cacher ni menti à ce sujet, merci encore une fois
    en ce qui concerne le sujet de l’article, l’auteur a raison parfois il y a des haut et des bas aussi, juste le changement du climat peut donner du blues, entendre une mauvaise nouvelle, une maladie……
    mais heureusement, comme il y a des bas il y a des hauts, et je pense qu’il faut profiter au maximum des moments du bonheurs c’est cela qui nous donne la force de continuer dans la vie
    merci encore une fois
    bon courage
    mona

  6. Philippe dit :

    Nazeland! j’men souviendrai ! c’est vraiment un drôle de pays! Quand on est pas habitué à voyager, ce n’est pas facile de s’adapter. Mais à force d’y aller à Nazeland, c’est pour mis reposer et méditer…

    Excellent article ( comme de coutume chez toi )

    Philippe le bienheureux

  7. Michelle dit :

    Nazeland… je crois qu’on y est bien avant que cela se ressente physiquement… pcq c avant tout une fatigue psychologique… qui finit par se ressentir physiquement. Alors là il est grand temps de réagir et de chercher la forêt qui se cache derrière l’arbre !
    En tout cas j’aime la 6è chose à savoir : ce n’est pas grave ! c’est sans doute ça qu’il faut accepter en premier et qui fait qu’on s’autorise à regarder très vite le problème en face et d’y faire ainsi face le plus vite possible, avant qu’il n’empire. Oui vraiment, j’adore cette 6è chose ! Je vais m’en souvenir pour la prochaine fois que j’irai à Nazeland 🙂

  8. Marie-Christine dit :

    Merci pour ces conseils, même si je le sais, il faut que quelqu’un vous les rappelle.
    Je suis trop souvent à Nazeland, j’aime la 6ème chose à savoir et si je l’ai déjà appliquée instinctivement pour essayer de m’en sortir, difficile avec l’entourage…

Laisser un commentaire