Note : Cet article a été écrit par Sabine Cointe du site Ressources et harmonie

Pas simple d’être zen dans ce monde où tout va de plus en plus vite, et en même temps où l’on a besoin de calme, de douceur, et de moments rien qu’à soi.
C’est en quelque sorte un paradoxe, puisqu’on voudrait ralentir, tout en ayant peur de faire du sur-place. Alors faudrait-il vraiment choisir entre être complètement mou/raplapla, ou être super rigide/tendu ? Y aurait-il un compromis confortable pour aborder la vie plus sereinement ?

D’un côté, ce n’est pas évident de trouver du temps pour soi, et d’un autre côté, ce n’est pas facile d’être tendu comme une arbalète. Alors que faire ? Comment être plus zen tout en restant soi-même ? Je vous suggère quelques idées et exercices. C’est comme un défi que je vous propose, un défi avec vous-même !

être zen et rester soi même

Ce qui fonctionne pour vous

Dans un premier temps, il est important de savoir ce qui fonctionne pour vous détendre et vous rendre zen facilement.

Est-ce que par exemple:

  • vous allez spontanément faire une balade en forêt pour revenir au calme intérieur,
  • vous vous offrez un massage relaxant,
  • vous prenez un bain chaud aux huiles essentielles,
  • vous suivez un cours de yoga,
  • vous vous faites une manucure,
  • vous regardez un film à l’eau de rose,
  • ou vous lisez un livre

L’essentiel est donc de se savoir ou de (re)découvrir ce qui vous rend calme et vous détend naturellement, car ce sont des choses que vous pouvez faire facilement, sans effort, et qui vous apporte des bienfaits rapides. Chacun a sa propre recette miracle et personnelle pour trouver le calme et se détendre, autant s’en servir ! Et raison de plus de fixer illico presto des rendez-vous réguliers avec vous-même, pour tirer le maximum de bienfaits en un minimum d’effort.
Prendre du temps pour soi n’est pas un luxe. Et comme le bien-être est contagieux, alors on se réjouit d’avance du temps que l’on s’octroie, pour pouvoir le redistribuer au besoin.

Des principes, des habitudes pour gagner en « zen attitude » tout en restant soi-même

Une fois que vous avez déterminé ce qui vous fait réellement plaisir pour vous détendre, alors je vous propose quelques principes, ou pratiques à mettre en place dans votre quotidien, pour gagner en calme intérieur. De plus, ces principes assureront plus de place à vos moments bien-être (ces moments personnels qui fonctionnent pour vous), pour en prolonger les bienfaits. Ce sont de nouvelles petites habitudes, qui une fois enclenchées, contribuent à rester soi-même, sans faire la course au « bien-être yoyo ».

Je vous en propose 4, particulièrement efficaces.

1. Savoir dire stop

Et prendre du temps pour se détendre, car au final ce temps n’est pas perdu, bien au contraire, c’est du temps gagné pour le bien-être, et ça, ça n’a pas de prix.

Dire stop, cela signifie simplement, ne pas dire oui quand on pense non.

Concrètement, si un(e) ami(e) vous demande de l’accompagner à la foire, alors que vous n’en avez pas envie car vous rêvez d’un bain chaud pour vous détendre, alors dites-lui non, tout en lui expliquant les vraies raisons. Inutile de raconter des sornettes, autant jouer la carte de la franchise (tout en restant diplomate), et en plus vous restez fidèle à vous-même et vos pensées. Car, si vous dites oui à votre ami(e), vous regretterez le bain chaud, et vous risquez d’être de mauvaise humeur ou de mauvaise compagnie. Vous pourriez lui répondre « j’apprécie que tu me le proposes et j’aurais beaucoup aimé venir avec toi, seulement je suis très fatiguée, je préfère prendre un bain pour me ressourcer, une prochaine fois, avec plaisir, je serais de meilleure compagnie ». Etre à l’écoute de soi et de ses besoins est capital pour être zen !

2. Supprimer ou limiter les sources de nuisance

Les sources de nuisance peuvent être multiples, et surtout elles sont très personnelles. Ce qui dérange l’un ne gênera pas l’autre. Ce peut être le téléphone qui sonne trop souvent à votre goût, la télévision qui fonctionne trop longtemps ou trop fort, l’entourage ou les amis trop présents, les sollicitations de toute part qui vous puise de l’énergie. D’ailleurs trop c’est trop !

Partant du principe que tout excès nuit, il est important dans un premier temps de constater les sources de nuisance, et dans un autre temps de les limiter, ou les supprimer (selon la gêne, et toute mesure gardée, il ne s’agit pas de taper du poing sur la table pour obtenir le calme !), pour gagner en confort de vie, et surtout en respect de soi. Car devoir supporter des nuisances, contrarie grandement le « rester soi-même », et à force de supporter, on devient une cocotte-minute prête à exploser.

3. Vivre le moment présent

Ah, le moment présent ! On entend beaucoup parler du moment présent, c’est bien beau dans la théorie de vivre le moment présent sans se préoccuper du passé ou du futur, concrètement dans la vie on fait comment ?

Il s’agit « simplement » d’être pleinement présent à ce que l’on fait, se concentrer sur chaque tâche sans penser à la suivante ni au milliard de tâches qui vous attendent encore.

Il suffit de tester pour s’en rendre compte. Il faut bien avouer qu’à prendre l’habitude de courir après le temps, vivre le moment présent peut sembler une hérésie. Seulement, petit à petit, en mettant en place quelques exercices, c’est une habitude qui vient naturellement, et contrairement à ce que l’on pourrait penser, permet de gagner en efficacité. C’est tout simple, si vous n’êtes pas pleinement concentré en accomplissant une tâche, et que vous pensez à autre chose, vous risquez de faire des erreurs, de passer beaucoup plus de temps, (puisque votre esprit est préoccupé, il ne peut pas tout gérer sans encombre !). Le but est donc d’être pleinement concentré sur une tâche, sans se laisser envahir par des pensées qui tournent en boucle ou vous assaillent. « Il ne faut pas que j’oublie d’acheter une salade et du dentifrice », « j’ai encore un dossier à boucler », « il faut que j’appelle Marie-Jo pour garder les enfants » : et si vous optiez pour des listes ou des post-it qui vident la tête instantanément ? Essayez ! Et pour les pensées persistantes qui ne ressemblent pas à une liste de courses, mais davantage à des tracas, je vous propose une petite méditation express :

4. Pratiquer la méditation

La méditation, pratique ancestrale, fait de nombreux adeptes, et pour être zen, on en parle de plus en plus, comme un remède à tout ce stress vécu au quotidien. Qu’en est-il vraiment ?

La méditation donne indéniablement des résultats à qui pratique assidument. C’est comme tout, pour parler une langue couramment, il est essentiel d’apprendre et de pratiquer, pour être coiffeur, il est indispensable de suivre une formation et de s’exercer sur des dizaines de têtes !

Concrètement, comment ça se passe dans la pratique ? Il existe de nombreuses écoles, et chacune a ses spécificités. Pour ma part, je suis autodidacte, et la méditation que je propose est celle que je pratique. Elle consiste, tout d’abord à se concentrer sur le moment présent (on en parlait plus haut justement !), sur la respiration, au même titre que la méditation de pleine conscience ; puis ensuite, de visualiser de petites histoires créatrices et inspirantes, qui, en analogie au quotidien, viennent régler en douceur des difficultés ou permettent d’atteindre un objectif. Le plus simple et le plus profitable étant d’être dans une pièce au calme, assis sur une chaise ou en tailleur sur le sol, une musique douce suggère davantage la détente.

Je vous invite à découvrir la méditation que je pratique, et ce qu’elle m’a apportée.

En résumé

Pour être plus zen tout en restant soi-même, quelques étapes sont fondamentales :

  • Je (re)découvre ce qui me rend calme et me détend naturellement (loisirs, activité, action…)
  • Je prends du temps pour moi, je consacre du temps et je définis le temps et la fréquence nécessaires pour moi dans ce loisir, activité, action
  • Je mets en place une ou plusieurs nouvelle(s) habitude(s) : savoir dire stop, limiter les sources de nuisance, vivre le moment présent, pratiquer la méditation

Ce qui est important, c’est le cheminement, l’intérêt et l’intention que l’on porte à cette démarche, tout en s’appuyant sur les actions/habitudes que l’on met en place.

Plus encore, c’est en libérant l’esprit du superflu que l’on peut revenir à son essentiel. Son essentiel : ce qui est important, fondamental pour soi, ce qui fait vibrer son être intérieur, qui anime sa vie, donne de la joie, tout en appréciant sa personnalité. C’est ainsi que, connecté à soi-même, on se retrouve.

Sabine Cointe, du site Ressources et Harmonie, thérapie émotionnelle, méditation, développement personnel

Tags: , , , , , , , , , , , ,

2 commentaires on Comment être plus zen tout en restant soi-même ?

  1. Merci pour cette piqure de rappel. Je pense en effet qu’il est nécessaire d’être soi-même pour être plus zen. L’un va forcément avec l’autre. Le cas contraire entraine forcément des frustrations et des doutes.

    • Sabine dit :

      Merci pour votre commentaire, Joseph. Je partage votre avis. Etre soi-même permet d’être plus zen, et vice versa. Il est important d’être soi-même et de penser à soi (sans être égoïste !), plutôt que de s’accrocher à des apparences, au regard des autres (le comportement est alors faussé, puisque coupé de soi). Inévitablement, apparaissent les frustrations, doutes et autres désagréments de façon consciente ou inconsciente.

Laisser un commentaire

38 Partages
Partagez36
Tweetez2