Note : cet article est une traduction de l’article Worried About What You’re Not Doing de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Esprit ouvertÀ chaque instant, beaucoup d’entre nous pensons à ce que nous ne faisons pas.

Nous nous sentons coupables de ne pas en faire plus. Inquiets de ne pas être aussi productifs que nous pourrions l’être. Coupables de procrastiner.

Nous nous sentons coupables de ne pas faire plus d’exercice, de ne pas bien manger, de ne pas avoir un corps plus beau.

Nous sommes inquiets parce que nous devrions faire quelque chose de mieux, quelque chose de plus incroyable, quelque chose que font les gens incroyables qu’on voit en ligne.

Nous sommes inquiets de ce que nous allons faire plus tard, de ce qui viendra ensuite, d’où nous allons aller.

Nous sommes inquiets des objectifs que nous n’allons pas atteindre, ou que nous pourrions ne pas atteindre. Nous nous sentons coupables d’avoir échoué dans nos nombreuses tentatives pour atteindre ces objectifs ou mettre en place ces habitudes.

Nous sommes inquiets de ce que les autres gens vont faire, ceux que nous voyons sur les réseaux sociaux, ceux dont les images sur Instagram semblent plus incroyables que notre propre vie.

Nous nous sentons coupables de ne pas nous rendre parfaits. De ne pas faire maintenant ce qui serait parfait.

C’est parfaitement naturel, et il n’y a rien de mal à être inquiet et à se sentir coupable. Nous le ressentons tous. Je l’ai probablement ressenti une bonne douzaine de fois rien que ce matin.

Mais il y a une autre façon de faire. Permettez-moi de partager cette façon de faire avec vous aujourd’hui.

L’erreur que vous faites

Je pense que nous avons dans l’idée que dans un autre univers, il y a une version de nous-mêmes qui pourrait avoir une vie plus incroyable. Qui est parfaitement productif (pas de procrastination !), qui n’est jamais distrait, et qui atteint toutes sortes d’objectifs. Dans le même temps, cette personne voyage, vit des expériences incroyables, a des amis supers et aime quelqu’un d’exceptionnel. Cette personne apprend toutes sortes de compétences, de sujets fascinants, et lit beaucoup. Le tout avec un corps superbe, évidemment.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Un guide pour échapper au Matérialisme et Trouver le Bonheur

Ce moi alternatif, bien évidemment, n’existe pas, et n’existera jamais.

Tout ce qu’on a, c’est ce bon vieux moi normal. Nous sommes coincés dedans.

Donc nous devrions faire au mieux avec ce que nous avons. Jetons un œil à notre moi actuel et disons, « Hé, tu vas bien. Tu es assez génial de certaines façons. Dans d’autres trucs tu es nul. C’est le cas de tous les Terriens, en fait. En tout cas, tu es suffisamment bon. Oh, et au fait, je t’aime. »

Il n’y a pas de version parfaite de votre vie, ou de vous. Il n’y pas de truc parfait que vous devriez faire maintenant, pas de séquence parfaite de choses que vous devriez faire aujourd’hui.

Il n’y a que ce que comporte ce moment, y compris votre insatisfaction vis-à-vis de ce moment et de vous-même (et d’autres gens). Cette insatisfaction fait partie du moment dans lequel vous êtes coincé.

Donc nous pouvons être insatisfaits de ce moment, ou alors nous pouvons nous entraîner à en être satisfaits.

Satisfaction et appréciation de ce bon vieux moment présent

L’autre façon de faire que j’ai mentionnée ci-dessus est une pratique simple (mais pas facile) :

  1. Faites une pause, et remarquez que vous êtes inquiet de ce que vous ne faites pas. Remarquez l’insatisfaction que vous ressentez, vis-à-vis de vous-même ou de ce moment.
  2. Acceptez ce sentiment d’insatisfaction comme faisant partie de vous, et autorisez-vous simplement à le ressentir. Remarquez les sensations de ce sentiment dans votre corps.
  3. Tournez-vous vers le moment présent : que faites-vous en ce moment ? Soyez totalement présent dans les sensations physiques de l’activité que vous faites, quelle qu’elle soit.
  4. Remarquez que ce moment présent suffit absolument. Il n’est pas nécessaire qu’il soit différent, qu’il soit plus qu’il n’est. Il est déjà super, à sa façon. Et vous aussi.

C’est une pratique, et ce n’est pas quelque chose que vous ferez parfaitement un jour. Vous vous en souvenez simplement, et vous oubliez, et vous vous rappelez, et vous oubliez. C’est ce qu’il y a d’amusant là-dedans.

Cet article, au fait, est tout autant une note pour moi afin que je me souvienne de le faire que c’est un guide pour quiconque pourrait trouver cela utile.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  3 étapes pour un bureau clair en permanence

Que ce moment, et le suivant, soient suffisants pour vous.

Crédits photo : © khubicek – Fotolia

Tags: , , , , , ,

9 commentaires on Inquiet de ce que vous ne faites pas

  1. Amelie dit :

    Bonjour à tous !
    Merci pour cet article et sa traduction ! Je dois reconnaître qu’il tombe à pic, m’étant réveillée ce matin en dressant la liste de tout ce qui m’agace autour de moi… et qui m’empêche de me concentrer sur ce que j’ai à faire… qui prend du retard… et qui m’agace encore plus !
    Cet article, avec un peu de respiration abdominale, est en train de faire son effet. C’est fou comme un simple “Oh, et au fait, je t’aime” adressé à soi-même peut désarmer la colère et faire venir les larmes !

  2. makhlouf dit :

    Merci cet article est intéressant, j’en profite!

  3. Benjmal dit :

    Bonsoir Professeur;

    Merci pour cette article, je le trouve très intéressant, enrichissant, je crois qu’il faut vivre le présent comme il faut et arrêter de penser sur les choses qui nous avons pas réaliser auparavant et aussi arrêter de penser au future si nous voulons éviter toutes les situations destructives comme l’inquiétude, la crainte……

  4. Marc Blais dit :

    Merci ! C’est une excellente réflexion sur tout ce que nous avons déjà versus tout ce qu’il nous manque. (En fait, tout ce que nous pensons qu’il nous manque !)

    J’ai fait récemment l’exercice d’imaginer ce que serait ma VIE IDÉALE …

    Et SURPRISE! je me suis aperçu que j’avais déjà TOUT pour la vivre MAINTENANT !

    PS: J’ai quand même quelques doutes occasionnels et similaires à cet article !

  5. Stéphane dit :

    Bonjour Olivier. Je trouves cet article très intéressant et censé. Mais, j’aimerais demander ton avis sur un point … On dit souvent qu’il faut s’accepter comme on est, qu’on ne peut pas parvenir à la perfection, mais alors qu’est-ce qui pourrait nous pousser à changer ? Et pourquoi le faire si on doit s’accepter comme on est ?

  6. Jean-Emmanuel dit :

    Bonjour, bonsoir,
    Je vous souhaite à Oliver et toute son équipe,ainsi que tous les lecteurs de ces moments partagé, une très belle année.
    Plein de bonheur

  7. Monique CHOIX DE VIE dit :

    Merci Olivier pour cet article qui bien sur arrive à point. Après quelques jours de procrastination; ce matin j’avais des difficultés à reprendre la lecture de mes mails et la mise en place de mon heure de travail hebdomadaire;avec bien sûr toutes les pensées négatives sur mon comportement et surprise je découvre le premier mail qui traite d’un sujet hautement important sur le fait d’accepter cette partie de nous qui aux yeux du monde n’est pas parfait et s’accepter comme nous sommes.
    Merci merci merci a Léo Babauta et à toute l’équipé pour nous permettre d’avoir accès à ces informations.
    Je vous souhaites tous une pleine réalisation de tous vos rêves pour 2016

  8. mona dit :

    bonjour
    A mon avis, cette insatisfaction que la plupart des gens en souffre, fait partie de l’être humain, comme la peur, l’anxiété……., elle n’est pas toujours mauvaise, au contraire c’est ce qui nous motive, nous permette d’être meilleure encore et encore, il faut juste pour chacun savoir ses propres limites, et ne pas essayer de les dépasser, on ne peut pas être tous des médecins, ni des astronautes, par contre on ne peut pas vivre sans fermier, ou épicier… 🙂
    bonne chance a tout le monde
    mona

  9. Gaelle dit :

    Chaque jour (ou presque) je peste contre ce que je souhaitais accomplir et que je n’ai pas eu le temps de réaliser….
    Bien souvent car je sur estime toujours ce que je suis capable de faire dans ma journée de travail quotidien !!!
    De ce fait l’insatisfaction s’installait très vite, chaque soir, frustrée de ne pas avoir accompli les missions que je m’étais fixées !!
    Je ne suis pas superman ni wonderwoman, ni autre super héros aux super pouvoirs…… JE SUIS MOI ; et comme dit précédemment nous avons tous nos limites qu’il faut apprendre à accepter et apprivoiser.

    Je m’observe, j’observe ma vie (qui me convient globalement, il faut l’avouer) j’observe mon environnement (qui est génial) et je me dis que j’ai DE LA CHANCE D’ÊTRE LÀ ET D’EN PROFITER….. Alors est-ce réellement grave si je n’ai pas atteint tous les objectifs de ma journée ?? Non ! rien qui ne souffre d’être fait ultérieurement ! 🙂 je peux ainsi accepter mes “échecs” et repousser cette culpabilité.

    Je me sens mieux, juste moi, chez moi, entouré d’êtres que j’ai choisi et qui m’aiment tous pour ce que je suis et non pour ce que je voudrais être ou faire 😉
    Alors tout va bien !!

    Mais je le conçois, le chemin parcouru pour cette acceptation n’a pas été de tout repos ni facile ! Mais il valait la peine d’être parcouru !

    beau we à tous et à toutes 🙂

Laisser un commentaire

72 Partages
Partagez72
Tweetez