Note : cet article est une traduction de l’article Gratitude to Cure the Impulse to Buy More Stuff de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

Anti-consumérismeC’est amusant de voir qu’ici aux États-Unis, deux jours se suivent sur le calendrier alors qu’ils ont des esprits totalement opposés : Thanksgiving et le Black Friday.

Le premier est porteur d’un esprit de gratitude vis-à-vis de ce que vous avez, et le second pousse à vouloir davantage de ce que vous n’avez pas. Ils sont en désalignement total.

La bonne nouvelle (qui est également valable tout le reste de l’année) est que nous pouvons nous servir de notre gratitude pour surmonter les envies d’acheter tout un tas de trucs ; ces envies sont ancrées en nous par les multinationales et les pourvoyeurs de consumérisme. Nous n’avons pas à écouter leurs messages nous poussant à vouloir plus de choses en soldes (comme si dépenser notre argent ou nous endetter nous faisait « économiser » de l’argent) ou à avoir besoin d’acheter des choses pour les gens qu’on aime pour leur montrer qu’on les aime.

Nous pouvons contrer ces messages avec de la gratitude :

  1. Je suis reconnaissant de ce que j’ai déjà, de la vie que je vis déjà, et donc je n’ai pas besoin de plus. Je peux économiser plus d’argent en n’achetant rien, et en trouvant de la joie et du contentement dans ce que j’ai déjà.
  2. Nous pouvons montrer notre amour aux gens non pas en leur achetant des trucs, mais en leur montrant notre gratitude de les avoir dans notre vie : en leur envoyant des lettres attentionnées, en leur faisant un câlin, en passant du temps avec eux, en faisant des activités avec eux.

Nous aurons envie d’acheter plus, mais cela ne signifie pas que nous devons suivre ces envies. Nous pouvons reconnaître l’accélération de notre rythme cardiaque quand nous commençons à envisager un achat, l’excitation qui vient quand on imagine un futur avec ces achats dans notre vie. Imaginer un bonheur futur nous fait vibrer !

À la place, nous pouvons calmer ces palpitations en reconcentrant notre attention sur le présent. Tournez votre attention vers ce qui est en face de vous, en ce moment, et réalisez à quel point tout ce que vous avez dans votre vie est incroyable. Tournez votre attention vers les gens dans votre vie, proches ou éloignés, et trouvez de la gratitude pour leur présence dans votre cœur. Tournez-vous vers toute la fortune que vous avez, matériellement, monétairement et intellectuellement, et soyez reconnaissant d’avoir ça. Soyez reconnaissant de l’opportunité de vivre, de la joie que vous éprouvez à chaque instant, du bien qui est en vous en ce moment.

C’est cela qui peut nous apporter de la joie, pas de futurs achats. Ce moment est tout ce dont nous avons besoin, et c’est une opportunité de gratitude considérable.

Crédits photo : © Air0ne – Fotolia

Tags: , , , , , , , ,

6 commentaires on La gratitude pour guérir l’envie d’acheter plus

  1. Bénédicte dit :

    Désormais je privilégie dans ma vie les expériences et ce qui m’enrichit, les voyages, les moments passés entre amis plus que les objets. Ta vidéo Olivier ” Comment être plus heureux en dépensant de l’argent” a renforcé ce chemin de vie, merci.

  2. adel dit :

    On ne peut remercier Olivier pour tout son contenu et sa générosité…. Mes respects et ma gratitude les plus sincère… très heureux de vous connaitre .

  3. Nerves dit :

    Oh moi le souci n’est pas tellement plus, avoir trop d’objets m’angoisse, c’est très stressant, mais mieux, s’il était seulement possible de fixer son choix sur ce dont on a reellement besoin, prendre le temps de l’acquérir pour ne plus avoir à y revenir et se consacrer à des activités plusintéressantes, mais cette maudite societe de consommation fait poursuivre des chimeres en vain, c’est d’autant plus difficile de décrocher quand on a tous les reflexes teintés de la peur de manquer de quelqu’un qui a toujours été fauché, ce qui à la longue fait manque de confiance en soi et pousse à accumuler compulsivement un tas de con*****ies au lieu d’economiser sereiment pour s’offrir quelque chose de bien, voyage, logement, instrument de musique ou quoi que ce soit qui nous corresponde vraiment..Un exemple flagrant de cette maudite pression, je n’ai jamais réussi à terminer un carnet à dessin, peur de gacher du papier, raturer, abimer mon carnet en ne sachant pas si je pourrai m’en procurer un autre et il m’a fallu des années pour oser porter les vetements qui me vont au lieu de trucs solides mais moches dans lesquels j’étais mal dans ma peau et maladroite, ou encore des neufs à ma taille. C’est donc finalement décrocher de la peur de manquer ou passer à côté qu’il faut faire. En tout cas merci pour les articles, ça nous aide beaucoup 🙂

  4. mona dit :

    Bonjour Olivier,
    la joie le bonheur, c’est tout simplement se contenter de ce qu’on a, mais ne pas etre pour autant paresseux, c’est tres difficile a realiser dans nos sociétés de consomation, mais c’est possible, car le bonheur c’est comme des notes de musique avec quelques notes, on peut realiser plusieurs mélodies 🙂
    merci
    bon courage
    mona

  5. Marc Blais dit :

    Tout est dans la question “Qu’est-ce que j’ai VRAIMENT besoin?”

    Quand on répond intelligemment à cette question, le réponse est souvent: “Je l’ai déjà!!”

Laisser un commentaire