Cet article invité a été écrit par Sandra du blog Matelas Info, un guide du  « mieux dormir ».

S’améliorer : voilà quelque chose tout à fait dans l’air du temps. Il faut toujours en faire plus, se perfectionner, être plus rapide, plus efficace, et tout cela en moins de temps. Or, il apparaît qu’une nouvelle école se profile contre les diktats du toujours plus : le mouvement « slow ». Partant du constat que la vie moderne est très stressante, ce mouvement invite à ralentir son rythme de vie et à consommer autrement. Il pourrait bien être à l’origine d’une autre tendance qui s’installe depuis quelque temps parmi les entrepreneurs du 21e siècle : faire la sieste pour améliorer son efficacité !

la sieste hotel

Qu’entend-on par sieste ?

Il s’agit d’un temps de repos, souvent court, pris pendant la journée. Le mot « sieste » tient son origine du latin « sexta » et ayant comme signification « la sixième » (heure du jour). Cela explique pourquoi la sieste est souvent prise après le déjeuner, entre 12 et 15 heures. On en dénombre 3 types :

  • la micro-sieste qui dure moins de 5 minutes

  • la sieste éclair qui est comprise entre 10 et 30 minutes

  • la sieste royale qui est supérieure à 1 heure

Quels sont ses effets sur notre organisme ?

Parmi ses bénéfices, nous pouvons citer :

  • l’amélioration de la mémoire et de la concentration
  • l’augmentation de la créativité
  • la diminution du stress et de la fatigue
  • l’élévation de la motivation et du dynamisme en cours de journée

Pour bénéficier de ces avantages non négligeables sur notre santé, il y a un impératif : la sieste doit être de courte durée ! Selon une étude de la NASA sur le sujet (en anglais ici), la sieste doit être idéalement inférieure à 30 minutes afin de ne pas tomber dans le sommeil profond. Dans le cas échéant, le dormeur peut se sentir somnolant et d’humeur désagréable le restant de la journée. Ceci est appelé « l’inertie du sommeil » et risque de plomber votre productivité de l’après-midi. Malgré son côté miraculeux, la sieste doit être quelque peu contrôlée.

Sieste et productivité, deux notions complémentaires ou contradictoires ?

Qui dit sieste pense à paresse et farniente. En France, nous l’associons facilement avec la petite enfance ou les congés, mais moins volontiers avec une activité professionnelle. Et pourtant, elle est prisée de certains entrepreneurs modernes, justement pour les bénéfices sur la santé décrits ci-avant mais également pour les économies financières possibles pour les entreprises. Le stress et les maladies qui y sont liées coûtent très cher et c’est la raison pour laquelle certaines entreprises croient dans le potentiel récupérateur et productif de la sieste.

Aux États-Unis par exemple, le « Power Nap » (la sieste éclair) s’est démocratisé et de grosses entreprises comme Google encouragent leurs employés à piquer du nez quelques minutes après le déjeuner. La firme californienne a d’ailleurs introduit des fauteuils inclinables en forme de bulles permettant à ses salariés de faire un petit roupillon dès que le besoin s’en fait sentir.

En Chine, la sieste est par ailleurs inscrite dans la constitution depuis 1948. Elle est un droit au repos pour chaque travailleur et elle est appliquée assidûment par la population chinoise !

Quelques entrepreneurs aimant « siester »

Il est facile de trouver des exemples d’entrepreneurs adeptes de la sieste outre-Atlantique.

La cofondatrice du Huffington Post, Ariana Huffington, a participé à une conférence TED en 2010 et y a fait l’éloge du sommeil et de la sieste. Elle a également mis en place dans sa société 2 salles de repos que les employés peuvent utiliser si besoin est. C’est un franc succès, car ces salles sont toujours remplies !

Bill Clinton, ancien président américain, avait pour habitude de faire une sieste éclair pour pallier la fatigue de nuits trop courtes. Il disait également pouvoir s’endormir contre un mur s’il n’avait pas d’autre option.

Léo Babauta, entrepreneur souvent cité sur ce blog, aime faire une petite sieste pour adapter sa flexibilité. Il dit ainsi : « J’ai récemment commencé à courir et pour garder ma routine (quotidienne) au plus près de la normale, les jours où je ne cours pas j’échange mon temps de course contre une sieste l’après-midi. »

Albert Einstein était lui aussi un adepte des siestes éclair plusieurs fois par jour. Pour se réveiller avant de sombrer dans le sommeil profond, il tenait un stylo dans sa main : dès que celui-ci tombait sur le sol, le bruit le réveillait.

Au niveau national, Jacques Chirac a admis être un adorateur de la sieste. Dans la préface du livre de Bruno Comby « Éloge de la sieste », l’ancien président français a écrit : «Il est de fait qu’elle facilite grandement la vie de ceux qui la pratiquent régulièrement, soit qu’elle les repose, tout simplement, soit encore, je peux en témoigner, qu’elle leur octroie, pour travailler, les extraordinaires créneaux d’efficacité intellectuelle de la nuit. »

Comment bien faire une sieste ?

Passons à présent à la pratique avec ces quelques conseils :

  • choisir un endroit calme et peu lumineux

  • s’asseoir confortablement dans un fauteuil, mais ne surtout pas s’allonger pour éviter de tomber dans le sommeil profond

  • croiser les bras et laisser tomber sa tête en avant sur son torse / sa poitrine

  • une durée de 15-20 minutes semble être une bonne alternative sur son lieu de travail après le déjeuner

  • se laisser une minute pour se réveiller et se lever en douceur

  • penser à avertir ses collègues pour ne pas être dérangé pendant sa séance

Si malgré ces conseils les conditions de repos ne sont pas propices sur votre lieu de travail, sachez que des bars à sieste commencent à faire leur apparition un peu partout dans l’Hexagone et qu’ils offrent la possibilité de se détendre contre quelques euros.

lieux faire la sieste mieux dormir

Maintenant que vous connaissez les bienfaits de la sieste et son pouvoir d’amélioration dans votre quotidien, plus rien de vous retient pour l’expérimenter. Avoir un bon sommeil n’a pas de prix et ces 10 conseils pour mieux dormir s’appliquent aussi bien à la sieste journalière qu’au sommeil nocturne.

J’espère que vous testerez la sieste au bureau et qu’elle vous aidera à vous sentir plus décontracté et moins stressé. Sinon, j’ai lu sur un super blog que le Yoga était aussi une aide incontestable pour les entrepreneurs zen 😉 À combiner donc !

Et vous, êtes-vous adepte de la sieste ? Avez-vous des conseils ou un retour d’expérience à partager ?

Crédits photo : © Hans – Pixabay

Recherches utilisées pour trouver cet article :

faire une sieste pour être zen

Tags: , , , ,

4 commentaires on La sieste, une technique d’efficacité prisée par les entrepreneurs modernes

  1. Bénédicte dit :

    Bonjour, j’avoue être une anti-sieste. Mes parents m’ayant traumatisé avec leur “On pourra faire ci ou ça après la sieste (de 2 heures), celle-ci est devenue pour moi un truc de vieux et une perte de temps. Je ne la fais que quand je n’ai pas dormi de la nuit ou que je suis au bout du rouleau 😉 Mais en général elle est longue et je mets beaucoup de temps à émerger ensuite (ce que je trouve le plus désagréable dans l’effet sieste). Mais surtout je dors allongée, je ne sais pas comment on peut dormir avec la tête tombant sur sa poitrine!
    Je comprends très bien ces arguments et je suis sûre que cela peut-être efficace et bénéfique pour le corps. Je n’en ressens pas le besoin, je fais de la méditation et j’explore des manières de me nourrir plus énergétiques. Je pense que cela compense même si les effets peuvent être complémentaires. Je me ressource différemment.

  2. Christopher dit :

    Bonjour,
    Je suis un adepte de la sieste depuis bientôt 2 années !
    Résultat ; je ne suis plus jamais “au bout du rouleau” !
    Je pratique du sport ; une sieste de 10 à 15 minutes avant d’aller m’entraîner me permet de rassembler une “nouvelle” belle énergie !
    Je refais ensuite une sieste après mon training ; durée variable en fonction de ce que je dois faire par la suite.
    Dans le tram ou autres transports en commun, je fais des micro siestes de 4 à 8 minutes selon la distance à parcourir, en réglant mon portable sur buzzer afin de pouvoir être serein.
    Je mets toujours une sonnerie ou un buzzer ; c’est devenu un rituel.
    Je dors un peu moins qu’avant la nuit et après chaque sieste ( jusqu’à 3 par jour. Généralement ma moyenne est de 2 siestes quotidiennes.
    Je peux affirmer que je suis en meilleure forme. Beaucoup plus efficace dans mes activités sociales et sportives.
    Dans mon entourage on dit de moi que je suis toujours en forme et aussi lorsque je leur parle de la sieste beaucoup de personnes réagissent bizarrement voire négativement…tant pis pour elles. Dommage et c’est ainsi.
    Voilà, j’espère que mon témoignage servira peut être à certains ?

  3. Sandra dit :

    Bonjour,
    en effet la micro-sieste est bénéfique sur la durée mais si vous n’en ressentez pas le besoin, ne vous forcez pas. Pour ne pas vous endormir profondément, vous pouvez tester la technique d’Albert Einstein avec la cuillère et vous éviterez ainsi d’être groggy au réveil 🙂

  4. Christopher dit :

    Bénédicte, je viens de relire votre commentaire et je suis presque certain que si vous testez la sieste de 20 minutes maxi, eh bien vous allez prendre le risque d’aimer la sieste par la suite 😉
    En effet 2 heures de sieste vous plongent dans un second cycle de sommeil que vous interrompez brusquement, d’où l’effet post sieste désagréable qui s’ensuit et que vous décrivez très bien 😉
    Si la durée n’excède pas les 2O mns vous ne dormirez pas profondément et votre réveil sera par conséquent agréable.
    Si mon témoignage peut être utile à certains, j’en serais ravi et heureux.

Laisser un commentaire