Note : cet article est une traduction de l’article Why We Struggle with Change de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

ChangementNous pensons avoir besoin de nous améliorer, nous et notre situation actuelle, parce que nous ne sommes pas satisfaits (au moins dans une petite mesure) de la façon dont sont les choses. Nous avons la motivation de nous améliorer, encore et encore.

Donc nous nous efforçons de changer ; de faire plus d’exercice, de manger mieux, de lire plus, d’être plus conscient, de faire un travail qui a plus de sens, d’être plus discipliné.

Et pourtant, nous luttons avec le changement. Pourquoi ? Qu’est-ce qui se passe ?

Le problème est que nous nous accrochons à l’illusion de la solidité.

Laissez-moi expliquer. Il s’avère que nous voulons tous que les choses soient solides dans notre vie : nous voulons des revenus solides, une routine professionnelle solide, une routine quotidienne solide. Nous voulons une version solide de nous-mêmes, qui ne soit pas soufflée par le vent des caprices.

Nous voulons que toutes les personnes autour de nous soient solides, fiables, stables, comme nous voulons qu’ils soient. Nous voulons que nos relations soient solides, dignes de confiance. Nous voulons que notre santé soit solide, pas sujette aux blessures, à la dépression et à la maladie. Nous voulons que tout le monde soit solide et ne meure pas ou ne tombe pas malade. Évidemment, notre esprit rationnel sait que ce n’est pas toujours possible, mais c’est quand même ce que nous voulons. La solidité.

Malheureusement, nous recherchons quelque chose de solide, alors que la vie est une rivière. Il n’y a pas de solidité, juste de la fluidité.

Pensez à vous pendant une seconde : pouvez-vous suivre une routine parfaite, qui ne change jamais, pendant une année complète ? Non, probablement pas. La plupart d’entre nous n’en sommes pas capable pendant une seule journée. Pourquoi ? Pourquoi ne pouvons-nous simplement pas prévoir quelque chose et nous y tenir ? C’est parce que notre esprit n’est pas une machine qui suit un programme défini, mais qu’il est complexe, en perpétuel changement, constamment en train de réagir à de nouvelles choses, constamment en train de faire de nouvelles connexions, fluide, dynamique, en évolution constante. Nous ne pouvons pas nous façonner pour adopter une forme solide de notre choix, pas plus que nous ne pouvons attraper une poignée d’eau et la rendre solide.

Bon, et si on gelait l’eau pour la rendre solide, vous pourriez demander. Réfléchissons à vos pensées : prenez une seule pensée, puis la suivante que vous avez, et gelez-les. Faites-les durer dans votre esprit, sans les changer, sans leur permettre d’aller où que ce soit, sans passer à une autre pensée. Vous n’y arrivez pas, hein ? Moi non plus, c’est certain. Nous ne contrôlons pas nos pensées. Nous ne pouvons pas les garder immobiles. Nous ne pouvons pas les forcer à entrer dans un schéma que nous voulons suivre. C’est fluide. C’est comme essayer de contrôler le vent.

Nous sommes fluides, comme l’eau. Et non-solides, comme le vent.

Et pourtant nous voulons être solides. Nous cherchons cette solidité, malgré notre fluidité. Nous luttons avec nos améliorations, parce que même si nous pouvons parfaitement planifier nos progrès solides, nous ne suivrons jamais ce plan parfaitement solide. Nous tombons goutte à goutte de la forme de nous nous sommes créée, nous en trouvons les brèches et nous nous en échappons.

Tout ce qui nous entoure n’est pas plus solide que nous. Toutes les autres personnes sont tout aussi fluides que nous. Nous voulons que tout et tout le monde soit solide, mais ce n’est pas le cas.

Donc nous luttons avec ça, parce que rien n’est comme nous voulons que ce soit. Rien n’est stable, rien ne suit nos idéaux, personne n’est comme nous voulons qu’ils soient. Nous sommes frustrés, anxieux, inquiets, en colère, tristes, effrayés.

Se débarrasser de la solidité, accepter la fluidité

Alors quelle est la solution ? Comment pouvons-nous jamais nous améliorer ? Comment pouvons-nous nous débarrasser des frustrations et des peurs dans ce monde fluide ?

Commencez par accepter la fluidité. Regardez vos pensées, vos peurs, votre douleur, et analysez-les réellement. Voyez leur nature. Comprenez que même si la difficulté que vous affrontez en ce moment semble solide, c’est en fait vaporeux, et cela se dissipera dans un instant.

Aucun des problèmes qui nous entourent n’est un si gros problème que ça quand nous réalisons que ce n’est que du brouillard de passage.

De cette façon, nous pouvons simplement rester dans ce brouillard, et sourire. Chérissez ce moment brumeux.

Quand nous prévoyons de faire une habitude tous les jours, et que nous échouons, il faut remarquer que nous avons échoué en raison de notre fluidité. Examinez votre fluidité. Soyez curieux. Laissez-vous aller dans les doux fluides qui vous composent, et détendez-vous. Cette eau chaude qui vous compose est bonne, tout comme vous l’êtes.

La fluidité qui nous compose n’est « mauvaise » que si nous voulons de la solidité.

Chaque fois que vous luttez, remarquez comment vous recherchez de la solidité. Remarquez que la chose que vous espérez solide est en fait de la vapeur. Analysez-la, avec douceur et curiosité.

Puis souriez, détendez-vous, et appréciez le brouillard.

Crédits photo : © freshidea – Fotolia

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

pourquoi sommes-nous des êtres fluides

Tags: , , , , , , , , ,

10 commentaires on Pourquoi nous luttons avec le changement

  1. Marta Irico dit :

    Accepter la fluidité, c’est accepter notre LIBERTÉ !
    Chercher la solidité, c’est renoncer à notre LIBERTÉ !
    Marta

  2. Julie dit :

    Bonjour,
    Je vous lis depuis longtemps. Et une fois de plus, voila un article qui me touche et m’inspire profondément. Alors je voulais juste vous dire MERCI de trouver les mots justes, de parler vrai et de m’apporter autant.

  3. Gaelle dit :

    l’adaptabilité 😉

  4. Baïmey Auguste dit :

    Merci beaucoup pour cet enseignement.
    Malheureusement, nous avons beaucoup de mal à accepter cette fluidité nécessaire à notre épanouissement.
    Je signale aussi une possible incorrection dans le document que je vous invite à voir dans la seconde partie de la ligne « Nous sommes fluide comme l’eau. Et non solide comme le vent»
    Merci

  5. Brice dit :

    Merci beaucoup

  6. moyen dit :

    cet article me touche et m’interpelle ; et en réfléchissant cela me permettra de déstresser et d’avancer
    merci

  7. Valade Frédéric dit :

    J’ai vraiment apprécié cet article, utile pour moi en ce moment….J’ai réalisé tous les progrès qu’il me restait à faire….Merci.
    Frédéric.

  8. Nathalie dit :

    Peut-être sommes nous fluides et non solides, mais chaque jour nous devons côtoyer murs et acteurs de la société, parfois mastodontes déplaisants. Notre lutte vient aussi de là.

    Je ne sais pas comment vous faites car personnellement j’ai des pensées gelées depuis longtemps, ou des leitmotivs, et n’ai à ce jour trouvé aucun parement. Si vous avez un truc zen ou écrit à ce sujet, merci de m’indiquer l’article.

  9. mary dit :

    j’aim et je valide cet article merciiiiiiiiii bcp

  10. Très bon article. Eh oui vouloir tout contrôler influence négativement notre bien-être. Le yoga m’a beaucoup aidé à lâcher prise et accepter que la vie soit une rivière qu’on ne peut pas toujours contrôler :-). Merci. Cindy

Laisser un commentaire

25 Partages
Partagez25
Tweetez