/* CSS added by WP Meta and Date Remover*/.entry-meta {display:none !important;}.home .entry-meta { display: none; }.entry-footer {display:none !important;}.home .entry-footer { display: none; }

Bien qu’elle existe depuis les années 1940, la péridurale n’est pas pratiquée systématiquement pour les accouchements. Certaines femmes souhaitent être prises en charge dès le début des contractions tandis que d’autres préfèrent tenter d’accoucher de manière plus « naturelle » afin de sentir absolument tout ce qu’il se passe pendant le travail et la poussée. Vous souhaitez accoucher sans péridurale ? Voici 6 choses qui vous permettront de gérer la douleur durant les contractions.

accoucher sans péridurale

1 – Rester zen, le secret de la réussite pour accoucher sans péridurale

Plus facile à dire qu’à faire, bien évidemment… mais il est primordial de savoir cela pour apprendre à gérer les contractions du mieux qu’il soit. Si vous prenez le temps de lire ces explications, vous verrez que tout est logique et qu’une fois que vous aurez compris comment cela fonctionne, vous vous sentirez davantage prête à accoucher sans péridurale (si tel est votre souhait).

Vous le savez sans doute, l’ocytocine, aussi appelée « hormone de l’amour », favorise les contractions. Elle va également « booster » votre énergie et vous relaxer. Cette hormone et également sécrétée lorsqu’on tombe amoureux (c’est elle qui nous rend euphorique) et lorsqu’on allaite. Elle favorise le sentiment d’attachement (avec notre conjoint, nos enfants, nos parents, etc.). Malheureusement, cette hormone peut être bloquée par le stress. En d’autres termes, si les premières contractions vous affolent et que vous sentez que la panique monte, alors, non seulement vous réduirez la qualité des contractions, mais vous aurez beaucoup plus mal car vous ne profiterez pas des bienfaits de l’ocytocine. Ajoutons à cela que le travail sera plus long (et donc plus douloureux) puisque les contractions seront plus espacées ou de moins bonne qualité.

2 – Bien respirer, un élément essentiel

Pour rester zen, vous devrez respirer lentement par le ventre. Votre abdomen (et non votre cage thoracique) doit se gonfler à l’inspiration et se dégonfler à l’expiration. Un conseil : inspirez par le nez durant 4 secondes puis expirez par la bouche durant 8 secondes.

3 – Prendre connaissance des différentes positions pour accoucher sans péridurale

Nous avons pris l’habitude d’accoucher sur le dos afin de faciliter le travail des sages-femmes et des gynécologues. Pourtant, les mammifères accouchent généralement à quatre pattes et cela n’est pas dû au hasard ! Pour bien expulser le bébé, le bassin a besoin de se mouvoir, il doit donc éviter d’être bloqué. Lorsqu’on s’allonge sur le dos, on appuie sur le sacrum et le coccyx et on bloque la mobilité du bassin. De plus, le bébé ne profite pas des bienfaits de l’apesanteur (qui, à quatre pattes, l’aide à positionner son dos et ses fesses contre le ventre de sa maman).

Si vous prévoyez un accouchement sans péridurale, vous devriez donc privilégier les positions suivantes :

  • quatre pattes ;
  • accroupie (vous pouvez vous accrocher au cou de votre compagnon s’il est costaud) ;
  • allongée sur le côté gauche, jambe gauche tendue, jambe droite relevée sur l’étrier. Les sages-femmes feront remonter votre genou droit au moment de l’expulsion pour écarter votre bassin.

Ces trois positions sont idéales pour accoucher sans péridurale car elles permettent une bonne mobilité du bassin. Elles limitent donc les blocages, ce qui signifie qu’elles favorisent une expulsion rapide (et les éventuels maux de dos que vous auriez pu ressentir après l’accouchement).

4 – Bouger pendant le travail

Si vous restez immobile (surtout allongée sur le dos) pendant le travail, vous allez bloquer votre bassin et donc, favoriser les douleurs lombaires. Pour accélérer le travail et soulager la douleur, mieux vaut donc rester en mouvement. Vous pouvez par exemple :

  • monter et descendre les escaliers ;
  • vous asseoir sur un ballon de Pilate et faire des mouvements circulaires avec le bassin ;
  • marcher dans les couloirs de la maternité ;
  • vous mettre à genoux et vous pencher en avant sur votre ballon pour avoir le dos droit ;
  • Vous asseoir en tailleur, entre les cuisses de votre compagnon (lui-même assis par terre, appuyé contre des coussins ou le ballon Pilate), vous appuyer contre lui, mettre ses mains sur votre ventre et respirer à deux par le ventre pour éliminer les tensions ;
  • Vous allonger sur le côté et demander à votre compagnon qu’il vous masse le bas du dos puis les pieds ;
  • Prendre un bain ou une douche d’eau chaude.

Attention, bouger permet généralement d’accélérer le travail, mieux vaut donc se rendre à la maternité avant de réaliser tous ces exercices (si vous souhaitez éviter d’accoucher dans la voiture !).

5 – Garder à l’esprit que la péridurale ne sert pas uniquement à pallier la douleur

Accoucher sans péridurale n’est pas une décision qui se prend à la légère. En effet, lorsque le col est trop dilaté, il devient difficile de la poser, pourtant, de nombreuses complications peuvent survenir durant l’accouchement. Ventouses, accouchement avec forceps, épisiotomie, etc. toutes ces interventions sont à la fois douloureuses pour la maman et difficiles à pratiquer pour le personnel lorsque la péridurale n’a pas été posée. De plus, les douleurs peuvent être si intenses que la maman ne contrôle plus du tout sa respiration et ne réussit plus à se concentrer pour adopter les bonnes positions (muscles qui tétanisent, panique, etc.). Mieux vaut donc se préparer à avoir la péridurale (en consultant l’anesthésiste au moins un mois avant la date du terme) et, le jour J, prendre sa décision à la dernière minute, selon l’avis du personnel médical.

6 – Ne pas se laisser influencer

Décider d’accoucher avec ou sans péridurale est un choix très personnel. Vous devez écouter tous les avis (amis, famille) sans vous laisser influencer. Les conseils les plus importants seront bien sûr ceux de l’équipe de santé de la maternité, ce sont eux seuls qui doivent vous guider dans vos choix. Les avis divergent énormément d’un établissement à l’autre. Si vous avez le désir d’accoucher sans péridurale, renseignez-vous en amont pour connaître la clinique ou l’hôpital qui vous accompagnera au mieux dans cette démarche. Certains sont en effet « pro-péridurale », d’autres au contraire adorent accompagner les mamans qui ont le désir de mettre au monde leur bébé sans anesthésie.

Tags: , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Partagez
Tweetez