/* CSS added by WP Meta and Date Remover*/.entry-meta {display:none !important;}.home .entry-meta { display: none; }.entry-footer {display:none !important;}.home .entry-footer { display: none; }

rendre ses employés plus zen et plus heureux

Note : cet article invité a été écrit par Julien Godefroy du blog Réussir Son Management

La quête du bonheur est lancée ! L’humain évolue et ses besoins aussi. Au départ, sa survie était sa priorité. Au fil des siècles, sa survie fut assurée et il eut besoin de richesses. Désormais, sa survie et ses besoins matériels sont de plus en plus satisfaits. Ses aspirations évoluent. Le bien-être et le bonheur commencent à être au cœur de ses priorités. Ses nouveaux désirs se retrouvent dans sa vie de tous les jours, au sein de son foyer, dans ses loisirs et bien évidemment au travail.

Professionnellement, le taylorisme est bien loin. Les employés sont fatigués de toujours devoir faire les mêmes tâches et d’être considérés comme des machines. Ils passent leur temps au travail. Alors pourquoi tout ce temps serait-il consacré uniquement à gagner de l’argent ? En effet, l’être humain a aussi des besoins psychologiques.

Les entreprises commencent à prendre en considération les besoins physiques et psychologiques des individus. Elles obtiennent d’excellents résultats en ce qui concerne la motivation, la réduction des départs et la réduction de l’absentéisme, mais aussi concernant le chiffre d’affaires et la rentabilité. Les employés sont plus heureux et la conséquence est qu’ils sont plus motivés et efficaces. Il y a différentes manières de rendre nos employés plus heureux. La zénitude en est une !

Alors, comment rendre nos employés plus zen pour qu’ils deviennent plus heureux, motivés et efficaces ? Voici les 9 étapes.

L’écoute : pour leur permettre de s’exprimer

Chacun a besoin d’exprimer ce qu’il pense ou ressent. Surtout lorsqu’il ne se sent pas bien. C’est encore plus précisément à cet instant que nous devons intervenir en tant que leader. En effet, écouter quelqu’un qui ne se sent pas bien lui permettra de « vider son sac ». Une catharsis opèrera et lui permettra de se sentir mieux. Il sera plus zen et retrouvera sa motivation.

Pour cela, il faut respecter certains prérequis :

  • Le premier est d’être disponible. Notre priorité, en tant que leader, doit être nos équipes. Elles doivent pouvoir venir nous voir quand elles le souhaitent. Laisser ouverte la porte de son bureau permet de leur envoyer un message clair.
  • Deuxièmement, il faut savoir détecter les signaux envoyés par nos équipes. Nous devons sentir lorsque la personne est différente et donc qu’il y a un souci dont elle voudrait parler.
  • Ensuite, lorsque nous écoutons la personne, il est essentiel de ne pas lui couper la parole, de se taire. Nous pouvons simplement dire « oui » et hocher la tête pour montrer que nous comprenons.
  • Enfin, lorsque la personne aura terminé, il nous faudra reformuler pour lui montrer que nous avons bien écouté et compris. Ainsi, notre employé pourra préciser sa pensée s’il en ressent le besoin.

Coaching : pour les aider à résoudre leurs problèmes

Si l’écoute ne suffit pas à rendre notre employé plus zen, nous pouvons aller plus loin. Il s’agit d’une méthode de coaching qui permet d’aider les gens à trouver eux-mêmes la solution à leur problème.

  • La première étape est toujours l’écoute de la situation problématique.
  • Ensuite, il faudra demander à notre employé son ressenti. L’idée est d’aller sonder ses émotions pour l’aider à exprimer son état émotionnel.
  • Une fois la situation et le ressenti exposés, il faudra reformuler les deux pour s’assurer que nous avons bien compris tout ce qui tout a été exprimé. Si ce n’est pas le cas, l’employé pourra préciser.
  • Lorsque tout est clair et compris, nous pourrons passer à la quatrième étape. Désormais, notre employé devra se fixer un objectif pour se mettre en dynamique. Celui-ci doit être SMART (Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste, Temporelle).
  • Enfin, une fois l’objectif défini, nous pourrons avoir un échange pour étudier toutes les pistes afin d’atteindre au mieux l’objectif et de résoudre ce problème.

La gestion des émotions : pour mieux répondre à leurs besoins

Les émotions sont des indicateurs essentiels pour mieux comprendre ce dont chacun a besoin.

  • Ainsi, si nous détectons de la colère, nous savons que la personne a besoin de respect ou que ses valeurs ne sont pas en adéquation avec la situation. Nous devrons donc l’aider à exprimer son état émotionnel, ce dont elle a besoin et ses attentes pour l’aider à se calmer.
  • En cas de tristesse, la personne a besoin de faire son deuil. Nous devrons l’aider dans ce processus en l’accompagnant à travers les étapes du deuil (d’une personne, mais aussi d’un objectif non atteint, d’un collègue qui part, d’une mission professionnelle en moins, etc.).
  • Si c’est la peur qui est présente, il faudra identifier l’objet de cette peur (peur de quoi ?) et rassurer la personne.
  • Enfin, la joie est la satisfaction d’un besoin. Elle nous montre si notre équipe est satisfaite. En agissant sur chacune des émotions, nous pourrons aider nos employés à retrouver un état émotionnel plus calme pour plus de motivation et de performances.

La gestion des conflits : pour de meilleures relations

Nous sommes souvent démunis lors de conflit. En effet, nous n’avons que très rarement des procédures pour les prévenir ou les soigner. Pourtant, il est plutôt simple de les réduire en mettant en place des méthodes de gestion des conflits.

  • Premièrement, pour fluidifier les relations entre les personnes, nous pouvons toutes les former à la « Communication Non Violente ». Ce protocole (exprimer la situation, son émotion, son besoin et ses attentes) est le plus efficace pour communiquer clairement avec l’autre et s’assurer d’être compris sans avoir à se mettre en colère.
  • Ensuite, afin d’anticiper les conflits, il faut les prévenir. Il est très efficace de mettre en place une réunion régulière (par exemple mensuellement) pour que chacun puisse s’exprimer autour des « sujets qui fâchent ». Cependant, au lieu d’en parler dans l’action, il est plus facile d’en parler sereinement autour d’une table.
  • Enfin, si le conflit éclate, un autre processus existe. Dans un premier temps, les deux collègues se rencontrent. Une deuxième rencontre avec un médiateur (un collègue bienveillant) pourra aider à faire avancer la situation. En cas de besoin, une autre rencontre peut être organisée avec les autres collègues concernés par le sujet. Enfin, une dernière réunion avec tous les acteurs précédents et le garant de l’autorité morale de l’entreprise (PDG ou DG ou DRH) suffira à clore le conflit.

Satisfaire les besoins matériels : pour éviter les frustrations

Quoi de plus frustrant que d’avoir besoin d’une paire de gants et de devoir faire le tour de l’entreprise ? Une fois que nous avons perdu 30 minutes pour aller au magasin, nous arrivons et pouvons constater une rupture de stock… Les besoins matériels pour bien travailler peuvent être source de déséquilibre psychologique s’ils ne sont pas satisfaits.

Ainsi, considère-t-on que le rôle du leader est de s’assurer que nos employés ont bien tout ce dont ils ont besoin pour travailler. Non seulement l’employé sera plus zen, mais en plus il ne perdra pas son temps à chercher inutilement ce dont il a besoin. C’est donc deux fois plus efficace.

Un cadre convivial : pour se sentir bien

Nous pouvons passer beaucoup de temps au travail. Notre environnement et notre cadre de travail sont donc très importants pour que nous nous y sentions bien et ainsi être zen et efficaces.

  1. La première clé est d’investir dans du mobilier confortable et une décoration chaleureuse et agréable est une des clés du bonheur au travail. Une table et une chaise ergonomique permettront d’avoir une bonne posture et de travailler sans se faire mal.
  2. La deuxième clé est de laisser les employés choisir et mettre en place le cadre de travail qu’ils souhaitent. Ils vont passer de nombreuses heures dans leurs bureaux, mais aussi dans la salle de pause, la salle de réunion.

Pour être impliqué, il faut se sentir comme « chez soi » au sein de son entreprise. Pour cela, rien de mieux que de les laisser s’organiser et organiser leur environnement de travail.

Le respect et la confiance : pour se sentir soutenu

J’ai souvent entendu des histoires de grands patrons qui ne disaient pas bonjour à leurs employés. Ces personnes me racontaient ces histoires avec beaucoup de colère, car elles avaient le sentiment de ne pas exister. Dale Carnegie, dans son livre : « Comment se faire des amis ? », insiste sur le fait de donner de l’importance aux autres pour qu’ils aient envie de travailler avec nous.

Le respect doit être mutuel. Souvent, j’entends aussi : « Si l’on ne me respecte pas, je ne vois pas pourquoi je le respecterais ». En tant que leaders, nous devons impulser le respect pour donner de l’importance à nos employés. En retour, ils nous respecteront et nous donneront tout leur soutien.

La libération : pour être soi-même

Quoi de plus difficile que d’arriver dans son entreprise et mettre son « masque » professionnel ? Jouer un rôle de manager ou d’employé qui ne correspond pas à ce que nous sommes est profondément stressant et peut nous rendre agressifs. En effet, en ne respectant pas nos valeurs, nous ne nous respectons pas.

Les nouvelles formes d’entreprises, dites « libérées », considèrent la plénitude comme un de leurs fondements. Être soi-même pour soi, mais aussi pour être dans de bonnes relations avec les autres est essentiel. Ainsi, ces entreprises encouragent leurs employés à être eux-mêmes.

Certaines pratiques, comme les réunions, peuvent évoluer. Les commencer par une minute de silence pour que chacun puisse se retrouver ou laisser une minute à chacun pour exprimer ce qu’il ressent vraiment fait partie des méthodes efficaces utilisées.

S’il est trop difficile d’être soi-même au sein de votre entreprise, prenez vos employés et faites-les travailler en groupe sur ce qu’il est nécessaire de faire pour changer les choses. Les idées ne manqueront pas.

Clarifier la raison d’être : pour se réaliser.

La dernière marche de la pyramide de Maslow est la réalisation de soi. Pour se sentir bien, aligné avec soi et donc zen, il est essentiel de travailler pour une cause qui nous dépasse, mais dont nous sommes convaincus.

Faire gagner de l’argent à son entreprise n’est plus suffisant. Nous voulons avoir un impact fort sur le monde pour nous sentir utiles et donner du sens à notre vie. Les entreprises se lancent de plus en plus dans des projets sociaux et la création ou le soutien de fondations. Elles cherchent à intégrer le respect de l’environnement en comprenant mieux leurs impacts.

Ainsi, les salariés savent qu’ils œuvrent au quotidien pour la bonne cause. Ils trouvent cela plus juste et se sentent plus en adéquation avec eux-mêmes et plus détendus.

L’écoute, le coaching, la gestion des émotions, la gestion des conflits, la satisfaction des besoins matériels, un cadre convivial, le respect et la confiance ainsi que la libération seront des clés fondamentales pour aider nos employés à être plus zen et plus heureux.

Parce qu’ils se sentiront mieux et donc plus zen, ils seront plus motivés et donc plus impliqués et efficaces.

Cependant nous ne devons jamais oublier que toutes ces démarches doivent être sincères. Le leader ne peut pas bluffer, car il finira par être démasqué et perdre toute la confiance. De plus, il se devra d’être sincère pour montrer la voie. Il sera d’autant plus regardé que toute sa crédibilité viendra de là.

Julien Godefroy du blog Réussir Son Management

Tags: , , , , , , , ,

Un commentaire on 9 étapes pour rendre ses employés plus zen et plus heureux

  1. Raphaël dit :

    Bonjour Olivier :)! Une fois de plus je partage cet avis. Si tout les patrons pouvaient comprendre ça ça serait génial. Il faudrait qu’ils lisent ton article … 😀

Laisser un commentaire

5 Partages
Partagez5
Tweetez