/* CSS added by WP Meta and Date Remover*/.entry-meta {display:none !important;}.home .entry-meta { display: none; }.entry-footer {display:none !important;}.home .entry-footer { display: none; }

Cet article invité a été écrit par Michèle BARBOT du blog Plaisirs Bio.consommer bio pour être en bonne santé

C’est quoi un produit bio ?

C’est un produit sans pesticide, sans OGM, sans produit chimique et sans irradiation. C’est un produit qui a obtenu un label et qui respecte un cahier des charges européen très spécifique.

C’est quoi les pesticides ?

Les pesticides (insecticides, raticides, fongicides, et herbicides) sont des composés chimiques dotés de propriétés toxicologiques, utilisés par les agriculteurs pour lutter contre les animaux (insectes, rongeurs) ou les plantes (champignons, mauvaises herbes) jugés nuisibles aux plantations.

Le cocktail chimique pesticide est partout

Les sources d’exposition (air, eau, alimentation, emploi de pesticides domestiques…) font de chacun d’entre nous une victime potentielle des pesticides. Les teneurs en pesticides dans les aliments sont aujourd’hui bien connues et règlementées, mais il n’existe en revanche aucun seuil règlementaire pour les teneurs dans l’air que nous respirons.

  • 900 substances actives se côtoient sur le marché mondial des pesticides. En France, on en compte environ 300 pour 6 000 préparations phytosanitaires. Et la DGCCRF ne piste que 266 d’entre elles.
  • Les analyses d’une enquête menée en 2010 par des instances sanitaires européennes ou américaines  (Environnement et Cancer) montrent qu’en 24 heures, un enfant est susceptible d’être exposé, uniquement par son alimentation, à des dizaines de molécules chimiques soupçonnées d’être cancérigènes ou encore soupçonnées d’être des perturbateurs endocriniens.

Les pesticides dans le bio et le non bio

Générations Futures a comparé les teneurs en résidus de pesticides des fruits, légumes et céréales provenant de l’alimentation conventionnelle avec celles issues de l’agriculture biologique.

Les résultats :

  • 0 résidu de pesticides dans les fruits et légumes bio contre 37 dans le conventionnel (ce qui représente 27 molécules différentes)
  • 1 molécule en résidu de synergisant dans 2 échantillons de pain à des doses très faibles en bio.
  • Il y a 223 fois moins de résidus de pesticides en moyenne dans les aliments bio que dans les aliments conventionnels
  • 17 résidus de pesticides suspectés d’être cancérigènes ou perturbateurs endocriniens dans les produits non bio contre 1 seul détecté en bio.

Une alimentation sans résidu de pesticides a un impact très important sur votre niveau de contamination corporel et donc votre santé. Le fait de passer à une alimentation biologique élimine très rapidement les résidus de pesticides les moins persistants de votre organisme.

Pesticides

Les risques des pesticides

Les risques des pesticides sont diverses : explosion des taux de cancers chez les adultes et les enfants, augmentation des allergies, croissance de l’infertilité, malformations congénitales…

Les pesticides sont des produits toxiques par nature qui, en se dispersant dans l’environnement, sont susceptibles de contaminer les milieux et les chaines alimentaires. La France est le 1er pays européen pour l’utilisation de pesticides avec 78 000 tonnes de produits phytosanitaires répandus dans les champs.

Dans le cordon ombilical d’un nouveau-né, on trouve 200 substances toxiques en moyenne. Un professeur du CHU de Montpellier a même trouvé 300 substances polluantes dans le sang du cordon ombilical de 30 bébés.

Ainsi, une étude récente1 conduite sur des dizaines de groupes d’enfants montre que le passage à une alimentation bio fait disparaitre les résidus d’insecticides organophosphorés de leur organisme, le résultat se traduit par la disparition des métabolites de ces insecticides dans les urines des enfants pendant les 5 jours d’alimentation biologique.

Le bio est-il synonyme de bonne santé ?

Cela dépend de ce que vous consommez. Le bio a le vent en poupe, les industriels l’ont bien compris. Un produit, s’il est transformé, sera enrichi en sucre ou en diverses substances (exhausteur de goût par exemple) même si c’est bio ce n’est pas forcément synonyme de bonne santé. Exemple le sel nitrité que l’on trouve dans les charcuteries, c’est un conservateur (E250) autorisé en bio en moindre quantité que dans le conventionnel (la règlementation maximale est de 80 mg par kilo pour le bio et 150 mg par kilo pour le conventionnel), c’est ce qui rend le jambon cuit bien rose, on pourrait se passer de ce conservateur mais le jambon n’aurait plus la même couleur, sans ce sel nitrité il aurait une couleur gris clair, achèteriez-vous ce jambon ? Vous pouvez me donner votre avis dans les commentaires. Outre le jambon cuit, ce sel nitrité modifie la couleur de toutes les charcuteries (saucisson, lardons etc.) les rendant plus appétissantes. Il y a quelques années Biocoop a mis en vente du jambon sans sel nitrité (marque de Rostain) qui n’a pas convaincu les consommateurs puisque les ventes n’ont jamais dépassé plus de 5%. Sachez que le sel nitrité, en grande quantité est suspecté de favoriser les maladies cancérigènes notamment le cancer le colorectal.

Dans le bio on trouve aussi des bonbons, des sodas, des pâtes à tartiner etc. mais ça reste des produits dont on peut se passer et qui n’apportent rien de bon à notre santé, apprenons à manger plus sainement, il vaut mieux savourer un fruit de saison, une fraise bio ou non traitée sera meilleure pour notre santé qu’un bonbon bio, changeons nos mauvais mécanismes alimentaires et habituons nos enfants dès leur plus jeune âge à apprécier ce que la nature nous apporte.

Les produits bio sont plus chers car leur production est plus couteuse, les cahiers des charges et la règlementation sont plus stricts, mais c’est une garantie pour notre assiette ; mais en mangeant plus sainement on limite aussi nos dépenses alimentaires.

Le bio est devenu un marché économique et vous pouvez penser que nous ne sommes pas à l’abri de gens peu scrupuleux qui veulent exploiter ce circuit malhonnêtement, mais cela reste rare surtout en France et c’est un autre débat.

N’oubliez pas tous les petits producteurs qui cultivent sans produit chimique, sans pesticide, qui n’ont pas de label bio car trop cher à mettre en place pour leur structure, ils vendent à des prix abordables (exemple pendant l’été 2016, une petite productrice vendait ses courgettes non traitées en les proposant à 1 € le kilo en pleine production). Vous pouvez profiter de ces périodes d’abondance pour acheter en plus grandes quantités et congeler ou mettre en bocaux ces produits afin de les consommer à une période où ils seront plus chers ou hors saison. Et si vous possédez un petit balcon ou une terrasse, essayez de faire vos propres plantations en pot comme les salades, les radis et même les concombres voir ici.

Manger sain, c’est quoi ?

Pour manger sain il est important d’éviter les produits traités surtout pour les végétaux afin de ne pas surcharger notre organisme en résidus chimiques et toxiques. Faites aussi attention à la consommation de viande dont on ne connait pas souvent les origines ni les traitements aux antibiotiques qu’ont pu subir ces animaux, sans oublier leur nourriture (qui peut être à base d’OGM, contenir des pesticides etc.), rapprochez-vous des producteurs ou éleveurs de votre région, vous trouverez des agriculteurs non bio qui limitent les traitements (renseignez-vous). On trouve des AMAP, et différentes associations qui regroupent des producteurs de proximité où vous pouvez acheter directement leurs produits et connaître leur mode de culture et d’élevage.

  • Réduire la viande

Manger sain cela consiste aussi à réduire sa consommation de viande, consommer des fruits et légumes de saison mais aussi des céréales complètes, des légumineuses, des graines (tournesol, courges…), des oléagineux (noix, amandes), des herbes aromatiques, des épices, des algues.

C’est accompagner nos repas de protéines soit de légumineuses, de poissons, de fruits de mer, d’œufs, et si l’on consomme de la viande, privilégier les volailles ou les animaux de petites tailles (agneau, lapin…).

  • Limiter les produits laitiers

Manger sain c’est limiter les produits laitiers, privilégier les produits à base de lait de chèvre ou de brebis et supprimer le lait de vache qui a vocation à nourrir les veaux qui prennent 200 kg en moyenne en 4 mois. Le calcium ne se trouve pas que dans les produits laitiers, par exemple les graines de sésame contiennent 1 300 mg de calcium pour 100 g, contre 137 mg de calcium pour 100 g de lait entier cru, voir les bienfaits du sésame sur cet article. Nous sommes manipulés par les messages publicitaires et cette société de consommation, l’industrie agro-alimentaire mise gros pour vendre leurs produits.

  • Manger sans stress

Apprenons à manger mieux et prenons le temps d’apprécier nos repas, savourez vos aliments en les mâchant bien, privilégiez ce moment dans une ambiance conviviale, familiale ou sereine, surtout pas dans la tension et le stress.

  • Eviter les produits industriels et trop sucrés

Pour une meilleure santé, évitez les sucres industriels et limitez les produits sucrés, on peut par exemple utiliser le miel, le sirop d’agave, le sucre de coco (certes ils sont plus chers surtout en bio mais ils seront à utiliser en moindre quantité). Terminer son repas par un dessert est devenu une habitude dans notre société moderne mais on peut s’en passer si nous mangeons suffisamment équilibré. On a tendance à trop surcharger notre organisme, plus le repas sera lourd, plus la digestion sera longue ce qui ne met pas assez notre corps au repos total. Les différents repas et grignotages pris dans la journée même bio ne seront pas bons pour notre santé surtout s’ils sont riches en sucres, en mauvais gras etc.

  • Penser au jus de fruits et légumes

Pensez au jus de fruits et de légumes que vous pouvez utiliser pour remplacer vos gouters, vos sodas, et ils sont idéals en apéritif accompagné de quelques noix, amandes etc. nature ou légèrement grillées. bio,panier-de-produits-bio

Bio ou pas, consommez différemment pour être en bonne santé

Vous l’aurez compris bio ou pas, l’essentiel est d’être vigilant à ce que vous mettez dans vos assiettes, aux produits que vous achetez et à votre façon de consommer. Là j’ai surtout évoqué l’alimentation bio, mais cela concerne aussi les soins cosmétiques, la santé, les produits d’entretien et pour les purs et dur les matériaux de construction, l’habillement et j’en passe certainement.

Je ne suis pas « une pure et dure » dans le bio car il faut le reconnaitre c’est quand même un sacré budget cependant ça reste un calcul à faire. Actuellement je suis dans l’optique de préserver ma forme et ma santé, je veux limiter au maximum toutes les substances toxiques que je peux ingérer ou mettre sur ma peau par le biais des cosmétiques. Mon budget sur ma consommation alimentaire, cosmétique et entretien maison n’est pas élevé, moins de 400 € par mois, pour 3 personnes, en réalisant du fait maison et en consommant mieux, non seulement on peut faire des économies mais cela assure aussi une bonne santé.

Il est important aussi d’avoir une bonne activité physique. Grâce à ma manière de consommer je n’ai pas de problèmes de surpoids, j’ai une jolie peau et à 53 ans je ne porte pas encore de lunettes pour la presbytie, je suis une gourmande mais je ne mange pas n’importe quoi et je ne me sens pas frustrée (j’adore le chocolat que je consomme noir et bio et cela remplace largement une sucrerie), j’ai une bonne hygiène de vie et je me sens en forme et en bonne santé, si vous aussi vous souhaitez prendre soin de vous autrement je peux vous y aider. Et vous, est-ce que vous consommez bio, sinon quelles sont les actions que vous allez mettre en place pour consommer bio ou plus naturellement ?

Michèle BARBOT du blog Plaisirs Bio.

Sources & Notes : _0ce18233_, _14f39220_

1 : Organic Diets Significantly Lower Children Dietary Exposure to Organophosphorus Pesticides Chensheng Lu, Kathryn Toepel, Rene Irish,Richard A. Fenske, Dana B. Barr, and Roberto Bravo Environmental Health Perspectives, 2005

Crédit photo : 123RF Macor et Lola 1960

Tags: , , , , , , , ,

5 commentaires on Faut-il consommer bio pour être en bonne santé ?

  1. Alexandre dit :

    Notre alimentation est à la base de tout ce que nous faisons, c’est super intéressant d’en parler de temps en temps je trouve, on l’oublie souvent mais ce qu’on mange est notre carburant pour arriver à réaliser des choses dans la vie… Donc autant avoir le meilleur carburant possible 😉

  2. Merci d’avoir rappelé que ce qu’on retrouve sous l’étiquette BIO n’est qu’un label.
    Car en vérité il est loin d’être suffisant pour faire de ce que nous mangeons un idéal pour notre santé.
    Pourquoi ?
    Car ce qui détruit toute la saveur des légumes c’est d’avoir un sol pauvre et sans vie.
    On AUTORISE le LABOURAGE en BIO ! On détruit toute la vie qui permet de récupérer les micronutriments, les oligo-éléments, etc et qui transmet tout ça à la plante qui nous les redonne dans les légumes.
    Comme tu l’as justement dit, il est préférable d’aller chez des petits producteurs qui n’ont pas le labels mais qui peuvent être encore plus “naturels” que les producteurs certifiés BIO.

    Je vous laisse vous renseigner sur le Maraîchage Sol Vivant, j’en parlerai bientôt sur mon blog.

    • Michèle dit :

      Merci pour ce retour et ce partage sur la manière de cultiver en respectant nos sols.
      Bravo pour votre, excellente initiative

    • Michèle dit :

      Merci pour ce retour et ce partage sur la manière de cultiver en respectant nos sols.
      Bravo pour votre blog, excellente initiative

  3. Maria dit :

    Merci pour cette article. Je suis tout a fait d’accord, le bio n’est pas synonyme de produit sain. Il faut aussi faire attention a bien lire la liste des ingrédients.

Laisser un commentaire

13 Partages
Partagez13
Tweetez