Par Coline et Rémy du blog www.petiteschassesautresor.com

Ils est temps d’apprendre à apprendre ! Plus que jamais, les méthodes traditionnelles d’apprentissage sont remises en cause par la démocratisation des méthodes comme Montessori par exemple, où l’on prône l’apprentissage par la manipulation, la découverte, l’autonomie…
En ce qui concerne l’éducation et la pédagogie pour les enfants, cette révolution fait d’autant plus sens : à cet âge là, ils peuvent encore être “programmés” pour optimiser leur apprentissage et le rendre vraiment efficace.

1) Intéresser et impliquer les enfants pour les rendre autonomes dans leur éducation

apprentissage par le jeu et la découverte

Comprendre le sens pour mieux assimiler : l’importance de la mise en situation pour concrétiser le contenu

Avez-vous déjà essayé de retenir quelque chose parce qu’il le fallait, sans que cette information ne fasse sens pour vous ?

Oui certainement, nous sommes tous passés par exemple par l’école traditionnelle et les programmes généralisés. Une quantité astronomique d’informations apprises sur les bancs de l’école vous sont complètement sortis de la tête, simplement parce que cette matière ou ce sujet ne vous intéressait pas. Dans votre vie, dans vos projets, ces informations n’avait aucun sens et vous saviez que vous ne vous en resserviriez jamais.

Pourquoi alors le cerveau ferait-il un effort pour stocker ces informations ?

Elles n’ont pas de sens pour lui ! A l’inverse, si vous vous retrouvez dans un pays et que vous devez vous débrouiller pour communiquer dans une langue étrangère, vous verrez que tout d’un coup, chaque mot utiles au quotidien, chaque phrase qui peut vous sortir de situations alambiquées se graveront instantanément dans votre mémoire, alors qu’on vous les avez peut-être répétées 100 fois hors-contexte.

C’est ce processus qui est la clé pour intéresser l’enfant dans n’importe quel apprentissage. Comprendre le sens pour mieux l’assimiler. S’il comprend l’utilité, et si cela résonne en lui, il ne refusera pas de se concentrer. Pour cela, une chose à retenir : l’importance de la mise en situation pour concrétiser le contenu. Ainsi, replacer les informations dans leur contexte, dans des situations de la vie quotidienne, qui peuvent lui arriver à lui, et il fera de lui-même la démarche de s’intéresser et de chercher à comprendre.

Par exemple, ne tentez pas de lui apprendre le cycle de l’eau dans un livre, amenez-le en forêt et montrez-lui concrètement ce qu’il se passe ! Toutes les choses que nous tentons de transmettre se trouvent dans la nature ! Il faut calculer une distance ? Allez quelque part, et proposez-lui de calculer lui-même la taille nécessaire de cette planche pour fabriquer une cabane, ou la longueur de la tyrolienne qui est l’hypoténuse du triangle formé par le sol, 2 arbres par exemple…

Faire soi-même pour imprégner les informations dans le cerveau

Un autre avantage au fait de laisser l’enfant agir sur un terrain concret, est la mémorisation. Une fois qu’il a compris le sens, il s’intéressera au sujet et se sentira donc complètement impliqué dans la démarche. Mais le fait d’agir, de manipuler, de fabriquer… Imprègneront directement les informations dans le cerveau. L’enfant sera actif et non passif, ses faits et gestes s’enregistreront dans l’un des tiroirs de sa mémoire à long terme, alors que si une personne extérieure lui raconte simplement la formule, “cela rentrera par une oreille et sortira de l’autre” car le corps n’aura à aucun moment participé, et ne sera donc pas programmé pour reproduire l’action au moment voulu, quand il sera seul face au problème.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  La politique anti cadeaux de Noël

La confiance en soi

L’éducation par le jeu a aussi d’autres avantages, par exemple la confiance en soi. A chaque nouvel apprentissage, l’enfant prendra un peu plus confiance en lui car il sera non seulement dans la réussite, mais aussi dans la compréhension de ses actes, et ce qu’il entreprend aura un sens pour lui. Cela l’aidera à grandir car ses atouts sont indispensables dans la vie d’adulte et professionnelle, et ne sont malheureusement que beaucoup trop peu inculquées dans le système éducatif actuel.

L’autonomie face aux situations de la vie et la prise de décisions

Il est évident que le fait d’agir par soi-même développe considérablement l’autonomie : si personne ne fait les choses à sa place, il se sentira capable de se débrouiller seul, et saura en toute circonstance, prendre les décisions adéquate, car il aura été habitué dès son plus jeune âge à être indépendant.

Le goût pour l’apprentissage, la découverte et la curiosité

Bien sur, comme l’apprentissage par le jeu et la découverte est, pour les raisons évoquées ci-dessus, un réel plaisir, l’enfant sera naturellement curieux et aura une soif d’apprendre et de découvrir sans cesse de nouveaux horizons. Il n’aura pas l’impression d’être dans un processus qui est dans l’imaginaire collectif “barbant” (réviser des leçons) et ne se rendra pas compte qu’il est réellement en train d’apprendre, puisqu’il aura uniquement l’impression de jouer ! Il aura ainsi un esprit plus ouvert et à l’écoute du monde concret qui l’entoure.

Il est inutile de préciser que ces qualités sont indissociables de l’épanouissement personnel, puisqu’il sera dans ce processus toute sa vie et pas uniquement pendant les années préalablement définies et consacrées à l’apprentissage, c’est à dire les 15 ou 20 ans que l’on “doit” passer sur les bancs de l’école. Quel gâchis que cette idée que nous avons que l’apprentissage et la découverte du monde s’arrête quand on a l’âge et les connaissances “nécessaires” pour avoir un métier… C’est beaucoup trop réducteur, non ?

2) Exemples d’activités éducatives et de méthodes qui marchent !

Comment faire ? Plus concrètement, voici quelques idées d’activités éducatives qui sont en accord avec cette démarche :

Chasses au trésor :

Proposer des chasses au trésor sur des thèmes très précis, en lien avec soit le sujet que l’on veut aborder, soit l’actualité. L’intérêt des chasses au trésor peut être dans la forme ou dans le fond.

  • La chasse au trésor d’automne en forêt
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment instiller l'amour de la lecture – en votre enfant, ou en vous

Par exemple, proposer la chasse au trésor d’automne en forêt lorsque les feuilles commencent à rougir, permet à l’enfant d’être connecté à l’environnement, aux saisons, à la nature. Vous pouvez créer une liste de choses à trouver en forêt à l’automne, avec une illustration et / ou le mot et l’enfant doit tous les trouver, avant d’accéder au trésor final, par exemple, vous aurez préparé un goûter dans une boite qui ne s’ouvre qu’avec la combinaison de tous les objets réunis !

Cette activité est basée sur la méthode Montessori puisque l’enfant doit manipuler, chercher des objets, associer des choses par lui-même. Bien entendu, la difficulté des choses à trouver s’adapte à l’âge de l’enfant ! Il aura appris beaucoup sans s’en rendre compte, puisqu’il aura concrètement faire un jeu en forêt et n’aura pas été assis sur une chaise à se forcer à trouver la concentration suffisante pour retenir toutes ces informations.

  • D’autres chasses aux trésors de jeux et défis

L’autre catégorie de chasses au trésor est celle où l’apprentissage est directement dans la forme : des “exercices” de math ou de français, de science ou d’anglais, bien sûr présentés sous forme de jeux ou de défis, qui sont à résoudre pour pouvoir avancer vers l’énigme finale. Chaque épreuve réussis donne un indice, qui sert à sauver un personnage, ouvrir un coffre, retrouver son chemin… Ainsi, comme nous le disions plus haut, la résolution du problème a un réel sens pour l’enfant qui mettra tout en œuvre pour trouver la solution et atteindre son but. Il sera dans une démarche bien au-delà du simple exercice, puisque qu’il s’attache vraiment l’objectif final.

Exemples d’activités éducatives :

  • Parcours mathématiques

Un parcours mathématique, avec des opérations à résoudre pour arriver à la case suivante, puis sur la base du premier résultat, un seconde opération dans la case suivante… ainsi de suite jusqu’à arriver à un nombre final, qui peut être une partie de la résolution de l’énigme finale ! L’avantage est que ce jeu peut s’adapter à tous les niveaux : additions, divisions, fractions… !

  • Méli-mélo

Un méli-mélo de lettres, qui s’éliminent par doublon, pour n’en trouver qu’une à la fin. On peut aussi pour les plus grands, faire la même chose avec des mots. La réponse permettra d’accéder au trésor !

  • Labyrinthe

Un labyrinthe qui demande d’associer par exemple les couleurs écrites en anglais avec le pot de peinture correspondant afin d’accéder à la suite de l’aventure.

  • Enigmes

L’énigme finale peut être une carte au trésor, avec un trésor caché parmi tous les éléments dont les coordonnées auront été révélées dans les jeux précédents !

Toutes ces idées d’activités éducatives sont très simples et rapides à réaliser ! Soyez zen avec vos enfants, finis les conflits pour attirer leur attention !

Par Coline et Rémy du blog www.petiteschassesautresor.com

Crédit Photo : Designed by Pressfoto / Freepik

Recherches utilisées pour trouver cet article :

découverte nouveaux objets enfants

Tags: , , , ,

Un commentaire on L’apprentissage des enfants par le jeu et la découverte

  1. Ogier DOLLÉ dit :

    Article très orienté sur la thématique de l’auteur ayant un site de chasse au trésor pour enfants.

    Toutefois, j’ai découvert une approche que je serais amener à utiliser avec mes enfants.

    Merci pour le partage !

Laisser un commentaire

Partagez
Tweetez