/* CSS added by WP Meta and Date Remover*/.entry-meta {display:none !important;}.home .entry-meta { display: none; }.entry-footer {display:none !important;}.home .entry-footer { display: none; }

Face Your FearsNote : cet article est une traduction de l’article The Path of Fearlessness de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Plus je travaille avec des personnes qui sont aux prises avec des habitudes ou des problèmes de la vie, plus je vois combien les peurs nous entravent.

Les peurs nous empêchent de créer des habitudes saines et productives. Les peurs nous mènent à procrastiner, nous empêchent de trouver un travail qui soit significatif (ou de le faire si nous l’avons trouvé). Les peurs nous empêchent de se faire des amis ou de se connecter aux personnes à un niveau plus profond. Les peurs nous empêchent d’être heureux à chaque instant.

À la base de toutes ces peurs, il y a quelques peurs clés :

  • La peur de l’échec ou d’être mal préparé
  • La peur de l’incertitude
  • La peur de ne pas être bon ou d’être rejeté

Les deux peurs clés sont la peur de l’incertitude et celle de ne pas être assez bien et, selon mon expérience, elles se rapportent à la même chose. Nous avons peur de l’avenir incertain (et des situations incertaines) parce que nous pensons que nous ne sommes pas assez bons pour gérer tout ce qui pourrait résulter du chaos.

Ces deux peurs (incertitude et inadéquation) affectent nos vies de plusieurs façons, et pourtant nous leur faisons rarement face. Nous ne voulons pas ressentir ces peurs, alors nous fuyons. Nous nous distrayons. Nous nous tenons occupés plutôt que de les ressentir. Nous trouvons le confort dans la nourriture, le tabac, l’alcool et la télévision.

À la fin, fuir ne fonctionne pas, mais ne fait qu’empirer les choses.

Il y a une alternative :

le chemin de l’intrépidité.

Trois clés pour développer l’intrépidité

À quoi ressemblerait notre vie si la peur ne nous entravait pas ?

Nous pourrions trouver la liberté et la joie qui se présentent à chaque instant.

Nous pourrions trouver la bonté sous-jacente qui existe toujours dans chacun de nous.

Nous pourrions peut-être vivre enfin la vie dont nous avons toujours rêvé.

Alors, comment parcourons-nous ce chemin de l’intrépidité ?

Voici trois pratiques pour travailler dessus :

  1. Faire face à la peur avec attention. La vérité est que nous nous permettons rarement de ressentir nos peurs. Nous les fuyons, nous prétendons qu’elles ne sont pas là, nous nous distrayons, nous nous en prenons aux autres, nous essayons de trouver le contrôle. Mais nous n’admettons même pas la plupart du temps, que nous éprouvons ces peurs, et a fortiori nous nous permettons réellement de les ressentir. Donc, la pratique consiste simplement à s’asseoir lorsque vous remarquez que vous éprouvez de la peur et voir si vous pouvez rester avec elle pendant un certain temps. Ne restez pas avec l’histoire qui se rapporte à la peur dans votre tête, mais plutôt à la façon dont vous la ressentez dans votre corps. Voyez qu’elle est stressante ou douloureuse ou inconfortable. Notez le sentiment physique particulier de cette peur, cette fois. Voyez si cela change. Voyez ce que vous pouvez apprendre à ce sujet. Voyez si vous pouvez être compatissant avec elle.
  2. Voir votre bonté sous-jacente. Lorsque nous sommes en méditation, nous pouvons voir que ce moment est vraiment merveilleux. Et ce moment nous inclut. Nous faisons partie de la bonté inconditionnelle de chaque instant unique, et si nous restons assis, nous pouvons commencer à la ressentir. Il y a toujours de la bonté dans nos cœurs, si nous nous laissons la ressentir. Il y a la capacité d’apprécier et de s’émerveiller, de ressentir et d’aimer, d’être présent et d’être reconnaissant. Commencez à apprécier cela, et vous commencerez à développer la confiance que vous allez bien, même dans l’incertitude, même si vous êtes jugé, même si vous vous présentez avec vulnérabilité.
  3. Adopter la joie de l’absence de fondement. L’incertitude est effrayante car nous n’aimons pas le sentiment de ne pas avoir de terrain stable sous nos pieds. Nous voulons la certitude, le contrôle, la stabilité, la permanence … mais la vie est remplie d’incertitude, d’impermanence, de tremblement, de chaos. Ce qui cause la peur. Au lieu de cela, nous pouvons commencer à embrasser cette incertitude, à voir la beauté dans l’impermanence, à voir la positivité de l’absence de fondement. Cette incertitude signifie que nous ne savons pas ce qui se passera, ce qui signifie que nous pouvons être surpris à chaque instant ! On peut se préoccuper de ce qui va surgir. Nous pouvons nous réinventer à chaque instant, car rien n’est défini, rien n’est déterminé. Il y a de la joie dans cette absence de fondement, si nous l’adoptons.

Non, ce ne sont pas des pratiques faciles. Mais vous pouvez les essayer en ce moment, et consacrer quelques minutes chaque matin pour le faire. Vous verrez votre confiance émerger, vos peurs se dissiper un peu, votre capacité à apprécier chaque moment et à vous apprécier se développer.

Le chemin de l’intrépidité est celui de la pleine conscience, de la pratique quotidienne et de trouver le courage de faire face aux peurs et de les pousser vers la joie.

Crédit Photo : detailblick-foto

Tags: , , , , , , ,

Laisser un commentaire

5 Partages
Partagez5
Tweetez