ClimbingNote : cet article est une traduction de l’article The Way of Openness: Moving Away from Comfort & Security de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

S’éloigner du confort et de la sécurité, se lancer dans l’inconnu, l’inexploré et l’instable – c’est ce qu’on appelle la libération. ~Pema Chodron

Il est dans la nature humaine de désirer le confort et la sécurité. Malheureusement, cette tendance est la cause de la plupart de nos problèmes.

Nous autres humains, avons tendance à ne pas aimer l’incertitude, l’inconfort, la peur, l’instabilité, le changement radical ou le chaos. C’est naturel et compréhensible, mais notre habitude de fuir vers le confort et la sécurité entraîne des difficultés :

  • La procrastination pour fuir l’incertitude, l’inconfort et la peur d’une tâche difficile vers le confort des distractions.
  • Nous reportons l’exercice, la nourriture saine, la méditation, la déconcentration et d’autres habitudes car elles gênent et nous préférons des tâches confortables.
  • Les dépendances résultent de l’utilisation constante de choses agréables (confortables) comme une béquille lorsque nous sommes confrontés à l’inconfort.
  • Nous repoussons les aventures, le travail que nous aimons, l’apprentissage de nouvelles choses, car c’est plein d’incertitude et de peur, et nous préférons nos zones de confort.
  • Lorsque nous sommes en colère, nous nous en prenons aux autres à cause de la peur (d’être critiqué, de perdre notre belle image de soi, etc.). Ou nous nous éloignons d’eux. Cela nuit à notre bonheur et à nos relations.
  • Nous refusons de nous mettre en relation avec d’autres personnes parce que nous avons peur d’ouvrir nos cœurs à des étrangers et nous gardons nos zones de confort. Cela conduit à la solitude et à un besoin de relations.

Et ainsi de suite : les problèmes financiers, les problèmes de santé, les problèmes de travail, les problèmes relationnels, les problèmes de bonheur proviennent de l’inconfort, de l’incertitude, de l’instabilité au confort et à la sécurité.

Et si nous pouvions essayer une voie différente ?

Et si nous explorions le chemin de l’ouverture ?

Cela pourrait ouvrir un monde de changement et de possibilités pour nous, sans nos dépendances et nos procrastinations, nos attaques et nos peurs.

Le chemin de l’ouverture

Le contraire de la fuite vers le confort et la sécurité est … de ne pas fuir.

Au lieu de cela :

  • Soyez ouvert à l’incertitude
  • Soyez curieux de l’inconfort
  • Prenez contact avec les peurs, restez avec le sentiment physique de la peur
  • Soyez présent et faites face au moment présent avec ouverture
  • Embrassez l’inconnu et l’instable, riches en opportunités et en apprentissages
  • Trouvez de la curiosité à chaque instant
  • Accueillez tous les sentiments avec convivialité, ne fuyez pas
  • Souriez à la peur, aux peurs d’autrui, avec un cœur ouvert
  • Lancez-vous dans l’incertitude avec courage

Le chemin de l’ouverture consiste à embrasser, à accueillir, à être curieux de tout ce qui nous attend, à rester en contact avec nos sentiments et à être ouvert à la nature en constante évolution, comme nous l’avons vu.

Ce chemin n’est pas facile, mais la vie qui fuit l’inconfort et l’incertitude non plus, comme nous l’avons vu.

Cette voie a besoin de pratique, de courage et d’amour.

Mais le résultat que j’ai trouvé (et je reste un débutant), est que vous êtes capable de tout type de changement, que vous pouvez ouvrir votre cœur aux gens d’une manière que vous n’avez jamais pu faire auparavant et que vous réalisez que vous n’êtes pas obligé de fuir, de vous distraire constamment et de trouver quelque chose pour vous tenir occupé.

Alors, comment cultiver ce mode d’ouverture ?

Pratiques pour être ouvert

Pour être honnête, c’est une pratique continue. Mais voici quelques astuces que vous pouvez pratiquer : choisissez-en chaque jour une au lieu d’essayer de les faire toutes à la fois, et revenez constamment aux pratiques que vous avez essayées avant :

  1. Identifier des comportements : Reconnaissez quand vous procrastinez, vous cherchez des distractions, vous vous attachez à des addictions, vous vous déchaînez, vous vous retirez, vous infligez des actions néfastes à vous-même ou aux autres. Essayez de voir la peur ou l’inconfort que vous fuyez. Remarquez vos distractions ou votre confort.
  2. Rester en contact : une fois que vous comprenez vos comportements mentaux, notez quand ils commencent, et au lieu de vous permettre de vous réconforter … restez avec l’inconfort. Localisez le sentiment physique dans votre corps et restez avec lui aussi longtemps que vous le pouvez. Entrez en contact avec le sentiment de peur (et non l’histoire mentale de la peur) et gardez la main chaleureuse de votre attention. Voyez si cela se détend si vous lui donnez une curiosité et une attention aimante. Accueillez-le comme vous le feriez avec un ami.
  3. Être ouvert au moment présent : Pendant la journée, surveillez le moment présent devant vous et notez si vous le rejetez pour quelque raison que ce soit. Au lieu de cela, voyez si vous pouvez l’embrasser. Soyez curieux à ce sujet. Soyez amical envers lui. Donnez-lui votre attention et accueillez-le comme ami. Voyez le moment changer, et développez un cœur ouvert envers lui.
  4. Se lancer dans l’incertitude : pouvez-vous vous défier de vous lancer chaque jour dans l’incertitude et l’inconfort ? Rester à méditer, apprendre quelque chose de nouveau et de difficile, faire face à des tâches ou des projets difficiles, vous mettre dans un endroit vulnérable avec d’autres … ce sont toutes de bonnes pratiques. Quand vous les faites, utilisez la curiosité, un cœur ouvert et un sourire amical comme outils pour rester présent avec l’incertitude.
  5. Ouvrir votre cœur aux autres : pour beaucoup, nous avons l’habitude de rejeter des choses concernant d’autres personnes, de nous en prendre à eux ou de nous retirer lorsque nous rejetons les choses à leur sujet. Au lieu de cela, entraînez-vous à ne pas rejeter. Pratiquez la curiosité. Embrassez les choses à leur sujet et que d’habitude vous rejetez, et vous leur serez reconnaissant. Ouvrez votre cœur, soyez vulnérable, et voyez ce qui se passe. Soyez ouverts à leur rejet, à leur colère, à leurs peurs. Restez avec les sentiments de peur ou de colère qui pourraient surgir en vous.
  6. Éprouver de la reconnaissance pour tout : au lieu de rejeter des choses concernant les autres, au lieu de rejeter des choses concernant le moment présent … trouvez un moyen d’être reconnaissant. Cela nous aide à embrasser et à être ouvert à tout.

Je dirais que c’est un bon début. Vous pouvez passer une année à pratiquer ces idées. Une fois que vous êtes bon en cela, trouvez d’autres domaines où vous êtes bloqué ou limité, et pratiquez-y l’ouverture aussi.

À la fin, il s’agit de savoir si nous voulons passer la vie à fuir ce que nous trouvons et à chercher le confort, ou si nous allons trouver le courage d’être ouvert à tout, pour finalement être libre de fuir.

À la fin, nous constatons qu’il n’y avait rien à craindre après tout. Ce monde en évolution, incertain, inconfortable et miraculeux, est un endroit merveilleux.

Crédit Photo : Visions-AD

Tags: , , , , , , ,

Laisser un commentaire

9 Partages
Partagez9
Tweetez