Cet article invité a été écrit par Carole BORDON du blog JaimeMonAvenir.

S’orienter….OU se réorienter…Quel que soit notre âge, on se demande presque tous comment faire. En tant que parents, vous pouvez apprendre à vos enfants à s’orienter en leur permettant de développer au fil du temps certaines compétences. Une fois ces compétences acquises, ils seront paré(s) pour faire face aux mutations du monde qui nous entoure, et ce pour la vie. C’est comme apprendre à se servir d’une boussole. Une fois que l’on sait, on ne peut plus «perdre le nord» !

Je vous propose d’explorer une à une ces compétences clés. J’ajoute que ces conseils, s’ils sont valables pour vos enfants, le sont aussi pour nous tous, dans la mesure où nous sommes amenés tout au long de notre vie à choisir des orientations, voire à nous réorienter.

apprendre-a-sorienter

Crédit photo : maxmann

L’éducation à l’orientation: qui s’en occupe?

Le 21 novembre 2008, le conseil européen votait une résolution à ce sujet, conseillant aux Etats membres d’inscrire dans ses programmes scolaires l’éducation à l’orientation.

Voici la définition de l’orientation donnée par le conseil : « … un processus continu qui permet aux citoyens, à tout âge et tout au long de leur vie, de déterminer leurs capacités, leurs compétences et leurs intérêts, de prendre des décisions en matière d’éducation, de formation et d’emploi et de gérer leurs parcours de vie personnelle dans l’éducation et la formation, au travail et dans d’autres cadres où il est possible d’acquérir et d’utiliser ces capacités et compétences. L’orientation comprend des activités individuelles ou collectives d’information, de conseil, de bilan de compétences, d’accompagnement ainsi que d’enseignement des compétences nécessaires à la prise de décision et à la gestion de carrière « .

En France, le parcours Avenir, que j’ai déjà mentionné dans d’autres articles, tente d’inclure cette dimension éducative de l’orientation à compter de la classe de 6ème.

De nombreux freins subsistent néanmoins. Aussi je vous conseille vivement de vous emparer de la question en tant que parents. Le collège et le lycée ne peuvent et ne doivent pas être, à mon sens, les seuls lieux et moments où votre enfant prépare son avenir.

1/ Compétence n°1 : savoir se situer soi-même 

  • C’est-à-dire ?

Se situer, c’est savoir où l’on en est à un instant T. Comme sur les cartes interactives des centres commerciaux, vous savez, quand vous voyez le bouton  » Vous êtes ici  » ! 😉 Pour définir un projet d’orientation, il est nécessaire que votre enfant parte de ses talents, de ses passions ou centres d’intérêt et de ses besoins et valeurs.

Il doit apprendre à identifier, grâce à des outils adaptés à son âge, ce qu’il est à un instant T et ce qu’il veut devenir.
Il doit également identifier les freins éventuels qui sont les siens pour s’accomplir (manque de confiance ou d’estime de soi par exemple).

Il s’agit pour lui d’acquérir ici, à partir de ses expériences, une conscience de soi qui est pour moi le socle de tout projet d’orientation, qu’on ait 15, 20, 30 ou 40 ans.

  • L’expérience comme base

Il est à noter que c’est l’expérience qui nous construit. Aussi, la connaissance de soi se nourrit de l’exploration de son environnement. Les étapes  » connaissance de soi  » et  » exploration de son environnement  » ne sont pas linéaires, elles se superposent nécessairement.

Par exemple, si je suis passionné (e) d’équitation, c’est parce qu’à un moment donné, j’ai fait l’expérience de cela. J’ai aimé et j’ai continué. Demain, je rencontrerai peut-être un artisan potier qui me transmettra le goût de ce métier ou je lirai un livre retraçant le parcours d’un self made man qui m’inspirera et influencera de façon décisive mon avenir.

C’est en multipliant les expériences, les échanges, les lectures ou les voyages que l’on apprend aussi à se connaître et à reconnaître ce qui est bon pour soi. C’est en étant dans un état d’ouverture au monde, sans préjugés, tel un petit enfant.

Vous pouvez apprendre à vos enfants à acquérir cette réflexivité en explorant ce qui les anime grâce à des astuces simples à retrouver dans la série d’articles « apprendre à se connaître » (astuces valables également pour tout un chacun ! )

2/ Savoir explorer son environnement

Afin de trouver sa voie,  il va devoir explorer son environnement en s’informant, en observant, en entrant en contact avec les autres, en posant des questions, etc. Evidemment, on pense d’abord à :

  • L’environnement économique (monde du travail, codes, attentes, secteurs d’activité, métiers d’avenir, entreprenariat etc.)
  • L’environnement éducationnel (procédures d’orientation et d’affectation, filières, études, formations etc.)

Mais au-delà de ça, c’est tout son environnement qui peut l’aider à trouver sa voie. Plus il va s’ouvrir au monde, plus il aura de chances de la trouver. Cela peut se produire n’importe quand, n’importe où. A l’occasion d’un concert, en accompagnant un copain qui milite dans une association, en discutant avec vos amis à l’occasion d’un dîner…l’essentiel est qu’il soit ouvert et qu’il sache saisir toutes les occasions pour apprendre. Qu’il soit curieux.

  • Apprendre par soi-même

Certaines informations  vont lui être apportées dans le cadre de l’école. Mais ce ne sera pas suffisant. Mieux vaut qu’il aille à la pêche aux infos lui-même en étant imaginatif sur les moyens à mettre en oeuvre. Internet regorge évidemment de renseignements précieux, encore faut-il savoir comment chercher et surtout apprendre à distinguer le bon grain de l’ivraie…tout n’est pas fiable sur Internet, certaines infos ne sont pas toujours à jour, aussi faut-il multiplier les sources d’informations.

Les occasions de rencontres et d’échanges avec le monde du travail (même par tél, par mail, etc.) permettent d’enrichir ses connaissances : forums, salons, professionnels de son entourage, de son quartier, enquêtes métiers, stages, jobs d’été, etc. Il va, au cours de cette exploration, découvrir qu’il lui faut, par exemple, apprendre à rédiger un CV et une lettre de motivation s’il veut entrer dans telle ou telle école, trouver un stage, une alternance ; il va découvrir les joies des dossiers administratifs à remplir et des échéances à tenir. IL va devoir apprendre à se démarquer .Je pourrais continuer la liste… c’est un perpétuel apprentissage.

Dans un monde qui change (instable disent certains), il faut savoir s’adapter et l’adaptation passe par la faculté à acquérir de nouvelles données constamment et à ne surtout pas rester sur ses acquis.

Encouragez-le à apprendre par lui-même, à être curieux, à considérer qu’il est nécessaire de se former toute sa vie et c’est encore plus vrai aujourd’hui qu’hier, de par la rapidité avec laquelle notre environnement évolue. Il est préférable de lui apprendre à pêcher le poisson plutôt que de le pêcher à sa place! Vous pouvez l’initier ou chercher avec lui comment faire mais si vous souhaitez qu’il sache se débrouiller seul à l’avenir, il faut l’encourager à prendre des initiatives concrètes même si les résultats qui en découlent sont imparfaits. C’est aussi en commettant des erreurs que l’on apprend.

Par exemple, si votre enfant souhaite apprendre comment se préparer à un entretien de motivation pour entrer dans une école, il peut le faire lui-même en allant chercher des conseils sur des sites spécialisés et en s’entraînant devant vous !

En tant qu’adolescent, il a besoin d’autonomie et pour cela, il a besoin d’un environnement qui l’encourage à  » pousser des portes  » ; cela va renforcer l’estime qu’il a de lui-même s’il parvient à faire seul certaines tâches ; votre rôle est simplement de l’encourager, de le soutenir et de faire ce que l’on appelle du renforcement positif c’est-à-dire de le féliciter pour chaque pas accompli, aussi petit soit-il.

  • Apprendre à apprendre

Cela peut vous paraître incongru mais oui, aujourd’hui, il est de plus en plus communément admis qu’apprendre s’apprend! Dans quel but me direz-vous ? Dans le but d’apprendre mieux, d’être plus efficace. Pour résoudre des problèmes. Pour gagner du temps. Pour réussir.

Par exemple, si le projet d’orientation de votre enfant nécessite de sa part qu’il ait de meilleurs résultats scolaires dans telle ou telle matière, il peut chercher des moyens de s’améliorer en identifiant ce qui est à la source de ses difficultés. C’est peut-être simplement qu’il n’a pas une méthode de travail efficace.

En prenant conscience de son profil et des différentes techniques d’apprentissage existantes, il peut trouver ce qui lui convient et améliorer ses résultats.

Encore une fois, il est préférable de ne pas tout attendre des professeurs, notamment sur le « comment faire » car parfois, notamment dans le secondaire, ils ne donnent pas une méthodologie aux élèves ou alors ils donnent la même pour tout le monde alors qu’une méthode ne peut convenir à tous.

3/ Savoir s’adapter

Votre enfant doit être conscient qu’il fera probablement plusieurs métiers et devra s’adapter à des contextes socio-économiques, voire culturels, différents. La faculté d’adaptation n’est pas seulement une compétence recherchée dans le monde professionnel, c’est une faculté qui, dans la vie en général, peut s’avérer très utile et bénéfique ! Car la vie, c’est le changement perpétuel ! Alors mieux vaut savoir tirer profit des changements quand ils arrivent plutôt que de leur résister en vain. Mieux vaut les voir sous un angle positif !

Durant son parcours d’orientation, votre enfant va peut-être (et même sûrement) devoir procéder à des ajustements, voire à des changements radicaux. Ce n’est pas grave! La ligne n’est pas toute tracée, elle se trace sous ses pieds au fur et à mesure qu’il avance!

Par exemple, il avait décidé de faire une école de commerce après son bac et là il est en première année et il s’aperçoit que la plupart des cours l’ennuient…il souhaite entreprendre dans un business en ligne depuis qu’il lu « Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études » d’Olivier Roland…;-) Qu’à cela ne tienne, s’il est motivé et qu’il a la conscience et la volonté de s’auto-éduquer, encouragez-le ! Accompagnez-le ! Il faut toujours aller vers ce qu’on aime, sans concessions. La vie est trop courte pour subir non ?

Aidez-le à perdre l’illusion du contrôle sur ce qui arrive. L’avenir est incertain, et c’est de sa capacité à vivre bien avec cet inconfort dont va dépendre son bien-être.

4/ Savoir faire des choix

Il va devoir faire des choix régulièrement : choix de filières, d’options, d’études, d’écoles, de métier, choix d’arrêter, de se réorienter, etc. Faire un choix, c’est renoncer automatiquement. Il doit en avoir conscience et être à l’aise avec cette idée.

Le mental a son rôle à jouer dans la prise de décision mais avant tout, c’est son coeur et son intuition qu’il doit écouter. Cela s’apprend.

Il va devoir définir une intention pour l’avenir. Il doit avoir une vision pour lui-même, tout comme un entrepreneur en a une pour son établissement. Sans vision, pas de réussite pérenne pour une entreprise. C’est pareil pour nous. Donc cela va mobiliser ses capacités à imaginer et à se projeter. Cela s’apprend, tout comme la capacité à choisir.

A ce sujet, il est important que votre enfant ait été habitué à choisir. Qu’il ait eu l’occasion de choisir sur des petites choses, puis ensuite sur des choses de plus en plus importantes. Ainsi, il ne sera pas tétanisé quand il devra faire des choix qui engagent un peu, voire beaucoup son avenir. Si ce n’est pas le cas, il n’est jamais trop tard pour bien faire ! 😉

5/ Savoir réaliser son intention et passer à l’action

Il a défini où il voulait aller. Il va falloir se mettre en mode projet. Et cela va lui permettre de développer des tas de compétences.

  • Il va apprendre à se fixer des objectifs, à s’organiser, planifier et respecter des échéances.

Il y a des échéances imposées par l’Education Nationale, en classe de 3ème, 2nde et terminale. Il y a les échéances des écoles, des concours, des examens, du permis de conduire (oui, ça peut être un objectif inscrit dans le projet d’orientation).

Il y a le quotidien, les activités, les cours, les copains, la famille, etc. Il va devoir apprendre à s’organiser au mieux pour réussir, que ce soit ses examens mais aussi un concours qu’il passe parce qu’il a décidé d’entrer dans une école de journalisme ou de commerce, et réussir son tournoi de foot parce que ça lui tient à coeur.

Et pour cela, il n’y a pas de secret, il faut planifier, avoir une méthode.

  • Il va apprendre à résoudre des problèmes

Tout projet peut connaître des aléas dans sa mise en oeuvre. Il a entrepris quelque chose. Aussi faut-il qu’il soit comme un entrepreneur. Qu’il apprenne à garder son sang-froid face aux obstacles et qu’il fasse appel ou qu’il développe sa créativité pour trouver des solutions à ses problèmes. Car contrairement à ce que l’on pense, il n’y a rarement qu’une solution à un problème ou pas de solution du tout. C’est juste que nous ne sommes pas assez créatifs et positifs pour trouver une solution. On peut développer sa créativité, à tous âges, par différents moyens.

  • Il va apprendre à gérer les échecs et à être résilient

Des échecs, il en connaîtra sûrement et c’est l’occasion d’apprendre quelque chose. De se remettre en question. D’apprendre à rebondir.

Walt Disney a connu de nombreux échecs avant d’atteindre les sommets et de réaliser son rêve. Mais il a toujours su rebondir, il ne s’est jamais découragé face à l’adversité car il était porté par un rêve.

  • Il va apprendre à créer des connexions avec les autres

Je ne vous apprends rien, il va devoir apprendre à se présenter, communiquer : par téléphone, en face à face lors d’entretiens formels et informels. A utiliser à bon escient les réseaux sociaux et professionnels.

Mais au-delà de ça, il va devoir se créer un réseau de gens qui vont pouvoir l’aider dans la mise en oeuvre de son projet. Et que lui-même va aider en retour. Car l’on ne peut pas réussir seul.

Par exemple, s’il a décidé d’entreprendre, il va devoir se former et acquérir les compétences qui lui manquent, entrer dans des réseaux de créateurs d’entreprise, et petit à petit il va non seulement entretenir sa motivation mais aussi construire des relations d’entraide avec d’autres personnes qui sont dans la même dynamique que lui.

  • Il va apprendre à se créer des opportunités

Savoir créer des conditions favorables à sa réussite est important. On peut favoriser la chance et donc la réussite. C’est le postulat de Philippe Gabilliet, professeur de Psychologie et de Management à ESCP Europe et conférencier (entre autres).

Selon lui, le facteur chance compte dans la réussite mais n’a rien à voir avec le hasard. C’est plutôt une compétence que l’on peut développer. C’est, pour reprendre ses mots, et selon la définition donnée par les sciences cognitives et la psychologie positive un « comportement d’ajustement optimal aux circonstances, qu’elles soient bonnes ou mauvaises ».

Des conditions sont nécessaires à l’émergence de cette chance :

  • La curiosité et la vigilance par rapport à ce qui se passe autour de soi
  • La capacité à developper un réseau et notamment la capacité à mettre soi-même des personnes en relation et devenir une opportunité
  • La capacité à faire d’un revers une opportunité, un projet
  • L’anticipation, c’est-à-dire la capacité à avoir toujours une longueur d’avance, un projet d’avance. »

Conclusion

L’Union européenne a défini 8 compétences-clés dont les citoyens ont besoin pour s’intégrer et s’épanouir dans une société fondée sur le savoir. Les voici:

  1. Communication dans la langue maternelle;
  2. Communication en langues étrangères;
  3. Compétence mathématique et compétences de base en sciences et technologies;
  4. Compétence numérique;
  5. Apprendre à apprendre;
  6. Compétences sociales et civiques;
  7. Esprit d’initiative et d’entreprise;
  8. Sensibilité et expression culturelles.

Il est intéressant de constater que ‘ » apprendre à apprendre  » et  » esprit d’initiative et d’entreprise  » y figurent.

Voici comment l’Union définit cette 7ème compétence :

«… l’esprit d’initiative et d’entreprise qui consiste en la capacité à passer des idées aux actes. Il suppose créativité, innovation et prise de risques, ainsi que la capacité à programmer et gérer des projets en vue de la réalisation d’objectifs. L’individu est conscient du contexte dans lequel s’inscrit son travail et est en mesure de saisir les occasions qui se présentent. Il est le fondement de l’acquisition de qualifications et de connaissances plus spécifiques dont ont besoin tous ceux qui créent une activité sociale ou commerciale ou qui y contribuent. »

Dans le cadre de l’orientation, cette dernière compétence qu’on pourrait résumer par  » esprit entrepreneurial  » reprend à elle seule quasi toutes les compétences citées plus haut.

A la lecture de ces lignes, vous vous rendrez sans doute compte que votre enfant s’engage, en apprenant à s’orienter, dans un processus d’apprentissage complet, qui va solliciter, au-delà de telle ou telle formation, ses capacités à croître personnellement.

Je ne saurai que trop insister sur l’auto-éducation pour acquérir des connaissances et compétences et construire son avenir professionnel ainsi que se développer personnellement. L’important, ce ne sont pas les diplômes, ce sont les passions, les compétences. Celles-ci peuvent s’acquérir par bien des moyens mais ce qui doit présider à l’acquisition de compétences, c’est l’enthousiasme. Sans enthousiasme, pas d’apprentissage réel. Que vos enfants se respectent eux-mêmes et cheminent avec leur coeur, c’est tout le mal que je peux leur souhaiter !

Carole BORDON, du blog JaimeMonAvenir

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherches utilisées pour trouver cet article :

compétences clés les intérêts, les compétences nécessaire pour construire votre avenir, quel boulot faires pour travailler a son propre compte

Tags: , , , , , , , ,

10 commentaires on Les 5 compétences clés que votre adolescent doit développer pour bien s’orienter

  1. Carole dit :

    Merci pour cet article très complet.
    Pour de jeunes ados, cela peut paraitre insurmontable de se situer soi-même, d’explorer son environnement, de savoir s’adapter, de savoir faire des choix, et de savoir valoriser son intention et passer à l’action.
    Mais les parents et autres adultes référents sont là pour aider et guider le jeune dans ses apprentissages.
    C’est parfois aussi l’occasion pour les adultes de remettre à plat leur propre mode de fonctionnement, et de se donner la chance d’évoluer vers une vie plus constructive et optimiste 😉

    • Bonjour Carole,

      Merci Carole pour votre commentaire, c’est vrai que l’orientation de nos enfants peut nous permettre de nous remettre en question nous-mêmes, et être une occasion de grandir, encore. 😉

      Carole

  2. Alexandre dit :

    Merci beaucoup pour cet article!
    je suis moi même confronté du haut de mes 17 ans au problème de l’orientation et après l’avoir lu je pense franchement qu’il peut être aussi nous être destiné, à nous les adolescents.
    Il est complet et j’aurais aimé l’avoir lu plutôt. Je pense aussi qu’il peut être rassurant pour les parents et qu’il serait bien que chaque parent le lise avec son enfant.
    Merci pour la qualité de cet article j’en parlerais autour de moi !

    • Bonjour,

      Merci Alexandre pour votre commentaire, qui me touche, je suis ravie de savoir qu’il vous a apporté et éclairé ! 😉
      Si je peux vous aider dans votre orientation, n’hésitez pas à me contacter par mail ou par le formulaire de contact de mon blog !
      Carole

  3. florence dit :

    Merci pour cet article. Je rajouterai qu´il est nécessaire d´être connecté a soi pour se trouver, car on peut tout comme moi faire l´expérience de multiples expériences mais tout de même ne pas faire les bon choix car l´on entend pas ce qu´il y a au fond de soi….

    • Bonjour,

      Merci Florence pour votre commentaire, oui ce que vous dites est exact, et va dans le sens de ce que je dis dans la première partie de l’article, sur la conscience de soi ou la réflexivité que nous devons, à mon avis, développer dès le plus jeune âge. 😉

      Carole

  4. Chantal dit :

    Très bel article ! Si j’avais eu ces conseils à mon adolescence j’aurais perdu beaucoup moins de temps. J’espère que son blog est connu. Je vais le conseiller à mon entourage 😊

    • Bonjour,

      Merci Chantal pour votre commentaire, je suis très touchée par ce retour, c’est ce que je cherche précisément, à faire gagner du temps aux jeunes et aux moins jeunes ! Si j’ai bien compris, mon blog est désormais en passe d’être connu grâce à vous ! 😉

      Carole

  5. Ogier DOLLÉ dit :

    Savoir faire des choix est celle qu’il faut éduquer en priorité selon moi !

    Merci pour ce superbe article! 🙂

    • Carole dit :

      Merci Ogier,
      Contente qu’il vous ait plu ! Savoir faire des choix, c’est accepter de renoncer et savoir dépasser sa peur de se tromper, c’est vivre quoi ! 😉

Laisser un commentaire

88 Partages
Partagez88
Tweetez