Be VeganNote : cet article est une traduction de l’article A Loving Guide to Going Vegan de Leo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Un être cher a décidé de devenir végétarien et a fait face à plusieurs difficultés, j’ai donc pensé à lui dédier ce guide.

Je l’écris pour ceux qui veulent devenir végétaliens, parce que c’est ce que je suis, mais les idées s’appliquent aussi à ceux qui sont végétariens.

C’est pour ceux qui l’envisagent, ou qui viennent juste de commencer et ont des questions ou des difficultés.

Allez, on attaque !

Comprendre le pourquoi

Si vous rencontrez des problèmes en devenant végétalien, il est facile d’abandonner si vous n’êtes pas vraiment motivé. Alors déterminez pourquoi vous faites cela.

Ma principale recommandation : faites-le pour les animaux.

Santé : Oui, vous pouvez le faire pour votre santé, mais en vérité, être végétalien n’est pas une panacée. Vous pouvez avoir une meilleure santé en tant que végétalien si votre alimentation précédente était de la malbouffe et si vous commencez à manger des légumes et des aliments complets. Mais vous pouvez également manger de la merde en tant que végétalien (des frites, du « poulet » végétalien frit et coca, par exemple), ou vous pourriez faire de votre mieux, mais ne pas prendre de nutriments et votre santé pourrait en souffrir. En outre, il est tout à fait possible d’avoir une alimentation saine en tant que non-végétalien – ma sœur est pescétarienne : elle ne mange ni des céréales ni des aliments transformés, et mange beaucoup de légumes. Donc, la santé n’est pas toujours la meilleure raison, bien que j’aie personnellement transformé ma santé en devenant végétarien et par la suite végétalien.

Environnement : En tant que végétalien, votre empreinte carbone va baisser considérablement – les émissions de carbone de l’agriculture animale sont supérieures à l’industrie du transport et sont probablement les principales sources d’émissions de carbone dans la vie de la plupart des gens. On dit que vous ne pouvez pas être un écologiste consommateur de viande et, à un certain niveau, j’accepte.

Cependant, j’ai constaté que pour la plupart des gens, la raison environnementale du végétalisme n’est qu’un bonus, et non la raison principale pour laquelle ils restent végétaliens.

Ne pas blesser les animaux (éthique) : Selon mon expérience, c’est la principale raison pour laquelle les gens restent végétaliens sur le long terme. C’est émotif : la plupart des gens aiment les animaux, et l’idée de les tuer par plaisir peut être pénible pour beaucoup d’entre nous. C’est logique : il n’y a pas de bonne raison de manger des animaux autre que celle du plaisir, car nous pouvons être parfaitement en bonne santé en suivant un régime végétalien (je le suis et beaucoup d’autres le sont). Et c’est cohérent : pourquoi aimons-nous et protégeons-nous les chiens et les chats (nous ne tolérons ni de les agresser ni de les massacrer) et non les cochons ni les vaches ?

Pour ceux qui se posent des questions, le lait et les œufs nuisent réellement aux animaux – pour une chose, les vaches laitières et les poules pondeuses sont souvent maltraitées et vivent dans des conditions horribles leur vie entière, mais peu importe la ferme dans laquelle ils vivent, elles sont tuées lorsqu’elles ne sont plus productives. Et les poussins mâles des poules pondeuses sont écrasés vivants et les veaux mâles des vaches laitières sont élevés dans des conditions déchirantes et tués pour leur viande.

Me concernant, j’ai emprunté cette voie pour des raisons de santé, mais l’éthique de nuire à d’autres êtres vivants est ce qui est resté significatif pour moi, et c’est la raison pour laquelle je ne reviendrai jamais à manger des produits d’origine animale. Il est bon de garder cette motivation à l’esprit pendant que vous prenez ce chemin.

Se lancer

Il n’est pas nécessaire de devenir végétarien ou végétalien du jour au lendemain. Comme beaucoup d’autres, j’ai commencé par supprimer la viande rouge et ne manger que de la volaille. Ensuite, j’ai supprimé la volaille et je suis devenu végétarien (je ne suis pas un grand fan de poisson). Ma femme a supprimé la viande rouge, ensuite la volaille, puis a été pescétarienne (seulement du poisson, pas de viande ni de volaille) pendant un certain temps avant de devenir végétarienne. C’est un modèle commun, et cela facilite la transition.

Pour moi, je suis lentement passé de végétarien à végétalien, en supprimant d’abord les œufs, ensuite en buvant du lait de soja au lieu du lait (j’aime vraiment le goût du lait de soja, et non, le soja n’est pas mauvais pour vous). Mais j’ai tenu au fromage le plus longtemps possible, car je ne pensais pas pouvoir l’abandonner. Je l’ai finalement fait lorsque ma femme a décidé de devenir végétalienne en 2012, et, de façon surprenante, il n’était pas difficile d’abandonner le fromage !

Il se trouve qu’il n’y a pas de chemin droit, et il ne faut pas faire les choses d’un coup. Certaines personnes deviennent d’un coup végétariennes ou végétaliennes tout à la fois et se débrouillent bien, mais d’autres adoptent une transition lente pour réussir à ajuster leurs papilles gustatives, découvrir de nouvelles recettes et découvrir la logistique de ce nouveau mode de vie.

Commencez comme il vous plaira, mais juste commencez !

Manger dehors

La personne chère que j’ai mentionnée a eu du mal à sortir déjeuner avec des amis et à trouver un plat végétarien dans le menu. Cela peut être difficile. Voici quelques recommandations :

  1. Faites une recherche de quelques minutes avant d’aller n’importe où. Yelp ou Happy Cow sont vos amis, car vous pouvez trouver des restaurants végétariens qui vous accueillerons vous et vos amis non végétariens. J’aime rechercher les menus en ligne des endroits où je veux aller. Honnêtement, je passe probablement environ de 5 à 10 minutes à faire cette recherche, donc ce n’est pas difficile.
  2. Si vous êtes trop paresseux pour faire de la recherche, certains endroits sont délicieux et ont généralement une nourriture végétarienne : thaï, indien, italien, mexicain (Chipotle est formidable !), et de nombreux endroits asiatiques. En d’autres termes, presque toute cuisine autre que les grills américains ou les restos barbecue.
  3. Si vous n’avez pas fait de recherche, recherchez des plats dans le menu qui peuvent être soit végétariens / végétaliens ou qui peuvent être préparés végétarien / végétalien. Par exemple, une grande salade avec beaucoup de légumes, de haricots et de noix peut être végétarienne si vous leur demandez de laisser tomber le poulet (et le fromage et l’œuf si vous êtes végétalien). Parfois, vous trouverez un hamburger végétarien sur le menu des hamburgers. Dans un restaurant thaïlandais, vous pouvez leur demander de faire du curry de tofu ou du pad thaï sans sauce de poisson et sans œuf.
  4. Un bon restaurant aura souvent un chef qui aime être mis au défi, alors n’hésitez pas à demander au serveur de demander au chef s’il peut faire quelque chose de végétalien pour vous. Souvent, ils pourront faire quelque chose de simple, et de temps en temps ils vous raviront.

En fin de compte, vous développerez lentement une liste mentale des lieux dans votre ville où vous pouvez profiter d’un bon plat végétalien ou trois, et aussi l’habitude mentale de faire quelques recherches avant d’accepter un déjeuner avec quelqu’un.

Préparer de bons plats

Personnellement, je finis par cuisiner ma propre nourriture la plupart du temps, et je ne mange dehors qu’une fois par semaine. C’est moins cher, plus sain, et vous obtenez la nourriture que vous aimez plutôt que ce qu’ils ont à offrir.

Ce n’est pas difficile non plus. Vous pouvez généralement trouver une version végétarienne de ce repas en ligne – j’ai commencé avec des versions végétariennes de chili, de spaghetti, de curry, de tacos, de hamburgers, de pizzas, d’autres pâtes (comme le pesto) et d’autres choses que ma famille et moi avons déjà aimées.

Finalement, j’ai diversifié et essayé de nouvelles recettes, et j’ai exploré un monde entier de cuisine végétalienne. C’était très amusant.

Ces jours-ci, j’ai simplifié. Je prépare des bols simples que je trouve délicieux :

Il y a mille variations de ces bols. Combinez fondamentalement des céréales complètes (comme le riz brun ou le quinoa, ou les pommes de terre si vous le souhaitez) avec des protéines (haricots noirs, pois chiches, tofu, tempeh, lentilles), des légumes (épinards, choux, champignons, brocolis, bok choy, edamame) et une sauce ou des épices. Sain, facile à préparer, délicieux. En famille, nous avons fait des versions de ce bol avec un thème mexicain, thaïlandais, japonais ou indien, par exemple.

Il y a beaucoup de bonnes recettes végétaliennes en ligne ! En voici deux : Vegan Richa, Post Punk Kitchen & Oh She Glow.

Manger chez d’autres

Il peut être gênant au premier abord lorsque vous êtes invité à manger chez quelqu’un d’autre (pour une fête ou une réunion de famille, par exemple) et de ne trouver que de la nourriture non végétale. Mais vous apprenez quelques bonnes stratégies pour faire face à cela :

  1. Offrir d’amener un plat ou deux. J’apporte presque toujours un plat végétalien lorsque je vais manger chez quelqu’un. Je dis juste : « Je vais apporter un plat végétalien ! » Et ils répondent : « Cool ! ». Si j’aimerai avoir un dessert végétalien, j’en fais un et l’apporte aussi. Personne n’objecte – s’ils ne veulent pas le manger, ils n’ont pas à le faire. D’autant plus pour moi. Bonus : lorsque les gens essayent mes délicieux plats et desserts végétaliens, cela leur montre combien être végétalien peut être merveilleux.
  2. En parler à la personne. C’était un peu gênant au début lorsque j’étais invité quelque part et que je devais leur dire que j’étais végétarien (et plus tard végétalien). La plupart des gens ne connaissent pas grand-chose à ce sujet, ils peuvent se faire offenser par l’idée même, et il peut y avoir beaucoup de questions (et de mauvaises blagues). Mais j’ai appris que la meilleure politique était juste de dire aux gens que j’étais devenu végétalien, et que je ne vais pas prêcher là-dessus. S’ils ont des questions, je suis heureux d’y répondre, mais je ne suis pas là pour prêcher. J’aime la vie en étant végétalien. Et oui, il y a les mauvaises blagues qui vous fatiguent … Je vois cela comme une tentative d’alléger leur tension et de rire avec eux.

Maintenant que les gens savent que je suis végétalien, il n’y a pas de conversations gênantes, et ce n’est pas grave.

Ajuster les goûts

Ce qui est étrange c’est que si vous commencez simplement comme un végétalien, vous n’auriez peut-être pas envie d’un tas de nourriture végétalienne, et c’est normal. Mais voici la partie intéressante : vos papilles changent !

Par exemple, je n’ai pas aimé la glace végétalienne ou les « fausses viandes », mais maintenant, je serai heureux de prendre des glaces à base de lait de coco, de crème de noix de cajou, de lait d’amande, de lait de soja – comme friandise occasionnelle. Et même si je ne mange pas de viande végétalienne tous les jours, je pense que certaines d’entre elles sont plutôt bonnes.

Quelques exemples de plus : je n’ai pas aimé le lait de soja avant. Et je déteste le chou frisé. Maintenant, je bois joyeusement le lait de soja tous les jours. Et le chou frisé est l’un de mes aliments préférés (je possède même un T-shirt de chou frisé).

Au début, j’étais coincé avec des goûts familiers, et je les ai simplement modifiés aussi peu que nécessaire pour les rendre végétariens. Mais lentement, j’ai essayé de nouvelles recettes, de nouveaux ingrédients végétaliens, en changeant les choses un peu à la fois. J’ai trouvé que mon esprit s’ouvrait aux nouveaux goûts et bientôt ils devinrent normaux.

Je pensais que la viande me manquerait vraiment, mais ça n’a pas été le cas et ne l’a jamais été. Maintenant, je ne supporte pas de manger de la viande. J’avais l’habitude de penser que je ne pourrais jamais abandonner le fromage, mais ça s’est avéré être le plus simple, quand j’ai décidé que je voulais vraiment être végétalien.

Les papilles sont des choses merveilleuses, dans le sens où elles peuvent changer si vous vous y mettez.

Comprendre la valeur nutritive

Les végétaliens doivent comprendre certaines choses s’ils veulent être en bonne santé en suivant un régime végétalien. Ce n’est pas difficile, mais vous devriez vous renseigner. L’un des plus grands problèmes lorsque les gens deviennent végétaliens et échouent est qu’ils ne reçoivent pas une bonne nutrition parce qu’ils ne se soucient pas assez de lire quelques articles. Ne commettez pas cette erreur.

Il n’y a que quelques éléments nutritifs que vous avez vraiment besoin de connaître : les plus importants étant probablement B12, la vitamine D et l’oméga 3. Si vous mangez beaucoup de légumes, beaucoup d’autres aliments complets, vous feriez probablement mieux qu’avec la plupart des autres nutriments.

B12 est le supplément que devrait avoir tout végétalien – je prends une simple pilule B12 une ou deux fois par semaine, et le lait de soja enrichi est une bonne option. Ne croyez pas au mythe que vous pouvez en obtenir suffisamment par la terre collée aux légumes.

La vitamine D est habituellement facile à obtenir de la lumière du soleil, mais si vous ne partez pas en plein air ou que c’est l’hiver et qu’il n’y a pas de soleil dehors, prenez un supplément de vitamine D. Je prends celui-ci à partir des champignons cultivés à la lumière du soleil.

Une carence en Oméga 3 ne causera pas des problèmes remarquables, mais il semble être bon pour le cœur et le cerveau. Tout le monde peut l’obtenir de l’huile de poisson. Les végétaliens peuvent les obtenir des graines de lin, des noix, de l’huile de canola et d’autres aliments similaires, mais je prends également une tablette quotidienne appelée Ovega-3 qui a un bon mélange d’EPA et de DHA.

Vous pouvez en apprendre davantage en lisant tout sur VeganHealth.org.

Faire face à la famille et aux amis

Dites à votre famille et à vos amis que vous devenez végétalien, afin qu’ils puissent partager votre joie ! En fait, ils vont probablement se moquer de vous, discuter avec vous et ne pas comprendre. C’est bon, tout le monde ne peut pas comprendre.

J’ai quelques recommandations :

  • Ne soyez pas moralisateur. Personne n’aime être prêché, et en fait, ils vont commencer à vous en vouloir et même à défendre leur façon de manger.
  • Soyez patient. Tout le monde ne peut pas comprendre, mais généralement, les gens que vous aimez vont accepter cette nouvelle partie de vous. Juste pas tout de suite, peut-être. Ils ont besoin de temps pour s’y adapter.
  • Soyez aimant. Lorsque vous partagez votre nouveau mode de vie, faites-le avec amour, sans critique. Faites-le avec gentillesse avec le cœur et la voix. Partagez ce que vous pensez que la personne est prête à apprendre, mais n’insistez pas.
  • Riez de leurs blagues. Ne prenez pas les blagues sur les végétaliens de façon personnelle. Les gens peuvent ressentir beaucoup de tension à propos de ces choses, de sorte que les plaisanteries leur permettent de surmonter cela.
  • Ne discutez pas. Si quelqu’un voudrait débattre l’éthique du végétalisme, le débat ne sera probablement pas productif, car ils ont une attitude bien ancrée et qu’ils ne changeront probablement pas. Au lieu de cela, offrez de leur envoyer quelques liens qui répondent à leurs préoccupations, mais disons qu’un débat ne sera pas productif. Si quelqu’un est véritablement intéressé et ouvert d’esprit, partagez ce que vous pensez être approprié.
  • Ne parlez pas d’assassinat alors que les gens mangent. J’ai constaté que les gens ne souhaitent pas que vous parliez de la manière incroyablement inhumaine de traiter les animaux … alors qu’ils mangent les animaux. Cela les rend assez mauvais, sur la défensive et même en colère. Ce n’est pas un moyen d’ouvrir l’esprit des gens. S’ils posent des questions alors qu’ils mangent, il suffit de leur répondre le strict minimum, de sourire et de profiter de votre nourriture végétalienne.

À la fin, l’amour, la patience et la compréhension sont la voie à suivre.

Devenir super sain

Le végétalisme ne doit pas seulement être pour les beaux animaux. Vous pouvez l’utiliser pour devenir aussi super sain.

Voici comment :

  1. Mangez un tas de légumes. Les légumes verts de toutes sortes sont les rois. Ensuite, diversifiez avec les légumes rouges, jaunes et oranges. Blancs et marrons. Soyez le dieu ou la déesse des légumes, et laissez la santé incroyable être votre domination.
  2. Allez vers les aliments complets. En fait, il n’y a pas de bonne définition pour « aliments complets » (bons !) ou « aliments transformés » (mauuuuvais !), C’est juste du genre « je le reconnais quand je le vois ». Mais essayez les aliments qui sont plus proches de leur état naturel. Par exemple, les haricots ont l’air d’avoir été cueillis à partir de leur gousse. Un bagel ne l’est pas. Cela dit, personne ne doit être parfait pour ne manger que des aliments complets – mangez simplement dans ce sens.
  3. Réduisez les déchets. Les Pop-tarts, les sodas, trop de bière, les pains blancs et les pâtisseries, les frites, les bonbons, la plupart des céréales, les aliments préparés surgelés, le fast-food, la plupart des choses que vous pouvez obtenir dans les restaurants à chaîne. Je ne dis pas qu’il ne faut plus jamais manger ces choses-là, mais comme vous vous en éloignez, vous serez en meilleure santé.
  4. Faites de l’exercice. Les exercices abdominaux, le yoga, le vélo, la natation, la randonnée, la course à pied, l’aviron, les haltères, l’escalade, les activités sportives.

C’est à peu près aussi simple. Si vous voulez perdre du poids, faites tout ce qui précède, et mangez autant de légumes verts que possible dans vos repas. Si vous voulez prendre du poids, il suffit de manger plus et d’ajouter des fruits, des noisettes et des huiles à vos repas lorsque vous pouvez.

Quelques mythes à détruire

Il est inévitable que vous alliez à l’encontre de certains mythes communs. Il est bon de faire une petite recherche, car ils ne sont tout simplement pas vrais.

En voici quelques-uns :

  • Les protéines sont difficiles à obtenir (c’est facile)
  • Les plantes ressentent de la douleur (non, elles n’ont pas de système nerveux central ou de cerveau)
  • Nous faisons une faveur à ces animaux en leur donnant une vie (leur vie est courte, bestiale et remplie de cruauté)
  • Nos canines signifient que nous évoluons comme des carnivores (nous ne pouvons pas survivre à un régime carnivore, nous pouvons survivre dans un régime végétalien ou omnivore)
  • Il est coûteux d’être végétalien (les haricots et le riz sont moins chers que la viande)
  • Les régimes végétaliens vous rendent faible (je suis sain et fort, ainsi que beaucoup d’autres végétaliens)

Je ne vais pas dissiper ici ces mythes (et bien d’autres), mais d’autres sites le font vraiment bien.

Profitez, ne faites pas des sacrifices

Être végétalien n’est pas difficile, ce n’est pas un sacrifice, ce n’est pas extrême, et ce n’est pas ennuyeux. Ça peut l’être, si c’est ce que vous voyez.

Moi je le vois différemment :

C’est délicieux.

C’est une joie.

C’est sain, humain, gentil. Bon pour la Terre. Merveilleux à partager.

Je vous souhaite le meilleur dans ce parcours mes amis, en explorant un monde de compassion et d’amour. Faites-le avec vos bras ouverts et vos cœurs remplis d’amour.

Crédit Photo : freshidea

Enregistrer

Tags: , , , , , , , , ,

Un commentaire on Un bon guide pour devenir végétalien

  1. BAMANA dit :

    Merci infiniment Olivier. Depuis des années, j’ai cessé de consommer de la viande parce que je veux devenir végétarien. Mais je ne sais pas faire la cuisines végétarienne. Aussi je vis dans une société dans laquelle presque tout le monde adore manger de la viande. . Votre livre es la bienvenu chez moi. Je vais en faire bonne usage.

Laisser un commentaire

Partagez
Tweetez