En entreprise ou à la maison, le stress est un ennemi que l’on a bien souvent du mal à combattre. Difficile d’être zen quand on a une entreprise à gérer. Entre les salariés à manager, les clients à bien suivre, les projets à livrer … et la compta ! Ah la compta !
Comment alors arriver chez soi et être calme, en apportant toute l’harmonie que l’on souhaite toutes et tous dans notre famille ?
Vous est-il arrivé d’avoir envie d’hurler, à la maison ou en entreprise, tellement le stress était présent ?
Comment ne pas être tenté-e de crier sur sa-son conjoint-e, sur ses enfants, quand on est épuisé-e, stressé-e, fatigué-e ?

Voici 5 habitudes, techniques à avoir pour être plus zen, ou tout du moins moins stressé-e.

Note : cet article a été écrit par Evan Boissonnot, du blog des Parents entrepreneurs.

1. Optimiser son temps

optimiser son temps

Ca y est vous voilà posé-e dans votre canapé. Un peu de repos !

Mais tout d’un coup vous pensez à :

  • L’aspirateur que vous avez oublié de passer,
  • A votre comptabilité que vous n’avez pas faite
  • La douche du dernier qu’il fallait faire (tant pis ça sera demain …)

Pourquoi n’ai-je pas réussi à encore faire ce que j’avais prévu, vous vous demandez.

Et si vous pouviez avoir plus de temps dans votre journée ?
Impossible vous allez me dire : vous n’avez pas une seconde à vous ! Et vous avez bien raison : nos journées de parent entrepreneur sont bien chargées.

Comment alors pouvoir avoir plus de temps en entreprise, à la maison ?
En l’optimisant.

Mais pas de panique ! Je ne vais pas vous sortir des grands théorèmes de management ! (ouff) Vous pouvez continuer à lire cet article.

Prendre son temps et un peu moins

Connaissez-vous Parkinson ?
Par exemple, vous avez à remplir toutes les notes de frais de la semaine, et vous êtes samedi matin.
Avez-vous fixé un temps pour le faire ? Savez-vous combien de temps il vous faut pour le faire ?
Même si vous avez fixé un temps, sachez que vous mettrez à peu près le temps prévu, vous n’irez pas plus vite que prévu (ou très rarement).

Et si je vous disais que vous pouvez diviser ce temps par deux ?
Infaisable, vous m’affirmez.

La loi de Parkinson nous précise que l’on a tendance à mettre le temps qu’on se fixe pour réaliser une tâche.

Ainsi, pour gagner du temps : tentez de vous fixer des délais courts, voire encore plus court.

Fini le multitâche

Après Parkinson, je vous présente une deuxième personne qui va vous aider à gagner du temps : M. Carlson.

Pour optimiser son temps, cherchez à ne plus être interrompu-e.

Facile à dire, vous allez me rétorquer, alors que vous êtes mompreneurs ou bien solopreneur.
Et c’est vrai que c’est compliqué de ne pas être interrompu-e par nos enfants, quand on travaille à la maison, et que l’on souhaite s’occuper de nos enfants.

A vrai dire, en entreprise aussi, on a tendance à être interrompu-e, et même lorsqu’on est dirigeant-e.

  • Un salarié rentre dans notre bureau pour demander de l’aide, un conseil,
  • Un client vous appelle pour savoir où vous en êtes sur son dossier,
  • Un fournisseur vous relance sur la dernière facture,

Alors comment s’en sortir ?

Vous pouvez par exemple proposer des horaires où vous serez injoignable.
Sans réponse au téléphone, sans être contacté-e par un client, ni dérangé-e par un salarié.
Au début vos salariés, vos clients seront surpris, c’est sûr, mais petit à petit ils s’habitueront à vos nouvelles disponibilités.

Et vos mails ?
Et si vous vous mettiez à ne les regarder qu’une seule fois par jour. Vous pouvez appliquer cela aussi à Facebook, et oser même aller jusqu’à enlever l’application de votre smartphone.

2. Savoir lâcher prise

lâcher prise

Accepter et apprendre de ses erreurs

Qui a dit que les erreurs, c’était quelque chose de négatif ?!
Oui, c’est sûr une erreur qui arrive sur un avion peut avoir des effets bien trop graves pour les accepter.

Avoir oublié de cacher le couteau de cuisine à son enfant peut aussi avoir des effets très catastrophiques.

Comment alors accepter d’apprendre de ses erreurs, quand déjà on ne peut pas les permettre.

Et si nous nous mettions dans des conditions où l’on peut accepter et permettre l’erreur.
Reprenons le cas de l’avion : les pilotes ne s’entraînent pas avec de vrais avions, et des personnes dedans. Non, ils vont apprendre sur des simulateurs. Le but : permettre l’erreur, tout en empêchant le drame d’un vrai crash.

C’est la même chose chez soi : permettre à tout le monde, y compris soi même de faire des erreurs dans un climat et un environnement qui permet et accepte l’erreur.

Et puis, vous aussi, vous avez le droit d’être imparfait-e ! Il faut s’en convaincre !
Plus on accepte d’être imparfait-e, plus on arrive à lâcher prise, doucement, petit à petit (ça ne vient pas en un jour).

La règle du 20/80

Accepter de ne pas tout faire dans une journée est aussi un bon moyen de lâcher prise.

Mais je dois absolument faire ma compta ! me criez-vous. Je suis bien d’accord et c’est très important pour son entreprise.
Et en rentrant à la maison, j’ai les devoirs des enfants, vous n’allez pas me dire que ce n’est pas important ? Me questionnez-vous.

Vous avez tout à fait raison.

Si on enchaîne les actions dans la journée, à la maison, sans savoir ce qui est important ou non, il arrivera un temps dans la journée où vous n’aurez pas tout fait.
Ou bien, vous aurez speedé comme un-e malade pour réussir à tout faire.
Tout le contraire de ce que l’on recherche.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Productivité Haiku : Limitez votre semaine de travail

Posez-vous quelques minutes et demandez-vous :

  • Quelles sont les tâches que je fais, qui sont les plus importantes, les plus prioritaires ?
  • Parmi ces tâches, lesquelles si elles sont faites, amèneront 80% de satisfaction pour votre journée ?

Ce sont ces tâches-là que vous devez faire, et uniquement celles-là ! Oui, juste celles-là !

Et si, peut-être, vous avez encore un peu de temps, vous pourrez faire les autres.

3. Améliorer sa communication

améliorer sa communication

S’outiller pour améliorer sa communication

Rien de plus frustrant, de stressant, quand on apprend au dernier moment que son conjoint ou sa conjointe à un rendez-vous de dernière minute.
Pourquoi ne nous a-t-il-elle rien dit auparavant ? Mais pourquoi ?!

En plus, vous aviez prévu de faire prendre la douche du dernier, voilà toute votre organisation qui va devoir être changée.

Aujourd’hui, tout tourne autour de notre smartphone. Le numérique a pris une place très importante, voire prédominante, dans nos vies.
Et si nous en profitions pour l’utiliser pour mieux communiquer dans notre famille.

  • Utiliser l’agenda de votre téléphone

Pour être zen sur les disponibilités de son-sa conjoint-e, utiliser un agenda en ligne, qui se synchronise sur son pc, sur son smartphone, peut être un vrai soulagement.

Et s’il se connecte avec celui de votre conjoint-e, les inquiétudes sur les disponibilités vont s’envoler petit à petit.
Alors prenez l’habitude de partager entre vous tous les rendez-vous importants et impactants.

  • Utiliser Trello

N’avez-vous pas espéré trouver un outil où vous pourrez organiser vos journées, vos semaines avec votre conjoint-e, votre famille, et le tout en ligne ?

Utiliser un outil comme Trello peut être une vraie solution pour être plus zen, pour s’organiser en toute tranquillité en famille.

    • Pouvoir créer des listes pour organiser tout ce qu’il y a à faire,
    • Gérer d’un simple clic tout ce qu’il y a à faire : aucune perte de temps
    • Collaboratif : on peut s’y connecter à plusieurs.

Et Trello est aussi très pratique lorsqu’on a une entreprise, avec ou sans salariés.
Pour soi, il nous permet de tout penser pour notre entreprise; avec ses salariés, pour gérer les projets, organiser les suivis clients, …

Fini les tracas lorsqu’on oublie une tâche à faire, il suffit de la marquer dans Trello.
Oublier le stress de devoir penser à faire les courses, ou la tondeuse le week-end.
Un outil du type Trello vous aidera à bien, et à mieux communiquer pour vous et votre conjoint-e.

Rituels de communication

L’un des clefs de la réussite d’une entreprise, et d’une équipe dans l’entreprise, c’est sa facilité de communication.

Une équipe qui se parle bien, et fréquemment, arrivera à mieux se comprendre, à mieux anticiper les actions à réaliser.

Pour faciliter ces échanges, mettre en place des rituels de communication va permettre à chaque membre de l’équipe de s’habituer à échanger de manière régulière.
On retrouve ici une notion, le rituel, que nous employons pour aider nos enfants à bien s’organiser et à s’autonomiser.
Définir avec eux les rituels du matin, du soir, va aider parents et enfants à déstresser face à des situations souvent vues comme conflictuelles.

Vous pouvez aussi mettre des rituels :

  • En couple : tous les vendredi soir, vous échangez sur la semaine, vous préparez la semaine suivante,
  • En famille : en plus des rituels du matin, du soir, et quand ils deviennent un peu plus grands, vous pouvez mettre en place des réunions de famille pour faire le point sur la semaine passée, pour anticiper la semaine qui va venir.

CNV – Communication non violente

Parler pour ne pas être écouté-e peut vite devenir très frustrant, n’est-ce pas ?
Un mot de travers, une pensée mal exprimée, un besoin non décrit, et vous voilà en colère, et c’est bien normal.

N’y aurait-il pas un moyen de faciliter nos échanges, notre communication ?
Marshall Rosenberg nous a apporté la réponse à cette question, en créant tout un cadre pour faciliter nos échanges : la Communication Non Violente.

Cette approche de la communication est très cadrée, surtout dans la phase d’initiation.
Elle se décompose en quatre temps, temps nécessaires et importants à respecter, pour bien communiquer, bien écouter :

  • Observer la situation sans jugement,
  • Définir ce que l’on ressent, ce que l’autre ressent,
  • Trouver les besoins non exprimés, les verbaliser,
  • Émettre une demande, proposer de recevoir une demande.

Avec une écoute active, sans jugement, et de manière intéressée (au sens, je suis intéressé, à l’écoute, par ce que tu dis), va nous permettre de nous ouvrir vraiment à l’autre.

Bien qu’il soit difficile et lourd de l’utiliser tout le temps, avoir cette habitude va permettre de débloquer des situations difficiles, d’éviter une colère, des reproches, …

Votre enfant commence à ressentir de la colère : observer la situation, aidez-le à définir ce qu’il ressent. Et, au début, trouver avec lui pourquoi il ressent cela, quels sont ses besoins (souvent cachés).

En entreprise, écouter ses salariés, avec une Communication Non Violente, va permettre d’avoir une vraie écoute. Et si déjà vous vous arrêtez à l’étape de l’observation, puis de la définition de ce que l’on a compris, de ce qui a été dit :

  • La délégation fonctionne mieux,
  • Vous êtes en confiance avec vos salariés,
  • Vos salariés sont rassurés, plus sereins, lorsque vous leur demandez quelque chose.

4. Apprendre à déléguer

apprendre à déléguer

Que ce soit en entreprise ou bien à la maison, savoir déléguer, et bien déléguer, va vous mettre en confiance, et vous rendre plus serein, plus zen.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  10 idées relaxantes et gratuites

Or, alors que bien déléguer va vous faciliter la vie dans votre entreprise, à la maison, une délégation mal faite, ou trop rapidement, aura un effet contraire, voire même désastreux. Cela réduirait alors presque à néant les effets positifs souhaités.

Et souvent déléguer ne se fait pas ou peu pour un-e dirigeant-e. Par peur, souvent.

Avoir confiance en soi …

Pour faire confiance aux autres, il faut d’abord se faire confiance.
Cette phrase peut sembler simple au premier abord, et pourtant elle a toute son importance dans la réussite de la délégation.

Si l’on n’est pas sûr de soi, on peut alors tomber dans les travers de la délégation :

  • Ne rien vérifier du tout : être trop laxiste,
  • Tout contrôler et ne pas laisser de liberté au délégué,
  • Ne rien faire ou dire, et tout vérifier après coup.

Et ces travers abîment la confiance que vos salariés, vos enfants, ont en vous.

Enfin, rien de plus stressant que de devoir attendre que son-sa salarié-e ait tout fini, pour vérifier si ce qu’il-elle a fait, est bien fait.

… pour avoir confiance dans les autres

Si l’on veut déléguer, il faut apprendre à bien le faire pour en faire une habitude qui nous permette d’être plus zen.
Un-e salarié-e qui va recevoir un travail délégué par sa direction va se mettre la pression, surtout s’il-elle sait que tout sera vérifié après coup.
Il-elle aura alors moins d’initiative, moins d’envie à bien faire son travail. Avec l’impression de ne faire que ce qui est moins intéressant, ou sans importance, il-elle va perdre petit à petit confiance en lui-elle et envers sa direction.

En ayant confiance en soi, on peut alors avoir confiance en les autres, puisque nous arrivons à bien déléguer, et à être sûr-e du résultat attendu.

Nous nous retrouvons sur un schéma gagnant-gagnant qui profite à tout le monde.

Et ça fonctionne aussi à la maison

La délégation est aussi une habitude à apprendre pour être zen à la maison.

En déléguant à ses enfants des tâches, comme le ménage, vider le lave-vaisselle, … on responsabilise nos enfants.
Si en plus la délégation s’est bien passée, vos enfants sauront exactement ce qu’ils doivent faire (et le résultat attendu).

Et puis, vous pouvez même aller plus loin en les laissant prendre l’initiative sur ce qui est à faire à la maison. Sans attente ou obligation, en toute confiance, cela peut aussi aider à être zen, et plus détendu à la maison … avec une dose importante de lâcher-prise là aussi !

5. Méditer

méditerDernière habitude pour rester zen lorsque l’on est parent et entrepreneur : méditer.

Avec la charge mentale que l’on a, entre les enfants et l’entreprise à penser, vous allez me dire : comment réussir à trouver du temps pour réussir à méditer.
On s’imagine de suite ce vieux sage qui reste des heures, sans bouger, en haut de sa colline.
Déjà pour la colline, c’est bien souvent raté, alors pour le vieux sage, on n’est pas obligé d’attendre autant de temps pour méditer.

Car en fait, il existe différentes formes de méditation.

La pleine conscience

Et pourquoi ne pas commencer à prendre des habitudes de méditations par 5 minutes de pleine conscience par jour ?
5 minutes, ça paraît peu, et pourtant ce moment peut devenir un vrai moment de détente.
Certes, vous n’aurez pas tous les bénéfices d’une longue méditation, mais pourquoi mettre la barre trop haute ?

Et si votre rythme le permet, méditer à heure fixe vous aidera aussi à ancrer petit à petit ce moment de pause, de recentrage en habitude durable et bénéfique.

A quel moment ? Tout dépend de vous :

  • Le faire avant d’aller retrouver vos enfants, le soir,
  • Pratiquer juste avant de commencer à travailler le matin,
  • Juste après le repas du midi, pour faire une coupure, un recentrage.

Marcher pour méditer

Que vous soyez à la campagne ou en ville, marcher durant 10-15 minutes, voire 30 minutes par jour c’est vraiment superbe.
Par exemple, si le temps le permet, et si vous n’êtes pas trop loin de l’école de vos enfants, emmenez-les à pied. Certes, l’aller sera un peu stressant (vite on est à la bourre !) mais le retour sera plus agréable : marcher avec le soleil comme guide, quel bonheur !

Vous n’avez vraiment pas le temps, essayer au moins de marcher une fois par semaine. Le week-end, le dimanche ? A vous de trouver le rythme.

Saviez-vous d’ailleurs que des dirigeants ont mis en place les réunions avec leurs équipes, avec leurs associés, autour d’une marche dans un parc ? (on leur a même donné un nom : les Walk and Talk).
Alors oui, c’est plus difficile de prendre des notes (un bon enregistreur vocal, un dictaphone peut très bien remplacer le bloc note).

Vous allez par contre gagner en confort d’échanges, en diminution du stress, et augmentation de l’attention et de la créativité.

Faire du sport

A priori, comme la marche, faire du sport ce n’est pas une méditation à proprement parler.

Cependant, lorsque vous courez, que vous faites du badminton, du squash, (ou tout autre sport), cela a, au moins, deux avantages :

  • Vous restez concentré-e, attentif au jeu d’équipe, à la balle, au volant. Bref, vous ne pensez qu’à une seule chose : profiter de votre sport,
  • Vous vous dépensez, et ça, ça vaut de l’or. Vous évacuez le stress de la journée, vous êtes plus apaisé-e par la suite.

Evan Boissonnot, du blog des Parents entrepreneurs.

Tags: , , , , , ,

Un commentaire on Les 5 habitudes des parents entrepreneurs pour être zen en entreprise et à la maison

  1. Merci pour tous tes conseils Evan. C’est un article très bien fourni, clair et précis! Je me sens déjà plus zen rien que de l’avoir lu… et demain matin, je mets en action ;)!

Laisser un commentaire