Lors de mon dernier séjour au Québec, j’ai eu la chance d’être initié à un rituel amérindien. Celui-ci a eu lieu en pleine nature, dans une tente appelée hutte de sudation.

Dans les grandes lignes, le principe est comparable à un sauna finlandais. Des pierres chaudes sont disposées dans un espace confiné et aspergées d’eau, ce qui produit de la vapeur. Par contre, l’expérience en tant que telle est beaucoup plus profonde puisqu’il s’agit d’une cérémonie spirituelle. hutte de sudation rituel amérindien

Pour ma part, j’ai voulu tenter la « suerie », autre nom donné à ce rituel, auprès d’un chef amérindien. Par contre, si vous vivez en France et que vous voulez aussi être initié, je sais qu’il existe des huttes de sudation à Paris et en Bretagne.

Comme toujours, j’aime partager avec vous mes découvertes. Voici donc mon témoignage et mon avis sur ce rituel traditionnel autochtone.

Le début de la cérémonie

La cérémonie a été dirigée par Dominique Rankin, chef héréditaire algonquin, qui a été initié pendant des décennies par ses aînés. Cette initiation a, en effet, été très longue puisqu’il l’a commencé à l’âge de 10 ans et que ce n’est qu’à 58 ans qu’il est devenu un homme médecine autonome. dominique rankin rituel amérindien

Nous avons commencé assez simplement, en discutant et en pratiquant différents petits rituels. Durant l’un d’eux, nous devions choisir un animal dans un chapeau. Dominique nous a ensuite expliqué les différents attributs et qualités de celui-ci. J’ai trouvé la métaphore intéressante puisqu’elle nous a permis de réfléchir à notre propre vie, sous le prisme de cet animal.

La veillée du feu sacré

Le soir même, entre 18 h et 9 h du matin, nous avons fait la « veillée du feu sacré » . Durant cette veille, chaque personne du groupe s’est occupée individuellement du feu pendant une heure et demie. L’ordre a été déterminé totalement au hasard. Pour ma part, je me suis retrouvé à le surveiller entre quatre et cinq heures et demi du matin. Malgré le fait que je ne suis pas un lève-tôt, j’ai trouvé l’expérience extraordinaire.

J’ai donc alimenté ce feu durant une heure et demie, pour qu’il continue à brûler et à donner de la chaleur pour moi et pour la personne qui suivait. Ce fut également l’occasion de méditer et de passer un moment tout seul.

Dominique m’avait recommandé une méditation sur les quatre points cardinaux. Celle-ci commençait par l’Est avec le levé du soleil, et passait par chacune des directions.

Honnêtement, l’idée ne m’a pas trop parlé. J’en ai donc profité pour expérimenter une méditation que je voulais faire depuis longtemps. Il s’agissait de me remémorer chaque année de ma vie, en commençant par mes tous premiers souvenirs. Cette méditation m’a permis de me réconcilier avec certains évènements de mon passé, et de faire des liens entre d’autres.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Les 10 avantages de se lever tôt, et comment le faire

Le temps est très vite passé et l’expérience fut mémorable. La voûte étoilée, la lune et les magnifiques flammes du feu ont été un excellent support pour méditer. J’aurais pu rester comme ça pendant des heures.

La construction de la hutte de sudation

La première étape du rituel de sudation consistait à construire cette fameuse hutte. Pour cela, nous avons enfoncé des branches dans la terre grâce à une barre à mine (vive la modernité !). Celles-ci avaient déjà été préparées, mais il s’agissait de branches que nous aurions facilement pu retrouver dans la forêt.

Une fois plantées en cercle, nous les avons pliées et attachées ensemble de manière à ce qu’elles forment un dôme. Ensuite, nous les avons recouvertes de plusieurs couches de toile afin que la lumière ne puisse pas passer.

Au milieu de la hutte, nous avons creusé un trou pour pouvoir y placer les pierres chaudes. Enfin, nous avons recouvert le sol de feuilles de fougères qui, soit dit en passant, sentaient extrêmement bon.

Les bienfaits et dangers de la hutte de sudation

Le principe du Matato

Le Matato, nom Anicinapek de cette cérémonie, existe depuis des millénaires. Il s’agit d’un rituel à la fois d’ordre thérapeutique et spirituel. Dans la tradition, celui-ci ouvre une porte sur le monde des esprits, permettant ainsi de purifier les participants.

Le but de cette cérémonie est de nous permettre de nous libérer de certaines douleurs émotionnelles. Cependant, même si elle est réalisée dans un objectif de bien-être, elle n’en est pas moins inconfortable.

En effet, la chaleur intense dégagée par les pierres peut causer de la douleur et des malaises. Il arrive même que certaines personnes tombent en déshydratation. C’est pourquoi il est important de le faire avec quelqu’un d’expérimenté.

Mon expérience personnelle

Moi-même, j’ai vécu un moment d’angoisse particulièrement intense au moment où la porte s’est refermée.

Je n’avais jamais fait l’expérience de crises de panique de toute ma vie, et je ne m’attendais clairement pas à ce que cela arrive à cet instant. J’ai quand même réussi à me contenir en prenant de grandes respirations. Puis, celle-ci a fini par s’atténuer lorsque Dominique a commencé à chanter, pour finir par disparaître très rapidement.

J’ai déjà entendu des témoignages de personnes qui auraient vécu le même genre d’émotions une fois la hutte fermée. Notamment celui d’une amie québécoise qui m’a raconté qu’elle avait été incapable de rester dans la tente lorsque la crise d’angoisse s’est emparée d’elle. Cette sensation n’est donc pas si rare, et elle peut arriver à tout le monde.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Profitez de la vie maintenant ET économisez pour plus tard, ou, Pourquoi la gratification retardée est une fausse dichotomie

Si un jour vous vous retrouvez dans cette situation, je vous conseille vraiment de rester à l’intérieur jusqu’à ce que les chants commencent. En effet, c’est en me raccrochant à eux que j’ai pu me sortir de cette crise.

Dans la hutte de sudation

Dans la hutte de sudation, il faisait totalement noir. Nous étions dix participants, en maillots de bain pour les hommes et en robes pour les femmes.

Une fois l’angoisse disparue, j’ai pu pleinement profiter du rituel. Nous nous sommes mis à suivre les chants qui ressemblaient beaucoup à des chants primitifs. Même si nous chantions de manière tout à fait aléatoire, nous essayions d’harmoniser nos voix. À ce moment-là, je me suis vraiment senti connecté aux autres.

Je m’attendais à ce que l’on reste dans le noir tout au long des deux à trois heures pendant lesquelles durait le processus. Cependant, à chaque fois que l’on avait terminé avec un point cardinal, on ouvrait la tente pour laisser sortir la chaleur. Le Gardien du feu, la personne en charge de veiller sur le feu, apportait alors de nouvelles pierres. Pendant ce temps, nous en profitions pour boire une gorgée d’eau chacun. Pas plus.

Tout au long du rituel, Dominique nous dispensait des enseignements et proposait des méditations, tout en arrosant les pierres pour produire de la vapeur.

Le symbolisme de la hutte de sudation

Symboliquement, ce processus nous met en scène en tant qu’être humain dans le ventre de la mère nature. La hutte de sudation représente l’utérus grâce auquel nous redevenons des fœtus. Nous expérimentons donc une renaissance.

Étant donné que j’ai déjà une démarche de développement personnel qui m’a permis de résoudre pas mal de problèmes, cela ne m’a pas autant apporté qu’à une personne qui n’a jamais fait de travail sur elle. Même si clairement, je suis encore loin d’avoir tout résolu. Cependant, j’ai pu découvrir d’autres aspects de ma personnalité grâce à cette expérience.

Le lendemain, lorsque nous nous sommes rassemblés, il était intéressant d’entendre ce que chacun avait retiré de cette cérémonie. hutte de sudation cérémonie

Au final, je suis vraiment reconnaissant d’avoir pu participer à un tel rituel. D’autant plus que même pour les Québécois, il n’est pas courant d’être initié à la hutte de sudation. J’ai ainsi eu la chance de découvrir une infime partie des traditions amérindiennes.

Si un jour, vous avez l’occasion d’expérimenter la hutte de sudation, je vous le recommande sans hésiter.

Avez-vous déjà vécu une expérience spirituelle de ce genre ? Si oui, n’hésitez pas à me la partager dans les commentaires.

Tags: , , , , , ,

4 commentaires on Hutte de sudation : témoignage de mon expérience amérindienne

  1. Lynpixx dit :

    Bonjour,
    Cela doit être une expérience très intéressante et un peu magique à vivre, surtout pour la reconnection avec la nature, par contre, la chaleur à l’intérieur doit être difficilement supportable, je ne crois pas pouvoir le faire… mais bravo à vous pour avoir osé et nous faire part de ce moment très spécial.

  2. Jung dit :

    Superbe expérience et magnifiquement racontée. En effet, recréer le lien avec la nature par un rituel aux dimensions spirituelles est quelque chose qui m’attire profondément.
    Merci de m’avoir fait découvrir cela.

  3. Sam dit :

    Bonjour Olivier,
    Dans cette dynamique, j’ai expérimenté aussi la recherche d’animal Totem, la connexion à la Terre, et dans d’autres “mouvances” spirituelles, des expériences de transformation avec le feu. Dans tous les cas, c’est bien d’avoir déjà parcouru un peu de chemin pour se connaître.

  4. Waouhh! Ca doit vraiment être une expérience très intense. Tu as de la chance d’avoir pu le faire avec un homme médecine expérimenté. Je salue ta détermination, et j’imagine bien la crise de panique. Ca doit être chaud, au sens large comme au figuré! Pour ma part, bien qu’ayant suivi une initiation chamanique durant plusieurs années, je n’ai jamais fait de hottes de sudation pour les raisons que tu évoques, à savoir qu’il faut être très bien encadré. Leurs rituels sont puissants. J’ai fait un rituel au tambour autour d’un énorme feu de camp, et l’énergie était déjà bien présente. Merci pour ce beau partage.

Laisser un commentaire