habitudeVotre journée est en cours, et vous avez l’impression d’être un critique constamment à la recherche de choses à évaluer et à couvrir d’éloges.

« T’es-tu entrainé ? » Excellent travail Léo ! « As-tu passé beaucoup de temps sur YouTube ? C’est mauvais Léo ! « As-tu constaté que tu te ramollis physiquement tout à l’heure en passant devant le miroir ? » C’est décevant Léo !

Tout ce que nous faisons devient une chose à évaluer : sommes-nous dignes de recevoir des éloges ou des critiques ?

Nous avons l’habitude mentale d’évaluer constamment tout ce que nous faisons, pour voir si nous sommes dignes ou non d’éloges ou de récompenses. D’ailleurs, nous le faisons aussi avec les autres personnes ainsi qu’avec toutes les situations que nous traversons en général — tout est évalué comme « bon » ou « mauvais ».

Cette habitude mentale de tout évaluer — même si elle est tout à fait normale et naturelle — est en fait assez néfaste.

Pourquoi ?

Parce que chaque fois que vous vous évaluez, vous entamez votre bonheur.

Voici ce qui se passe :

  1. Votre journée évolue normalement, vous travaillez.
  2. Votre esprit est constamment en train d’évaluer : est-ce que ce que j’ai fait est bien ou pas ? Suis-je digne de recevoir des éloges pour cela ?
  3. Toutes les fois que vous accomplissez une chose digne d’éloges, vous êtes heureux ! En fait, vous avez rarement le temps d’être heureux pour cela. En règle générale, vous penserez à toutes les autres choses que vous n’avez pas encore faites, vous ne prendrez pas le temps de penser et de profiter de ce que vous avez déjà accompli. Peut-être pensez-vous que ce que vous avez fait est bien, mais vous estimez que cela devrait être mieux, ou que vous devriez en faire plus. Il peut aussi arriver que vous ayez plutôt peur de perdre ce que vous avez déjà gagné, de tout gâcher à la prochaine occasion. Du coup, vous êtes peu sûr de vous, même si vous avez réalisé quelque chose de bien.
  4. Lorsque vous faites une chose passible de reproches, vous n’êtes pas content de vous-même, et cela se produit la plupart du temps.

Il est donc évident que cette habitude mentale ne nous aide pas. Elle nous fait constamment nous sentir mal à l’aise à propos de nous-mêmes, imparfaits, frustrés ; comme si nous faisions mal les choses.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Bougez-vous les fesses : 16 moyens de rester motivé quand vous êtes sur la pente descendante

Pourquoi faisons-nous cela ? Pour la simple raison que nous voulons être dignes d’éloges. Nous sommes incertains de notre valeur, alors nous nous posons constamment la question. Et, nous ne sommes généralement pas à la hauteur, car nous nous comparons à 1) toutes les personnes qui réussissent à bien faire les choses, 2) notre idéal sur la façon dont nous devrions faire les choses (spoiler : parfaitement, en prenant en compte tous les petits détails), et 3) ce qui, selon nous, impressionnerait les autres. Il est impossible de tenir la comparaison avec ce genre d’idéaux.

Une habitude mentale différente

Si l’habitude qui consiste à évaluer constamment tout ce que nous faisons ne nous est pas utile, que pouvons-nous faire à la place ? Comment pouvons-nous changer ? Est-ce que c’est possible ?

Je dois admettre qu’il n’est pas aisé de changer une habitude mentale. Nous sommes supposés savoir ce qui se passe et être constamment vigilants. Toutefois, il arrive que nous ne soyons pas toujours conscients et vigilants, alors nous nous montrons sévères envers nous-mêmes. Ce moment est bien sûr une opportunité d’apprendre à nous défaire de cette tendance à vouloir toujours nous évaluer !

Ce que je recommande plutôt, c’est de trouver de la gratitude et du contentement en ce moment. Oui, c’est bidon, ringard, banal, etc. Et pourtant, c’est efficace, c’est même très efficace.

Voici comment cela fonctionne :

  1. Vous faites une tâche pendant la journée.
  2. Vous vous surprenez en train de vous juger vous-même : « J’ai été paresseux aujourd’hui ! »
  3. Vous remarquez : « Ah, je commence encore avec cette mauvaise habitude. » Ne perdez plus une seconde de plus sur cette habitude.
  4. Au lieu de cela, marquez une pause et trouvez un moyen d’être reconnaissant pour une chose en ce moment, une chose à propos de vous-même ou de votre vie. Vous trouvez un moyen de vous contenter de ce que vous avez, de qui vous êtes et de ce qui se passe actuellement. Vous expérimentez les sensations de ce moment, au fur et à mesure qu’elles se produisent.

Peu importe si vous étiez nul dans ce que vous faisiez, ou si vous aviez été paresseux ou encore si vous aviez cédé à la procrastination ou même si vous avez oublié de faire quelque chose. Mieux, peu importe si vous avez fait quelque chose de bien — votre gratitude et votre satisfaction ne dépendent pas de la façon dont vous faites quoi que ce soit. Vous pouvez faire quelque chose de bien et être reconnaissant et content, ou vous pouvez faire quelque chose de mal et être reconnaissant et content.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  20 choses que j'aurai aimé savoir quand j'ai commencé à faire ma vie

Quelques exemples pour illustrer cette approche :

  • Je viens de terminer la rédaction d’un article pour mon blog Habitudes Zen — C’est fantastique ! Je ne vais pas perdre mon temps sur la vieille habitude de l’évaluation, et au lieu de cela, je vais remarquer ce qui se passe en ce moment. Il fait beau dehors. Mon corps est fatigué. J’ai un beau toit au-dessus de ma tête, et je viens de manger un délicieux repas. Je suis reconnaissant pour ces choses. Je suis reconnaissant pour mes enfants, ma femme, ma famille, mes amis, mes lecteurs, la vie en général ! Tout cela est vrai, que j’aie écrit l’article ou non.
  • J’ai perdu du temps à lire les nouvelles publications de mes sites Web préférés au lieu de faire mon travail — c’est nul ! Encore une fois, je ne vais pas perdre une seconde de plus sur cette habitude. Une fois de plus, je m’arrête et je remarque ce qui se passe en ce moment : je respire, un petit bruit s’échappe du réfrigérateur, je vois des écureuils dehors, je me sens impatient, et je suis reconnaissant pour tout cela et bien plus encore (la musique, par exemple, est géniale !).

Vous pouvez adopter cette approche à tout moment, quoi qu’il arrive : votre père est en train de mourir à l’hôpital, vous êtes en retard à une réunion, vous venez de manquer votre train, vous avez un nouvel abonné sur votre chaine YouTube, vous venez de déguster de délicieuses glaces végétaliennes. Abandonnez l’habitude de l’évaluation et optez pour la gratitude et le contentement.

Pratiquez cette nouvelle habitude en gardant quelque chose de visible près de vous (un petit dessin que vous avez fait, un cadeau de votre fille, une fleur que vous avez trouvée sur le trottoir à l’extérieur, une pierre que vous aviez prise d’une rivière lors de votre dernière randonnée) pour vous rappeler votre nouvelle habitude mentale. Appliquez cette approche quand vous faites une méditation de 2 minutes le matin. Appliquez-la chaque fois que vous remarquez que vous vous sentez démotivé, frustré, déprimé, débordé.

Comme un bon ami, l’habitude de la gratitude et du contentement ne vous décevra jamais.

Note : Cet article est une traduction de l’article The Destructive Habit of Evaluating Everything We Do de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article !

Tags: , , , , ,

Laisser un commentaire