Je me suis intéressée à cette pratique après avoir expérimenté ses bienfaits. En effet, c’est quand nous avons commencé à mettre en place une routine du soir (sans le savoir à l’époque), que notre fille alors âgée de 8 mois à commencer à faire ses nuits. Je ne me pose pas dans cet article en tant qu’expert mais en tant que maman de deux enfants et tata deux fois et je souhaite uniquement vous apporter ma vision des choses… et ma petite expérience !

Cet article invité a été écrit par Céline du blog Famille durable.

Les enfants ont besoin d’un cadre

Pour être rassurés, les enfants ont besoin de cadre. Dans les jeux qu’ils entreprennent, dans les activités qu’ils créent, les enfants ont beaucoup de liberté. Cette liberté est nécessaire à leur développement car c’est ainsi qu’ils apprennent et qu’ils développent leurs capacités. Cependant, aussi surprenant que cela puisse paraître, pour maintenir cette liberté et cette soif d’apprendre, les enfants doivent être encadrés. Lorsque je parle de cadre je pense à plusieurs choses :

  • Les adultes doivent se tenir à proximité des enfants : je ne parle pas ici de la proximité visuelle pour garantir leur sécurité mais plutôt d’une présence permettant à l’enfant de conforter ses acquis, de poser des questions… cela permet aussi aux enfants d’être sûrs que si une difficulté survient, une aide lui sera apportée, il peut ainsi oser plus de choses,
  • Un minimum de règles doit être posé : chez nous par exemple, ma fille de quatre ans est très autonome en rentrant de l’école. Néanmoins, le retour à la maison est rythmé par quelques règles simples qui assurent la transition entre ces deux univers : poser le manteau et les chaussures au même endroit, mettre les chaussons et se laver les mains. C’est tout ce que nous lui demandons avant qu’elle puisse se lancer dans ses activités… mais il n’y a pas d’exception à ces quelques règles !

routines des enfants besoin de cadre

Les enfants ont besoin de monotonie

Chez les adultes, le mot routine est synonyme d’ennui. Or des recherches récentes en neurosciences, menées par la neuroscientifique Susan Greenfield, nous montrent que notre cerveau a besoin de s’ennuyer. C’est uniquement dans ces circonstances que certaines connexions neuronales se font et que tout notre potentiel peut vraiment se libérer.

Les enfants sont constamment en mouvement, ils font un milliard de découvertes, d’apprentissages à la seconde. Les routines permettent de rompre avec ces nouveautés qui les assaillent en permanence. Les routines installent une certaine monotonie à des moments clés de la journée qui les calment et les structurent.

L’exemple le plus frappant pour ma part, a été le moment où nous avons commencé à rythmer le moment du coucher pour notre fille, âgée à ce moment-là de 8 mois suite à la lecture d’un livre sur le sommeil. À l’époque, nous n’avions pas eu une seule nuit pleine depuis sa naissance et, la fatigue aidant, nous étions, mon mari et moi, au bout du rouleau. Le livre préconisait notamment la mise en place d’une routine du coucher, à laquelle se tenir contre vents et marées, quel que soit le lieu où bébé dort. Nous avons donc décidé de nous lancer dans cette routine du soir : coucher à la même heure tous les jours, répétition des mêmes gestes, des mêmes paroles, des mêmes chansons dans le même ordre. Quelques jours après, les nuits se sont faites plus calmes et plus longues, mais surtout, nous avons continué à appliquer une routine similaire mois après mois et la petite à aujourd’hui un sommeil très facile (NB : à plus de 4 ans, nous lui appliquons toujours une petite routine du soir).

Les lecteurs de cet article ont également lu :  De la compassion pour nos enfants

Les enfants raffolent d’autonomie

L’âge d’or de l’autonomie se situe vers l’âge de trois ans mais globalement c’est une compétence que les enfants réclament de développer tout au long de leur vie.

La mise en place de routines, à savoir répéter la même succession de tâches dans un même contexte, accentue l’autonomie des enfants. En effet, ils enregistrent plus facilement ce qu’il faut faire si cela se passe toujours de la même manière. Ils peuvent ainsi anticiper ce qui vient ensuite sans l’aide d’un adulte et se débrouiller seuls. Ils sont moins frustrés et donc plus zen !

routine enfant autonomie

 

Les routines comme outil d’organisation familial

Installer des routines chez nous, a permis de répondre à deux exigences :

  • La volonté de ma fille d’être toujours plus autonome, de pouvoir faire seule des tâches quotidiennes récurrentes,
  • Notre volonté de parents de ne pas perdre trop de temps dans l’exécution de certaines tâches quotidiennes récurrentes.

Grâce aux routines du quotidien, notre fille se débrouille seule pour se préparer pour aller au lit, ce qui fait que nous pouvons nous occuper plus facilement du deuxième ou finir de ranger la maison sans retarder l’heure du coucher le tout dans une ambiance assez zen pour chacun.

De plus, qui n’a jamais constaté que les routines peuvent avoir du bon dans l’enchaînement de certaines tâches inintéressantes et répétitives. Nous sommes plus efficaces car nous n’avons pas à réfléchir à nos gestes, ils se font mécaniquement. Nous nous épuisons moins et gardons notre énergie pour des occupations plus stimulantes.

Si nous sommes plus efficaces, que nous dépensons moins de temps et d’énergie, nous sommes automatiquement plus zen !

routines en situation

Les points de vigilance : pas de routine pour la routine

Les routines sont nécessaires pour les enfants et aidantes pour les adultes, attention toutefois aux dérives.

Comme je le disais au début de cet article, les routines sont intéressantes (et nécessaires) dans certains contextes. En dehors de ces situations, nous devons laisser place à la spontanéité et aux imprévus. La gestion de ces derniers est fondamentale si vous voulez que votre enfant développe une bonne capacité d’adaptation.

La routine, comme succession de tâches, est une ligne de conduite à suivre, elle ne doit pas devenir la ligne blanche impossible à franchir. Vous devez avoir la capacité (et la transmettre à votre enfant), de franchir la ligne lorsque cela est nécessaire. Par exemple, certains matins, notre fille fatiguée, rechigne à mettre ses bottes ou elle décide qu’aujourd’hui elle veut petit-déjeuner avant de s’habiller (alors que la routine indique le contraire). Nous la laissons faire car le lendemain la plupart du temps, tout rentre dans l’ordre. Lâcher prise sur certaines choses nous rend plus zen et évite un conflit inutile et fatiguant pour tout le monde.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment faire de Gmail votre centre ultime de productivité

Enfin, dernier point de vigilance, pensez à faire évoluer les routines de vos enfants en fonction de leurs âges. Si vous souhaitez que votre enfant la réalise seul, elle doit comporter bien sûr, des tâches qu’il est capable de réaliser. Si votre enfant a du mal à s’y faire c’est peut-être que votre routine n’est pas assez stimulante : dans ce cas, relevez le niveau pour qu’il ait la sensation de relever un défi.

Petit exemple : la routine matinale

C’est ce que doit faire un enfant de son réveil jusqu’au départ de la maison pour aller à l’école ou chez la nounou.

Chez nous, elle comporte cinq étapes que notre fille peut réaliser seule :

  • Aller aux toilettes
  • Se laver les mains
  • Petit-déjeuner
  • Se laver les dents
  • S’habiller

Pour l’aider, nous avons affiché cette routine en images dans la salle de bain à sa hauteur. Comme cela elle peut s’y référer si elle ne sait plus ce qu’elle doit faire après telle ou telle tâche. Cet affichage lui permet d’enregistrer plus facilement sa routine mais également d’être plus autonome dans sa réalisation.

routines enfants

Petit exemple bis : la routine avant d’aller se coucher

C’est ce que doit faire un enfant de la fin de son repas à son coucher. Chez nous, elle comporte six étapes :

  • Aller aux toilettes
  • Se laver les mains
  • Se laver les dents
  • Se mettre en pyjama
  • Lire une histoire
  • Aller se coucher

Cette routine est affichée au même endroit que la routine du matin dans la salle de bain. Nous évitons ainsi beaucoup d’injonctions, comme “maintenant va te laver les dents”, souvent mal vécues par les enfants quand elles sont répétées systématiquement (surtout sur un ton pas toujours agréable quand on est en parallèle en train d’essuyer la énième régurgitation du petit frère )

Ces deux routines ont rendu nos matins et nos soirs plus zen. Mettre en place cette nouvelle habitude peut paraître insurmontable mais rien ne vous oblige à commencer ainsi. Démarrez avec une ou deux tâches que vous réaliserez avec votre enfant. Au bout de quelque temps, laissez-le faire seul et ajoutez quelques tâches une fois que vous avez le sentiment qu’il peut les assimiler !

Et vous, quelles routines ont transformé votre foyer ?

Céline du blog Famille durable

Tags: , , , , , , ,

2 commentaires on Les routines : une habitude à prendre pour un foyer zen

  1. Delpech dit :

    Mille merci pour mon rôle de mamie à faire diffuser chez les 3 foyers de mes enfants pour mes petits enfants

    • Céline dit :

      Bonsoir,
      De rien ! Je suis heureuse de savoir que mes expériences peuvent servir à d’autres. N’hésitez pas à partager les vôtres !

Laisser un commentaire

Partagez
Tweetez