Perdre du poids est une chose très simple et à la portée de tous. Pourtant cela se révèle rapidement être un véritable parcours du combattant pour la majorité d’entre nous. Cette lutte peut même durer toute la vie.

En théorie, la formule mathématique pour maigrir est simplissime : il suffit de consommer moins de calories que ce que notre corps en dépense. Cet écart, appelé déficit calorique, va permettre de réduire notre masse grasse petit à petit, et donc, de perdre du poids.

Alors pourquoi n’arrivons-nous pas à appliquer un principe aussi simple ? Pourquoi n’arrivons-nous pas à maigrir sainement et à être bien dans notre corps ? Parce que notre conception de la perte de poids est complètement erronée !

Note : Cet article invité a été écrit par Aby du blog Mes kilos s’envolent.

stop les régimes

Il suffit de faire un tour sur Internet ou de lire les gros titres de la presse pour se faire une idée des stéréotypes qui circulent sur le sujet de l’amincissement. À coup de matraquages publicitaires, de clichés et de bon marketing pour vendre des produits dits “miracles”, nous finissons tous par croire, à tort, que :

  • Il existe une formule magique universelle pour maigrir (régimes, gélules, crèmes, patchs minceur …)
  • Il faut s’affamer et se priver de manière draconienne pour perdre du poids
  • Il faut s’interdire toute la nourriture plaisir et se nourrir principalement de plats sans saveur, sans sauce, et de légumes vapeurs

Ces stéréotypes sont tous faux ! Ils entretiennent des comportements qui vont à l’encontre d’un amincissement durable et constituent des obstacles majeurs pour maigrir en se réconciliant avec son corps.

maigrir sans regime

Savais-tu qu’en cas de privations excessives, notre corps enclenche des réactions métaboliques à la chaîne pour lutter contre cette perte de poids ? Savais-tu qu’en cas de perte de poids trop rapide notre corps met tout en œuvre pour regagner le poids perdu ? Et que ces réactions perdurent des années après l’arrêt du régime ? Aussi, pour retrouver la ligne durablement et cesser de stresser notre organisme à répétition, tirons un trait sur les régimes et construisons un nouveau chemin vers la minceur en étant “bien dans sa tête et dans son corps.

Cette décision, je l’ai prise l’été dernier. Et en explorant ce nouveau mode de comportement alimentaire, loin des préjugés classiques, j’ai réussi à instaurer au fil des mois un cercle vertueux. En 11 mois, mon rapport à la nourriture s’est complètement transformé et j’ai perdu plus de 10 kg. Bye bye la frustration, je me suis nourrie de tout ce qui me faisait envie, que ce soit une bonne salade de légumes croquants ou encore de mon péché mignon : les burgers !

Les lecteurs de cet article ont également lu :  5 excellentes raisons de manger plus lentement

Comment instaurer un cercle vertueux pour mincir et s’épanouir ?

Étape 1 : Je me réconcilie avec moi-même et je prends l’engagement d’arrêter de me faire du mal à travers des croyances et des comportements alimentaires excessifs !

Comme je viens de l’écrire quelques lignes au-dessus, il est grand temps de mettre à la poubelle les croyances accumulées depuis des années sur la perte de poids. L’adage “il faut souffrir pour être belle” n’a pas lieu d’être. Il est utopique de penser qu’il faille s’engager sur un parcours de souffrances et de frustrations pour enfin gagner le droit de se sentir bien dans son corps au bout de la route. Oui, il est possible -et même sain- de maigrir en mangeant à sa faim des bonnes choses pour le palais ! Donc, stop la culpabilité, stop les allers-retours entre privations excessives et pertes de contrôle de la fourchette.

Étape 2 : J’identifie les véritables besoins qui se cachent derrière mes surconsommations d’aliments ou de plats trop gras et trop sucrés. J’élabore une réponse plus appropriée et plus saine pour répondre à mes besoins initiaux.

Il ne faut pas non plus se voiler la face. Les kilos ne vont pas s’envoler comme par magie sans rien changer à l’alimentation et l’hygiène de vie qui ont généré leur apparition. Il est donc important de regarder, sans jugement et sans culpabilité, la façon dont nous nous nourrissons. À travers cette observation, il est fondamental de trouver pourquoi nous mangeons de cette façon-là. Dresser un état des lieux alimentaire seul ne suffit pas. Celui-ci va nous permettre de nous poser les bonnes questions.

Une fois l’habitude la plus inadaptée identifiée, contrairement aux régimes, il ne s’agit pas de tenter de l’éradiquer à tout prix. Recherchons à comprendre pourquoi cette habitude existe. Quelles sont les raisons qui me poussent à consommer trop de tel aliment ? Le manque d’idées ? Le plaisir ? La facilité ? En comprenons la cause sous-jacente, nous désamorçons la problématique sans générer de conflit émotionnel ou psychique. A terme, il est résulte donc forcément un mieux être.

remplacer les sodas

Je vais illustrer cela avec ma petite histoire. En faisant le point sur mes habitudes, j’ai remarqué que je buvais beaucoup de sodas. Est-ce que j’aimais tant que ça en boire ? Non. En réalité, j’en consommais lorsque j’avais envie de boire très frais et parfumé. Et le soda était la boisson la plus facilement accessible pour répondre à cette envie. En creusant un peu plus le sujet, j’ai identifié deux causes qui me faisaient consommer du soda. La première, environ 80% du temps, mon envie de boire frais et parfumé. La deuxième, les 20 % restants, parce que j’avais réellement envie d’en boire. En répondant d’une façon plus saine à la première cause, j’ai pu réduire naturellement ma consommation ! Ainsi, celle-ci est passée de 12 canettes par mois à seulement 1 à 2 canettes par mois sans aucune sensation de manque. J’y ai gagné en plaisir gustatif et en variété puisque maintenant je consomme une multitude d’ eaux de fruits et des thés glacés maison, le tout, sans aucun sucre ajouté !

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Réfléchissez, agissez et maigrissez!

Étape 3 : Je laisse le temps à mon corps de perdre du “vrai” gras

Si nous entamons une démarche de perte de poids, c’est parce que nous voulons en général réduire notre masse grasse. Il faut savoir qu’un kilo de gras représente 9000 calories. Rappelons-nous que pour ne pas stresser notre organisme et le pousser à réagir à l’inverse sur le long terme, le déficit calorique journalier ne doit pas être trop important. Aussi, cette perte de poids prendra donc un peu de temps à se manifester et aura une progression plus lente que les promesses annoncées pour les régimes. Adieu donc la pesée quotidienne. Les effets de la perte de poids vont s’affirmer au fil des mois. Cela peut être déstabilisant et décourageant puisque la société nous habitue à avoir ce que nous voulons tout de suite.

La bonne nouvelle, c’est que nous y gagnons au change. Bye bye frustrations, privations et mal-être émotionnel qui en découlent. Tout ceci laisse la place à une meilleure compréhension de soi et de son rapport à la nourriture, à la découverte de nouvelles saveurs et surtout, à la satisfaction de voir son corps se transformer au fil des mois sans efforts !

Aby de Mes kilos s’envolent

Photos : Pixabay

Tags: , , , , ,

Laisser un commentaire