Nous sommes toujours en train de courir pour être plus heureux. Pour atteindre ce Saint Graal, nous luttons contre la fatigue, contre le temps qui passe trop vite, contre cette masse de choses que nous avons à faire. Et si je vous disais que pour être plus heureux, il faut commencer par se reposer ? Vous allez me dire que vous n’avez pas le temps, parce que le bonheur n’attend pas. Je voudrais vous proposer une autre perspective sur le repos qui, en plus de faire diminuer votre stress et augmenter votre bien-être, vous permettra justement d’être plus efficace.

Note : cet article a été écrit par Emily conseillère hypersensible, du blog « Être enfin zen »

L’impact du manque de repos sur notre vie

Le sommeil fait partie de nos besoins physiologiques sur la pyramide de Maslow. C’est un besoin fondamental au même titre que la faim, la soif, la sexualité, la respiration et l’élimination. Si ce besoin n’est pas satisfait, nous ne pourrons pas grimper dans la pyramide vers nos besoins de sécurité, d’appartenance, d’estime et d’accomplissement. manque de repos

Un sondage IPSOS qui date de 2000 a révélé que près d’un Français sur 2 souffrait de la fatigue. Ce sont surtout les étudiants et les actifs qui sont touchés. Pourquoi ? Parce qu’ils sont notamment préoccupés, que ce soit par des soucis aussi bien personnels que professionnels.

Cette fatigue entraîne des arrêts de travail, de la tristesse, un manque de dynamisme et de motivation. Les gens se font prescrire des médicaments pour lutter contre cette fatigue. Elle a un impact direct sur notre bonheur puisque nous sommes d’humeur maussade, nous sommes plus à fleur de peau. Nous nous en prenons plus facilement aux autres et nous pouvons nous en vouloir d’avoir mal agi ou mal parlé à quelqu’un. Bref, être fatigué freine notre besoin de bien-être.

Se reposer : c’est marcher à contre-courant

Mais cela peut paraître compliqué d’allier le repos avec nos vies modernes, qui nous poussent à toujours en faire plus. D’autant qu’aujourd’hui, nombreux sont celles et ceux qui vont à la quête d’une forme de reconnaissance et se donnent à fond pour atteindre leurs objectifs. Que ressentez-vous à l’idée de prendre du repos alors que vous avez encore les courses à faire, le ménage, le repassage, ce coup de fil que vous devez passer depuis la semaine dernière ?

Les lecteurs de cet article ont également lu :  10 choses que vous pouvez faire aujourd'hui pour simplifier votre vie

Pour ma part, j’ai poussé le bouchon tellement loin qu’en 2010 j’ai fait un burn-out qui m’a valu 10 mois d’arrêt de travail et 3 semaines de repos complet. Je suis une personne hypersensible, donc je suis capable d’encaisser beaucoup, mais il y a des limites. En tout cas, cette expérience m’a servie et j’ai appris à repérer les moments où je dois vraiment me reposer. Et je le fais.

D’abord se reposer pour être plus heureux

Parce que j’ai compris et intégré que pour être bien et bien faire les choses, j’ai besoin d’être en forme. Ou du moins d’être fatiguée le moins possible. Parfois, j’ai des coups de mou, comme tout le monde, puis ça passe. Mais quand ça ne passe pas, quand je sens que je traîne cette fatigue, là mes voyants s’allument et je prends un rendez-vous avec moi-même : je me promets de me mettre au repos dès que je rentre chez moi pendant ¼ d’heure ou ½ heure, voire plus. se reposer pour etre plus heureux

Plus rien ne compte, j’en fais ma priorité. Les autres trucs que j’ai à faire, ça attendra. Parce que j’ai une chose urgente à réaliser : me reposer. Oui, parce que se reposer, c’est faire quelque chose. C’est se reconnecter avec soi-même. Cela commence par là si je veux être bien avec les autres et dans mes tâches quotidiennes.

Comment avoir un repos récupérateur ?

Se reposer, ce n’est pas s’allonger dans son canapé devant la télé, le smartphone à la main pour naviguer entre ses mails et Facebook. Non. Se reposer, c’est s’allonger dans le noir, dans le calme, à l’abri de toute sollicitation lumineuse et sonore. S’il le faut, si mon esprit vagabonde de trop et qu’il veut m’emmener ailleurs que dans cette chambre où j’ai décidé de me reposer, je médite. Autrement dit, je recentre mon esprit sur mon corps, sur l’instant présent.

Les bénéfices du repos

Vous savez quoi ? Depuis que j’ai adopté cette nouvelle habitude, ma vie a changé : je suis plus heureuse. Parce qu’après m’être reposée, je me sens d’attaque pour faire ce que j’ai à faire, et je le fais beaucoup mieux qu’avant. Prendre du repos a amélioré mon efficacité et je suis plus satisfaite de mes réussites. Parce que je ne traîne plus pour faire les choses, j’ai l’esprit plus alerte et plus clair. se reposer pour etre plus heureux

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Pas le Moral ? 7 façons de vous remettre d'aplomb !

Je suis beaucoup moins à fleur de peau dans mes relations, plus détendue, plus présente à l’autre. Me reposer, me reconnecter avec moi-même me permet de me préserver, ne plus me faire bouffer par les autres. C’est tellement important dans ma vie.

Je me sens moins stressée, et mon médecin n’est pas prêt de me revoir pour un burn-out. Non, parce que j’ai compris que je devais d’abord penser à être bien avec moi-même, répondre à mes besoins quand ils se manifestent.

Ce qu’il faut retenir

Le repos et le sommeil nous sont indispensables. Pourtant, la moitié des Français souffrent de la fatigue qui a un impact sur notre état de santé, sur notre bien-être et nos relations avec les autres. Nous ne prenons pas le temps de nous reposer parce que nous avons quotidiennement de nombreux objectifs à atteindre.

Or, un repos récupérateur nous permet de mieux faire les choses, d’être mieux avec soi-même, avec les autres, donc d’être plus heureux. Il est primordial d’être bien pour bien faire.

Alors, est-ce que vous allez vous fixer comme nouvel objectif de prendre un temps de repos lorsque vous sentez que la fatigue vous tenaille ?

Tentez l’expérience et vous verrez ce que cela donne pour vous J

Emily conseillère hypersensible, du blog Être enfin zen

Tags: , , , , , , , , , ,

5 commentaires on Si vous voulez être plus heureux, commencez par vous reposer

  1. Fabienne Delpech dit :

    C’est super mais difficile à réaliser ! Depuis que je suis a la retraite je n’ai plus la même fatigue. Lorsque je vais pour me reposer mon esprit cogite sur ma solitude et les problèmes rencontrés par les 3 couples de mes enfants… Mon esprit gamberge. Quand je veux me recentrer sur mon corps, des douleurs physique par_ci et par_là et je refuse et rejette le moment de me retrouver face à moi-même ! Chaque âge a sa façon de se reposer ! Faîtes le

  2. PHILIPPE dit :

    Enfin un texte qui revient aux fondamentaux! Moi, le méridional combien de fois ai-je dû essuyer les quolibets de mes collègues de travail parisiens quand je leur disais que le secret de ma vitalité était une bonne sieste…Depuis les revues médicales ne cessent de vanter les mérites de la méridienne…On a toujours associé cette pratique à la fainéantise et il fallait une certaine dose de régionalisme pour avouer haut et fort sa pratique. Je ne suis pas un couche tard, ni un lève très tôt et je fais avec…

  3. Roland dit :

    Moi, j’ai ce problème de fatigue depuis que j’ai commencé l’Université, et du coup mes côtes jusque là ne sont pas satisfaisantes, je vais au lit à 20h, j’y Tournaille jusqu’à minuit, et à 5h je suis debout pour la fac,…je vais essayer la méditation , c’est une bonne alternative… Et j’aime cet article, elle plus pragmatique

  4. à la limite du burn out également cette année, j’ai pris conscience que certaines choses devaient passer en second, après mes périodes de repos. ton article me conforte dans ce choix.
    Mes nuits sont souvent très courtes (surtout l’été…. environ 4h) et liées directement à mon activité professionnelle.
    j’ai donc opté pour le sommeil bi-phasique avec une deuxième tranche de sommeil que je me réserve en journée (souvent aux heures les plus chaudes où il n’est pas trop agréable de travail dehors)
    j’adapte la durée de cette seconde période en fonction de mes besoins, des impératifs de la journée, etc.
    Cela m’a permit de trouver un nouvel équilibre, ou je me sens plus en forme, malgré douleurs et handicaps qui me ralentissent au quotidien.
    Et comme le dit Philippe, sortir des sentiers battus n’est pas toujours facile à faire comprendre et accepter, sans passer pour un fainéant ou tire au flanc !!
    L’essentiel étant de trouver son rythme et de s’y tenir lorsque corps et esprit réclament du repos !!

    belle journée à tous
    Gaëlle

  5. Cindy dit :

    Pour être en forme, j’ai pris deux habitudes qui me permettent de me reposer et de me ressourcer :
    – je réalise chaque jour une sieste d’en moyenne 10 minutes.
    – je m’offre de (vraies) pauses, sans smartphone 😉 au cours de la journée. Durant celles-ci, je laisse aller mes pensées, je me relie à mon corps, j’effectue un exercice de respiration ou encore je contemple la nature…
    De véritables rituels quotidiens !

Laisser un commentaire