parent serein et féministe enfant bleu et roseLe bonheur, notre priorité.

Combien parmi vous pensent que le plus important pour nous, les parents, c’est le bonheur de nos enfants ? Combien parmi vous veulent l’épanouissement de vos enfants ?

J’imagine cette scène dans une salle. La totalité des personnes sur place lèvent le doigt lorsque l’on pose ces deux petites questions. Oui, le bonheur de nos enfants est notre priorité ! Mais difficile de rester zen devant une telle responsabilité.

Tous les matins, je me réveille avec une énergie de dingue ! Je suis enthousiaste, car je sais que toutes mes actions de la journée auront une conséquence sur le futur de mes enfants. Mes actions sont à 100% pour qu’ils soient heureux et libres. Libres de toute forme d’expression, libres de penser et d’être. Mais je vous avoue que c’est angoissant. Cette responsabilité est en quelque sorte très lourde, car même si je pense que mes enfants sont libres et qu’ils pourront faire leur propre choix dans le futur, ce n’est pas vrai. La vérité, c’est qu’il nous arrive tout simplement de suivre la masse, d’être influencé par notre entourage, par les différents avis des gens qui nous entourent. Et sans s’en apercevoir, cet entourage nous bride, nous formate, tout en douceur. Et pour finir on pense qu’on est libre, mais on ne l’est pas.

Aujourd’hui j’ai pris la décision d’identifier mes propres préjugés et croyances pour qu’il n’y ait pas de répercussions sur mes enfants. J’ai décidé d’agir et de faire en sorte que ma fille et mon fils puissent avoir les mêmes opportunités de décision. Qu’ils puisent être légitimes en tant que fille ou garçon sans pour autant être limités à ce qu’on pense des cases fille ou garçon.

Je suis dans cet instant même, mise dans la case « féministe », donc frustrée et colérique, n’est-ce pas ?

Comment rester zen en sachant qu’avec cette phrase je viens de perdre la moitié de mes lecteurs ? Ne partez pas ! Restez bien avec moi, je ne vais pas vous mordre.

Note : Cet article a été écrit par Juliana Queiroz, du blog Princesse si je veux.

Le féminisme est devenu un gros mot

Le féminisme est perçu comme une lutte exclusive des femmes contre le patriarcat et beaucoup sont ceux qui se sentent exclu. Nous n’allons pas faire un cours sur les différents mouvements féministes ni lancer des débats interminables autour du sujet.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Van damne, Jean-Claude : pour en finir avec les idées reçues

Le féminisme dont je vous parle ici est celui où les hommes et les femmes se respectent, celui de l’égalité des chances, celui du respect des droits pour tous. Le féminisme dont je parle n’est pas lutte ou domination, mais respect. Si cette définition vous parle, cliquez ici pour partager votre avis.

Pour être alors un parent féministe et garder son calme, sans stress et sans discussion majeure, l’astuce est d’intégrer certaines habitudes qui passeront sans que personne ne s’en aperçoive. Surtout pour éviter les commentaires de la belle-mère qui nous accuse d’être militant.e et que cette histoire d’égalité entre homme et femme n’est juste pas possible car nous sommes différents et que de toute façon cela a toujours été comme ça et que rien ne changera.

Oui, nous changerons le monde ! Oui, nous, parents, éduquerons nos enfants pour qu’ils ne soient pas sexistes, homophobes, misogynes, machistes ou autre chose dans le genre.

Voilà donc les trois astuces pour éduquer ses enfants au-delà des clichés sexistes et finalement être un parent serein et féministe, bien dans ses bottes.

3 astuces pour une éducation au-delà des clichés sexistes.

Première astuce : Donner l’exemple.

A la maison, c’est papa qui travaille et maman qui s’occupe des enfants et du foyer, très bien. Focalisons-nous sur le message que les enfants reçoivent par rapport à cette configuration. Papa gagne l’argent que l’on dépense pour notre confort. Cela est perçu comme étant très important et il est ainsi reconnu par son entourage comme un homme qui travaille dur et donc mérite d’avoir du succès. Maman ne travaille pas. Elle ne gagne donc pas d’argent et ne contribue pas au confort et n’a pas de reconnaissance sociale.

Le travail à la maison pour s’occuper du foyer et donc du confort, de la propreté, de l’organisation, de câlins et d’amour est très important. Pourtant, la majorité des familles n’accordent pas la juste valeur à cela. Il faut le valoriser. Valorisons le travail à la maison et soyons remerciées pour la bonne nourriture, pour les vêtements bien repassés et qui sentent bon, pour une super maison bien rangée et agréable.

Donner de la valeur à tous les métiers, qu’ils soient faits par des hommes ou des femmes, c’est passer un message de respect à votre enfant et aussi de liberté. S’il considère tous les métiers, il sera libre de choisir celui qui lui plait et non celui sectionné par les parents ou son entourage comme étant le meilleur.

Deuxième astuce : Lire des histoires à l’envers.

La majorité des livres mettent en avant une princesse en détresse et un chevalier sauveur. Difficile de trouver des histoires qui correspondent plus à notre réalité actuelle, où les femmes et les hommes sont sur un pied d’égalité (je sais, ce n’est pas encore notre réalité mais je reste optimiste !). Je disais donc que, ce n’est pas grave, si on ne trouve pas d’autres histoires. J’ai appris qu’on fait avec ce qu’on a. Dans ce cas, pas de soucis, je vous propose d’inverser les rôles. Lorsqu’on va lire l’histoire on la raconte de façon que ce soit le garçon le prince en détresse et que ce soit une chevalière qui vienne le sauver. A la fin c’est rigolo, les enfants adorent et subtilement le message passe. Et la belle-mère n’a rien vu !

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment élever un enfant : l'école des parents

Troisième astuce : Jouer différemment.

Les garçons jouent aux super héros et aux voitures, les filles à la dinette et aux poupées, ça c’est bien connu. Et si on inversait les jeux de rôles par moment ? Le garçon sera ravi de faire le rôle de papa pour un bébé qui pleure. Devenir superman (ou wonderwoman selon les souhaits) et avoir des pouvoirs fera rêver votre fille toute la nuit de voler et sauver le monde. Intéressant, non ? Alors, pourquoi s’en priver ? Essayez-le, c’est un moment de bonheur garanti ! Vous préférez des jeux en famille ? Jouez à la bataille c’est votre truc ? Super, à partir d’aujourd’hui, ce n’est plus le roi qui gagne, mais la reine ! Même pas besoin de rentrer dans des explications pas possible, changement de règle un point c’est tout. Et la belle-mère n’a toujours rien vu !

Voici que vous êtes maintenant armés pour contrer sereinement le sexisme qui entoure vos enfants. Ces astuces ne veulent pas inverser la domination masculine mais casser certains messages bien ancrés dans notre société. Elles sont à utiliser avec ou sans modération selon votre besoin et envie. Le plus important est de parler et discuter avec les enfants. Pointer les inégalités et se rendre compte des stéréotypes leur montrera que demain les rois et les reines seront gagnants.

Libérons nos enfants du rose et du bleu. La liberté n’a pas de couleur. D’autres astuces dans les articles de mon blog.

Attendez ! Ne partez pas sans vous engager à changer le monde. Je compte sur vous pour appliquer ces 3 astuces, tous les jours pendant 10 jours. Après cela, faites-nous un retour d’expérience. Partagez dans les commentaires la réaction de vos enfants.

Juliana Queiroz, du blog Princesse si je veux.

Tags: , , , , , , ,

Laisser un commentaire