Tout de suite, quand on parle de DJ, on imagine le train de vie des superstars telles que David Guetta ou encore Martin Garrix. Ces DJ passent leur temps à voyager, à toucher des salaires improbables et mixer devant des milliers de personnes !

Mais pas besoin d’en arriver là pour être heureux en tant que DJ ! Et pour vous le montrer, j’ai décidé de vous partager mon expérience et de vous lister 5 raisons pour lesquelles être DJ vous rendra heureux.etre dj vous rendra heureux

Note : Cet article invité a été écrit par STAN K du blog FORMATION DJ

1- Parce que c’est une passion qui apporte du plaisir

Oui, et je pense que quasiment tout le monde sera d’accord avec moi : musique = passion !

À titre personnel, je ne connais aucune personne qui fait de la musique sous la contrainte ! Lorsque l’on choisit cette voie, c’est qu’on aime la musique.

Être DJ, c’est :

Se réveiller musique, manger musique, jouer avec la musique… et transmettre cette passion aux gens qui nous écoutent en mixant.

Par exemple, le matin quand je me lève, j’écoute de la musique. Je prends mon Smartphone et je lance un podcast d’un DJ que je choisis (ou parfois je réécoute les miens pour détecter les moments où je pourrais m’améliorer). L’avantage, c’est que je peux prendre ma douche, m’habiller, manger tout en profitant de la musique.

Lorsque je dois prendre la voiture, j’écoute les radios musicales en espérant découvrir un nouveau titre qui fonctionnera en soirée. Le midi, si je mange seul, il m’arrive souvent de regarder des lives de DJ ! En journée, c’est aussi passer du temps sur le web pour dénicher de nouveaux morceaux ou des remix qui feront de vous un DJ original ! C’est également prévoir du temps pour mixer chez vous – seul – et vous entrainer sur de nouvelles techniques de mix !

Bref, pour être un bon DJ, il faut vivre musique ! Il ne suffit pas de « juste passer des morceaux » – comme diraient certains – pour que ça marche ! Il faut être passionné ! Oui, parce qu’on ne voit que le côté « strass & paillettes », mais l’envers du décor (comme dans beaucoup de métiers), n’est pas toujours rose ! Et c’est parce que l’on est passionné qu’on occulte les moments moins amusants.

Prenons l’exemple d’une soirée privée.

Les gens arrivent à l’heure d’ouverture pour faire la fête et repartent à l’heure de fermeture.

Mais pour le DJ : Il doit faire la route (souvent plusieurs heures) pour rejoindre le lieu de la prestation.

  • Il faut ensuite monter la scène et il arrive que l’on soit obligé de courir pour acheter en urgence du matériel qui vient de lâcher (un câble trop usé, une panne imprévue, etc.). En fonction du matériel utilisé, cela prend du temps de monter une scène (plusieurs heures) !
  • Parfois, des facteurs extérieurs viennent perturber la bonne mise en place de l’évènement et il faut les gérer !
  • Après la soirée, il y a tout le démontage et le rangement de la scène.
  • Et ensuite, il faut refaire la route dans l’autre sens. Et la plupart du temps, on ne revient qu’au matin !

Mais vous connaissez le dicton : « Quand on aime, on ne compte pas ! ». Eh bien là, c’est pareil ! On verra dans les points suivants qu’il existe des cas « moins chronophages » en mixant, par exemple, en « guest ». Je vous explique ce que c’est un peu plus bas.

Et c’est aussi lorsque l’on est passionné que l’on peut transmettre cette joie aux gens. Le public le ressent si vous êtes « dedans » ou non. Régulièrement, on vient me voir en me disant « on voit que t’es à fond dedans » ! C’est normal, derrière les platines, je bouge avec la musique, je joue avec elle & le public ! Il y a une vraie connexion entre la musique, les gens & moi.

Avant même de parler de « transmettre cette passion », naturellement, la musique procure du bonheur. La science valide d’ailleurs de plus en plus les effets de la musique sur notre cerveau. Vous pouvez notamment lire cet article du Huffington Post qui synthétise plusieurs études scientifiques qui démontrent les bienfaits de la musique positive… Et ça tombe bien, pour faire la fête, il faut jouer de la musique positive 😉

De plus, la musique booste la dopamine. La dopamine est une molécule dans le cerveau qui favorise la sensation de plaisir. C’est pour cette raison que le fait de mixer de la musique procure du plaisir ! Couplez cette dopamine à l’adrénaline des prestations lives, et vous obtenez un cocktail vraiment jouissif !

La lecture de ce premier point faite, vous devriez déjà avoir envie d’essayer ! ^^

2- Parce qu’on apporte du bonheur aux gens

En toute logique, le « bonheur » est connecté au « plaisir ». On vient de voir dans le point précédent que la musique procure du plaisir. Mais ce n’est pas tout !

Dans notre monde, on baigne dans un univers où les gens sont heureux d’être là ! Ils viennent pour s’amuser, pour faire la fête ! Et nous, en tant que DJ ; on va booster encore plus ce plaisir ! Et la façon d’y parvenir, c’est toujours avec notre meilleure compagne : la musique 😉

Les lecteurs de cet article ont également lu :  9 activités antistress qui vous rendent heureux... vraiment ! :)

La musique – lorsque vous la maîtrisez – est une arme redoutable ! Avec elle, vous avez le pouvoir de faire danser les gens ! En la manipulant comme il faut, vous allez commencer par conditionner votre public. Ce public qui est pour l’instant posé à boire un verre et à rire entre amis.

Et c’est là où votre rôle de DJ est nécessaire ! Vous allez placer la musique qui correspond au moment idéal… Vous savez, cette musique que tout le monde attend ne serait-ce que pour bouger la tête ! Placée trop tôt, elle n’aura aucun effet… Placée trop tard, l’ambiance risque de retomber.

Et lorsque l’on commence à voir les gens bouger la tête, on vient d’enclencher le mode « on ». On sait qu’on est en train de travailler le bonheur. Notre métier, c’est ensuite de faire monter progressivement l’ambiance et maintenir le rythme avec notre playlist.

Tout au long de mon set (le temps que je passe à mixer), je regarde la réaction du public ! Et musique après musique, mon objectif est de conserver cette joie toujours plus intense qui émane des danseurs. Ça finit même par être vicieux car j’essaye d’enchérir toujours plus, en tentant d’anticiper le morceau que les gens aimeraient entendre. Et ça, vous ne pouvez pas le calculer à l’avance. Chaque soirée est différente. Vous serez obligé de vous adapter. Dans certains cas, ce sera des années 80, dans d’autres de la musique urbaine ou électro.

Mais peu importe le choix que vous devrez faire, vous continuerez de procurer du bonheur aux gens qui sont venus pour s’amuser ! Et ça, c’est ce qui rend en grande partie un DJ heureux : voir les gens profiter et faire la fête !

3- Parce que cela suscite tout de suite de l’intérêt

Vous verrez, à partir du moment où vous commencerez à pratiquer le DJing, on vous posera beaucoup de questions !

« Est-ce que tu prépares tes morceaux à l’avance ? », « Comment tu fais pour savoir ce que veulent les gens sans leur demander ? », « Il y a des gens qui viennent que pour te voir ? », sans compter le légendaire : « Si on te demande une musique, tu la mets ? » 😉

Et vous savez quoi ? Je vais répondre ici aux quelques questions qui me viennent à l’esprit :

« Est-ce que tu prépares tes morceaux à l’avance ? ».

La réponse est : « ça dépend ». Oui dans un sens, puisque naturellement, un DJ se doit de connaître ses morceaux. C’est vraiment l’une des bases du métier. Donc quelque part c’est déjà « préparer ses morceaux ». Mais dans le sens « préparer l’ordre dans lequel je vais jouer » (mise à part pour les festivals), la réponse est : non. Non car il est impossible d’anticiper ce que veulent les gens et à quel moment ils voudront entendre tel ou tel titre. Certains DJ le font, je ne suis pas pour.

« Comment tu fais pour savoir ce que veulent les gens sans leur demander ? ».

Vous vous doutez très certainement que je ne peux pas demander à chacune des personnes dans la salle de me donner son avis ! Eh bien vous allez voir que pour connaître leurs goûts c’est hyper compliqué !! 😉 Je teste… tout simplement ! J C’est aussi « simple » que ça. Je vais jouer des morceaux aux formats musicaux différents et en fonction de la réaction du public, je poursuis, ou j’arrête. Tout l’art du métier est d’amener la chose en douceur et de capter cette subtilité (certaines techniques permettent de « casser » complètement le flux pour changer de format, mais il faut bien sentir le public et maîtriser ses titres).

« Il y a des gens qui viennent que pour te voir ? ».

La réponse est « oui ». Alors, restons calmes, lorsque l’on n’est pas « DJ Star », les gens ne se comptent pas par centaines ! Mais c’est toujours un réel bonheur et très plaisant de savoir que des personnes font le déplacement pour venir vous voir mixer ! Dans ces cas-là, je prends toujours un peu de temps pour discuter avec elles lorsque je ne suis pas en plein mix.

« Si on te demande une musique, tu la mets ? ».

Eh bien là, je vous répondrai encore une fois « ça dépend ». Je ne suis jamais fermé au sens où certaines propositions sont parfois totalement cohérentes avec l’ambiance à l’instant « t » et je ne pense pas nécessairement à jouer cette musique. Mais… si ça me semble OK, pourquoi pas ! Après tout, c’est une bonne façon de montrer que l’on mixe pour de vrai, et faire plaisir aux gens ! À l’inverse, si la demande est totalement incohérente, alors je refuserai. Dans le cadre d’une soirée privée, on est sur un mix « à la demande ». Je fais en sorte de répondre par la positive le plus souvent possible.

Tout le monde a déjà vécu une soirée en club ou dans un cadre privé (pour un mariage ou un anniversaire). De ce fait, les gens ont souvent beaucoup de questions à poser car ils veulent connaître « l’envers du décor ». Vous en savez maintenant un peu plus 😉

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment (re)trouver l’énergie de créativité ?

Pour en revenir à notre sujet – à savoir les raisons pour lesquelles être DJ vous rendra heureux – nous sommes tous des êtres humains ! Et lorsque quelqu’un s’intéresse à ce que l’on fait, cela nous procure forcément du bonheur. Surtout pour parler de notre passion (d’ailleurs, on pourrait le faire pendant des heures !).

4- Parce qu’entreprendre en étant DJ, c’est facile !

Par « facile », j’entends « c’est facile de se mettre à son compte ». Dans un premier temps, une micro entreprise suffira pour pouvoir éditer des factures. Il faudra, bien évidemment, entreprendre toutes les démarches administratives qui vous prendront du temps. Mais une fois la partie « administrative » terminée, vous pourrez vendre vos services à vos clients !

C’est à partir de maintenant qu’il faudra mettre votre casquette de DJ légèrement de côté et vêtir celle d’entrepreneur/commercial ! Car pour avoir des soirées (et donc des rentrées d’argent), que vous le vouliez ou non, il va falloir démarcher !

Et c’est là toute la force d’entreprendre avec le DJing. Le temps de trouver votre « rythme de croisière » et suffisamment de soirées pour en vivre, vous pourrez exercer cette activité tout en gardant votre travail de salarié. Vous aurez ainsi un second revenu provenant de votre passion et aurez toute la liberté de poursuivre avec votre travail alimentaire ou alors choisir de migrer doucement vers ce métier à plein temps.

Par expérience, un métier/passion, c’est tout de suite moins de stress, plus de « zénitude »… bref, ce n’est que du bonheur et du « plus » !

Par contre, soyons clairs, c’est là où la différence entre un bon et un mauvais DJ se fera sentir ! La concurrence est rude dans le monde du DJing ! Si vous êtes pro, que votre travail est bien rodé, que vous enchaînez parfaitement bien vos morceaux, que vous conservez votre piste, bref ! Que les gens ont été contents de leur soirée, alors vous pouvez espérer en vivre. À l’inverse, si vous n’êtes pas investis sincèrement dans ce job, alors ne vous lancez pas. Ça fonctionnera quelque temps, mais tout s’essoufflera très vite…

L’autre revers de la médaille, c’est que ce seront des heures en plus dans votre emploi du temps ! Mais !!!! En étant entrepreneur, vous serez libre de pratiquer les tarifs que vous voulez ! Essayez quand même d’être cohérent avec le marché, mais rien ne vous empêche de fixer le tarif qui vous fait plaisir !

Et puis, après tout, si vous aimez ce que vous faites, ces heures supplémentaires sont-elles réellement une contrainte ? 😉

5- Parce qu’être DJ, c’est être libre !

Et par « liberté », je veux aussi parler de « liberté géographique » !

Vous serez libre de mixer où vous le souhaitez ! Que vous vouliez mixer au Japon, aux États-Unis ou juste dans votre pays de résidence, vous pourrez le faire ! (Attention juste à vous adapter aux goûts musicaux du lieu où vous allez et que votre entreprise puisse facturer à l’étranger 😉 ).

Et c’est encore plus vrai aujourd’hui ! À l’époque, être DJ, c’était empiler des caisses et des caisses de vinyles ! Vous pouvez toujours le faire si vous désirez mixer sur ce support, mais avec l’ordinateur, tout est simplifié (et allégé ) ! Dans les conditions où vous voudriez emporter le moins de matériel : vous aurez besoin de quelques clefs USB et de votre ordinateur. C’est tout !

Quasiment tous les clubs sont équipés et vous n’avez qu’à poser votre ordinateur ou vos clefs USB pour mixer. Éventuellement, selon votre choix, vous aurez peut-être besoin d’un boitier pour connecter votre ordinateur aux platines, mais rien de plus.

Et le fait que vous n’ayez besoin que de peu de matériel facilite énormément la possibilité de voyager pour mixer partout dans le monde. Attention, je ne dis pas que c’est facile d’avoir des dates à l’étranger, bien au contraire !! J’évoque seulement les possibilités avec ce métier.

D’ailleurs, cette liberté de pouvoir mixer dans le monde est également une bonne source de motivation pour apprendre l’anglais ! Avec cette langue, vous pourrez facilement vous débrouiller.

Je vous parlais tout à l’heure du terme « guest ». C’est une façon de se vendre en soirée. C’est-à-dire que vous ne viendrez que ponctuellement dans un lieu donné. Par ce choix, vous conserverez toute votre liberté de voyager et de découvrir plein de clubs différents.

Bon, ça, c’est la partie rêve ultime ! Pour en revenir à quelque chose de plus concret, voici mon expérience et les avantages liés à la liberté géographique :

J’habite dans le Nord de la France et cela ne m’a pas empêché de mixer à l’étranger, en festival, à la montagne ou encore… sur la plage ! Et la liberté, c’est vraiment l’une des choses qui me rend le plus heureux !

Si vous avez des questions sur le métier de DJ, vous pouvez me les poser en commentaires

STAN K du blog FORMATION DJ

Recherches utilisées pour trouver cet article :

etre un bon dj dirty, etre un dj

Tags: , , , , , , , ,

Laisser un commentaire